Graphics Atlas : Apprendre à regarder autrement.

La technique artistique joue un rôle, plus ou moins important, parmi les objets d’étude de l’étudiant et du chercheur en histoire de l’art. Pour les spécialistes des œuvres sur papier, la part de la technique est fondamentale, d’autant plus que ce support a connu, au fil du temps, plusieurs types d’impression. Des outils de référence, des manuels, des glossaires et des abécédaires existent pour nous aider à maîtriser leur identification. Graphics Atlas, un projet de l’Image Permanence Institute1 , propose l’édition numérique d’un manuel de référence. Il comprend actuellement des exemples sur une centaine de techniques, divisées en vingt grandes familles, organisées à leur tour,  selon la technologie employée, en quatre groupes2 .

Les partis-pris méthodologiques sont lisibles dans le choix même du nom du site. Comme un atlas papier, Graphics Atlas est conçu pour représenter un thème bien circonscrit, de manière ordonnée ; en l’occurrence, il s’agit de toutes les techniques d’impression sur papier. Graphics Atlas combine en plus les deux types de son ancêtre papier:  l’atlas de référence et l’atlas thématique. Dans sa version numérique, ce spécimen particulier de la culture imprimée dont la vocation est d’effectuer une dense synthèse d’informations en utilisant divers types de représentations (texte, graphes, images, cartes etc.) pourrait donner lieu à des formes éditoriales diverses, puisque les possibilités de traitement d’information par comparaison ou juxtaposition se multiplient.

A travers l’analyse de cet outil nous tenterons de caractériser les choix qui ont été opérés dans cette édition.

L’accès au document.

Tout en délimitant une période historique de la création sur papier, l’Atlas de l’IPI a pris un parti bien déterminé : expliquer les techniques de création des images sur papier. L’image n’est pas traitée en tant qu’œuvre artistique : elle est utilisée ici pour sa valeur exemplaire d’une technique, cherchant plutôt à reproduire une démarche scientifiquement valide.

À la façon d’un outil de référence, la mise en page globale reste épurée et simple. La page d’accueil présente visuellement et par phrases courtes le mode d’emploi de l’outil, renforçant son caractère pédagogique. Trois images correspondant aux trois onglets du cadre principal marquent les possibilités d’entrée dans l’Atlas. La forme des onglets suggère également la communication entre les différents espaces, paramètre sur lequel nous reviendrons, au fil de cette analyse.

Outre l’onglet “Identification”, qui comprend des fiches techniques et des illustrations d’excellente qualité, nous aimerions nous attacher aux deux autres sections de l’Atlas, en raison de la nouveauté manifeste de l’approche ; à savoir, la “Visite Guidée” (Guided Tour) et le “Comparateur” (Compare).

Le défilement des vignettes pour la recherche visuelle.

La visite guidée est dotée de quatre modes de recherche. Mise à part la recherche directe d’un terme et la recherche par listes, la dernière version de l’Atlas est dotée de deux dispositifs supplémentaires, ceux de la recherche visuelle et de la timeline interactive. La recherche visuelle, propose à l’internaute une mise en page par vignettes3, portée par l’application Cooliris.

Sélection d'une technique via la Timeline interactive.

Quant à la timeline, elle offre une synthèse visuelle de toutes les techniques, aidant ainsi à la compréhension de leurs naissance, coexistence et développement dans le processus historique et artistique.

Des formes originales de présentation.

Nonobstant le mode d’entrée, l’internaute arrive tôt ou tard à la page dédiée à la technique sélectionnée. Encore une fois, ce sont les onglets au-dessus de la tablette de visualisation qui guident le parcours. Indiquant les points à remarquer, différents selon la technique, un jeu d’onglets permet une vision adéquate de présentations, adaptée au propos : une image de détail agrandie sert d’exemple de démonstration assorti à l’affichage d’un texte explicatif .

Les différentes vues activées par les onglets au sein de la visite guidée.

 Ces vues détaillées rendent visible non seulement le grain, trait caractéristique de l’impression offset par exemple, mais arrivent jusqu’au point de révéler les effets de pression sur le support, résultant du relief caractéristique de l’eau-forte.

 

Notons également que chaque ensemble peut être consulté en plein écran tout en ménageant des possibilités de défilement et le maintien des légendes.

 

L’action de comparaison, et par conséquent le passage à la troisième fonction de l’Atlas, est proposée à tout moment. En effet, la comparaison, dimension traditionnelle d’un atlas thématique, complète l’étude isolée d’une technique en attirant l’attention sur les traits distinctifs. À cet effet, on dispose d’une palette de fonctions qui simulent un examen in vivo. La mise en page suit une disposition symétrique avec deux tablettes juxtaposées, deux listes de points à observer et un menu commun, ce qui synchronise les vues rapprochées.

Comparaison de la réaction à la lumière et coupe transversale du support.

Deux possibilités de visualisation nous semblent particulièrement intéressantes. Tout d’abord, la prise en compte de l’angle de la source lumineuse. De la gravure jusqu’aux divers types de photographie numérique, le support réagit différemment à la lumière, caractéristique qui aide à l’identification des procédés. Non seulement on peut examiner la réaction du papier sous plusieurs angles mais encore le menu nous offre l’occasion de déclencher l’animation simultanée de deux documents, incitant ainsi le regard à l’exercice subtil du connaisseur. Cette démonstration est complétée par la vue d’une coupe transversale du support, accompagnée d’indications marquant la sédimentation des différentes substances sur ce dernier.

L’image numérique contrainte par le dispositif pédagogique.

L’originalité de cette édition numérique se situe à la fois dans la combinaison des sources et dans le rôle accordé à l’utilisateur. En comparant avec un manuel papier4 le Graphics Atlas contient des textes plus courts qui servent surtout à guider l’œil de l’utilisateur, lors de l’observation de l’image. Plus qu’un manuel simple qui présente les différents types selon une narration chronologique, l’édition numérique comprend des sections assimilables au travail d’un laboratoire spécialisé dans l’étude des imprimés, comme par exemple les vues très rapprochées exposant le relief, les vues transversales agrandies ou la démonstration animée des effets de lumière.

Quant à l’utilisateur,  dans ce manuel numérique sa participation est sollicitée , surtout pour la comparaison, puisqu’il met en place l’agencement de ce qu’il souhaite étudier. Dans le régime papier, comparer deux images nécessite souvent des aller-retours inconfortables qui, en outre, risquent d’altérer le document et conduisent à bricoler des montages de photocopies. La vue simultanée du comparateur qui nous est proposée ici, remplace avantageusement ces pratiques. Au lieu de suivre les illustrations pour tisser sa réflexion, le lecteur arrange l’objet de son étude pour servir son idée,  la démarche est donc inversée. Les tablettes de visualisation deviennent ainsi les cadres d’un nouveau genre d’exposition du document : elles font office de fenêtres de démonstration. Quant à l’image numérique, elle est traitée et prédéfinie pour servir à des fins éducatives.

On peut s’interroger sur les raisons qui ont conduit à la présélection des images. Pourquoi ne pas mettre à la disposition de l’internaute une image de très haute définition, accompagnée d’un zoom dynamique ? Il nous semble que dans ce cas, la « programmation » peu flexible du parcours correspond aux objectifs didactiques. En d’autres termes, le besoin de démonstration des caractéristiques d’une technique prime sur l’examen libre et subjectif de l’image. Ce choix très contraignant au regard des libertés auxquelles l’internaute s’est accoutumé, nous paraît compensé par la richesse des points de vue ménagés sur les documents. Ce qu’il nous est donné à voir, c’est ce que doit voir l’œil averti.

Tout en sachant que la complémentarité entre la source papier et la source numérique fait souvent ressortir la richesse du savoir, dans le cas du Graphics Atlas on observe une transition vers une offre pédagogique évoluée. La description donne sa place à la simulation d’une démarche scientifique. Le texte est remplacé par l’illustration animée apportant une définition riche. On explique par l’image, on démontre par le document manipulé. Le premier contact avec l’objet physique pourrait ainsi donner lieu à des observations plus fines. Le chercheur, doté des références essentielles, cherchera directement, lors d’une séance en bibliothèque par exemple, les réponses à ses propres questionnements. Graphics Atlas fait penser aux possibilités d’une source encyclopédique où l’on exploite le numérique pour favoriser le renouvellement des démarches d’étude, spécialement conçues pour répondre aux besoins d’un domaine.

 

 

  1. L’IPI est un laboratoire de recherche attaché au Rochester Institute for Technology []
  2. Techniques pré-photographiques, techniques photomécaniques, techniques photographiques et techniques numériques []
  3. Concernant les implications d’une telle disposition et son rôle dans la prévisualisation des documents on peut consulter ici-même, l’article de Corinne Welger-Barboza []
  4. On peut citer en exemple le livre de R. Benson, The Printed Picture, New York, The Museum of Modern Art, 2008. []