Smithsonian Archives of American Art

Le passage de l’année 2010 à 2011 parait singulièrement propice pour rappeler l’intérêt et l’accessibilité de ce fonds d’archives de premier plan qui ne cesse de s’accroître ; la refonte du site web ponctue le passage, à sa façon, en favorisant l’accès clarifié aux documents. Enfin, un blog permet de suivre désormais l’activité de l’institution, en phase avec la tendance « behind the scene » tout en donnant des aperçus emblématiques de la richesse des archives.

A la fin du mois d’octobre dernier, la 100ème collection numérisée était mise en ligne, avec le fonds du sculpteur Hiram Powers (1805-1873). Tandis que ces premiers jours de janvier sont marqués par l’ouverture au public des archives du marchand Leo Castelli (1907-1999).

Rappelons que les Archives ont été créées à Detroit  en 1954 par Edgar P. Richardson, Directeur de The Detroit Institute of Arts, and Lawrence A. Fleischman, jeune collectionneur. L’objectif initial était de constituer un fonds de microfilms d’archives conservées par d’autres institutions. Mais l’archive s’étendit rapidement à la collecte de fonds originaux, en 1970 et rejoignit The Smithsonian Institution, participant dès lors de sa mission d’éducation et de recherche.

Les collections comptent à l’heure actuelle plus de 16 millions de lettres, des journaux personnels et des carnets et albums d’artistes, de marchands, de collectionneurs ainsi que des manuscrits de critiques et de chercheurs, des documents rendant compte de transactions de tous ordres des galeries, de musées, etc. Les documents sont d’une grande diversité : photographies d’évènements et d’acteurs du monde de l’art, croquis et livres d’artistes, estampes, films, audio et vidéogrammes ainsi que la plus importante collection de transcriptions d’entretiens, matériau unique d’histoire orale.

La numérisation des collections est inégale : une part d’entre elles – une centaine, donc parmi 6000 – l’est intégralement alors que la majorité du fonds ne l’est que partiellement. Ainsi, par exemple, seuls quarante-cinq documents de l’archive de Léo Castelli sont visibles in extenso, sur le site, exemplifiant la diversité des matériaux recueillis.

Ces items numérisés parmi les collections qui ne le sont pas intégralement, sont directement accessibles par une entrée, Image gallery, secondée par un moteur de recherche interne.  D’une façon générale, le nouveau site web, a rationalisé les entrées dans cette considérable masse de documents : en premier lieu, un index alphabétique de tous les artistes représentés dans l’archive ; un accès distinct aux transcriptions d’entretiens, pourvu d’un index alphabétique,  Oral History interviews , – les Podcasts n’offrent que des extraits –  ; et une entrée pour  les collections numérisées, Fully Digitized collections.

Les collections intégralement numérisées comprennent des fonds de plusieurs milliers à plusieurs centaines de milliers de documents, comme par exemple, le fonds du marchand Seligmann & Co. !

La présentation des collections suit un agencement systématique, servi par deux onglets. Le premier procure un accès direct aux dossiers (Series), – une image permet de déplier chacun d’entre eux –  accompagnés d’une petite notice générale dans laquelle sont mentionnés mécènes et dates de la numérisation. Un autre onglet, More about the collection : propose des développements contextuels et descriptifs importants : une notice historique et biographique, un aperçu de la composition et de l’intérêt de l’ensemble de la collection, la présentation de son classement, la liste des termes d’indexation qui lui ont été attribués, noms et sujets ; le mode d’indexation manifeste que l’ensemble des archives écrites a fait l’objet d’une numérisation sur le mode image, sans usage de reconnaissance de caractère (OCR). Suivent, la provenance et le statut juridique des originaux et enfin le descriptif détaillé de chaque boite composant chaque dossier.

L’ensemble de cette longue page d’informations, comprenant des liens d’accès, peut être récupérée sous la forme d’un fichier PDF.

On remarque que les documents présentés dans le cadre de ces collections numérisées ne sont pas assortis de légendes ; le descriptif évoqué s’avère d’autant plus précieux. En revanche, les documents numérisés, présentés dans le cadre de Image Gallery sont tous légendés.

Cette description minutieuse des boites d’archives s’applique aussi, évidemment, à l’ensemble des fonds non numérisés. Doit-on plutôt dire : « non encore numérisés » ? Il semble que les efforts tendent vers une numérisation massive. Les partenaires se succèdent, au fil du temps, pour permettre la mise à disposition de ces archives, ressource prodigieuse pour les historiens de l’art. Ainsi, parmi les plus notables, The Samuel H. Kress Foundation a apporté son soutien à de nombreux projets dont la numérisation du fonds de la maison Seligmann qui a pourvu de fameuses collections américaines… dont celle de S.H. Kress ; The Terra Foundation for American Art semble avoir pris le relais.

De l’inventaire papier au catalogue régional des collections en ligne – Le cas de la région Centre par Marie-Angeline Pinail.

Mémoire de Master 1 –  Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en juin 2010.

Télécharger :

Mémoire

Mémoire _Annexe n°1 – Les visuels

Mémoire Annexe n°2 – Enquête 2010 – les réponses des musées de la région Centre

Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Séminaire doctoral.

Programme

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.

14 décembre 2010 – Présentation de H-ArtHist à Paris.

H-ArtHist, une source d’information internationale  inégalée pour et par les historiens de l’art,  sera présentée à Paris par ses animateurs.

Présentation de H-ArtHist, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, (Centre Allemand d’Histoire de l’Art), le mardi, 14 décembre 2010 à 18h30.

L’année prochaine, la liste de diffusion H-ArtHist fêtera ses dix ans d’existence, et comptera plus de dix mille abonnés dans des musées, universités et instituts de recherche du monde entier. Dans le cadre du lancement de son nouveau site web, le Centre allemand d’histoire de l’art de, Paris invite la rédaction de H-ArtHist à présenter le projet et à discuter de son développement avec des historiens d’art français.

Introduction: Andreas Beyer, directeur du Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Paris. Seront présents, les membres de la rédaction :Carolin Behrmann (Berlin), Livia Cárdenas (Berlin), Rainer Donandt (Hamburg), Elisabeth Furtwängler (Berlin), Steffen Haug (Berlin), Caroline Philipp (Berlin), Godehard Janzing (Paris), Robert Felfe (Berlin) et le responsable de la base de données, Daniel Burckhardt (Berlin).

RSVP. Lieu : 10 Place des Victoires, 75002 Paris,

Tél +33 (0)1 42 60 67 82 ; Fax +33 (0)1 42 60 67 83

www.dtforum.org/ Renseignements: gjanzing@dt-forum.org

Godehard Janzing: Presentation de H-ArtHist (Paris, 14 Dec 10). In: H-ArtHist, 7 déc. 2010, (accessed 7 déc. 2010), <http://www.arthist.net/archive/628>. arthist.net .

Connectivity, Collectivity and Participation – Museums And The New Public Space by Ana I. Fernandez Otero

Thesis Master of Art

Program in Museum Studies,

Graduate School of Arts and Science

New York University, April 2007

Télécharger ici

Séminaire Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

Pour la seconde année consécutive, dans le cadre de sa mission de veille et de réflexion sur les outils numériques, InVisu s’associe avec la revue internationale en ligne de Sens public pour un séminaire autour de ces thématiques. Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

L’ensemble du programme est intéressant ; nous attirons particulièrement l’attention sur la prochaine séance qui se tiendra le 18 novembre 2010, à l’INHA.  Bernadette Dufrene, responsable du Master Recherche Patrimoine, muséologie et numérique –  Université Paris Ouest-Nanterre en collaboration avec l’université Paris 8 )   interviendra sur le thème : Nouvelles formes de la médiation numérique.

The Giza Archives Project

planche d'objets (sceaux) collectés en 1926

The Museum of Fine Arts, Boston, a dédié une extension de son site web à la mise en ligne d’une base documentaire, The Giza Archives, qui témoigne d’un épisode historique de son activité scientifique, en collaboration avec l’université de Harvard, et au-delà.

The Giza Archives rassemble d’innombrables documents issus des missions archéologiques et des collections muséales, alimentées par l’exploration et l’étude du site de la Pyramide de Gizeh et ses environs. Le cœur de la documentation est fourni par l’expédition historique menée entre 1904 et 1947 par l’Université de Harvard et le Musée des arts de Boston. Mais la collecte s’étend de cet épisode fondateur à nos jours pour documenter la connaissance du site et des objets conservés.

Outre les journaux tenus par les protagonistes de la première expédition, un corpus de documents inédits (manuscrits et notes diverses),  de photographies des sites, des tombes et  d’objets, de cartes et plans, de publications scientifiques est constitué autour d’un des centres d’intérêt des Égyptologues.

Les documents écrits font l’objet d’une double présentation, le fac-similé avec zoom et la transcription. Le zoom s’applique par ailleurs à tous les documents. La présentation des résultats de la recherche dans le corpus associe à chaque item tous ceux qui s’y rapportent, dans les autres catégories du corpus.

Enfin, marque de l’initiative d’un musée, la préoccupation de l’utilisation pédagogique de ce fonds documentaire est très présente sur le site, avec la proposition notamment de la création d’une archive personnelle en ligne. Également, un blog, Giza Archives Blog, met en valeur l’actualité scientifique à laquelle le musée est lié. Le blogroll  permet aux amateurs d’opérer un premier balisage de l’égyptologie en ligne. Last but not least, la base de données est dénommée eMuseum.

.

La numérisation du patrimoine écrit. Du projet scientifique à sa mise en oeuvre : l’exemple d’ « Europeana Regia » – Actes du collque – Médiathèque numérique de l’INP.

La médiathèque numérique de l’Institut National du Patrimoine propose de nombreuses ressources numériques d’intérêt. Ressources et documents de genres divers (actes de colloques, conférences, outils pédagogiques, articles, dossiers, travaux d’étudiant(e)s) sont mis à disposition, sous forme écrite, sonore ou audiovisuelle. Une seule restriction d’accès concerne la consultation des mémoires d’étudiant(e)s. La crainte du plagiat inspire sans doute cette mesure. Question d’acculturation au libre accès, des étudiant(e)s… et des institutions académiques.

On écoutera avec intérêt les communications du colloque « La numérisation du patrimoine écrit. Du projet scientifique à sa mise en oeuvre : l’exemple d’ « Europeana Regia » », organisé par l’INP à  la BNF, les 30 et 31 mars 2010, dans le cadre des Rencontres européennes du patrimoine

Electronic Information, The visual Arts and Beyond – EVA – London 2011

Du 6 au 8 juillet 2011 – Conférence EVA – Electronic Visualisation and the Arts. Call for Proposals is open.

EVA London 2011 :

•          has a focus on visualisation for the arts and culture – interpreted broadly to include its impications, effects, and consequent strategies and policies

•          covers the burgeoning creative uses of digital media for works of art and creative productions

•          is a forum for European projects to disseminate the results of EC investment in technology for culture and the arts, and to publicise and explain funding opportunities

•          is a networking event for other groups and projects

•          includes a free-of-charge Research Workshop for MA, MSc and PhD students, and others, to share their research in a friendly and informal setting

Pour plus d’informations.

Patrimoine culturel et web collaboratif – Rencontres Wikimedia 2010

Les 3 et 4 décembre 2010, 101, rue de l’université à Paris, se tiendront les rencontres Wikimédia sur le thème Patrimoine culturel et web collaboratif. Les inscriptions sont ouvertes.

Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance, s’est beaucoup investie cette année dans des partenariats culturels. Le mouvement Wikimédia dans son ensemble a initié de nombreux partenariats culturels partout dans le monde. Nous avons tous à apprendre des uns et des autres : faisons-le autour d’une table ! Les Rencontres Wikimédia 2010 souhaitent réunir le plus grand nombre d’acteurs culturels autour de ces nouvelles pratiques collaboratives en ligne favorisant le libre accès à la connaissance.

Consulter le programme complet.

TIMEA – Travelers in the Middle East Archive

TIMEA est une une collection en cours de constitution qui documente les relations entre le Moyen Orient et l’Occident au cours du 19ème siècle et du début du 20ème. L’Egypte occupe une place privilégiée dans ces archives ; des écrits tels que des guides de voyages, des récits de voyages mais aussi des catalogues de musées, des collections de photographies et de dessins, des cartes postales. Des cartes historiques mais aussi un outil SIG (Système d’Information Géographique) permettent de localiser, en Egypte et à Chypre, les sites documentés. Actuellement, ce système est temporairement hors service et une application Google maps en tient lieu.

Les entrées dans le fonds sont multiples : par sujets, index de lieux, titres, auteurs, dates ou types de documents. Chaque recherche débouche sur l’affichage de listes de notices, fournissant les principaux identifiants du document ; un lien permet, lorsque le cas se présente, d’accéder à l’ouvrage intégral dont un document iconographique a pu être extrait.

Outre la richesse d’une collection déjà bien pourvue d’écrits et d’images, ce catalogue cumulatif a la particularité d’intégrer des modules d’enseignements qui prennent appui sur ces ressources et les commentent selon des perspectives historiques diverses.

Cette base documentaire est réalisée par le Digital Media Center de Fondren Library,  Rice University (Etat), sous la direction de Lisa Spiro et rassemble aussi bien des historiens que des ingénieurs et des bibliothécaires. Pour mener à bien ce projet, l’université a bénéficié du soutien de IMLS (Institute of Museums and Libraries Services) et de K2I (Ken Kennedy Institute for Information Technology).

The Raphael Research Resource

Conférence devant la Madone Ansidei, National Gallery, 1928.

La National Gallery of Art, London est à l’initiative du Raphael Research Resource. Ce projet est dû à l’impulsion de la Fondation Andrew Mellon qui, avec le Digital Documentation Project, initié en 2007, incite les musées à livrer au public, grâce au Web, tous les documents recueillis et produits par l’institution pour l’étude des œuvres de leurs collections. Cette documentation rassemble aussi bien des documents d’archive (correspondances, actes juridiques, reproductions, ébauches, etc.) des sources, des notes de la conservation (inventaire, provenance, articles, etc.), des documents radiographiques de divers types issus des analyses de l’œuvre et ou de sa restauration, etc. Toute documentation sur laquelle prend appui l’activité scientifique et éditoriale d’un musée ; trésor uniquement accessible au chercheur, parfois difficilement.

L’originalité et l’intérêt inédit de ce projet est de réaliser la mise en commun de ces documents par les musées qui conservent des œuvres du peintre renaissant ; le site web de la National Gallery sert de plateforme à la consultation de l’ensemble des pièces fournies par les musées partenaires. selon les musées, Les ressources rassemblées sont considérables, bien qu’inégales, selon les musées, et à l’heure actuelle, vingt-sept œuvres de Raphael sont documentées. A terme, le projet a vocation à s’appliquer à d’autres artistes.

L’interface de consultation est homogène pour chaque œuvre : une colonne affiche les chapitres documentaires disponibles, une grande fenêtre permet l’affichage des documents ressortissant à chacun de ces chapitres, avec un zoom qui assure une bonne visibilité aussi bien aux images qu’aux écrits.. Enfin, la colonne de droite permet de lire ou télécharger en PDF la littérature critique ou les notes de recherche de la conservation se rapportant à chaque œuvre.

Les partenaires actuels de cette réalisation exceptionnelle sont : Academia Carrara di Belli Arti (Bergame), C2RMF(Paris), Dullwich Picture Gallery (London), Galleria Nazionale dell’Umbria (Perugia), Gemäldegalerie, Staatliche Museen (Berlin), Graphische Sammlung, Städel Museum (Frankfurt), Isabella Stewart Gardner Museum (Boston), Museu Nacional de Arte Antiga (Lisbon), Museu de Arte de São Paulo Assis Chateaubriand (São Paulo), National Gallery of Art (Washington), North Carolina Museum of Art (Raleigh), Norton Simon Museum (Pasadena), Pinacoteca Comunale di Città di Castello (Città di Castello), Pinacoteca Tosio Martinengo (Brescia), Pinacoteca di Brera (Milan), Réunion des musées nationaux (Paris), Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Gemäldegalerie Alte Meister, Szepmuveszeti Museum (Budapest), The British Museum (London), The J. Paul Getty Museum (Los Angeles), The Metropolitan Museum of Art (New York), The Morgan Library and Museum (New York), The National Gallery of Scotland (Edinburgh), The Royal Collection (Windsor). L’appel à contribution reste ouvert.

Nous recommandons de commencer l’exploration par The Ansidei Madonna, Raphael (NG1171), 1505, 216.80 x 147.60 cm, Drying Oil on Poplar Panel, The National Gallery, London ; il compte parmi les dossiers les plus richement dotés.

« Museum 2.0 – La construction de la participation sociale » par Laetitia Aubin

Mémoire de Master 1 –  Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en septembre 2010

par Laetitia Aubin.

Télécharger :

Memoire Museum 2.0

Networked Humanities: Art History in the Web

Du 9 au 14 octobre 2010, European Research Foundation organise une conférence dédiée à l’histoire de l’art dans l’environnement du Web, à Acquafredda, en Italie.

Since the earliest times, new technologies have contributed to profound scientific advances and have transformed the ways we can do research. It is claimed today that the World Wide Web offers revolutionary models of scientific cooperation, which promise to instantiate a utopian democracy of knowledge. This claim has repeatedly been associated with the development and introduction of a collaborative Web, commonly referred to as ‘Web 2.0’ as well as its offspring, a semantically enriched Web 3.0 still in the making The aim of this conference is to bring together art historians and other researchers (including digital humanists) in order to investigate the intersection between the web and collaborative research processes, via an examination of electronic media-based cooperative models in the history of art and beyond.

The conference will not only be an occasion to exchange ideas and present relevant projects in the field, but,with contributions spanning from art history (and digital art) to philosophy and cultural studies, from psychology and sociology of knowledge to computer graphics, from semiotics to curatorial practices it will offer a unique forum for the representation of both diversified and complementary approaches to the topic of Networked humanities.

Pour en savoir plus