It’s Time ! Les inscriptions sont ouvertes pour le Master Digital Humanities du D.H. Center de University College London.

Le Centre de Digital Humanities de University College London (UCLDH) , nous informe de l’ouverture, dès la rentrée prochaine (septembre 2011), de son Master en Digital Humanities1  Cette offre intervient rapidement au regard de la création récente (automne 2009) de l’UCLDH., l’un des derniers Centres créés. L’offre de ce diplôme témoigne de la progression, au sein du mouvement international des Digital Humanities, non seulement de la préoccupation mais de la mise en place effective de cursus, en amont des centres de recherche. Au gré de « l’établissement » institutionnel disparate des D.H. dans les universités, des initiatives ont été prises pour mettre en place des Doctorats et des Masters mais ils sont encore peu nombreux2.

De ce point de vue, l’avance des universités du Royaume-Uni dans cette voie, et plus particulièrement le voisinage géographique et intellectuel du King’s College, ont sans doute favorisé la création de ce nouveau diplôme, sous la direction de Simon Mahony et Claire Warwick , personnalités engagées depuis longtemps dans la communauté internationale des D.H. comme Melissa Terras qui fait également partie de l’équipe d’encadrement avec Julianne Nyhan .

Outre le fait que l’annonce de cette formation nouvelle peut nourrir les réflexions de toutes celles et ceux qui s’impliquent dans la conception du devenir de nos formations, dans la perspective des Digital Humanities, elle est destinée à informer les éventuels candidat(e)s français(e)s car les candidatures étrangères seront accueillies très volontiers. C’est pourquoi, il s’agit en premier lieu de présenter le cursus de ce Master.

Le Master (MA/MSc) en Digital Humanities est d’abord un nouveau diplôme interdisciplinaire au carrefour des technologies numériques, des humanités3 et du patrimoine. En cela, il concerne aussi bien les étudiants qui se destinent à la recherche dans les humanités que ceux qui opteraient pour des fonctions plus opérationnelles d’ingénierie dans les structures de recherche mais également pour tous ceux qui souhaitent œuvrer dans les domaines connexes de la conservation du patrimoine (archives, bibliothèques, musées) ou de la documentation et de l’édition scientifique. Le Master mobilise les enseignements d’un large spectre de disciplines pour explorer l’application de la technologie informatique aux arts, aux humanités et au patrimoine et produire des applications et des modèles porteurs de nouveaux types de recherche, à la fois pour les disciplines des humanités et à la fois pour les technologies associées à l’informatique. Elles couvrent aussi l’étude de l’impact de ces techniques sur les institutions patrimoniales, bibliothèques, archives, musées et la culture numérique.

L’organisation de ce nouveau cursus bénéficie des atouts académiques, documentaires et des relations établies par l’UCL avec un environnement patrimonial de premier plan. Ainsi le programme proposé mobilise des enseignants issus des départements en arts et humanités, urbanisme environnemental, sciences de l’ingénieur et sciences historiques et sociales. De même, les étudiants inscrits bénéficient des apports de nombreux départements et centres de l’UCL, y compris les collections muséales ainsi que les services des bibliothèques avec leurs collections spécialisées et plus largement, des collaborations de l’UCL avec les nombreuses et prestigieuses institutions patrimoniales londoniennes.

L’organisation du programme.

Le programme permet aux étudiants formés aux humanités d’acquérir les compétences requises en technologies numériques ; il s’adresse aussi bien à ceux qui possèdent des compétences technologiques afin de s’initier aux méthodes de recherche dans les humanités. Le cursus est composé de quatre modules principaux auxquels s’ajoutent quatre autres modules choisis parmi de nombreuses options.

Les modules principaux

  • Systèmes de bases de données

Ce module comprend la théorie, les méthodes et les techniques des bases de données relationnelles ainsi que leur développement ; l’objectif est la maîtrise par l’étudiant du développement de bases de données dans l’environnement du web.

  • Ressources numériques pour les humanités

Ce module aborde de nombreuses questions liées à la conception, la création, la gestion et l’usage des ressources numériques pour les humanités.

  • Technologie de l’Internet

Ce module explore les concepts fondamentaux du balisage des documents (y compris XHTML – Extensible Hypertext Markup Language), l’architecture et le design de sites web ainsi que les problèmes liés à la création et à la mise en ligne de contenus.

  • XML

Ce module propose une approche de XML (Extensible Markup Language), en donnant aux étudiants l’occasion de pratiquer les techniques de balisage, et plus particulièrement leur utilisation dans les situations éditoriales.

Les modules au choix4

offrent une grande variété d’options. Pour donner une idée du spectre couvert, ces enseignements portent sur les sciences cognitives appliquées, le design web, l’anthropologie numérique, l’édition électronique, les SIG en archéologie, la programmation et gestion de serveur, anthropologies du patrimoine et muséologie critique, ou l’anthropologie des jeux et de la simulation, les analyses quantitatives de données, les méthodes d’évaluation d’utilisabilité, etc5 Les étudiants qui souhaitent obtenir un diplôme de MSc doivent choisir des modules optionnels à dominante technique ; les autres sont candidats à l’obtention du MA. Le parcours comprend la rédaction d’un mémoire et l’effectuation d’un stage au sein d’une institution en rapport avec l’objectif poursuivi. Enfin, plus original : le cursus peut être réalisé en une année, ou à mi-temps, en deux ans ; une formule flexible permet même de le suivre en trois, quatre ou cinq ans.

Cette offre intéresse nos étudiant(e)s.

Ce Master mérite toute notre attention d’abord parce qu’il donne forme à la singularité d’un parcours interdisciplinaire, à ce stade clé de la formation à la recherche. Les quatre modules principaux forment un noyau dur d’acquisitions cohérentes avec l’actualisation de l’environnement documentaire et de la publication numériques. A partir de ce corpus central de connaissances et de savoir-faire, de multiples orientations de spécialisation se profilent, grâce aux modules optionnels. Cette formation serait-elle pour autant réservée à des étudiant(e)s qui visent essentiellement l’insertion dans des centres pluridisciplinaires ? On suggère au contraire que nos étudiants auraient tout intérêt à expérimenter ce type de passage pour poursuivre des objectifs ancrés dans les disciplines. D’une part, parce qu’il est encore difficile de redessiner le périmètre de nos formations disciplinaires afin d’y intégrer les objets, les méthodes et les pratiques redéfinis par la culture numérique ; c’est donc le moyen de « rapatrier » des aptitudes à mettre en œuvre dans un cadre disciplinaire donné. Ainsi, si l’on prend l’histoire de l’art pour exemple, tant les moyens et les mises en forme de projets de recherche (création et édition de corpus, mise en œuvre d’outils de traitement et de visualisation des images, et.) que les orientations vers les métiers du patrimoine nécessitent un élargissement des compétences. Même s’il ne s’agit pas de remplacer les informaticiens, les documentalistes ou les éditeurs web, il est question de maîtriser les logiques sous-tendues par ces approches spécialisées car les coopérations réussies requièrent une inter-compréhension d’un nouveau genre. Enfin, on peut sans doute attendre un surcroît d’inspiration créatrice à partir d’un rapport différent des disciplines entre elles ; un regard décloisonné par l’utilisation de solutions transverses pour toutes sortes de problèmes communs : structurer et analyser des données en quantité, adopter des outils de représentation dans l’espace et dans le temps, réfléchir aux enjeux juridiques et sociaux, etc.

Pour conclure. on consultera la page de présentation des Doctorats en cours, à l’UCLDH. On notera la variété des sujets, notamment les ancrages disciplinaires mais aussi l’origine géographique diverse des doctorant(e)s… Pour une information plus complète sur le Master : Guide de l’étudiant avec le programme complet

Pour s’informer ou s’inscrire, contacter :

Further information

Academic enquiries to the Acting Course Director, Simon Mahony (s.mahony@ucl.ac.uk) or Dr Claire Warwick (c.warwick@ucl.ac.uk) Admissions enquiries to Mr Ian Evans (ian.evans@ucl.ac.uk)

Funding

For funding details please visit Scholarships and Funding.

How to apply

To apply online, request a Graduate Application Pack or download the application materials.

  1. Il s’agit d’un Master 2, avec deux dominantes, un MA Master en Humanités ou un MSc Master scientifique. []
  2. la carte n’en est pas établie, comme on peut le voir ici []
  3. La convention adoptée est de garder le terme humanités pour signifier sciences humaines et sociales []
  4. sous réserve de disponibilité et de prérequis []
  5. Se reporter au programme pour prendre connaissance de l’ensemble des modules proposés. []

Séminaire Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

Pour la seconde année consécutive, dans le cadre de sa mission de veille et de réflexion sur les outils numériques, InVisu s’associe avec la revue internationale en ligne de Sens public pour un séminaire autour de ces thématiques. Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

L’ensemble du programme est intéressant ; nous attirons particulièrement l’attention sur la prochaine séance qui se tiendra le 18 novembre 2010, à l’INHA.  Bernadette Dufrene, responsable du Master Recherche Patrimoine, muséologie et numérique –  Université Paris Ouest-Nanterre en collaboration avec l’université Paris 8 )   interviendra sur le thème : Nouvelles formes de la médiation numérique.