17-25 octobre 2012 – Observatoire des pratiques de création de l’image numérique.

Les spectateurs – Marion Tampon-Lajarriette, impressions lambda 54x154cm, 2010.

L’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, l’IUT d’Arles et le Pôle Industries Culturelles & Patrimoines vous invitent à participer à l’Observatoire des pratiques de création de l’image numérique (Obs/IN) qui se déroulera à Arles les 18 & 19 octobre 2012 dans le cadre de l’opération « Octobre Numérique » soutenue par la Ville d’Arles et la Région Provence Alpes-Côtes d’Azur.

Pour sa 2e édition, l’Obs/IN s’interrogera sur l’image et l’immersion à travers une série de conférences et de tables-rondes, d’expositions et de performances gratuites et ouvertes à tous.

Il mettra à l’honneur à la fois des artistes, des ingénieurs et des théoriciens spécialistes de cette question, parmi lesquels Maurice Benayoun, Jérôme Delormas, Olga Kisseleva, Matthew McGinity, Grégory Chatonsky, Eric Viennot, Daniel Mestre, Dorothée Smith, Maxime Marion, Mâa, Adelin Schweitzer ou encore Marion Tampon-Lajarriette.

Le colloque se concentrera en particulier sur trois thématiques – image traditionnelle et immersion, immersion et interaction, immersion et réalité augmentée – qui lui permettront de se pencher sur cette relation construite et complexe entre le spectateur et l’image, sur la place du sujet qui ne cesse d’être posée à travers la mise en place de dispositifs immersifs et avec elle, celle du rôle et du statut des images. Entre captation et distance, fascination et recul, action et contemplation.

Télécharger le Programme complet de la manifestation.

 

 

Meilleurs Voeux, Best Wishes

 

L’équipe de l’Observatoire critique vous souhaite une année bonne, meilleure ou moins mauvaise, une année de travail, une année de changement… Une année qui nous aide à nous réjouir du temps qui passe ? Et en prime, le partage d’une image ou plutôt d’images d’images d’images…

Car parmi tant d’autres me sont revenues à l’esprit ces images, exposées à Arles, cet été, sorties de leur bain numérique comme le poisson de l’eau, par Hermann Zschiegner, « Photography in the Age of Google ». Issues de   l’opération  booléenne, tapée dans Google images : (+ walder evans + sherrie levine) .

Ces images sont reproduites ici à partir du catalogue papier de l’exposition FROM HERE ON1 : retour au Web, avec modification.

Mais auparavant, une autre version conceptuelle (hyper-conceptuelle ?), plus orthodoxe, était livrée par Michael Mandiberg (2001).

La voici :

AfterWalkerEvans                                                                                      AfterSherrieLevine

After Michael Mandiberg (2001), accessible sur Rhisome.org.

Une année sous le signe des jeux en abîme de l’œuvre et du document, un objet qui réunit et agite tout autant les artistes, les historiens de l’art, les chercheurs en études visuelles, les Digital Humanists et tous ceux qui le souhaitent, bien sûr.

 

 

 

  1. Exposition – Manifeste, dirigé par Clément Chéroux, Joan Fontcuberta, Erik Kessels, Martin Parr, Joachim Schmid, dans le cadre des Rencontres photographiques, 4 juillet – 18 septembre []

Arts numériques – Questions d’exposition et de consservation – Samuel Huron, le 21 mars.

Samuel Huron, htmlgramme - Feel the feed - 2009

Le 21 mars, nous recevrons Samuel Huron

Depuis bientôt 10 ans Samuel Huron participe à la conception et réalisation de multiples projets web grand comptes.  En 2009, il est diplômé du Master 2 Recherche, Arts et Médias Numériques de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il a été promu major de promotion pour ses recherches concernant le design d’information appliqué au Web. En tant que plasticien et programmeur il a participé durant 2 ans à des travaux d’expérimentation et de recherche sur les métasverses et les installations interactives artistiques à l’ENSAD Lab (ITR, ENER).
Il exerce actuellement comme designer et développeur à l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou et commence une thèse avec l’équipe AVIZ.

Samuel Huron centre son travail sur l’étude des interfaces et la représentation de données.
Il crée des méthodes de représentation de données, interrogeant le traitement numérique de l’information comme des passages entre
virtuel et actuel. Son travail ce situe a la frontière entre création plastique et recherche scientifique.

On trouve une partie de ses travaux plastiques sur son site : http://www.cybunk.com/blog2/fr/category/works/
ainsi que sur Flickr : http://www.flickr.com/photos/samuel-huron/collections/72157625948235917/
Au cours de cette séance, en présentant certains de ces travaux artistiques, Samuel Huron interrogera l’émergence de nouveaux espaces de créations propres à la numérisation de l’information et au développement des interfaces.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Arts numériques – Questions d’exposition et de conservation – Brice Roy, le 14 mars

Le 14 mars 11, nous recevrons Brice Roy. Brice Roy est game designer indépendant. Il a co-fondé le collectif OneLifeRemains en février 2010, au sein duquel il élabore des jeux vidéo à caractère expérimental ou innovant. philosophe de formation, membre de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines), il enseigne le Game Design à l’ICAN (Institut de Création et Animation Numériques) et à Gamagora.

A l’occasion de son intervention, il reviendra sur Générations, un projet de jeu où une partie dure plusieurs siècles. Cette présentation servira de point d’entrée pour interroger les notions de patrimoine numérique, d’obsolescence programmée et de transmission inter-générationnelle. En prenant appui sur une série d’oeuvres analogues, il invitera enfin à débattre sur les propriétés expressives du matériau numérique et celles du jeu vidéo en particulier.

Quelques unes de ses créations sont jouables sur le site http://oneliferemains.com.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Arts numériques – Questions d’exposition et de conservation – Luc Dall’Armellina le 7 mars

Le 7 mars 11, nous recevrons Luc Dall Armellina

Luc Dall Armellina est enseignant de design hypermédia, à l’Ėcole des beaux-arts de Valence depuis 1999 ; chercheur associé au Laboratoire Paragraphe (EA349) de l’université Paris 8, il anime le groupe Hypertexte et il assure également des cours « arts et technologies contemporaines », à l’université technologique de Compiègne

Son travail théorique s’accompagne d’une pratique artistique dont l’image, le langage et la philosophie forment le socle des expérimentations numériques.

Ses travaux en cours : flu#3, lecture performative musicale langagière [ en cours d’écritures] ; flow#2 (juin 2009), lecture performative musicale narrative [ pas encore en ligne ] ; flog#1 (mars 2008) flux + blog = flog = lecture performative musicale emballée de flux d’informations

Et : Instants Portraits (mai 2008) A l’invitation d’Annie Abrahams, un fil RSS d’instants choisis écrits au fil des heures pendant un mois, sans possibilité de correction. SeeVeniceAndDie (avril 2007), p[r]o[g]ème variable pour synthétiseur vocal. e-poetry 2007, extraits vidéos des sets joués lors d’e-poetry 2007 à Paris. gener_hâtifs (avril 2006), protos (dé)générateurs de texte. in_tensions (depuis 2005), facéties poétiques pour journaux lumineux urbains. QQA3 (septembre 2004), pong dialogique.  oui / non (septembre 2003), conversation algo-rythmé. e-cris (octobre 2001), lectecritures (que pourrez-vous écrire avec mes mots ?).  trois fils (juin 2001), portraits e-mouvants.

Au cours de cette séance, Luc Dall Armellina présentera quelques œuvres et les considérera au regard de différents supports et formats. Il nous livrera également l’état de sa réflexion et sa stratégie en ce qui concerne la conservation de ses travaux numériques.

On peut consulter ses travaux sur son site http://lucdall.free.fr et sur son blog http://lucdall.free.fr/blog.

Culture numérique, musée,œuvre et document. Semestre 2 : arts numériques : questions d’exposition et de conservation

En publiant ce Carnet, j’ai dû, par réalisme, « réduire la voilure », par rapport au précédent projet de l’Observatoire critique : plus d’art numérique, plus d’œuvre du mois. Dans mon cours de Master du second semestre, toutefois, je continue de faire venir des artistes et ces séances sont ouvertes au public.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Le 21 février 11, nous recevons Simon Bachelier

Après avoir suivi des études en histoire de l’art, à l’université Paris 1, Simon Bachelier a orienté ses travaux de Master vers l’exploration des relations entre histoire de l’art et numérique ( On peut lire ses deux mémoires ici même )  , puis, il s’est intéressé aux perméabilités entre jeux vidéo et art contemporain. Actuellement en charge des projets jeux vidéo et serious games pour Universcience, il dédie une partie de son temps libre au développement d’une scène française créative et indépendante qui cherche à s’affranchir des règles établies par l’industrie et les institutions culturelles dominantes

Au cours de cette séance, Simon Bachelier traitera de la façon dont certains artistes contemporains s’emparent du numérique à travers le web, le jeu vidéo ou encore les interfaces mobiles  pour réinventer ou s’approprier de nouveaux espaces de création et d’exposition. Du net art aux art games en passant par les interventions artistiques en zones urbaines et virtuelles, il dressera un état des modalités de légitimation et de reconnaissance de ces créateurs qui privilégient les supports mobiles.

Le 28 février 11, nous recevrons Anne-Sarah Le Meur

La recherche d’Anne-Sarah Le Meur, tant pratique que théorique, concerne l’influence du processus informatique sur l’imaginaire, et notamment la transformation éventuelle du rapport au corps. Ses images/animations (Aforme : Un peu de peau s’étale encore, Horgest, Etres-en-tr… et Là où cela veut poindre) ont été montrées en France, Allemagne, Angleterre, Brésil, Hong-Kong, Corée et Japon.
Depuis 2000, elle travaille en 3D temps réel, sur OpenGl, pour réaliser un environnement interactif : Au creux de l’obscur, basé sur le désir de percevoir du spectateur. Depuis 2005, Oeil-océan, la partie visuelle, est présentée, au fur et à mesure de son évolution, sous forme de projection vidéo ou/et performance-clavier (comme Gris-moire ou Stries plissées). La partie panoramique interactive, Outre-ronde, est quasi-réalisée (résidence ZKM), et sera bientôt exposée.


Après avoir enseigné deux années (1995 – 1997) à l’Université Bauhaus-Weimar, elle est, depuis l’an 2000, Maître de Conférences et enseignante-chercheure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en Arts Plastiques et Sciences de l’Art, site Saint-Charles.

Ses oeuvres numériques ont été réalisées avec différentes versions du logiciel de Michel Bret, Anyflo, développé à Paris VIII, outil particulièrement intéressant pour l’artiste qui programme et qui cherche à concevoir autrement l’image tridimensionnelle. Après avoir goûté de WTK (bibliothèque graphique World Tool Kit), elle travaille actuellement sur OpenGL.

Au cours de notre séance, Anne-Sarah Le Meur présentera quelques œuvres et s’attachera à analyser l’incidence des conditions diverses d’exposition auxquelles celles-ci se prêtent.

Les 7, 14 et 21 mars, nous recevrons, respectivement, Luc Dall Armellina, Brice Roy et Samuel Huron. Informations à suivre…

Electronic Information, The visual Arts and Beyond – EVA – London 2011

Du 6 au 8 juillet 2011 – Conférence EVA – Electronic Visualisation and the Arts. Call for Proposals is open.

EVA London 2011 :

•          has a focus on visualisation for the arts and culture – interpreted broadly to include its impications, effects, and consequent strategies and policies

•          covers the burgeoning creative uses of digital media for works of art and creative productions

•          is a forum for European projects to disseminate the results of EC investment in technology for culture and the arts, and to publicise and explain funding opportunities

•          is a networking event for other groups and projects

•          includes a free-of-charge Research Workshop for MA, MSc and PhD students, and others, to share their research in a friendly and informal setting

Pour plus d’informations.