Arts numériques – Questions d’exposition et de conservation – Luc Dall’Armellina le 7 mars

Le 7 mars 11, nous recevrons Luc Dall Armellina

Luc Dall Armellina est enseignant de design hypermédia, à l’Ėcole des beaux-arts de Valence depuis 1999 ; chercheur associé au Laboratoire Paragraphe (EA349) de l’université Paris 8, il anime le groupe Hypertexte et il assure également des cours « arts et technologies contemporaines », à l’université technologique de Compiègne

Son travail théorique s’accompagne d’une pratique artistique dont l’image, le langage et la philosophie forment le socle des expérimentations numériques.

Ses travaux en cours : flu#3, lecture performative musicale langagière [ en cours d’écritures] ; flow#2 (juin 2009), lecture performative musicale narrative [ pas encore en ligne ] ; flog#1 (mars 2008) flux + blog = flog = lecture performative musicale emballée de flux d’informations

Et : Instants Portraits (mai 2008) A l’invitation d’Annie Abrahams, un fil RSS d’instants choisis écrits au fil des heures pendant un mois, sans possibilité de correction. SeeVeniceAndDie (avril 2007), p[r]o[g]ème variable pour synthétiseur vocal. e-poetry 2007, extraits vidéos des sets joués lors d’e-poetry 2007 à Paris. gener_hâtifs (avril 2006), protos (dé)générateurs de texte. in_tensions (depuis 2005), facéties poétiques pour journaux lumineux urbains. QQA3 (septembre 2004), pong dialogique.  oui / non (septembre 2003), conversation algo-rythmé. e-cris (octobre 2001), lectecritures (que pourrez-vous écrire avec mes mots ?).  trois fils (juin 2001), portraits e-mouvants.

Au cours de cette séance, Luc Dall Armellina présentera quelques œuvres et les considérera au regard de différents supports et formats. Il nous livrera également l’état de sa réflexion et sa stratégie en ce qui concerne la conservation de ses travaux numériques.

On peut consulter ses travaux sur son site http://lucdall.free.fr et sur son blog http://lucdall.free.fr/blog.

Culture numérique, musée,œuvre et document. Semestre 2 : arts numériques : questions d’exposition et de conservation

En publiant ce Carnet, j’ai dû, par réalisme, « réduire la voilure », par rapport au précédent projet de l’Observatoire critique : plus d’art numérique, plus d’œuvre du mois. Dans mon cours de Master du second semestre, toutefois, je continue de faire venir des artistes et ces séances sont ouvertes au public.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Le 21 février 11, nous recevons Simon Bachelier

Après avoir suivi des études en histoire de l’art, à l’université Paris 1, Simon Bachelier a orienté ses travaux de Master vers l’exploration des relations entre histoire de l’art et numérique ( On peut lire ses deux mémoires ici même )  , puis, il s’est intéressé aux perméabilités entre jeux vidéo et art contemporain. Actuellement en charge des projets jeux vidéo et serious games pour Universcience, il dédie une partie de son temps libre au développement d’une scène française créative et indépendante qui cherche à s’affranchir des règles établies par l’industrie et les institutions culturelles dominantes

Au cours de cette séance, Simon Bachelier traitera de la façon dont certains artistes contemporains s’emparent du numérique à travers le web, le jeu vidéo ou encore les interfaces mobiles  pour réinventer ou s’approprier de nouveaux espaces de création et d’exposition. Du net art aux art games en passant par les interventions artistiques en zones urbaines et virtuelles, il dressera un état des modalités de légitimation et de reconnaissance de ces créateurs qui privilégient les supports mobiles.

Le 28 février 11, nous recevrons Anne-Sarah Le Meur

La recherche d’Anne-Sarah Le Meur, tant pratique que théorique, concerne l’influence du processus informatique sur l’imaginaire, et notamment la transformation éventuelle du rapport au corps. Ses images/animations (Aforme : Un peu de peau s’étale encore, Horgest, Etres-en-tr… et Là où cela veut poindre) ont été montrées en France, Allemagne, Angleterre, Brésil, Hong-Kong, Corée et Japon.
Depuis 2000, elle travaille en 3D temps réel, sur OpenGl, pour réaliser un environnement interactif : Au creux de l’obscur, basé sur le désir de percevoir du spectateur. Depuis 2005, Oeil-océan, la partie visuelle, est présentée, au fur et à mesure de son évolution, sous forme de projection vidéo ou/et performance-clavier (comme Gris-moire ou Stries plissées). La partie panoramique interactive, Outre-ronde, est quasi-réalisée (résidence ZKM), et sera bientôt exposée.


Après avoir enseigné deux années (1995 – 1997) à l’Université Bauhaus-Weimar, elle est, depuis l’an 2000, Maître de Conférences et enseignante-chercheure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en Arts Plastiques et Sciences de l’Art, site Saint-Charles.

Ses oeuvres numériques ont été réalisées avec différentes versions du logiciel de Michel Bret, Anyflo, développé à Paris VIII, outil particulièrement intéressant pour l’artiste qui programme et qui cherche à concevoir autrement l’image tridimensionnelle. Après avoir goûté de WTK (bibliothèque graphique World Tool Kit), elle travaille actuellement sur OpenGL.

Au cours de notre séance, Anne-Sarah Le Meur présentera quelques œuvres et s’attachera à analyser l’incidence des conditions diverses d’exposition auxquelles celles-ci se prêtent.

Les 7, 14 et 21 mars, nous recevrons, respectivement, Luc Dall Armellina, Brice Roy et Samuel Huron. Informations à suivre…