Smithsonian Archives of American Art

Le passage de l’année 2010 à 2011 parait singulièrement propice pour rappeler l’intérêt et l’accessibilité de ce fonds d’archives de premier plan qui ne cesse de s’accroître ; la refonte du site web ponctue le passage, à sa façon, en favorisant l’accès clarifié aux documents. Enfin, un blog permet de suivre désormais l’activité de l’institution, en phase avec la tendance « behind the scene » tout en donnant des aperçus emblématiques de la richesse des archives.

A la fin du mois d’octobre dernier, la 100ème collection numérisée était mise en ligne, avec le fonds du sculpteur Hiram Powers (1805-1873). Tandis que ces premiers jours de janvier sont marqués par l’ouverture au public des archives du marchand Leo Castelli (1907-1999).

Rappelons que les Archives ont été créées à Detroit  en 1954 par Edgar P. Richardson, Directeur de The Detroit Institute of Arts, and Lawrence A. Fleischman, jeune collectionneur. L’objectif initial était de constituer un fonds de microfilms d’archives conservées par d’autres institutions. Mais l’archive s’étendit rapidement à la collecte de fonds originaux, en 1970 et rejoignit The Smithsonian Institution, participant dès lors de sa mission d’éducation et de recherche.

Les collections comptent à l’heure actuelle plus de 16 millions de lettres, des journaux personnels et des carnets et albums d’artistes, de marchands, de collectionneurs ainsi que des manuscrits de critiques et de chercheurs, des documents rendant compte de transactions de tous ordres des galeries, de musées, etc. Les documents sont d’une grande diversité : photographies d’évènements et d’acteurs du monde de l’art, croquis et livres d’artistes, estampes, films, audio et vidéogrammes ainsi que la plus importante collection de transcriptions d’entretiens, matériau unique d’histoire orale.

La numérisation des collections est inégale : une part d’entre elles – une centaine, donc parmi 6000 – l’est intégralement alors que la majorité du fonds ne l’est que partiellement. Ainsi, par exemple, seuls quarante-cinq documents de l’archive de Léo Castelli sont visibles in extenso, sur le site, exemplifiant la diversité des matériaux recueillis.

Ces items numérisés parmi les collections qui ne le sont pas intégralement, sont directement accessibles par une entrée, Image gallery, secondée par un moteur de recherche interne.  D’une façon générale, le nouveau site web, a rationalisé les entrées dans cette considérable masse de documents : en premier lieu, un index alphabétique de tous les artistes représentés dans l’archive ; un accès distinct aux transcriptions d’entretiens, pourvu d’un index alphabétique,  Oral History interviews , – les Podcasts n’offrent que des extraits –  ; et une entrée pour  les collections numérisées, Fully Digitized collections.

Les collections intégralement numérisées comprennent des fonds de plusieurs milliers à plusieurs centaines de milliers de documents, comme par exemple, le fonds du marchand Seligmann & Co. !

La présentation des collections suit un agencement systématique, servi par deux onglets. Le premier procure un accès direct aux dossiers (Series), – une image permet de déplier chacun d’entre eux –  accompagnés d’une petite notice générale dans laquelle sont mentionnés mécènes et dates de la numérisation. Un autre onglet, More about the collection : propose des développements contextuels et descriptifs importants : une notice historique et biographique, un aperçu de la composition et de l’intérêt de l’ensemble de la collection, la présentation de son classement, la liste des termes d’indexation qui lui ont été attribués, noms et sujets ; le mode d’indexation manifeste que l’ensemble des archives écrites a fait l’objet d’une numérisation sur le mode image, sans usage de reconnaissance de caractère (OCR). Suivent, la provenance et le statut juridique des originaux et enfin le descriptif détaillé de chaque boite composant chaque dossier.

L’ensemble de cette longue page d’informations, comprenant des liens d’accès, peut être récupérée sous la forme d’un fichier PDF.

On remarque que les documents présentés dans le cadre de ces collections numérisées ne sont pas assortis de légendes ; le descriptif évoqué s’avère d’autant plus précieux. En revanche, les documents numérisés, présentés dans le cadre de Image Gallery sont tous légendés.

Cette description minutieuse des boites d’archives s’applique aussi, évidemment, à l’ensemble des fonds non numérisés. Doit-on plutôt dire : « non encore numérisés » ? Il semble que les efforts tendent vers une numérisation massive. Les partenaires se succèdent, au fil du temps, pour permettre la mise à disposition de ces archives, ressource prodigieuse pour les historiens de l’art. Ainsi, parmi les plus notables, The Samuel H. Kress Foundation a apporté son soutien à de nombreux projets dont la numérisation du fonds de la maison Seligmann qui a pourvu de fameuses collections américaines… dont celle de S.H. Kress ; The Terra Foundation for American Art semble avoir pris le relais.

De l’inventaire papier au catalogue régional des collections en ligne – Le cas de la région Centre par Marie-Angeline Pinail.

Mémoire de Master 1 –  Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en juin 2010.

Télécharger :

Mémoire

Mémoire _Annexe n°1 – Les visuels

Mémoire Annexe n°2 – Enquête 2010 – les réponses des musées de la région Centre

Vers les cabinets d’estampes en ligne : Le cas du Virtuelles Kupferstichkabinett

La base d’estampes Virtuelles Kupferstichkabinett compte déjà trois ans de vie sur la toile. Le projet mené conjointement par la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel et le Herzog Anton Ulrich-Museum de Braunschweig a été lancé en 2007, avec l’objectif d’abriter un cinquième des collections de ces institutions.  Financée par la DFG1 et en coopération avec le Bildarchiv Foto Marburg, la base compte aujourd’hui 37.996 items2 ; l’objectif de 40 000 images, fixé pour mars 2011, est donc en passe d’être atteint.

Ce fonds extraordinaire est principalement constitué de la collection d’estampes des Ducs de Braunschweig-Wolfenbüttel. Il couvre cinq siècles de production, allant du XVème jusqu’à au milieu du XIXème siècle. Une des collections de plus importantes en Europe, on y trouve toutes les techniques, de la gravure sur bois à la lithographie en passant par le burin, l’eau-forte et la gravure à la poupée. De même, l’éventail des thématiques est très large, couvrant des domaines classiques comme la religion, l’histoire et la mythologie mais également des domaines plus insolites, comme l’anatomie, l’ornement et les scènes de fêtes.

Élégance et simplicité

La mise en page du site, sobre et minimaliste, est avant tout dictée par le souci de l’ergonomie et l’aisance de la navigation. En effet, les recherches sur les estampes sont souvent assez complexes, à cause d’éditions et de copies multiples, d’artistes anonymes et d’œuvres non-identifiées. Par conséquent, le choix a été fait, de proposer d’emblée un formulaire de recherche multicritères en guise de page d’accueil, afin de favoriser l’accès à l’information. Une présentation synthétique ajoute à ce parti-pris de clarté en donnant les clés nécessaires à une recherche instantanée, par l’emploi des opérateurs ou des index.

Figure 1 : La page d’accueil offre un accès direct aux options de recherche.

Comme son nom l’indique, le site se veut un cabinet d’estampes virtuel, un espace de travail dédié, composé de l’essentiel : un corpus et des outils de consultation.  Le choix des couleurs (des tons de gris) par ailleurs, malgré son apparente simplicité, sert lui aussi la meilleure visibilité des estampes qui sont, dans leur grande majorité, en noir et blanc.

Nous distinguons deux menus dont les vocations différentes sont marquées par leur emplacement. Le menu que l’on appellera ici « externe », placé en haut à droite, hors du cadre de consultation, renvoie vers des informations générales sur le projet, les termes techniques employés, l’utilisation de la base et les crédits.

Le menu « interne » est, quant à lui, épuré et ergonomique : en effet, les trois onglets (« search options », « results » et « object »)3 structurent de manière essentielle l’espace de travail. Comme on le verra, les deuxième et troisième onglets communiquent entre eux pendant chaque session de recherche.

Des options de recherche adaptées

La recherche peut être simple ou multicritères, avec la possibilité de combiner trois critères au maximum parmi de nombreuses options. Les combinaisons donc sont variables, adaptées à toute sorte de requête. Le site propose, entre autres, la recherche par référence bibliographique, une pratique que l’on trouve aussi dans la base de données du British Museum, et qui s’avère particulièrement utile pour les recherches dans le domaine car le nombre d’exemplaires, les différents états d’une estampe et la question de l’attribution, imposent le recours aux catalogues de référence, comme le Bartsch ou le Hollstein.

Les termes du vocabulaire contrôlé ont fait l’objet d’un traitement bilingue : pour certaines catégories, comme la technique, le support ou le procédé d’impression, il est possible de choisir le terme en anglais ; ce dernier sera alors traduit automatiquement en allemand. Les champs « sujet » ne figurent pas encore dans la liste des catégories traduites, la quantité des données représente probablement un frein à cet effort multilingue. Cependant, nous regrettons que le choix de la langue doive être répété à chaque rafraîchissement de la page.

Les résultats des requêtes s’affichent par défaut par pages de dix vignettes mais on peut augmenter leur nombre jusqu’à cent. Au vu du nombre des résultats obtenus, on peut décider de modifier le nombre de vignettes à afficher. Contrairement à l’affichage par liste, les vignettes permettent d’en sélectionner plusieurs à la fois. De plus, la communication entre l’onglet des résultats et celui de la vue détaillée organise le travail entre le tri et l’observation de la sélection : on peut à tout moment revenir aux résultats, et sélectionner une autre planche à observer.

Une présentation scientifique

L’affichage de chaque item se compose de deux parties : à droite l’image, à gauche la notice. Celle-ci, structurée par champs, offre les informations disponibles sur l’objet. Les données se présentent par catégories, séparées par une fine ligne grise qui les ordonne. Les informations concernant le lieu de conservation (à la fois physique et virtuel) et la provenance, sont suivies par les données d’identification (titre, auteurs), de production et les repères techniques. La seconde partie de la notice fournit des informations supplémentaires, résultat d’un travail de documentation considérable : appartenance à une série, références bibliographiques, descripteurs, inscriptions et notes de la conservation.

Cette dernière partie de la notice varie en longueur selon les cas et l’état de la recherche sur chaque objet. La précision qui en résulte témoigne de la collaboration réussie entre le musée et la bibliothèque, point sur lequel a insisté le conservateur du musée Anton-Herzog, Thomas Döring, à l’occasion de la conférence CODART 20104 .

Croiser et ouvrir : le souci des métadonnées

Mais au-delà de la qualité et de la quantité d’informations offertes pour chaque objet de la base, l’aspect le plus décisif, est le croisement des collections. Grâce aux hyperliens dans plusieurs champs de la notice (ancien possesseur, auteur(s), lieu de production, technique, sujets, titre de la série) la navigation est rendue fluide, intuitive et surtout, permet d’acquérir une vision d’ensemble à partir d’un critère précis. Ainsi, le chercheur n’a pas seulement une vue simultanée de l’image et de l’information, mais aussi un aperçu d’une pluralité de liens possibles avec le reste de la collection.

Figure 2 : Le croisement par séries d’estampes

Ceci présente un grand intérêt dès lors qu’on sait que les estampes qui font partie d’une série peuvent être consultées comme un ensemble. Ainsi, il devient possible de restituer ces objets dans leur composition originelle et de saisir, selon le cas, les continuités ou les variations dans une suite de gravures.

Une possibilité de croisement supplémentaire, qui sera bientôt activée, est le regroupement par unité matérielle, en d’autres termes par recueil d’estampes. En effet, les estampes font souvent partie de recueils confectionnés par les collectionneurs. Leur contenu est très variable et surtout unique, rassemblant des créations d’un ou de plusieurs artistes, des séries entières ou pas. L’intérêt d’une telle possibilité tient entre autres à l’histoire du collectionnisme et au développement de l’histoire du goût.

Il est devenu courant d’utiliser Google maps pour localiser les lieux de production des collections en ligne, comme par exemple, dans le cas du Victoria & Albert Museum. Dans le cas présent, cet outil de localisation est employé pour situer les lieux représentés dans les gravures mêmes. Or, pour l’instant, ça n’est que la ville de référence qui est représentée mais nous imaginons que cet aspect évoluera avec le temps, pour indiquer par exemple l’emplacement d’un bâtiment particulier au sein d’une ville ou d’une région. Dans ce cas, la vue contemporaine d’un endroit aidera à la meilleure compréhension de l’image, notamment si le lieu représenté n’existe plus ou bien si son état s’est modifié.

L’ouverture de la base grâce aux métadonnées constitue un autre aspect fondamental de ce projet. Plusieurs démarches ont été suivies,  marquées par la volonté de rendre ce corpus outillé compatible avec un grand nombre de méta-catalogues. Pour une part, la description des images est effectuée avec le thésaurus Iconclass , ouvrant ainsi la base à une indexation universelle. L’interopérabilité avec d’ autres catalogues ou des méta-catalogues employant les mêmes normes, est ainsi assurée, permettant surtout une recherche indépendamment de la langue utilisée. La base est en outre indexée selon les principes d’Open Archives Initiative, favorisant l’exportation des données dans les formats de description  Dublin Core et museumdat.

Un dispositif pour comparer et examiner

En ce qui concerne la présentation des images elles-mêmes, celles-ci sont conventionnellement accompagnées d’une échelle métrique et chromatique (tons des gris), instruments garantissant un affichage optimal.

La technologie de grossissement très répandue, Zoomify, outre le fait de s’appliquer à des images de haute résolution, se trouve ici habilement exploitée. Le pictogramme de deux loupes en bas de l’écran de sélection déclenche un comparateur d’images, permettant la visualisation simultanée des images choisies parmi les résultats de la requête. Le zoom n’est plus une simple « loupe » numérique ; il devient un dispositif d’observation scientifique, un véritable outil qui se prête à l’usage et aux besoins de celui qui le manipule.

Figure 3 : L’outil de comparaison et les menus déroulants

Deux tablettes permettent donc d’observer et de comparer simultanément deux estampes, ce qui est très utile quand, par exemple,  on souhaite étudier les différents états d’une même estampe. Mais le dispositif se prête à d’autres manipulations adaptées à l’étude d’un corpus. Ainsi, puisque l’on peut sélectionner autant d’images que souhaité parmi les résultats de notre requête, des menus déroulants sous les écrans de zoom laissent à portée de « main » les images choisies, ainsi disponibles pour un examen alterné. Plusieurs jeux de comparaisons sont possibles en variant les images, sans qu’il soit nécessaire de quitter l’écran de travail. Les deux tablettes de zoom, permettent en outre d’observer différentes parties de la même estampe en variant les niveaux de zoom et en dirigeant la « loupe » sur différents endroits de l’image.

Bien exploiter le numérique, cela signifie aussi procéder à des recompositions d’éléments épars, difficilement accessibles. Ainsi, la bibliothèque possède un exemplaire rare, colorié à la main, de l’Arc de Triomphe réalisé par Albrecht Dürer en 1517-18 pour Maximilien Ier. Il s’agit d’une estampe monumentale, composée de 192 gravures imprimées sur 36 planches, mesurant en tout 3.5 x 3 m. Le numérique permet en l’occurrence d’avoir, à la fois l’image d’ensemble, mais aussi les planches individuelles. Si l’on ajoute à cela la présence du comparateur, les combinaisons d’observation se démultiplient. Ainsi, on peut zoomer afin de lire la légende d’un côté, et utiliser l’autre écran pour naviguer dans les parties auxquelles fait référence cette dernière, ou bien garder une vue d’ensemble pour mieux saisir la place du détail dans la narration ou dans la composition.

Figure 4 : À gauche, l’arc de Triomphe de Dürer reconstitué ; à droite deux usages possibles du comparateur d’images (montage).

La cohabitation du texte et de l’image

Une partie des estampes proposées dans la base contiennent aussi du texte. La mise en ligne de tels objets soulève nombre de questions liées à cette particularité de la cohabitation texte/image. Le texte doit-il faire objet d’une transcription et si oui de quel format ? Quand est-ce qu’une traduction est jugée nécessaire ? Quels outils pour rendre possible l’appropriation du texte ? L’édition numérique des Lettres de Van Gogh a récemment tenté de proposer des solutions en ce sens5 .

L’image ne peut pas être traitée comme un texte et vice versa. L’étude d’un incunable comme la Biblia Pauperum6 présuppose la possibilité de se rendre compte de la linéarité du texte ainsi que des liens narratifs établis entre les images tout au long du livre. Autrement dit, l’aspect matériel joue ici un rôle primordial et le besoin de consulter l’ouvrage dans son intégralité s’impose. Dans l’exemple en question, un lien dans les notes renvoie à un tel dispositif. Pour l’instant les ouvrages numérisés intégralement restent limités, mais cette possibilité s’inscrit pleinement dans les ambitions du projet pour l’avenir.

Figure 5 : Une planche de la Biblia Pauperum et le lien vers l’exemplaire numérisé en intégral

Cultiver le dialogue

Avant la mise en ligne des bases d’images contenant des estampes, la recherche dans le domaine était fastidieuse et peu gratifiante. Une référence renvoyait, dans le meilleur des cas, à une reproduction dans les catalogues de référence, tels que Bartsch et Hollstein, avec le risque de ne pas trouver une reproduction mais une simple légende avec les informations élémentaires. Depuis le lancement de la base du British Museum en 2007, il devient de plus en plus évident que les pratiques de la recherche basculent vers l’accès plus direct à l’image. Des projets comme le Virtuelles Kupferstichkabinett confirment cette tendance. Le numéro de Bartsch ou de Hollstein et le nom de l’artiste sont augmentés d’un éventail de critères considérablement plus vaste ; le croisement des collections devient plus flexible et l’offre de documentation gagne en qualité.

Dans le cas étudié ici, la présentation de l’information est le résultat heureux d’une véritable synergie entre le savoir-faire d’une bibliothèque et celui d’un musée, combinée avec l’exploitation adéquate des outils offerts par le numérique. La prise en considération des pratiques de la recherche est également affirmée. Outre les aspects déjà mentionnées, chaque image peut être téléchargée au format PDF accompagnée de sa notice, comme présenté à l’écran, une sorte de fiche prête à être archivée. Néanmoins, il reste encore de la marge pour des améliorations. Ainsi, nous regrettons l’absence d’un espace de travail personnalisé où l’internaute pourrait mettre de côté ses estampes afin d’y revenir ou du moins les garder à portée de main ; de nouvelles comparaisons nécessitant une requête avec des critères différents en seraient facilitées.

En mars 2010, dans le cadre de la conférence organisée par CODART7 tenue à Rotterdam, Antony Griffith, conservateur du département de dessins et d’estampes du British Museum, soulignait que la numérisation pouvait mettre fin au dépérissement des collections d’arts graphiques, faute d’être communiquées au public ; toutefois,  il en indiquait l’urgence : « On ne peut pas préserver seulement pour l’avenir, parce que de cette manière l’avenir n’arrivera jamais »8 . Un an plus tard, en mars 2011, date d’achèvement du projet initial du Kupferstichkabinett, ses responsables organisent une conférence, qui portera sur l’avenir des bases d’images d’œuvres graphiques9 . Cette initiative nous parait important. D’une part, nous remarquons la prise en compte progressive des besoins différents de chaque domaine artistique, ce qui conduit  à la création d’outils adaptés ; d’autre part,  les échanges entre les protagonistes de la numérisation, dans le domaine des arts graphiques, sont développés. Le partage d’expérience entre institutions et l’explicitation des principes ayant guidé leurs choix, conduiront sans doute à l’évolution des pratiques numériques et au renouvellement de la recherche dans ce domaine.

  1. Deutsche Forschungsgemeinschaft, l’agence allemande pour la recherche. []
  2. Le nombre ne cesse d’augmenter. []
  3. Le site a été exploré principalement dans sa version anglaise, afin d’évaluer son accessibilité. []
  4. Le texte de son intervention peut être consulté et téléchargé sur le site de la conférence. []
  5. Cf. L’article de l’Observatoire Critique. []
  6. Inv. 1 Xylogr. (1) []
  7. Curators of Dutch and Flemish Art []
  8. A. Griffith, “Collections online: the experience of the British Museum”, actes coll., Digitization: Blessing or burden?”, Rotterdam, mars 2010. « Everything cannot only be kept for the future, for then the future will never arrive » (traduction personnelle). []
  9. Le programme préliminaire peut être téléchargé ici. []

Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Séminaire doctoral.

Programme

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.

Meilleurs voeux pour 2011

Élisabeth Doulkaridou, nouvelle contributrice de l’Observatoire critique, Cynthia Pedroja et moi-même accompagnons nos vœux de cette mise en images marquante de l’année qui s’achève. Le glorieux bâtiment de Franck Lloyd Wright, revêtu de sa peau Youtube, a illuminé, le temps d’une nuit, la perméabilité établie entre le Guggenheim et le web. Une figure emblématique des liens qui se tissent entre les musées et la culture numérique. 2011 ne sera pas de trop pour penser à ce choc des cultures, dans un de nos domaines de prédilection. Heureuse année à toutes et tous !