« L’informatique au service des évaluations en conservation préventive dans les musées », par Marie Claverie.

 

 

Mémoire de Master 1

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, soutenu en juin 2012.

 

Télécharger

 

Université d’été des Digital Humanities – A Leipzig du 23 au 31 juillet 2012.

Une démarche à développer : l’université européenne d’été des Digital Humanities. La troisième initiative européenne du genre, se tient à l’université de Leipzig, du 23 au 31 juillet 2012, grâce à Elisabeth Burr1. Ce sont 75 participants, venus d’Europe et au-delà, étudiants, doctorants, post-docs, ingénieurs, enseignants chercheurs, bibliothécaires investis impliqués dans les enjeux théoriques et pratiques de l’application des méthodes informatiques aux domaines variés des humanités et du patrimoine (bibliothèques, archives, musées).

L’université d’été offre l’opportunité d’échanger, d’apprendre ou de se perfectionner dans les problématiques des Digital Humanities, et embrasse de nombreux aspects : du traitement des données et l’édition des documents aux enjeux scientifiques et culturels plus généraux. Un programme intensif, durant 9 journées, propose la participation à des ateliers, des conférences quotidiennes, des tables rondes, des sessions de présentations de projets et de posters. Impliquée, cette année, dans le comité de programme, j’ai le plaisir d’y animer un atelier.

Le cursus des ateliers donne droit à des ECTS… et des bourses sont disponibles. La date limite d’inscription est le 15 juin.  On trouve toutes les informations détaillées sur le programme, les conditions d’inscription et toutes sortes d’autres choses, sur le site de l’ESU C&T.

Un été germain, décidément. Après Hambourg, où je participe la Conférence des Digital Humanities, direction Leipzig !

  1. Prof. Dr. Elisabeth Burr, Französische / frankophone und italienische Sprachwissenschaft Institut für Romanistik, Universität Leipzig. []

Colloque Patrimoines et humanités numériques : quelles formations – Le programme

Jeudi 21 juin 2012
 Matin
 
9h 30 Accueil
10h Agnès Magnien, directrice des Archives nationales
Président(e) Paris 8
10h30 Bruno Racine, Président de la BnF et d’Europeana
11h Introduction au colloque : Bernadette Dufrene, Université Paris 8
 
Conférences inaugurales
Krystof Pomian, Directeur de recherches honoraire au CNRS,
Professeur émérite à l’Université Nicolas Copernic de Torun,
« Le patrimoine en crise »
 
Michel Melot,  Conservateur général honoraire des bibliothèques,
« Patrimoine numériqueou antipatrimoine ? »
 
Bernard Schiele, UQAM, « Les temps du patrimoine »
 
Après-midi
 
Le numérique émancipateur : partager le savoir en formation(s) ?
Président de séance : Rémi Labrusse, Université Paris Ouest
14h 30 : Patrick Bazin, Directeur de la BPI, Indexation sociale et patrimonialisation
 
15h : Peter J. Schneemann, Université de Berne, Documentation as dynamic and
anti-hierarchical public process
 
15h30 :Vincent Puig, IRI, Centre Pompidou, Digital studies : enjeux d’organologie
pour de nouvelles pratiques collaboratives
 
16h :Yves Abrioux, Université Paris 8, Kenneth J.Knoespel, GeorgiaInstitute of Technology,
Un musée à venir : What did we learn from the Louvre-Atlanta Exhibitions ?
 
 Pause
 
17h :Trevor R.Getz, San Francisco State University, Thomas G. Padilla,
University of Illinois at Urbana-Champaign, Subjecting World History
 
17h30 : Bernard H Bayerlein, « Humanités numériques, web sémantique
et préservation des archives du communisme comme agenda européen :
le projet ICSAP du Centre d’histoire contemporaine de Potsdam (ZZF) et
l’activité de l’Association pour la promotion des archives auprès du Bundesarchiv (VFA). »
 
18h : Valérie Guillaume, MNAM, Centre Pompidou, La veille en prospective industrielle
 
 18h30 : soirée libre
 
 Vendredi 22 juin
 
Matin
 
9h30 :Introduction Emmanuelle Bermes, «désintermédiation, réintermédiation :
les métiers du patrimoine à l’épreuve des données numériques »
 
10h- 11h15 : Tables rondes : Méthodologie : quels préalables ?
 
Identifier les fonds, critiquer les sources, consulter les populations
Présidente de séance : Corinne Welger-Barboza, Université de Paris 1.
 
Gérard Regimbeau, Université Montpellier 3, La critique des sources de l’image
à l’heure des humanités numériques
 
Kamel Boukerzaza, Université Mentour-Constantine, Zoubir Belhouchet,
Université Badji Moktar-Annaba, Conservation et sauvegarde du
patrimoine manuscrit en Algérie : réalités, expériences, propositions
 
Tublu Komi ; Musée national du Togo, gestion numérique et valorisation
scientifique des archives photographiques au musée national du Togo
 
Meredith Brinker Ferguson, Tufts University, Digital Repatriation of Maori Cultural Heritage
Adel Ben Hassine, Université Tunis, Tic, culture, territoire : entre médiation et numérisation
 
Relocaliser les savoirs
Président de séance : Manuel Zacklad, CNAM
 
Jessica Fevres – de Bideran , Université Bordeaux 3, Patrick Fraysse, Université Toulouse,
Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques :
le cas des « monuments augmentés »
 
Soumaya Gharsallah-Hizem, Institut National du Patrimoine de Tunis, La photographie numérique
comme outil de documentation de l’espace bâti : pour la création d’archives numériques sur l
’espace muséal, les expositions temporaires et le patrimoine bâti
 
Gwenaëlle de Kerret , Charlotte Guadetc Université Paris 8, Interface de consultation des
ressources numériques.
 
Christophe Barret, Jean-Pierre Fournie, Archives nationales, Interculturalité et ressources
pédagogiques en ligne aux Archives nationales
 
Florent Laroche, Benjamin Hervy, LUNAM Université, Ecole Centrale de Nantes,
IRCCyN UMR CNRS 6597, Projet Nantes 1900 : les nouvelles technologies au service
de la capitalisation des connaissances et de la valorisation du patrimoine historique
 
Documentation et formes de collaboration :
Président de séance : Madjid Ihadjadene, professeur, Université de Paris 8.
 
Joséphine Simonnot, CREM-LESC UMR, Telemeta, une plateforme collaborative pour les archives
sonores de la recherche
 
Camille Paloque Berges, Université Franche Comté, Automédiation des documents des archives
de réseau : de l’héritage mémoriel au patrimoine
 
Alexandra Reynolds, Kingston University , Rebirth of the curator : crowdsourcing and the
digital archive
 
Anne Both, Guillaume Garcia, Le chercheur, l’archiviste et le webmaster : la polyphonie patrimoniale?
Le cas BEQuali, banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales
 
Muriel Flicoteaux et Harumi Kinoshita, Innovation et réseaux à la Cité Nationale de l’Histoire de
l’Immigration et au Louvre – DNP Museum Lab : vers de nouveaux modèles de coopération ?
 
 11H30 Formations « Patrimoines et humanités numériques »
Présidente de séance : Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales,
De la formation à l’expérimentation : la dynamique élémentaire des humanités numériques.
La dimension internationale :
 
Samia Chergui, Directrice de l’Ecole de restauration et de conservation des biens culturels d’Alger,
Nacera Benseddik, Education informelle et patrimoine, Ecole de restauration et de conservation
des biens culturels d’Alger, Patrimoine et formation en Algérie: bilan et perspective.
 
Bruno Favel, Caroline Gaultier-Kurhan, Ministère de la Culture et de la Communication,
www.e-patrimoines.org, une formation continue à distance au service de l’enseignement
du patrimoine dans l’espace francophone
 
 Les formations en France:
 
Christine Benevent, Cécile Boulaire, Marie-Luce Demonet, Université Tours,
Bibliothèques virtuelles humanistes
 
Florence Clavaud, Ecole nationale des chartes, Le master « technologies numériques appliquées
à l’histoire » de l’Ecole nationale des chartes : principes et premier bilan
 
Les formations de l’Idefi CreaTIC (Paris8-Paris10) :
Master Archives, Paris 8 / Catherine Verna, Marie-Cécile Bouju
Master Médiation culturelle, patrimoine et numérique (P8-P10) : Bernadette Dufrêne, Rémi Labrusse
Master Textualités augmentées, P8, Yves Abrioux, Alexandra Saemmer
 
Après-midi
 
Penser corpus et publics
Président de séance : Gennaro Toscano, INP.

 14h30 : Paul Bertrand, CNRS, Anne-Marie Turcan-Verkerk, EPHE, Biblissima
 
15h : Michèle Brunet, Université Lyon 2, Rencontre des institutions et refondation des
disciplines grâce à la publication numérique : l’exemple de la collection des inscriptions
grecques du Musée du Louvre
 
15h 30 : Charlotte Denoël, chef du service des manuscrits médiévaux, BnF,Matthieu Bonicel,
Conservateur responsable de l’informatisation et de la numérisation, département des manuscrits,
BnF, Europeana Regia 2010-2012 : bilan et perspectives
 

Pause

16h 30- 17h30 Table ronde : Dispositifs numériques et formes de participation
Présidente de séance, Dominique Ferriot, Cnam.

Nicole Denoit, Université Tours, Le musée et « l’œuvre ouvert » : une descendance du
Musée imaginaire ?
 
Michèle Gellereau et Juliette Dalbavie, GERiiCO, Université Lille 3, Numérisation du patrimoine,
médiation culturelle, pratiques culturelles des publics : comment saisir l’évolution des processus
de patrimonialisation ?
 
Benjamin Barbier, Université Paris Ouest, Culture et jeux interactifs : un nouveau mode de relation
avec le patrimoine
 
Vincent Giraudier, responsable du département historial Charles de Gaulle au musée de l’armée,
La mise en musée d’un patrimoine numérique : l’historial Charles de Gaulle
 
17h30-18h30 L’expérience du WEB participatif dans les Archives départementales :
quels publics, quels partenariats, quelle répartition des rôles ? Edouard Bouyé (AD Cantal),
Thierry Heckmann (AD Vendée) et Pascal Even (SIAF) – modération et synthèse
 
Dîner
 
Samedi 23 juin
 Matin
 
Nouveaux acteurs, nouveaux enjeux
Présidente de séance : Ghislaine Charton, Cnam.
 
9h30 : Arnaud Beaufort, BnF, Les institutions patrimoniales, acteurs de l’économie de l’information
 
10h : Laurent Manoeuvre, Ministère de la Culture, Le musée numérique, un enjeu de société ?
 
10h30 : Anne Krebs, Musée du Louvre : la reconfiguration des métiers au regard du numérique
 
 Pause
 
11h 15: Bruno Ory Lavollée,  Cour des Comptes, La maîtrise des gisements patrimoniaux
 
11h45 : Philippe Barbat, directeur adjoint, Service interministériel des Archives de France,
La réutilisation des données publiques : retour sur expérience et synthèse
 
12h 15: Johnny Antonio Pabon Cadavid, Victoria University of Wellington, New Zealand, Legal Deposit and Copyright in New Zealand and Columbia : two different worlds of digital heritageConférences de clôture12h45
Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique
Eric Gross, BNF.
Plus d’informations et Inscriptions

Formation à la culture des ressources numériques – Une sélection des travaux étudiants 2012.

Depuis trois ans maintenant, un cours sur la Culture numérique est venu compléter des Travaux Dirigés qui ont été instaurés, à la rentrée 1999, en 2èmeannée de Licence, à l’UFR d’histoire de l’art et archéologie (université Paris 1). L’équipe des chargé/e/s de cours et moi-même1, sommes heureux de présenter une sélections des meilleurs travaux réalisés par les étudiant/e/s, ce second semestre de l’année 2012. Des blogs qui méritent d’être signalés et consultés comme autant de ressources nouvelles, sur des sujets choisis par les étudiant/e/s.

Quelques mots sur la formule de ces formations. Depuis le début, je les ai orientées vers la découverte, la description et l’analyse des ressources en ligne pour l’histoire de l’art et l’archéologie2 ainsi que leur appropriation, par le moyen d’outils numériques. Il s’agissait d’engager les étudiants dans de nouvelles pratiques d’étude, en favorisant les réflexions sur la culture numérique. Ce cadrage général s’est maintenu, au fil des années, tout en intégrant les évolutions du web. Ainsi, notamment, les compétences d’édition (blog) et de partage (plateformes d’images, gestionnaires de signets, etc.) se sont imposées pour donner forme à la gestion des ressources numériques de tous ordres, afin de documenter les travaux dans la discipline. La formation privilégie l’emploi d’outils ouverts ainsi que la mise à disposition des résultats auxquels les étudiant/e/s parviennent ; une pédagogie de projet sert de support au travail collaboratif de petits groupes constitués autour d’un sujet.

Quant au cours magistral, il donne à comprendre le web  comme l’environnement dans lequel l’étudiant, l’enseignant et le chercheur travaillent désormais ; les ressources utiles n’y sont pas seulement offertes dans un immense réservoir, mais en font partie intégrante. Ce qui implique, par exemple, de s’initier aussi bien aux enjeux du fonctionnement de Wikipédia, de l’identité numérique, des caractéristiques du numérique au regard de la culture de l’imprimé  ou encore aux questions ouvertes par le mouvement des Digital Humanities.

Une part non négligeable des réalisations des étudiants a rempli le cahier des charges des TD :

–         en rassemblant des ressources de qualité, établissant souvent une passerelle entre ressources émanant de scientifiques(institutions patrimoniales, académie, blogs de spécialistes) et d’autres publications écrites et audio-visuelles, disponibles sur le Web ;

–         en rassemblant et indexant ces ressources grâce à un gestionnaire de signets en partage (Delicious) ;

–         en constituant des porte-folios d’images ;

–         en sélectionnant des flux d’informations permettant de suivre l’actualisation d’informations et de documents sur leur sujet et son contexte ;

–         en articulant la présentation des ressources et leur classification documentaire avec le traitement de leur sujet.

Nombre de blogs ont rempli ces critères mais souvent de façon partielle, manifestant de grandes qualités, dans un registre ou un autre. Aussi, les blogs sélectionnés se distinguent-ils par le fait d’avoir intégré plus complètement des diverses exigences de ce cahier des charges.  Au-delà de la gratification que cette sélection représente pour les étudiant/e/s, la valorisation de ces quelques réalisations a  une vocation exemplaire pour la suite de cette formation et ses perfectionnements. Car les résultats permettent d’ouvrir de nouvelles questions pour le devenir de ces pistes de travail qui évolueront forcément à l’avenir.

Un dernier mot pour dire que ma satisfaction de ces résultats est d’autant plus grande que, ce semestre, je n’ai pas pris part directement à la formation3. La relève est assurée, brillamment assurée.

Archéologie subaquatique

Par Philippe Boulaire, Alicia Espinosa, Lou Octavia Morch, Chloé Rouzier.

Les soldats de terre de Qin Shi Huang

Par Marion Boudou, Aziliz Gautier, Fanny Ichar Ladoux, Elisabeth Kroub-Barrière.

 

Art contemporain et identité - l'expression de la quête identitaire chez Urs Lüthi, Orlan, et Frida Kahlo

 Par Elise Bernier, Annaëlle Lecry, Kimia Ravari.

La plume dans la société aztèque - Attributs et enjeux de la plume dans la civilisation aztèque à la période post – classique

Par Paola Montagna, Armelle Pascaud, Thomasine Zoler.

 

L'influence de la peinture dans les débuts du cinéma

Par Aicha Farman-Farmaian, Sarah Hatziraptis, Linda Zheng, Amandine Cappelier, Liudmila Timchenko.

Veronese ou la Théâtralité - Un espace scénique entre sacré et profane.

 Par Nathalie RAINE, Maréva U, Maud CHOINARD.

 

Les Pieta de Cosmé Tura - Un exemple emblématique de l'art à Ferrare

Par Anna PAGOWSKA, Julia MAILLARD et Héloïse DEBEUSSCHER.

Rothkocolorfields - Mark Rothko et la couleur

    Par Sophie GALLET, Anna TARASSACHVILI, Margaux HELD.

Autour de l'Olympia de Manet

Par Youna SEVESTRE, Morgane GOUZIEN, Cathleen ROBITAILLE.

Les Guerrilla Girls - Reinventing the "f" word : feminism !

Par Clémence BONELLO, Margaux GAYET.

 

 

 

  1. Marc Aufraise, Doctorant en Histoire de la photographie, université Paris 1 ; Antoine Mazières, Coordinateur du programme de Licence Frontières de vivant, université Paris Descartes, Responsable de Fabelier ; Areti Damala, Post-doctorante – Chef de projets en Informatique et Ingénierie Culturelle, Centre d’Etude et de Recherche en Informatique et Communications (CEDRIC), CNAM ; Cécile Joyet, Master 1 Histoire de l’art de la Renaissance, université Paris 1. []
  2. En L2, les disciplines forment encore un tronc commun. []
  3. En congé recherche ; c’est Marc Aufraise qui m’a remplacée en amphi et l’équipe enseignante a montré de sérieuses propensions au travail collectif, à cet esprit collaboratif qui fait la marque de cette formation, depuis ses débuts. []