ArtHist ou H-ArtHist – Abonnez-vous !

L’équipe des éditeurs/rices de la liste de diffusion H-ArtHist qui a transformé la circulation de l’information scientifique au sein des communautés de l’histoire de l’art internationale, depuis bientôt dix ans, était présente aux trois-quarts ; Godehard Janzing, Daniel Burckhardt, Livia Cardenas, Carolin Behrmann, Robert Felfe, Elisabeth Furtwängler, Rainer Donandt ; ces invité(e)s quotidiens de ma boite e-mail, toujours reçu(e)s avec plaisir et intérêt, étaient incarné(e)s.

L’Institut allemand d’histoire de l’art recevait en effet, ce 14 décembre 2010, les historien(ne)s de l’art parisiens, curieux de rencontrer cette équipe de bénévoles qui s’active sans relâche pour distribuer les manifestations diverses de la vie de la discipline auprès ou plutôt parmi bientôt 10 000 abonné(e)s. En effet, la richesse de cette information réside dans le fait qu’elle est produite par quiconque soumet une information à la rédaction qui canalise, édite et redistribue.

La mise en ligne du nouveau site web ArtHist a fourni l’occasion de cette rencontre. On notera la perte du H-, marque d’autonomie du site à l’égard de H-Net1 ). Au lieu d’organiser une simple opération de relations publiques, nos ami/es allemand/es se sont préoccupés d’entendre leurs collègues français/es et d’échanger avec eux, désormais de plus en plus soucieux des usages du numérique par la discipline.

Après des réunions avec des membres de Terra Foundation for American Art , et de l’INHA , André Gunthert, pour Culture visuelle , François Queyrel, pour Histara , Pascale Dubus, pour le site de l’APAHAU et moi-même pour l’Observatoire critique, avons été conviés à la présentation de nos initiatives respectives de publication en ligne. Cette conversation a permis de mieux cerner la personnalité des différents projets ainsi que les outils d’édition web choisis par les un/es et les autres. Quelques points ont occupé l’attention. Notamment, les variations autour du thème du comité de lecture/comité scientifique : de la reproduction à l’invention de formes plus circonstancielles de collégialité ; la reproduction terme à terme du Comité de lecture ou la mobilisation de prestigieux conseils scientifiques ne garantissant pas toujours l’implication effective des personnalités dans l’exercice de validation. Les outils d’édition différent également : de la plateforme de blogs dotée des fonctions d’échanges du type média social, aux blogs (l’APAHAU est en train d’en concevoir un), jusqu’au CMS plus statique ; toutefois, les systèmes de classement des informations et les relations avec les lectorats tendent vers une offre plurielle de communication, soutenue par les outils de type Web 2.0 : les flux RSS se combinent de plus en plus volontiers aux lettres d’informations et s’ajustent à des intérêts spécifique. Ainsi, Culture visuelle associe son offre RSS aux tags définis par son comité éditorial ; l’observatoire critique la lie à ses catégories.

Le nouveau site d’ArtHist, précisément, propose désormais un flux RSS ainsi qu’un compte Twitter ; se joue ici aussi, la diversification des modes d’affiliation des lecteurs/contributeurs, des rythmes de distribution et des réseaux et pratiques de re-distribution. Au regard de la liste de diffusion, le site représente la mémoire de l’ensemble des informations diffusées ; l’archive complète est classée selon les catégories de l’information distribuée mais on peut également faire des recherches plus fines dans la considérable base de données constituée au fil des ans. Dans ce cas, la recherche est formulée sur l’interface du serveur de l’ensemble des listes de H-Net mais le formulaire de requête permet de circonscrire son objet. Par exemple, sur dix ans de H-ArtHist, si l’on entre le terme Technology, on recueille 21 résultats ! Mais ne soyons pas pessimistes, nous prendrons le temps, une prochaine fois, d’entrer des termes plus précis et en allemand. On peut ajouter que le site donne une vision plus claire et surtout plus dense de la part occupée par les recensions que le fil des e-mails ; elles restent toutefois peu nombreuses et très majoritairement le fait de chercheur(e)s de langue germanique.

Le site n’entre pas en concurrence avec la liste de diffusion : il échoit à chacun de régler son affiliation à cette source exceptionnelle. A ce propos, il était très intéressant et instructif de prendre connaissance de la répartition par pays des abonné(e)s à la lettre de diffusion. Le graphe ci-dessous en donne un aperçu éclairant.

Source H-Arthist

En France, les résultats sont un peu surprenants : à voir l’information distribuée sur les manifestations françaises, depuis environ deux ans, il me semblait que l’on avait pris la mesure, ici, de l’intérêt de ce « faire savoir », au-delà de l’adresse aux locaux. Français, encore un effort !

  1. Cette méta liste à la source, depuis son serveur de l’université du Michigan, de 90 listes en Sciences humaines et sociales dont H-ArtHist []

14 décembre 2010 – Présentation de H-ArtHist à Paris.

H-ArtHist, une source d’information internationale  inégalée pour et par les historiens de l’art,  sera présentée à Paris par ses animateurs.

Présentation de H-ArtHist, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, (Centre Allemand d’Histoire de l’Art), le mardi, 14 décembre 2010 à 18h30.

L’année prochaine, la liste de diffusion H-ArtHist fêtera ses dix ans d’existence, et comptera plus de dix mille abonnés dans des musées, universités et instituts de recherche du monde entier. Dans le cadre du lancement de son nouveau site web, le Centre allemand d’histoire de l’art de, Paris invite la rédaction de H-ArtHist à présenter le projet et à discuter de son développement avec des historiens d’art français.

Introduction: Andreas Beyer, directeur du Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Paris. Seront présents, les membres de la rédaction :Carolin Behrmann (Berlin), Livia Cárdenas (Berlin), Rainer Donandt (Hamburg), Elisabeth Furtwängler (Berlin), Steffen Haug (Berlin), Caroline Philipp (Berlin), Godehard Janzing (Paris), Robert Felfe (Berlin) et le responsable de la base de données, Daniel Burckhardt (Berlin).

RSVP. Lieu : 10 Place des Victoires, 75002 Paris,

Tél +33 (0)1 42 60 67 82 ; Fax +33 (0)1 42 60 67 83

www.dtforum.org/ Renseignements: gjanzing@dt-forum.org

Godehard Janzing: Presentation de H-ArtHist (Paris, 14 Dec 10). In: H-ArtHist, 7 déc. 2010, (accessed 7 déc. 2010), <http://www.arthist.net/archive/628>. arthist.net .

Van Gogh The Letters II – Une recension par Arianna Ciula dans DHQ.

J’avais introduit mon analyse de l’exceptionnelle édition numérique Van Gogh The Letters en déplorant le peu de cas qui en était fait parmi la réception enthousiaste de l’édition imprimée. J’ai découvert, il y a peu, dans la dernière livraison de la revue en ligne Digital Humanities Quaterly1, une recension dédiée à cette réalisation par Arianna Ciula2 , intitulée The New Edition of the Letters of Vincent van Gogh on the Web . Son article commence par un regret analogue !

Afin de comparer les avantages respectifs des deux éditions, problématique centrale de son article,  Arianna Ciula commence par la présentation de  l’édition imprimée dont le sixième volume rassemble les index, les cartes et plans. La possibilité d’une lecture tabulaire  des cinq autres volumes est ménagée dans une certaine mesure, par ce choix éditorial. Toutefois, l’édition numérique s’émancipe amplement des contraintes de manipulation de l’édition imprimée ainsi que de ses nombreuses autres limites : le corpus des images et des écrits dans leurs différentes versions (transcriptions, traductions, fac-similés) n’ont pu être systématiquement intégrés à la version papier.  Sur la base de ce premier  constat, A. Ciula examine les atouts singuliers de l’édition numérique pour relever que cette publication en ligne fait progresser l’édition web des corpus pour la recherche, par sa richesse et les outils dont elle est dotée. On y trouvera nombre de remarques ou conclusions, y compris critiques, que nous avons exprimées ici même. Nous en recommandons la lecture ; y sont notamment détaillés les choix techniques des éditeurs, illustrant les bonnes pratiques en matière d’encodage des documents et le recours à des logiciels en Open source.


  1. DHQ, Fall 2010 http://digitalhumanities.org/dhq/vol/4/2/index.html []
  2. Arianna Ciula est chercheure indépendante, impliquée dans les Digital Humanities, depuis sa formation au King’s College, au début des années 2000. Cf. sa présentation []