The Conference of Digital Humanities 2011 at a glance!

La Conférence de cette année se tient à l’université de Stanford, du 19 au 23 juin 2011. Elijah Meeks, Digital Humanist à demeure, un des protagonistes du remarquable Mapping The Republic of Letters,1, a donné une forme inhabituelle à cet évènement.

Il a réalisé un ensemble de graphes permettant de percevoir la conférence sous un jour éclairant : participants, sujets présentés, universités d’origine sont spatialisés, au-delà d’une simple inscription géographique. On accède ainsi à des paysages de données dynamiques qui rendent compte de densités relatives, de connexions plus ou moins développées entre centres et chercheurs, des origines géographiques mais aussi des thèmes de prédilection qui animent la communauté effervescente des Digital Humanities. La vision des équipes est au centre de ces représentations : figures atomisées ou fortement reliées, centres et périphéries, bataillons serrés ou vaillants esseulés, les configurations multiples sont suggestives. Elles sont propices aux interrogations : comment les équilibres ou déséquilibres perceptibles vont-ils évoluer ? L’irruption de nouveaux entrants redessinera sans doute les intensités et les relations établies ; seul le temps, variable forcément absente ici, le dira. Une interrogation me parait particulièrement avivée par ces modélisations : les projets ou communications véritablement internationaux et pluridisciplinaires représentent un enjeu essentiel pour le réseau des Digital Humanities. Au-delà des consortiums techno(cratico)-scientifiques qui se sont multipliés ces dernières années, comment favoriser la menée de projets collectifs ? D’ailleurs, une des communications du colloque s’attache à interroger les conditions de ces entreprises difficiles que sont les collaborations internationales, mettant en jeu les différences culturelles, académiques, linguistiques, collaboratives :  A Trip Around the World: Balancing Geographical Diversity in Academic Research Teams (Lynne Siemens, Elisabeth Burr, Richard Cunnigham, Wendy Duff, Dominic Forest, Claire Warwick).

Quoi qu’il en soit, s’agissant d’une simple coupe documentaire de LA conférence 2011, la puissance de représentation graphique favorise la spéculation et la liste ou le sommaire paraissent bien pauvres, en regard, pour se figurer les dynamiques qui animent la vie du réseau des D.H. – même si, bien sûr, celle-ci ne s’exprime pas toute, à l’occasion de la conférence annuelle. Mais voyez par vous-même.

Dans ce concert international, il ne parait pas inutile de souligner que la participation française s’accroît encore, cette année, avec des communications : Reusability of Literary Corpora: the « Montaigne at work » Project par Marie-Luce Demonet2, responsable scientifique des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (Centre des Etudes Supérieures de la Renaissance – Université de Tours-François Rabelais) ; Medical Case Studies on Renaissance Melancholy: Online Publication Project, par Suciu Radu, (Université Denis Diderot-Paris 7) ; avec des posters : Interactive Layout Analysis, Content Extraction and Transcription of Historical Printed Books using Agora and Retro , par  deux autres chercheurs de l’université de Tours, Jean-Yves Ramel3 et Nicholas Sidère,   Constructing DARIAH—the e-Infrastructure for the Arts and Humanities par Laurent Romary, (INRIA), avec Blanke Tobias, (King’s College) et Christiane Fritze (State and University Library Goettingen).

Je ne présenterai pas de communication, cette année, mais je suis ravie de présider une session dont les communications s’annoncent pour le moins stimulantes : The Object of Platform Studies: Relational Materialities and the Social Platform (the case of the Nintendo Wii, par Steven E. Jones, George K. Thiruvathukal (Loyola University Chicago) ; Cinemetrics, par Arno Bosse, Keith Brisson, Yuri Tsivian (University of Chicago) et Digital image analysis and interactive visualization of 1000000 manga pages, Lev Manovich1, William Huber, Jeremy Douglass (respectivement : Visual Arts Department, University of California, San Diego, 2Software Studies Initiative, The California Institute for Telecommunications and Information Technology, San Diego).

On peut consulter l’ensemble du programme en quatre langues. Non seulement la géographie des Digital Humanities représentées à la conférence s’étend mais le multilinguisme semble progresser, lui aussi…On peut retrouver toutes les présentations dans The Book of Abstracts ; autre innovation, en ligne, un moteur permet d’y effectuer des recherches.

Pour boucler la boucle, j’en reviens à Elijah Meeks. Sur son blog, j’ai découvert un « sub-projet » en cours, de Mapping The Republic of Letters. Il s’agit de Mapping Le Grand Tour !

 

Il se trouve qu’en conclusion de la séance du séminaire doctoral « Histoire de l’art et Digital Humanities », j’avais montré un aperçu de cette réalisation  fameuse  afin précisément d’envisager la portée interdisciplinaire de certains outils et démarches. « On pourrait appliquer ce type d’outils à la représentation de la circulation des œuvres entre marchands et collectionneurs, à une époque donnée,  par exemple,… » avais-je suggéré. Les Dix-huitiémistes de Stanford ont choisi de traduire en flux visibles et dynamiques les circulations et les communications tissées par les voyageurs du Grand tour. On ne manquera pas, sur place, de rassembler autant d’informations que possible sur ce projet qui devrait intéresser les historiens de l’art.

 

  1. plutôt que de le présenter, j’invite à consulter son blog pour tout savoir sur ses travaux de visualisation de données. Il présente également une communication : Modeling Event-Based Historical Narratives: A Conversation Between Digital Humanists, Information Scientists and Computer Scientists []
  2. Rappelons que Marie-Luce Demonet a remporté le Grant Google pour son projet Full-text retrieval and indexation for Early Modern French []
  3. lui aussi lauréat du Grant Google pour Using Pattern Redundancy for Text Transcription []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *