Digital Humanities 2013 – Appel à communications – “La liberté d’explorer”.

Digital Humanities 2013 – « La liberté d’explorer » – Appel à communications

A.D.H.O. (Alliance of Digital Humanities Organisations)

Du 16 au 19 juillet 2013 – Université du Nebraska

http://dh2013.unl.edu/

 

Dates limite de réception des propositions :

– Communication/Poster/Tables rondes : 1er novembre 2012 (Minuit Heure GMT).

– Ateliers et sessions de formation : 15 février 2013 (Minuit Heure GMT).

 

  1. Informations générales

Les organisateurs, A.D.H.O, appellent à soumettre des propositions, sous la forme de résumés, pour sa conférence annuelle, sur tous les aspects des Digital Humanities. Sont inclus sans y être limités :

  • les recherches en sciences humaines et sociales permises par les média numériques, la fouille de données, les études logicielles (software studies) et la modélisation ;
  • les applications informatiques dans les études littéraires, linguistiques, culturelles et historiques, y compris la littérature électronique, les réalisations tous publics (Public Humanities), et les dimensions interdisciplinaires de la recherche actuelle ;
  • les arts numériques, architecture, musique, cinéma, théatre, nouveaux médias, jeux ainsi que les domaines liés ;
  • la création et l’éditorialisation des ressources numériques ;
  • les aspects sociaux, institutionnels, globalisés, multilinguistiques et multiculturels des Digital Humanities ;
  • le rôle des Digital Humanities dans la pédagogie et les cursus académiques.

Les propositions sur les travaux interdisciplinaires et les nouveaux développements du domaine sont particulièrement bienvenues et sont encouragées les propositions en relation avec le thème de la conférence.

Les présentations peuvent consister en :

  • Posters (résumé de 750 mots maximum)
  • Les communications courtes (résumé de 1500 mots maximum)
  • Les communications longues (résumé de 1500 mots maximum)
  • Les sessions comprenant plusieurs communications, y compris des tables rondes (résumés normaux + un résumé de présentation d’ensemble de 500 mots maximum).
  • Les ateliers et les sessions de formation de la pré-conférence (1500 mots maximum).

La date limite de soumission au Comité de Programme des propositions de posters, communications courtes ou  longues et de sessions de groupes est le 1er novembre 2012 (Minuit heure GMT). Les candidats seront informés de l’acceptation de leur proposition, le 1er février 2013. Pour les ateliers et les sessions de formation de la pré conférence, la date limite de soumission est  le 15 février 2013 (Minuit heure GMT). Les candidats seront informés de l’acceptation de leur proposition, le 15 mars 2013. Un formulaire de soumission en ligne sera disponible sur le site web de la conférence, début octobre 2012 : http://dh2013.unl.edu/. Les participants ou les évaluateurs des précédentes conférences sont priés d’utiliser leurs comptes existants plutôt que d’en créer un nouveau. Si vous avez perdu ces codes, nom d’utilisateur et mot de passe, il faut contacter la présidente du Comité de programme, Bethany Nowviskie, bethany@virginia.edu.

  1. Les types de propositions

Il y a cinq types de propositions : (1) posters ; (2) communications courtes ; (3) communications longues ; (4) sessions de 3 communication ou tables rondes avec un nombre supérieur de participants ; (5) propositions d’ateliers ou de sessions de formation pour la pré conférence. Sur la base de l’évaluation par les pairs et au regard de sa mission d’établir un programme varié et équilibré, le Comité de Programme peut formuler son acceptation dans une catégorie différente de celle initialement proposée par les candidats ; en principe, il n’acceptera pas plusieurs propositions d’un même auteur ou d’un même groupe d’auteurs. Les communications et les posters peuvent être délivrés en anglais, français, allemand, italien ou espagnol.

1)      Les posters

Les présentations de posters (500 à 750 mots) peuvent concerner un travail sur n’importe quel thème de l’appel ou bien sur un projet ou la démonstration d’un outil. Les posters et les démonstrations visent une communication active, mettant à profit l’occasion d’un échange d’idées personnalisé avec chaque participant. Au-delà des sessions dédiées à ces présentations où les participants pourront expliquer leur travail et répondre aux questions, les posters seront exposés et accessibles à différents moments de la conférence.

2)      Les communications courtes

Les communications courtes (750 à 1500 mots) sont appropriées à la relation d’expérimentations ou de travaux en cours ou encore à la description de la conception d’outils ou de logiciels, au stade initial de leur développement. Les sessions dédiées à ce type de présentation peuvent comporter jusqu’à 5 communications ; chaque communication doit se limiter à 10 minutes afin de faire place à des questions.

3)      Les communications longues

Les communications longues (750 à 1500 mots) sont appropriées pour présenter : des recherches conséquentes, achevées et non encore publiées ; des rapports sur le développement de nouvelles méthodologies ou de nouvelles ressources numériques ; et/ou des réflexions théoriques, ou la mise en débat de réflexions critiques. Chaque présentation est limitée à 20 minutes et est suivie de 10 minutes de questions.

Les communications qui portent sur de nouvelles méthodologies instrumentées ou des nouvelles ressources numériques doivent indiquer comment ces méthodes s’appliquent à la recherche et/ou à l’enseignement , leur apport pour la formulation de nouvelles questions posées à la recherche mais aussi l’évaluation critique de leur application dans le domaine. Les communications qui concernent un outil ou des ressources particuliers, doivent se référer aussi bien aux approches traditionnelles que numériques de la question et inclure l’évaluation critique des méthodes techniques utilisées. Toutes les communications doivent citer les sources de la littérature de référence.

4)      Les sessions de groupe

Chaque session dure 90 minutes et peut consister en une table ronde, rassemblant de 4 à 6 intervenants, ou bien se composer de 3 communications longues autour d’un même thème. Les responsables des tables rondes doivent soumettre un résumé de 750 à 1500 mots décrivant le thème abordé, l’organisation adoptée, les noms des participants dont l’accord formel de participation doit être produit. Les responsables des sessions à communications multiples doivent fournir une présentation de 500 mots environ qui décrive le sujet de la session et inclure le résumé (750 à 1500 mots) de chacun des participants. Des communications parties prenante de ce type de session ne peuvent être soumises individuellement afin d’être prises en considération dans une autre catégorie.

5)      Pré-conférence : ateliers et sessions de formation

Les participants aux ateliers ou sessions de formation de la pré-conférence sont tenus de s’inscrire à la conférence complète et de payer un petit supplément.

Les propositions doivent contenir les informations suivantes :

  • un titre et une brève description du contenu ou du thème choisi ainsi que de son intérêt pour la communauté des D.H. (pas plus de 1500 mots) ;
  • Une information complète permettant de présenter les responsables de sessions de formation ou d’ateliers, incluant un paragraphe décrivant leurs thèmes de recherche et leurs domaines d’expertise ;
  • Une description du public visé et du nombre souhaité de participants (basée, si possible, sur une expérience passée) ;
  • Le descriptif des demandes spéciales d’équipement technique.

Pour les sessions de formation, les propositions doivent comporter en outre :

  • Une note brève montrant que l’objectif principal de formation peut être atteint en une demi-journée (environ, 3 heures, pauses comprises). Dans des cas exceptionnels, des formations d’une journée peuvent être acceptées.

Pour les ateliers, les propositions doivent mentionner :

  • la durée et le format de l’atelier (une demi-journée au minimum, une journée et demie, maximum) ;
  • un budget prévisionnel (les ateliers sont sensés s’autofinancer) ;
  • au cas où l’atelier comporte un appel à participation en propre, des dates butoir pour la candidature et la notification de l’acceptation, ainsi qu’une liste des personnes qui ont accepté de faire partie du Comité de programme de l’atelier.
  1. Information sur le lien d’accueil de la conférence et son thème

Digital Humanities 2013 (« La liberté d’explorer ») sera accueillie à Lincoln, Nebraska, un chef lieu de 258 000 habitants dans la région des Grandes plaines des Etats-Unis. Lincoln est reconnue pour ses trésors artistiques, sa scène musicale, ses ballades magnifiques et l’attitude amicale typique du Midwest. On y trouve également l’université de Nebraska-Lincoln, université de recherche, bénéficiant depuis 1869 d’un Land-grant1. L’université compte environ 25 000 étudiant/e/s provenant de 120 pays différents ; elle propose de nombreux diplômes dont un Master interdisciplinaire de Digital Humanities. C’est le Center for Digital Research in the Humanities qui est l’organisateur local de la Conférence, cette année.

  1. Les bourses pour les jeunes chercheurs

L’ADHO (Alliance of Digital Humanities Organizations) proposera un nombre limité de bourses pour les jeunes chercheurs présentant une communication à la Conférence. Un mode d’emploi pour les candidats sera mis disponible ultérieurement, sur le site web de l’ADHO, http://www.digitalhumanities.org.

  1. Le Comité de programme international

Craig Bellamy (ACH)
John Bradley (ALLC)
Paul Caton (ACH)
Carolyn Guertain (CSDH/SCHN)
Ian Johnson (aaDH)
Bethany Nowviskie (ACH, chair)
Sarah Potvin (cN)
Jon Saklofske (CSDH/SCHN)
Sydney Shep (aaDH)
Melissa Terras (ALLC, vice-chair)
Tomoji Tabata (ALLC)
Deb Verhoeven (aaDH)
Ethan Watrall (cN)

 

 

 

 

  1. statut conférant à l’université la propriété d’une concession territoriale pour favoriser des enseignements et des recherches tournées vers le développement des techniques agraires []

Université d’été des Digital Humanities – A Leipzig du 23 au 31 juillet 2012.

Une démarche à développer : l’université européenne d’été des Digital Humanities. La troisième initiative européenne du genre, se tient à l’université de Leipzig, du 23 au 31 juillet 2012, grâce à Elisabeth Burr1. Ce sont 75 participants, venus d’Europe et au-delà, étudiants, doctorants, post-docs, ingénieurs, enseignants chercheurs, bibliothécaires investis impliqués dans les enjeux théoriques et pratiques de l’application des méthodes informatiques aux domaines variés des humanités et du patrimoine (bibliothèques, archives, musées).

L’université d’été offre l’opportunité d’échanger, d’apprendre ou de se perfectionner dans les problématiques des Digital Humanities, et embrasse de nombreux aspects : du traitement des données et l’édition des documents aux enjeux scientifiques et culturels plus généraux. Un programme intensif, durant 9 journées, propose la participation à des ateliers, des conférences quotidiennes, des tables rondes, des sessions de présentations de projets et de posters. Impliquée, cette année, dans le comité de programme, j’ai le plaisir d’y animer un atelier.

Le cursus des ateliers donne droit à des ECTS… et des bourses sont disponibles. La date limite d’inscription est le 15 juin.  On trouve toutes les informations détaillées sur le programme, les conditions d’inscription et toutes sortes d’autres choses, sur le site de l’ESU C&T.

Un été germain, décidément. Après Hambourg, où je participe la Conférence des Digital Humanities, direction Leipzig !

  1. Prof. Dr. Elisabeth Burr, Französische / frankophone und italienische Sprachwissenschaft Institut für Romanistik, Universität Leipzig. []

Colloque Patrimoines et humanités numériques : quelles formations – Le programme

Jeudi 21 juin 2012
 Matin
 
9h 30 Accueil
10h Agnès Magnien, directrice des Archives nationales
Président(e) Paris 8
10h30 Bruno Racine, Président de la BnF et d’Europeana
11h Introduction au colloque : Bernadette Dufrene, Université Paris 8
 
Conférences inaugurales
Krystof Pomian, Directeur de recherches honoraire au CNRS,
Professeur émérite à l’Université Nicolas Copernic de Torun,
« Le patrimoine en crise »
 
Michel Melot,  Conservateur général honoraire des bibliothèques,
« Patrimoine numériqueou antipatrimoine ? »
 
Bernard Schiele, UQAM, « Les temps du patrimoine »
 
Après-midi
 
Le numérique émancipateur : partager le savoir en formation(s) ?
Président de séance : Rémi Labrusse, Université Paris Ouest
14h 30 : Patrick Bazin, Directeur de la BPI, Indexation sociale et patrimonialisation
 
15h : Peter J. Schneemann, Université de Berne, Documentation as dynamic and
anti-hierarchical public process
 
15h30 :Vincent Puig, IRI, Centre Pompidou, Digital studies : enjeux d’organologie
pour de nouvelles pratiques collaboratives
 
16h :Yves Abrioux, Université Paris 8, Kenneth J.Knoespel, GeorgiaInstitute of Technology,
Un musée à venir : What did we learn from the Louvre-Atlanta Exhibitions ?
 
 Pause
 
17h :Trevor R.Getz, San Francisco State University, Thomas G. Padilla,
University of Illinois at Urbana-Champaign, Subjecting World History
 
17h30 : Bernard H Bayerlein, “Humanités numériques, web sémantique
et préservation des archives du communisme comme agenda européen :
le projet ICSAP du Centre d’histoire contemporaine de Potsdam (ZZF) et
l’activité de l’Association pour la promotion des archives auprès du Bundesarchiv (VFA).”
 
18h : Valérie Guillaume, MNAM, Centre Pompidou, La veille en prospective industrielle
 
 18h30 : soirée libre
 
 Vendredi 22 juin
 
Matin
 
9h30 :Introduction Emmanuelle Bermes, «désintermédiation, réintermédiation :
les métiers du patrimoine à l’épreuve des données numériques »
 
10h- 11h15 : Tables rondes : Méthodologie : quels préalables ?
 
Identifier les fonds, critiquer les sources, consulter les populations
Présidente de séance : Corinne Welger-Barboza, Université de Paris 1.
 
Gérard Regimbeau, Université Montpellier 3, La critique des sources de l’image
à l’heure des humanités numériques
 
Kamel Boukerzaza, Université Mentour-Constantine, Zoubir Belhouchet,
Université Badji Moktar-Annaba, Conservation et sauvegarde du
patrimoine manuscrit en Algérie : réalités, expériences, propositions
 
Tublu Komi ; Musée national du Togo, gestion numérique et valorisation
scientifique des archives photographiques au musée national du Togo
 
Meredith Brinker Ferguson, Tufts University, Digital Repatriation of Maori Cultural Heritage
Adel Ben Hassine, Université Tunis, Tic, culture, territoire : entre médiation et numérisation
 
Relocaliser les savoirs
Président de séance : Manuel Zacklad, CNAM
 
Jessica Fevres – de Bideran , Université Bordeaux 3, Patrick Fraysse, Université Toulouse,
Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques :
le cas des « monuments augmentés »
 
Soumaya Gharsallah-Hizem, Institut National du Patrimoine de Tunis, La photographie numérique
comme outil de documentation de l’espace bâti : pour la création d’archives numériques sur l
’espace muséal, les expositions temporaires et le patrimoine bâti
 
Gwenaëlle de Kerret , Charlotte Guadetc Université Paris 8, Interface de consultation des
ressources numériques.
 
Christophe Barret, Jean-Pierre Fournie, Archives nationales, Interculturalité et ressources
pédagogiques en ligne aux Archives nationales
 
Florent Laroche, Benjamin Hervy, LUNAM Université, Ecole Centrale de Nantes,
IRCCyN UMR CNRS 6597, Projet Nantes 1900 : les nouvelles technologies au service
de la capitalisation des connaissances et de la valorisation du patrimoine historique
 
Documentation et formes de collaboration :
Président de séance : Madjid Ihadjadene, professeur, Université de Paris 8.
 
Joséphine Simonnot, CREM-LESC UMR, Telemeta, une plateforme collaborative pour les archives
sonores de la recherche
 
Camille Paloque Berges, Université Franche Comté, Automédiation des documents des archives
de réseau : de l’héritage mémoriel au patrimoine
 
Alexandra Reynolds, Kingston University , Rebirth of the curator : crowdsourcing and the
digital archive
 
Anne Both, Guillaume Garcia, Le chercheur, l’archiviste et le webmaster : la polyphonie patrimoniale?
Le cas BEQuali, banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales
 
Muriel Flicoteaux et Harumi Kinoshita, Innovation et réseaux à la Cité Nationale de l’Histoire de
l’Immigration et au Louvre – DNP Museum Lab : vers de nouveaux modèles de coopération ?
 
 11H30 Formations « Patrimoines et humanités numériques »
Présidente de séance : Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales,
De la formation à l’expérimentation : la dynamique élémentaire des humanités numériques.
La dimension internationale :
 
Samia Chergui, Directrice de l’Ecole de restauration et de conservation des biens culturels d’Alger,
Nacera Benseddik, Education informelle et patrimoine, Ecole de restauration et de conservation
des biens culturels d’Alger, Patrimoine et formation en Algérie: bilan et perspective.
 
Bruno Favel, Caroline Gaultier-Kurhan, Ministère de la Culture et de la Communication,
www.e-patrimoines.org, une formation continue à distance au service de l’enseignement
du patrimoine dans l’espace francophone
 
 Les formations en France:
 
Christine Benevent, Cécile Boulaire, Marie-Luce Demonet, Université Tours,
Bibliothèques virtuelles humanistes
 
Florence Clavaud, Ecole nationale des chartes, Le master « technologies numériques appliquées
à l’histoire » de l’Ecole nationale des chartes : principes et premier bilan
 
Les formations de l’Idefi CreaTIC (Paris8-Paris10) :
Master Archives, Paris 8 / Catherine Verna, Marie-Cécile Bouju
Master Médiation culturelle, patrimoine et numérique (P8-P10) : Bernadette Dufrêne, Rémi Labrusse
Master Textualités augmentées, P8, Yves Abrioux, Alexandra Saemmer
 
Après-midi
 
Penser corpus et publics
Président de séance : Gennaro Toscano, INP.

 14h30 : Paul Bertrand, CNRS, Anne-Marie Turcan-Verkerk, EPHE, Biblissima
 
15h : Michèle Brunet, Université Lyon 2, Rencontre des institutions et refondation des
disciplines grâce à la publication numérique : l’exemple de la collection des inscriptions
grecques du Musée du Louvre
 
15h 30 : Charlotte Denoël, chef du service des manuscrits médiévaux, BnF,Matthieu Bonicel,
Conservateur responsable de l’informatisation et de la numérisation, département des manuscrits,
BnF, Europeana Regia 2010-2012 : bilan et perspectives
 

Pause

16h 30- 17h30 Table ronde : Dispositifs numériques et formes de participation
Présidente de séance, Dominique Ferriot, Cnam.

Nicole Denoit, Université Tours, Le musée et « l’œuvre ouvert » : une descendance du
Musée imaginaire ?
 
Michèle Gellereau et Juliette Dalbavie, GERiiCO, Université Lille 3, Numérisation du patrimoine,
médiation culturelle, pratiques culturelles des publics : comment saisir l’évolution des processus
de patrimonialisation ?
 
Benjamin Barbier, Université Paris Ouest, Culture et jeux interactifs : un nouveau mode de relation
avec le patrimoine
 
Vincent Giraudier, responsable du département historial Charles de Gaulle au musée de l’armée,
La mise en musée d’un patrimoine numérique : l’historial Charles de Gaulle
 
17h30-18h30 L’expérience du WEB participatif dans les Archives départementales :
quels publics, quels partenariats, quelle répartition des rôles ? Edouard Bouyé (AD Cantal),
Thierry Heckmann (AD Vendée) et Pascal Even (SIAF) – modération et synthèse
 
Dîner
 
Samedi 23 juin
 Matin
 
Nouveaux acteurs, nouveaux enjeux
Présidente de séance : Ghislaine Charton, Cnam.
 
9h30 : Arnaud Beaufort, BnF, Les institutions patrimoniales, acteurs de l’économie de l’information
 
10h : Laurent Manoeuvre, Ministère de la Culture, Le musée numérique, un enjeu de société ?
 
10h30 : Anne Krebs, Musée du Louvre : la reconfiguration des métiers au regard du numérique
 
 Pause
 
11h 15: Bruno Ory Lavollée,  Cour des Comptes, La maîtrise des gisements patrimoniaux
 
11h45 : Philippe Barbat, directeur adjoint, Service interministériel des Archives de France,
La réutilisation des données publiques : retour sur expérience et synthèse
 
12h 15: Johnny Antonio Pabon Cadavid, Victoria University of Wellington, New Zealand, Legal Deposit and Copyright in New Zealand and Columbia : two different worlds of digital heritageConférences de clôture12h45
Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique
Eric Gross, BNF.
Plus d’informations et Inscriptions

L’édition scientifique des musées en ligne – à partir des catalogues de collections.

Cet article  a été publié en mars 2011, dans “De l’arbre à la souris : l’édition dans les musées, une histoire de réseaux”, n° 261 Revue Musées et Collections publiques de France de l’AGCCPF1 Il n’a pas été révisé, à proprement parler mais je l’ai actualisé par l’ajout de deux paragraphes (signalés en italique et entre tirets) ; des illustrations supplémentaires ont également été insérées.

Comment les musées assurent-ils leur vocation scientifique en ligne, si l’on se réfère à la vocation traditionnellement assurée par l’édition de catalogues ?  L’observation des sites web de musées permet d’engager cette réflexion, en privilégiant l’éclairage  des transformations éditoriales liées aux propriétés et aux enjeux portés par cet environnement technologique.

La mise en ligne dans l’environnement du Web implique  en effet des transformations inhérentes à ce dispositif complexe, ne serait-ce que par le fonctionnement dynamique des bases de données ou la circulation hypermédia , par l’archivage documentaire sans limites ou l’interconnexion des réseaux. La portée scientifique du catalogue de musée, (scholarly catalogue), s’actualise sans aucun doute dans ces nouvelles formes ; elle a également partie liée à la nouvelle donne communicationnelle portée par cet espace public d’un nouveau genre. Quelques exemples peuvent illustrer les choix qui se proposent désormais aux musées et la lecture qui peut en être proposée.

En tout premier lieu, si nous nous tenons au plus près du modèle de référence du catalogue scientifique, peu de réalisations se présentent à nous. Parmi les cas peu nombreux2, Early Netherlandish paintings in the Rijksmuseum, Amsterdam. Volume I. – Artists born before 1500  satisfait à toutes les caractéristiques du genre, au premier rang desquelles la mise à jour des connaissances, et il tire parti d’atouts supplémentaires, consubstantiels à l’environnement du Web. Ainsi, chaque œuvre est présentée par une notice qui situe le style et l’interprétation du sujet par l’artiste, sa position chronologique parmi ses œuvres connues comme les mises en relation avec celles d’autres artistes. Outre les données biographiques et bibliographiques, toutes les informations issues des dossiers de conservation et de restauration, de provenance sont fournies, accompagnées de documents visuels de reproduction ou d’étude par l’imagerie scientifique. Le caractère systématique de la documentation de chaque œuvre se distingue des sélections rendues nécessaires par l’édition imprimée. L’assemblage des œuvres de chaque artiste (l’index alphabétique des noms est l’entrée privilégiée) permet, pour chaque œuvre l’association de divers documents pour servir le propos : vues multiples, documents du Rijksmuseum ou d’autres institutions. La vision détaillée grâce à un affichage supplémentaire et grossi (2fois) s’applique sans hiérarchie à chaque document, une autre caractéristique du « système » éditorial numérique.

Early Netherlandish paintings in the Rijksmuseum, Amsterdam. Volume I. – Artists born before 1500 - Vue 1
Early Netherlandish paintings in the Rijksmuseum, Amsterdam. Volume I. – Artists born before 1500 - Vue 2

Ce type de transfert du catalogue savant en ligne est peu répandu ; si les sites de musées sont  prolixes en sélections d’œuvres accompagnées de notices, ces compositions se réclament davantage de la « visite guidée » ou du dossier à visées pédagogiques.

Cette première partie de l’article doit être reconsidérée aujourd’hui.

_____________

D’une part, j’ai omis de mentionner pour les avoir découverts juste après, les catalogues que la Réunion des Musées Nationaux (RMN) a mis en ligne. C’est une véritable collection de catalogues qui se constitue ; elle a été inaugurée , en janvier 2008, avec La collection des dessins français du musée Magnin (Dijon) et des Dessins du Château de Pau. Son principe éditorial est le pendant du catalogue scientifique de musée, portant sur un ensemble dans une collection donnée ou dans un monument historique. Mais, et c’est l’éditeur qui le spécifie lui-même, ces éditions numériques sont “libres d’accès”, même si elles ont un pendant imprimé. On doit remarquer aussi que les partis pris d’édition numérique de la collection qui comprend onze réalisations, à l’heure actuelle, semblent ne pas varier, au fil du temps. Cette actualisation de l’article édité est importante car ces catalogues marquent un tournant dans la politique de la RMN, en matière d’éditions multimédias : aux réalisations délibérément adressées à un public non spécialisé, s’ajoute  la prise en considération d’un public de professionnels et de scientifiques ou d’amateurs éclairés.

D’autre part, le premier prototype issu du programme Online Scholarly Catalogue Initiative, (Getty Foundation and the J. Paul Getty Museum) constitue l’évènement le plus significatif. Il s’agit du catalogue Monet’s Paintings and Drawings de Art Institute of Chicago. Cette réalisation, encore au stade du test, illustre la recherche de l’exploitation de l’édition numérique au-delà des mises en formes hypermédias établies. On peut en découvrir les principes dans la démo que voici :

Sans nous livrer ici à une analyse détaillée, quelques orientations principales retiennent l’attention.

D’abord, le parti prix d’articuler l’édition imprimée et l’édition numérique. En effet, c’est la mise en forme imprimée du catalogue qui sert de points d’entrée et de repère essentiels pour la lecture du catalogue, avec ses pages, ses chapitres et l’insertion des images. Toutefois, l’édition numérique va permettre de déborder l’organisation établie de ces modalités de lecture en démultipliant les possibilités de consultation. Au-delà de l’application de l’hypertextualité à l’appareil critique, formule déjà bien appropriée, ce sont l’autonomisation des images et leur visualisation qui constituent les traits marquants de cette édition. Par autonomisation de l’image, l’on entend ici plusieurs choses. D’abord la possibilité de rassembler les images en une ligne de lecture autonome par rapport à l’ordre d’illustration du catalogue. Ensuite, c’est par le traitement scientifique que l’image s’autonomise également comme support d’étude : l’exemple le plus frappant est l’intégration des variations des vues radiographiques et luminescentes, par le moyen des calques. Le zoom est disponible, à tous les étages, bien sûr, avec une qualité remarquable. On remarquera à ce sujet, le fait que les illustrations intégrées dans les pages, comme des détails, par exemple, peuvent également être grossies : on a là la parfaite concrétisation du croisement de l’imprimé et du numérique.

L’édition se mue dès lors en un support d’étude grâce à la disponibilité d’une documentation sans limite quantitative qui peut faire l’objet d’un examen visuel approfondi.

_____________

En revanche, le catalogue des collections a trouvé un débouché en ligne qui mérite d’être considéré dans notre perspective ; il occupera l’essentiel du propos.

La position primordiale des catalogues de collections en ligne.

S’ils ne résultent pas de la mobilisation des recherches d’un conservateur (ou d’une équipe) sur un sujet donné (une partie du fonds, un artiste, une thématique, etc.), ces catalogues des collections, présents sur la majorité des sites de musées, manifestent l’activité scientifique au long cours du musée. Ils ne sont généralement pas suffisamment considérés comme tels, dans la mesure où ils constituent la pièce majeure de l’offre en ligne des musées en direction des publics les plus larges parmi lesquels les scientifiques, les professionnels ne sont pas toujours pris clairement en considération. De ce présupposé, il ressort que la portée scientifique indéniable de ces catalogues prend un tour plus ou moins abouti.

Au préalable, soulignons l’origine de ces catalogues car elle s’avère déterminante pour apprécier leur fortune actuelle. Produit des activités internes du musée au fil de la constitution des fonds (inventaires, récolements), de leur étude (dossiers d’œuvres, documents historiques et scientifiques, états de conservation), de leur gestion (circulations diverses), l’informatisation de ces catalogues a tiré parti de certains schémas documentaires existants (inventaires, fiches, tables, et.). Ces supports de consignation normée de la documentation scientifique muséale ont été versés dans un espace public inédit, au service de stratégies culturelles en rapport avec la façon dont les musées se représentent leurs missions.

C’est dans ce contexte mouvant, voire mouvementé, que ces catalogues peuvent être appréciés, d’un point de vue scientifique.

Directement exportables à partir des bases professionnelles informatisées, les données d’identification et de connaissance des œuvres, ne sont pas systématiquement livrées dans les catalogues en ligne. Pourtant, ces informations, donnent une première mesure de l’apport scientifique du catalogue. Ainsi, la qualité des cartels et notices qui accompagnent l’image des œuvres s’impose comme un premier critère d’appréciation. La National Gallery of Art of Washington a longtemps représenté un modèle de ce point de vue : avec le cartel complet, sont systématiquement livrées les sources bibliographiques, la provenance et l’historique des expositions de l’oeuvre. Cette exigence aisément atteignable parait désormais respectée par un nombre important d’institutions, comme le Musée d’Orsay, le Metropolitan Museum of Art, le Victoria & Albert Museum ou l’Art Institute of Chicago, par exemple. Toutefois, souvent proposées sous forme amovible, « dépliable », ces données sont rarement adjointes à l’ensemble des œuvres présentées. On entrevoit là les difficultés liées aux reversements dans des systèmes différents de gestion de bases de données mais aussi la collecte inégale des informations, au fil de l’histoire des institutions. En revanche on peut attribuer à la destination publique de ces bases de données, l’absence encore répandue de ces informations.

Collection Musée d'Orsay - Notice - Vue 1
Collection Musée d'Orsay - Notice - Vue 2

Les dimensions discursives de la mécanique de l’indexation

« Mettant en œuvre des catégories là où l’inventaire se fie à l’assentiment aux objets donnés, supposant un principe d’ordre, de classement, et un principe de désignation, une déictique, le catalogue témoigne de cette intelligence « mécanicienne » qui est apte à mettre en place des procédures, à édifier des dispositifs, à décliner les agencements du montrer-s’orienter-classer. »

Nul doute que l’intelligence mécanicienne de l’indexation, remarquablement définie par Patricia Falguières3à propos du catalogage émergeant au 16ème siècle, prend une évidence renouvelée avec le catalogue en ligne. Ici, catégories ou descripteurs se muent en leviers de circulation dans le corpus. Dans ce contexte,  cette nécessité fonctionnelle se combine à une opération heuristique. La valeur discursive et opératoire des « mots outils » qui instrumentent le catalogue des images se combine à la qualité scientifique des notices et cartels évoqués plus haut. Le point de vue du musée est aussi porté par la description, par la classification des œuvres de la collection.

D’une façon générale, on peut dire que les musées privilégient une offre classificatoire sur une offre descriptive ; autrement dit, les catégories de recherche dans les bases des collections permettent des entrées dans des pré sélections au sein d’un corpus, à partir de critères comme les grandes ères chrono culturelles, les écoles nationales, les courants artistiques, les techniques, etc., tous éléments externes à la description de l’œuvre même et qui renvoient principalement à la mise en ordre des collections par les musées . Une option illustrée brillamment par le système de filtrage par onglets du catalogue du MoMA.

MoMA Collection - Classification

La description des œuvres, appelée aussi indexation par sujets, s’avère la plus délicate à manier, transposée dans l’espace public du web. Appliquée à chaque œuvre, cette technique, dûment codifiée par des thésauri à l’usage des professionnels, est pourtant plus favorable aux rebonds, aux corrélations, à partir de chaque œuvre ; mécanique propice à une navigation horizontale, plus librement associative, au sein du corpus. Toutefois, l’usage de descripteurs, issus de vocabulaires contrôlés, soumis directement à une hypertextualité opérationnelle, peut déclencher des avalanches de rebonds non pertinents. Ainsi, à partir d’une notice du catalogue du Musée d’Orsay, certains descripteurs restent chargés d’ambivalence sémantique. Ces errements proviennent du fait que l’outillage professionnel des thésauri n’a pas fait l’objet d’une conception éditoriale adéquate à la situation de fréquentation publique du catalogue en question.

A contrario, TateOnline ouvre la possibilité de circuler par rebonds, au sein de son catalogue, grâce à la conception d’une interface très sophistiquée qui prend appui sur l’exposition de la cartographie sémantique de l’indexation de chaque œuvre. Il en ressort une vision scientifique rivée à l’analyse iconographique de l’œuvre qui se mue aussi bien en outil d’exploration de la collection qu’en support didactique.

Catalogue Tateonline - Indexation sujet avec rebonds

Hormis cette exception, la plupart des catalogues suppriment les descripteurs sujets  ou en usent de façon simplifiée. La National Gallery of Art de Washington offre, de ce point de vue, un compromis significatif, en proposant une recherche par sujets : ceux-ci se composent de quelques items principaux, parfois affinés par une arborescence ; mais on a là des descripteurs qui font davantage œuvre de grandes catégories descriptives que de description iconographique détaillée.

A ce point, les catalogues en ligne divergent des pratiques de la communication codifiée à laquelle se livrent les documentalistes et les conservateurs de musées, pour leurs fins propres. On peut y voir une conséquence naturelle du passage de ces objets spécialisés dans une sphère publique indéterminée. Pourtant, en réalité, ces choix d’entrées et de rebonds lexicaux, médiateurs de la connaissance de l’œuvre autant que de leur recherche dans ces corpus informatisés, en d’autres termes, ces choix d’indexation, sont l’objet d’une sourde négociation confrontant les points de vue respectifs du musée et du public4.

On retient de ce qui précède que les attributs sémantiques même élémentaires qui permettent la classification des œuvres ont une valeur non négligeable car ils s’inscrivent dans un contexte rare : celui de la présentation exhaustive des collections.

En effet, le catalogue de collections en ligne vise à l’exhaustivité ; nombre d’entre eux remplissent déjà cette ambition. A la collection ainsi livrée, s’ajoute l’équivalence entre toutes les œuvres. Cet agencement inhérent à la base de données relationnelles (quelles qu’en soient les particularités) est souvent conforté par l’offre générale d’un mode de recherche par l’index alphabétique des artistes, système d’interrogation des plus arbitraires, détaché de tout substrat ontologique, marque de « l’assentiment aux objets donnés ». On ne doit toutefois pas sous-estimer l’ouverture représentée par l’offre d’une présentation exhaustive des collections, précisément aussi parce que frappée de cette mesure d’équivalence. D’un point de vue documentaire, l’offre est d’un grand apport à la connaissance partagée des collections, d’autant qu’elle s’opère à un degré inédit d’internationalisation.

La fonction heuristique de l’image

Outre le partage scientifique inédit des collections d’une part croissante de musées, il faut souligner l’accessibilité des images des œuvres, d’autant que celles-ci se donnent à regarder sous des jours multiples. On peut relever que la primauté donnée à l’image conforte l’opinion consensuelle parmi les historiens de l’art selon laquelle l’approche visuelle reste primordiale dans la pratique de la discipline : regarder les œuvres, regarder les images. L’histoire du catalogue met au jour de plus en plus finement les méandres dessinés par les relations diverses  qui configurent la relation entre les œuvres, la reproduction des œuvres et les formes discursives sur l’art5.

Sans conteste, la situation contemporaine marquée par l’exploitation de la reproduction numérique des œuvres d’art bénéficie d’une généalogie des supports d’étude de l’art aux contours plus nets6.

Phénomène majeur pour la pratique scientifique, la place accordée aux images dans les catalogues des collections peut être, en premier lieu, et modestement, envisagée à travers la diversité de l’offre en ligne.

MoMA Collection - Recherche par l'image

D’abord, on remarque que plusieurs musées attribuent aux images mêmes des vertus exploratoires au sein des corpus. Plusieurs réalisations émanant de musées importants  expérimentent l’offre de « ce type de point de vue » sur les collections. Ainsi, le MOMA, propose une recherche par vignettes dont on peut régler aussi bien le nombre que la dimension ; cette opportunité de circulation dans la collection est livrée comme alternative à la recherche par catégories, déjà évoquée supra .

Avec une perspective analogue, même si seule une sélection de la collection est concernée, les Chefs-d’œuvre, le Rijksmuseum a opté pour cette démarche parmi de nombreuses propositions qui privilégient l’imagerie .

Rijksmuseum Masterpieces - Recherche par l'image

Enfin, Artscope, l’outil d’exploration du San Francisco Museum of Modern Art, propose une démarche radicale en proposant l’appréhension de l’ensemble de sa collection (plus de 4000 œuvres) par le moyen d’une seule image les comprenant toutes ; une loupe permet de détacher une œuvre d’une grille informe, par le choix d’une zone, « à l’aveugle ». On retrouve là la figure d’équivalence des œuvres de la collection, subséquente au système de la base de données.
On peut suggérer que ces démarches, chacune à leur façon, tentent de transposer dans l’univers numérique une approche à la fois heuristique et esthétique, fondée sur une perception intuitive. Simultanément, ces approches rendent présente, d’une façon inédite, la solidarité de chaque œuvre avec l’ensemble du corpus, ce qu’aucun catalogue imprimé ne peut réaliser. On discerne là une dimension radicalement neuve de l’édition en ligne.

Davantage vouées à l’étude de l’image/œuvre, à son examen rapproché, les propositions de grossissement par le zoom sont très répandues. On peut noter des variantes significatives, dans ce registre ; le MOMA ou la Tateonlineproposent une vision d’un format moyen permettant de regarder mieux une image tout en préservant la vision de l’œuvre entière ; d’autres privilégient la visualisation de détails jusqu’à la perception de l’infime, voire de l’invisible à l’œil nu7.

D’une façon générale, les outils disponibles favorisent la performance ; la National Gallery, London en donne toute la mesure.

National Gallery London - Zoom Vue 1
National Gallery London - Zoom Vue 2

Il faut ajouter à ces entreprises qui installent l’examen scientifique de l’œuvre dans un contexte commun, l’offre par certains musées de comparateurs d’images.

LACMA - Comparateur d'images

C’est le cas du Los Angeles County Museum ; le Getty Museum expérimente ce genre de présentation à partir de la collection de Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553), en proposant une sélection de détails à la comparaison .

Cranach Magnified - Comparateur d'images avec pré-sélection de détails

 

D’une façon générale, ces propositions engagent une autonomisation des images de la collection en encourageant une certaine posture d’usage qui tend à délester l’œuvre de ses attributs discursifs. C’est l’œil du savant et de l’amateur qui est représenté et mis en jeu dans cet environnement public.

Quelles que soient les figures évoquées, les bases de collections représentent l’identité même de chaque institution, dans la mesure où cette identité tient précisément à la collection. Pourtant, on peut envisager qu’une dynamique propre à la mise en réseau s’impose également aux musées et que des liens soient établis entre les collections, ajoutant un attribut à la pratique scientifique. Cette tendance n’est toutefois pas encore très représentée car l’enjeu institutionnel s’en accommode mal. Le Musée d’Orsay, par exemple, inclut parmi la présentation d’un artiste des images d’œuvres qui sont localisées dans d’autres musées français mais le lien avec le site web n’est pas forcément proposé.

Des initiatives d’un autre type, également emblématiques de l’édition scientifique en ligne, vont pour partie répondre à cet appel du réseau. Cette voie est explorée par certains projets qui font éclater, en quelque sorte, la référence au catalogue pour privilégier, soit le déploiement documentaire8, soit la mutation des conventions éditoriales.

L’édition scientifique, au-delà du catalogue.

Nous terminerons en attirant l’attention sur deux réalisations qui illustrent ces deux types de perspectives de l’édition scientifique en ligne, au-delà du catalogue. Les deux exemples choisis incarnent deux pôles extrêmes de la mise en ligne : un déploiement documentaire inédit, pour l’un, une forme accomplie d’édition critique pour l’autre.

En premier lieu, le Raphael Research Resource9 nous est apparu comme une entreprise audacieuse en ce qu’elle accorde tout son sens à la mise en réseau. Il s’agit d’une plateforme, hébergée et coordonnée par la National Gallery, London, qui vise à mutualiser la documentation muséale éparse des œuvres de Raphaël. De nombreuses institutions se sont engagées dans le processus. Cette réalisation ne met pas seulement en oeuvre les vertus de la mise en réseau, elle livre à un public indéterminé des trésors qui, contrairement aux œuvres, ne sont pas aisément accessibles aux publics, y compris scientifique. Sont en effet mises en ligne les sources ainsi que la production scientifiques des musées ; depuis les radiographies des œuvres jusqu’aux inventaires, en passant par la littérature artistique passée et contemporaine ou bien les correspondances des directeurs de musées .

Van Gogh The Letters10, illustre pour sa part l’engagement scientifique d’un musée, à partir de son fonds d’archives. En l’occurrence, le musée Van Gogh d’Amsterdam, conservateur des archives de l’artiste, est à l’initiative d’une édition critique du corpus de la correspondance de Van Gogh, sous la direction de trois chercheurs. Quinze années de recherche ont permis de livrer une somme illustrée, imprimée et numérique. Le numérique ici a permis de donner toute sa mesure à l’appareil critique exceptionnel constitué par les chercheurs, appareil paratextuel et iconographique. Surtout, l’instrumentation du corpus compose un véritable dispositif de recherche, innervé de multiples circulations hypertextuelles et  pourvu d’une table d’étude équipée d’outils d’affichage et de visualisation, dédiés à l’examen des documents.

Van Gogh The Letters

Un écart antipodique sépare l’offre de documents sources et l’édition critique d’archives muséales. Ces ouvertures témoignent de la diversité des possibilités dans l’environnement du web. Ces réalisations ont en commun avec les catalogues des collections d’apporter des solutions techniques, pour la fouille dans les corpus, pour la visualisation des documents qui font de l’environnement numérique en réseau un milieu de renouvellement des relations entre les écrits et les images, relations qui marquent la construction de l’histoire de l’art. Armés d’une culture documentaire consubstantielle à leur pratique, les professionnels des musées bénéficient d’une position privilégiée pour explorer et mettre en œuvre de nouvelles modalités de l’édition scientifique en ligne.

___________________

Un second ajout parait ici nécessaire.

Cranach Digital Archive11 nous parait dessiner une perspective originale. En premier lieu, cette réalisation ouverte à l’actualisation progressive permet des coopérations renforcées entre tous les historiens de l’art, académiques ou conservateurs des musées . Cette nouvelle figure du catalogue raisonné réalise la convergence entre la base documentaire, dans le droit fil du Raphaël Research Resource, et la version éprouvée du catalogue scientifique. L’édition numérique  s’émancipe ici du référent du catalogue imprimé, a contrario de Monet’s Paintings and Drawings (Cf.supra); fondé sur le socle structurant de la base de données, l’interface propose un agencement qui ménage la coexistence d’informations différenciées et d’outils de visualisation tout en favorisant l’étude par l’image. Il se confirme que le web est désormais appréhendé comme un environnement propice à l’essor de la publication scientifique en ligne ; par les voies multiples explorées, les supports d’étude se modifient mais également les méthodes et les pratiques qui leur sont associées.

 

  1. Association Générale des Conservateurs et des Collections Publiques de France []
  2. Parmi les trois catalogues du Louvre, le Catalogue de l’art britannique parait le mieux abouti []
  3. FALGUIÈRES, Patricia, « Les Raisons du catalogue », Cahiers du musée national d’art moderne, nº 56/57, 1996, p. 6-8. []
  4. Nous faisons ici référence à la folksonomy, l’invitation à l’indexation des œuvres par le public []
  5. L’ouvrage récent de Pascal Griener, La République de l’œil – L’expérience de l’art au siècle des Lumières,  Paris, Ed. Odile Jacob, 2010, vient nourrir un domaine de recherche qui se renforce depuis une vingtaine d’années []
  6. L’exposition Musées de papier – L’Antiquité en livres,1600-1800, organisée par le musée du Louvre du 25 septembre 2010 au 3 janvier 2011, est arrivée à point nommé, symptomatique de la nécessité de mettre le tournant numérique en perspective []
  7. Il y aurait beaucoup à dire sur le bien fondé de l’usage systématique du zoom, au regard des types d’œuvre mais aussi du point de vue de la qualité ou des dimensions de l’affichage sur l’écran, bien évidemment []
  8. C’est ce que nous avons désigné par le terme de documentarisation du patrimoine, in WELGER-BARBOZA, Corinne, Le musée à l’ère du document numérique – Du musée virtuel au musée médiathèque, Paris, L’Harmattan, 2001. []
  9. Nous renvoyons à la présentation que nous en avons faite, ici-même []
  10. Idem : nous avons consacré une analyse détaillée à ce corpus instrumenté []
  11. que nous avons présenté ici même []

Ara pacis Augustae

Vue d'ensemble

Le site Ara Pacis Augustae est une réalisation multilingue conçue et réalisée par Charles Rhyne, Professeur Emérite d’histoire de l’art au Reed College (Oregon), dédiée au monument bien connu, élevé entre 13 et 9 avant JC, à la gloire d’Auguste. Charles Rhyne s’est investi, de longue date, dans la réflexion sur les apports de l’imagerie numérique pour la discipline ; depuis 1996, il a consacré de nombreux articles à ce sujet et a également édité plusieurs sites web de recherche1.

Les objectifs scientifiques du site sont de documenter la longue histoire du Monument par l’image, de sa redécouverte jusqu’à la réalisation récente du Musée. Ce faisant, la documentation opère à deux niveaux : elle rend compte de l’évolution de la connaissance du monument comme de celle de la documentation iconographique même ; l’on peut mettre en regard l’évolution des connaissances, du point de vue des auteurs et les moyens et choix de représentation utilisés au fil du temps.

C’est effectivement à une lecture historiographique du monument que nous invite Charles Rhyne. Il a rassemblé tous les documents iconographiques produits et reproduits, depuis quelques dessins des 16ème et 17ème siècles jusqu’aux photographies numériques qu’il a réalisées lui-même afin de documenter l’état actuel du monument, y compris les salles du musée, créé en 2006.  Dessins, gravures, photographies mais également cartes et plans, diagrammes constituent un corpus unique, issu de la littérature scientifique de référence qui, dans la foulée de la période de fouilles comprise entre 1856 et 1925, a présenté, représenté, renouvelé la compréhension de l’Ara Pacis, qu’il s’agisse de restituer son architecture ou les décorations, les bas-reliefs dont les faces intérieures et extérieures sont parées.

Lanciani - 1897

Le corpus est donc constitué principalement d’images ; toutefois, celles-ci étant pour la plupart issues de publications (Lanciani – 1897 ; Petersen – 1902 ; Dissel – 1907 ; Moretti – 1948 ; Toynbee – 1953 ; Ruesch et Zanardi – 1983 ; Andersen – 2003 ; Martellotti (article) – 2003), on accède à l’intégralité de ces ouvrages en ligne par des liens vers d’autres sites. Le reste du corpus photographique est le fait de Charles Rhyne lui-même.

Les publications de référence citées ci-dessus forment une entrée à part entière dans le corpus. Mais une autre entrée est ménagée par les éléments architecturaux de l’autel ; cet accès croisé au corpus laisse l’utilisateur libre de privilégier la lecture historiographique ou la compréhension du monument, sous toutes ses formes. Une entrée permet également d’envisager l’architecture du musée. Deux pages de présentation (Introduction, Photographs of the Ara Pacis) informent des motifs de l’entreprise). Enfin, une chronologie détaillée et une bibliographie/webographie commentée, privilégiant les ressources iconographiques, permettent d’y faire d’autres incursions ou bien des excursions sur le web.

Zoom reconstitution hypothétique d'un chapiteau Moretti - 1948

La navigation est servie par une structure limpide ; le menu qui rassemble tous les accès reste à portée de main, en permanence. Un outil de visualisation permet d’examiner chaque document grâce à un zoom ; les images ont toutes été numérisées avec la résolution nécessaire. Pour procéder à des comparaisons, l’auteur recommande d’ouvrir tout simplement deux fenêtres ou davantage, si l’écran de l’utilisateur le permet.

L’Ara Pacis fait partie de ces objets d’histoire de la culture politique et de l’art romains qui sont très bien représentés en ligne. Toutefois, ce site se démarque par l’intérêt scientifique singulier porté à la mise en perspective des sources iconographiques, au passé comme au présent.

 

  1. On en trouve la liste sur sa page personnelle []

Meilleurs Voeux, Best Wishes

 

L’équipe de l’Observatoire critique vous souhaite une année bonne, meilleure ou moins mauvaise, une année de travail, une année de changement… Une année qui nous aide à nous réjouir du temps qui passe ? Et en prime, le partage d’une image ou plutôt d’images d’images d’images…

Car parmi tant d’autres me sont revenues à l’esprit ces images, exposées à Arles, cet été, sorties de leur bain numérique comme le poisson de l’eau, par Hermann Zschiegner, « Photography in the Age of Google ». Issues de   l’opération  booléenne, tapée dans Google images : (+ walder evans + sherrie levine) .

Ces images sont reproduites ici à partir du catalogue papier de l’exposition FROM HERE ON1 : retour au Web, avec modification.

Mais auparavant, une autre version conceptuelle (hyper-conceptuelle ?), plus orthodoxe, était livrée par Michael Mandiberg (2001).

La voici :

AfterWalkerEvans                                                                                      AfterSherrieLevine

After Michael Mandiberg (2001), accessible sur Rhisome.org.

Une année sous le signe des jeux en abîme de l’œuvre et du document, un objet qui réunit et agite tout autant les artistes, les historiens de l’art, les chercheurs en études visuelles, les Digital Humanists et tous ceux qui le souhaitent, bien sûr.

 

 

 

  1. Exposition – Manifeste, dirigé par Clément Chéroux, Joan Fontcuberta, Erik Kessels, Martin Parr, Joachim Schmid, dans le cadre des Rencontres photographiques, 4 juillet – 18 septembre []

Digital Humanities 2012 – Appel à communications – “Diversité numérique : cultures, langues et méthodes”

  1. C’est à l’université de Hambourg que se tiendra la prochaine conférence internationale des Digital Humanities, du 16 au 22 juillet 2012.

La thématique de cette onférence, “Diversité numérique : cultures, langages, méthodes” propose un cadre problématique qui prend acte de l’extension géo-culturelle des Digital Humanities et des nouvelles questions issues de cette évolution. Une approche qui suscitera, nous l’espérons, l’intérêt et la  participation des Digital Humanists français.

Voici l’appel à communications du Comité de programme, dans sa version française ; celle-ci figurera sous peu, avec d’autres traductions en d’autres langues, sur le site de la Conférence.

ADHO (Alliance of Digital Humanities Organisations)

Digital Humanities 2012 – Appel à Communications

Université de Hambourg

Du 16 au 22 juillet 2012.

http://www.dh2012.uni-hamburg.de/

Date limite de réception des propositions : 1er novembre 2011 (Minuit Heure GMT).

Nota Bene : Le comité de programme n’accordera aucun report de la date limite, comme cela a pu sembler acquis, ces dernières années. La date butoir du 1er novembre est définitive. Si vous souhaitez soumettre une communication à la conférence D.H. 2012, vous devez le faire par le moyen du formulaire électronique, sur le site web de la conférence, jusqu’au 1er novembre.

La forme des communications inclue :

–         Les Posters (résumé de 1500 mots maximum)

–         Les communications courtes (résumé de 1500 mots maximum)

–         Les communications longues (résumé de 1500 mots maximum)

–         Les sessions comprenant plusieurs communications, y compris tables rondes (résumé de présentation maximal de 500 mots).

Appel à communications :

I. Information générale :

Le Comité de programme international appelle à la soumission de propositions sous la forme de résumés, de 750 à 1500 mots, sur tout aspect des Digital Humanities, des questions technologiques aux questions de recherches et d’enseignement dans les Humanités (SHS).  Nous accueillerons avec un intérêt particulier des propositions relatives aux travaux interdisciplinaires et aux nouveaux développements dans le domaine, et nous encourageons les propositions en rapport avec la thématique de la conférence de 2012, à savoir : « La diversité numérique : cultures, langues et méthodes ».

Avec ce thème de la diversité numérique à l’esprit, nous attendons plus particulièrement des propositions émanant de communautés émergentes des Digital Humanities ; de chercheurs engagés dans les domaines des arts numériques y compris de la musique, dans les approches de spatialisation de l’histoire et dans les projets ou processus institutionnels et associatifs s’adressant aux publics les plus divers (Public Humanities). Le site web de la conférence se trouve à l’adresse : http://www.dh2012.uni-hamburg.de/ et sera développé dans les prochaines semaines. Le Comité de programme espère un programme varié ; pour cette raison, il n’acceptera pas, en principe, des propositions multiples émanant du même auteur ou du même groupe d’auteurs.

Par exemple, les propositions peuvent traiter des aspects suivants des Digital Humanities : les recherches dans les domaines de la fouille de données, du design de l’information et de la modélisation, des études logicielles (Software Studies), des recherches permises par les média numériques ;

Les recherches assistées par ordinateur et les applications informatiques dans les domaines de la littérature, de la linguistique, des études culturelles et historiques, y compris, la littérature électronique, les projets engageant les publics ainsi que les aspects interdisciplinaires de la recherche contemporaine, à l’ère du numérique. Par exemple, peuvent être concernés l’analyse de textes ou de corpus, l’analyse linguistique de corpus, le traitement informatisé de la langue, ou l’apprentissage des langues ;

Les arts numériques, l’architecture, la musique, le cinéma, les arts du spectacle, les nouveaux médias, les jeux électroniques et les domaines connexes ;

La création et la curation (édition) de ressources numériques ;

Le rôle et la place des Digital Humanities dans les cursus académiques.

Dans l’esprit de la thématique de la conférence, et en accord avec le comité permanent du Multilinguisme et du Multiculturalisme de l’ADHO, nous encourageons vivement les propositions traitant de l’incidence des méthodes et des modèles numériques sur les développements du multilinguisme et du multiculturalisme, autant que celles attentives aux défis et aux potentialités qui se présentent pour les Digital Humanities, en termes de diversité linguistique et culturelle. Les propositions s’attachant aux langues et aux cultures vulnérables, marginalisées ou minoritaires sont particulièrement bienvenues, notamment les études de cas montrant des processus d’intégration multilingue et multiculturel réussis, grâce à des méthodes utilisant le numérique. Une sélection de communications pourra être choisie pour être publiée dans des prochains numéros des revues de l’ADHO, consacrés au thème du multilinguisme et du multiculturalisme.

On peut aussi se faire une idée de la variété des thèmes couverts par les Digital Humanities en consultant les revues des associations du domaine : Literary and Linguistic Computing (LLC), Oxford University Press, Digital Humanities Quaterly (DHQ).

La date butoir pour soumettre les propositions de posters, de communications courtes ou longues et de sessions de groupe au Comité de Programme est fixée au 1er novembre 2011. Cette date étant définitive, nous vous pressons de commencer à préparer vos propositions avant même que le formulaire de soumission en ligne soit opérationnel. Les candidats seront avertis de l’acceptation de leur proposition, le 1er février 2012. Voir ci-dessous les détails des modalités de soumission des communications.

Un appel à participation pour les pré-conférences et les ateliers sera publié par le comité de programme, d’ici peu. Par ailleurs, les propositions de démonstrations émanant de commerciaux ou de personnes non patentées sont à soumettre directement à Jan Christoph Meister, organisateur local de la conférence, aussi rapidement que possible. Son adresse e-mail est  jan-c-meister@uni-hamburg.de. Toutes les autres propositions devront être soumises au comité de programme, par le moyen du formulaire en ligne mentionné ci-dessus, sur le site web de la conférence.

Pour plus d’informations sur la conférence, rendez-vous sur le site web  http://www.dh2012.uni-hamburg.de/.

 

II. Les différents types de communications ;

Les propositions soumises au comité de programme peuvent prendre plusieurs formes: 1) Les Posters ; 2) Les communications courtes ; 3) Les communications longues ; 4) Les sessions de groupe, composées de trois communications ou les tables rondes avec un nombre supérieur d’intervenants. Le candidat doit préciser dans quelle catégorie de communication s’inscrit sa proposition ; toutefois, le comité de programme peut accepter sa proposition dans une autre catégorie que celle souhaitée, en raison de la quantité ou de la nature des propositions. Cette solution répond, en partie, au nombre impressionnant de réponses aux appels des dernières années, et en partie, au fait que toutes les candidatures sont bien fondées et que les types de présentations sont d’égale importance.

Les résumés et les posters peuvent être écrits en anglais, français, allemand, italien ou espagnol.

1)      Les Posters

Il convient de soumettre un résumé de 750 à 1500 mots. Les présentations de posters peuvent inclure tout travail en cours sur quelque thème que ce soit de l’appel à communications, comme souligné ci-dessus : technologie, monstrations de projets ou de logiciels. Ces expositions de posters ou de logiciels se doivent d’être interactives car elles donnent aux porteurs de projet l’opportunité d’échanges d’idées individualisés  et de discussions approfondies et détaillées avec ceux qui sont intéressés par les mêmes objets. Des cimaises seront mises à disposition pour afficher les projets ainsi que des connexions pour les ordinateurs, si nécessaire ; les porteurs de projets sont invités à fournir une adresse URL de référence, des cartes de visites et, si possible, des guides détaillés pour compléter l’information. Les posters seront exposés à différents moments de la conférence mais une session distincte leur sera dédiée dans le programme de la conférence, afin que les porteurs de projets soient disponibles pour présenter leurs travaux et pour répondre aux questions. Des moments supplémentaires pourront être dédiés à la démonstration de logiciels ou de projets. Les sessions de posters peuvent faire connaître des projets parmi les plus innovants ou importants, engagés dans le domaine des Digital Humanities. C’est pourquoi, le Comité de programme récompensera le meilleur Poster par un prix.

2)      Les  communications courtes

Il s’agit d’une nouvelle catégorie de communication, permettant jusqu’à 5 présentations au cours d’une session d’une heure ; la durée de chacune d’entre elles ne doit pas excéder 10 minutes, afin que chaque présentation puisse donner lieu à une ou deux questions.

Les propositions de ces communications brèves (de 750 à 1500 mots) conviennent pour faire part d’expériences, de travaux en cours  et également pour décrire la conception d’outils ou de logiciels, à un stade peu avancé de développement. Le Comité de programme se réserve la possibilité de décider si les présentations courtes peuvent s’inscrire à la fois dans ce type de session et celle des posters.

3)      Les communications longues

Les propositions de communications longues (de 750-1500 mots) sont adéquates à la présentation de recherches substantielles, arrivées à terme mais non encore publiées ; le développement de nouvelles méthodologies ou de nouvelles ressources numériques et/ou de réflexions théoriques rigoureuses ou encore d’hypothèses ou de lancement de débats critiques. Ces communications disposeront, chacune, de 20 minutes et de dix minutes pour des questions.

Les propositions portant sur le développement de nouvelles méthodologies technologiques ou de nouvelles ressources numériques devront indiquer comment ces méthodologies s’appliquent à la recherche et/ou à l’enseignement, leur impact quant à la formulation des questionnements dans le domaine de recherche concerné et doivent inclure une appréciation critique liée à l’application de ces méthodologies dans les humanités (SHS). Les propositions qui se focalisent sur une application particulière ou un type de ressource numérique dans le champ, doivent se référer tant aux approches traditionnelles qu’aux démarches assistées par ordinateur établies dans le domaine concerné, et en motiver la critique. Toute proposition doit inclure des références à une littérature critique pertinente, en rapport avec la démarche proposée.

4)      Sessions de groupe (90 minutes) peuvent consister en :

Soit, trois communications longues.

Le coordonnateur de la session doit soumettre une introduction synthétique, résumée en  500 mots, décrivant la problématique d’ensemble ainsi que les résumés de chaque communication ((de 750 à 1500 mots) ; il doit également mentionner que chaque participant présentera effectivement sa communication, au cours de la session.

Soit, une table ronde de quatre à six intervenants.

Le coordonnateur de la table ronde doit soumettre un résumé de 750 à 1500 mots, décrivant la thématique, l’organisation ainsi que les noms de chacun des intervenants participant effectivement à la session.

La date butoir pour les propositions de sessions de groupes est la même que pour les autres communications, à savoir : le 1er novembre 2011.

Quelques précisions au sujet des sessions de groupe : les textes soumis à ce type de session ne peuvent être soumis, par ailleurs, dans aucune autre catégorie. Les coordonnateurs des sessions de groupe doivent motiver l’intérêt de lier les trois communications dans une session particulière, par exemple, en explicitant la valeur ajoutée de cette association au regard de la présentation autonome de ces communications et plus particulièrement en faisant ressortir l’adéquation de cette formule au regard de la thématique de la conférence.

 

III.  Le format des propositions

Toutes les communications doivent être soumises sous forme d’un document numérique, par le moyen du formulaire en ligne, ouvert sur le site web de la conférence, à l’adresse http://www.dh2012.uni-hamburg.de, à partir du 1er octobre 2011. Quiconque a déjà utilisé le système confTool, soit pour soumettre une communication soit pour en évaluer, doit utiliser les codes de son compte plutôt que d’en créer un nouveau. En cas d’oubli de ces codes, contacter Paul Spence à l’adresse e-mail : paul.spence@kcl.ac.uk .

 

IV.  Le lieu d’accueil de la conférence

Hambourg, située au bord de l’Elbe, compte environ 1,8 millions d’habitants intra-muros, ce qui fait de cette ancienne cité marchande hanséatique, la deuxième ville la plus importante d’Allemagne. Hambourg est marquée par son port son orientation internationale et son inspiration cosmopolite.

L’université de Hambourg fut fondée en 1919. Aujourd’hui, la Faculté des Humanités accueille plus de 10 000 étudiant/e/s. Depuis sa création, l’université de Hambourg a fait des langues et cultures étrangères un axe principal de ses activités. L’approfondissement et l’exploration de la diversité sont une des priorités des Humanités – et produire des théories, des méthodes  et des outils à cette fin représente un défi particulièrment intéressant au domaine des Digital Humanities. Nous espérons que vous prendrez part à la discussion sur la « Diversité numérique », lors de la conférence DH2012 et attendons de vous rencontrer à Hambourg !

 

V.  Les bourses pour les jeunes chercheurs

Un nombre limité de bourses seront dispensées par l’ADHO aux jeunes chercheurs qui proposeront des communications à la conférence. Les jeunes chercheurs qui veulent bénéficier d’une bourse trouveront toutes les informations pour poser leur candidature sur le site web de l’ADHO, http://www.digitalhumanities.org , aux alentours du 1er novembre 2011.

Davantage de détails seront publiés à ce sujet, dans les prochaines semaines.

 

VI.  La composition du comité de programme international

Susan Brown (SDH-SEMI – Vice Chair)

Arianna Ciula (ALLC)

Tanya Clement (ACH)

Michael Eberle-Sinatra (SDH-SEMI)

Dot Porter (ACH)

Jan Rybicki (ALLC)

Jon Saklofske (SDH-SEMI)

Paul Spence (ALLC – Chair)

Tomoji Tabata (ALLC)

Katherine Walter (ACH)

 

The Conference of Digital Humanities 2011 at a glance!

La Conférence de cette année se tient à l’université de Stanford, du 19 au 23 juin 2011. Elijah Meeks, Digital Humanist à demeure, un des protagonistes du remarquable Mapping The Republic of Letters,1, a donné une forme inhabituelle à cet évènement.

Il a réalisé un ensemble de graphes permettant de percevoir la conférence sous un jour éclairant : participants, sujets présentés, universités d’origine sont spatialisés, au-delà d’une simple inscription géographique. On accède ainsi à des paysages de données dynamiques qui rendent compte de densités relatives, de connexions plus ou moins développées entre centres et chercheurs, des origines géographiques mais aussi des thèmes de prédilection qui animent la communauté effervescente des Digital Humanities. La vision des équipes est au centre de ces représentations : figures atomisées ou fortement reliées, centres et périphéries, bataillons serrés ou vaillants esseulés, les configurations multiples sont suggestives. Elles sont propices aux interrogations : comment les équilibres ou déséquilibres perceptibles vont-ils évoluer ? L’irruption de nouveaux entrants redessinera sans doute les intensités et les relations établies ; seul le temps, variable forcément absente ici, le dira. Une interrogation me parait particulièrement avivée par ces modélisations : les projets ou communications véritablement internationaux et pluridisciplinaires représentent un enjeu essentiel pour le réseau des Digital Humanities. Au-delà des consortiums techno(cratico)-scientifiques qui se sont multipliés ces dernières années, comment favoriser la menée de projets collectifs ? D’ailleurs, une des communications du colloque s’attache à interroger les conditions de ces entreprises difficiles que sont les collaborations internationales, mettant en jeu les différences culturelles, académiques, linguistiques, collaboratives :  A Trip Around the World: Balancing Geographical Diversity in Academic Research Teams (Lynne Siemens, Elisabeth Burr, Richard Cunnigham, Wendy Duff, Dominic Forest, Claire Warwick).

Quoi qu’il en soit, s’agissant d’une simple coupe documentaire de LA conférence 2011, la puissance de représentation graphique favorise la spéculation et la liste ou le sommaire paraissent bien pauvres, en regard, pour se figurer les dynamiques qui animent la vie du réseau des D.H. – même si, bien sûr, celle-ci ne s’exprime pas toute, à l’occasion de la conférence annuelle. Mais voyez par vous-même.

Dans ce concert international, il ne parait pas inutile de souligner que la participation française s’accroît encore, cette année, avec des communications : Reusability of Literary Corpora: the “Montaigne at work” Project par Marie-Luce Demonet2, responsable scientifique des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (Centre des Etudes Supérieures de la Renaissance – Université de Tours-François Rabelais) ; Medical Case Studies on Renaissance Melancholy: Online Publication Project, par Suciu Radu, (Université Denis Diderot-Paris 7) ; avec des posters : Interactive Layout Analysis, Content Extraction and Transcription of Historical Printed Books using Agora and Retro , par  deux autres chercheurs de l’université de Tours, Jean-Yves Ramel3 et Nicholas Sidère,   Constructing DARIAH—the e-Infrastructure for the Arts and Humanities par Laurent Romary, (INRIA), avec Blanke Tobias, (King’s College) et Christiane Fritze (State and University Library Goettingen).

Je ne présenterai pas de communication, cette année, mais je suis ravie de présider une session dont les communications s’annoncent pour le moins stimulantes : The Object of Platform Studies: Relational Materialities and the Social Platform (the case of the Nintendo Wii, par Steven E. Jones, George K. Thiruvathukal (Loyola University Chicago) ; Cinemetrics, par Arno Bosse, Keith Brisson, Yuri Tsivian (University of Chicago) et Digital image analysis and interactive visualization of 1000000 manga pages, Lev Manovich1, William Huber, Jeremy Douglass (respectivement : Visual Arts Department, University of California, San Diego, 2Software Studies Initiative, The California Institute for Telecommunications and Information Technology, San Diego).

On peut consulter l’ensemble du programme en quatre langues. Non seulement la géographie des Digital Humanities représentées à la conférence s’étend mais le multilinguisme semble progresser, lui aussi…On peut retrouver toutes les présentations dans The Book of Abstracts ; autre innovation, en ligne, un moteur permet d’y effectuer des recherches.

Pour boucler la boucle, j’en reviens à Elijah Meeks. Sur son blog, j’ai découvert un « sub-projet » en cours, de Mapping The Republic of Letters. Il s’agit de Mapping Le Grand Tour !

 

Il se trouve qu’en conclusion de la séance du séminaire doctoral “Histoire de l’art et Digital Humanities”, j’avais montré un aperçu de cette réalisation  fameuse  afin précisément d’envisager la portée interdisciplinaire de certains outils et démarches. « On pourrait appliquer ce type d’outils à la représentation de la circulation des œuvres entre marchands et collectionneurs, à une époque donnée,  par exemple,… » avais-je suggéré. Les Dix-huitiémistes de Stanford ont choisi de traduire en flux visibles et dynamiques les circulations et les communications tissées par les voyageurs du Grand tour. On ne manquera pas, sur place, de rassembler autant d’informations que possible sur ce projet qui devrait intéresser les historiens de l’art.

 

  1. plutôt que de le présenter, j’invite à consulter son blog pour tout savoir sur ses travaux de visualisation de données. Il présente également une communication : Modeling Event-Based Historical Narratives: A Conversation Between Digital Humanists, Information Scientists and Computer Scientists []
  2. Rappelons que Marie-Luce Demonet a remporté le Grant Google pour son projet Full-text retrieval and indexation for Early Modern French []
  3. lui aussi lauréat du Grant Google pour Using Pattern Redundancy for Text Transcription []

Séminaire doctoral – L’histoire de l’art et les Digital Humanities.

Vendredi 8 avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage, INHA.

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

La date de la quatrième et dernière séance de ce cycle “Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique”  est fixée au 13 mai 2011.

MutEC – « Conférence-démo »: « Pratiques numériques en histoire de l’art » – mercredi 30 mars 2011, Lyon

La prochaine”conférence-démo” de MutEC se tiendra le mercredi 30 mars 2011 de 17h à 19h à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, site Descartes, salle F106.

Sur le thème “Pratiques numériques en histoire de l’art“, Corinne Welger-Barboza (Maître de conférence à l‘université Paris 1) suivi  d’une présentation d’un outil “idéal” pour les corpus de manuscrits enluminés, par Elli Doulkaridou (Doctorante Université Paris 1).

Résumé : Comment l’histoire de l’art est-elle engagée dans les développements du numérique ? La question est aussi vaste que les domaines couverts par la discipline sont nombreux ; une attitude consensuelle tend toutefois à privilégier la position de l’image dans les pratiques d’étude.  Dans cette perspective, Corinne Welger-Barboza, maître de conférence à l’UFR d’histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), envisagera des figures élémentaires des nouvelles pratiques du document visuel, associées aux propriétés de l’image numérique. Ensuite, des corpus instrumentés seront présentés afin de dégager les orientations d’une histoire de l’art partie prenante des Digital Humanities.

A partir de sa spécialité, l’étude des manuscrits enluminés de la Renaissance italienne, Elli Doulkaridou, doctorante à l’université Paris 1, montrera une composition “fictive”. Comment concevoir l’instrumentation d’un corpus de ce type, afin qu’il réponde à toutes les exigences de la recherche dans ce domaine ? La “démo” de cet hybride, réalisé à partir de l’étude critique de réalisations effectives, proposera des réponses à ces interrogations.

Conférence ouverte à tous – inscription souhaitée : contact : claire.giguet@ish-lyon.cnrs.fr

Master UCLDH – En savoir un peu plus… avec Claire Warwick, Centre Director.

Dans la foulée de l’information que nous avions publiée au sujet de la création du Master Digital Humanities à University College, London, nous avons posé quelques questions à l’équipe de direction, composée de Claire Warwick, Melissa Terrass et Simon Mahony. Claire Warwick, Directrice du Centre de D.H., nous a répondu par mail.

What are the contextual circumstances that have permitted or facilitated UCL to decide the creation of the D.H. Center ? Could you answer that question taking into consideration the academic situation in the field in the United-Kingdom, and in the local academic environment ?

The idea for UCLDH came about after the then Head of the Department of Computer Science, Professor Anthony Finkelstein heard a talk about DH at Cambridge University, given by Willard McCarty of KCL. Inspired by this talk he contacted me, and we decided to set up a meeting at UCL to see whether other people were interested. Over 100 people attended the meeting from every Faculty of the university including Life Sciences, Engineering Science and Built Environment. As a result of this impressive level of interest we were encouraged by the Vice Provost Research, Professor David Price and the Dean of Arts and Humanities, Professor Henry Woudhuysen, to start a centre. We were successful in being awarded a grant from the UCL Provost’s Development Fund, which is used to support the establishment of new, interdisciplinary research and teaching initiatives. This will fund UCLDH for its first two years.

UCLDH was particularly timely in the UCL context since a series of research Grand Challenges had recently been established. These are intended to create interdisciplinary networks of scholars to address global problems: Global Health, Human Wellbeing, Intercultural Interactions and Sustainable Cities. Several interdisciplinary research institutes have been established to facilitate this work and UCLDH fits well within this model. UCL is also unique in world top 10 universities in having a Department of Information Studies, world leading Computer Science and humanities research, as well as museums, libraries, galleries and archives both at UCL and close to us in central London. This creates a very fertile mixture of materials, influences and ideas with which we can work.

We feel that this combination of factors makes us unique not just in the UK, but in the world. But it certainly drives our distinctive approach to DH. We believe that excellent DH research can only come about when the project is challenging both for computer scientists or engineers and to humanities scholars and we aim to create new knowledge in both parts of this equation. This distinguishes us from more traditional approaches to DH, where computing was generally in the service of humanities research, rather than an equal partner with it.

How do you argue the necessity of a MA degree : is it the very responsibility of the D.H. Centres to assume this kinds of courses ? Is this part of a strategy that aims to foster an interdisciplinary field? Is the aim to supply to the technological gaps in the Humanities disciplines?

As a university UCL believes that leading researchers in all disciplines should teach and pass on their knowledge to the next generation of potential scholars. Thus we feel that students should be able to benefit from UCLDH’s unique interdisciplinary approach and not just academic researchers. So it seemed obvious to develop a teaching programme that is highly interdisciplinary and allows students to call on the very diverse subject areas in which UCL has expertise. Students may indeed be from a humanities background, seeking more technical content, but we also envisage that some of them will be technical people who might like to work in a humanities or cultural heritage context.

In my understanding of the D.H. Master, the “main courses” (4 core modules) express the essential place of producing and managing digital resources and digital edition in research or in professional practices (notably, cultural heritage). How have you designed the architecture of the MA, composed by these “main courses” and so many choices with the optional modules?

We discussed the skills that students ought to have to be considered a digital humanist and these formed the core courses. For the options we looked at all the possible courses that UCL departments offer which we felt would be of interest to DH students, and approached the relevant academics to ask if they would allow their module to be included in the MA/MSc. Almost all of them were happy to do so.

In your opinion, which fields do you expect the students come from? How do you figure out their disciplinary origin? How do you figure out their academic or professional objectives?

See above. We don’t mind what fields people come from. We get information about their backgrounds and objectives from the application forms that they send and also from interviews, if we feel that they have potential to study the course. If they are awarded a place at UCL we will of course discuss their chosen path with students when they begin their course, and as it progresses.

Could we design a general strategic schema where the D.H. Centers integrate earlier the academic degrees, creating a PhD first, then Masters, then?

No, not really. There is no generic schema, and not all universities will want to operate in the same way.

In addition, do you think that Digital Humanists have to think about the place assigned to the digital culture in the lowest degrees, in terms of renewing pedagogy and courses do you think it is rather a discipline which deals with graduate degrees or higher

No I think DH should definitely be integrated into undergraduate teaching, and I am sure that will come with time. Indeed we have a DH module suggested for a planned interdisciplinary BA/BSc Undergraduate degree.

As the Staff, all of you belong to Information Studies faculty – although each of you have undertaken research and teaching in other disciplines – (that is not common in the French academic culture). Is it an “accident” or do your think that Information studies have a specific vocation to set up interdisciplinary Digital Humanities?

Not all of us are in DIS. There are several DH people in other departments, notably Computer Science. Also people who do DH are to be found in many other UCL departments, such as archaeology, anthropology, fine art, architecture, engineering etc. We are really a network whose base just happens to be in DIS. But Information Studies is a very good base for DH because it is a naturally collaborative and interdisciplinary area. People in IS often work across boundaries of disciplines and collaborate with others in different subjects, so we are a good place for people who want to make links with others. As you may know several US iSchools also do DH.

How do you regard the relationships with the other disciplines : do you invite students in literature or in art history, for instance, to follow the master as a complementary or as an alternative degree?

I’m not sure what this means. If it means can they take modules from DH then yes we plan to allow that in future if people from their primary subject would like to do this. Otherwise we are happy to collaborate with anyone in any discipline if we can think of a productive way to work together.

Séminaire Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

Nous attirons particulièrement l’attention sur la prochaine séance du séminaire, organisé par Invisu et Sens Public, qui se tiendra le10 février 2011, Salle Peresc, à l’iNHA, de 18h à 20h.

Ce sont les Serious games qui seront présentés par Simon Bachelier, chargé de projet jeux vidéo et serious game à Universcience (Cité des Sciences et Palais de la Découverte). La conférence permettra de situer ces “jeux sérieux” dans le développement des jeux video pour s’attacher ensuite à leur usage comme outils d’apprentissage et de transmission des savoirs.

Séminaire doctoral – report de la séance du 11 février 2011

Pour des raisons exceptionnelles, la prochaine séance du séminaire Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art, est reportée au 11 mars 2011. Toutes les séances prévues seront déplacées d’un mois sur l’autre. La date de la dernière séance, en mai, sera communiquée dès qu’elle sera fixée.

Contacts : Élisabeth Doulkaridou, elisabeth.doulkaridou@gmail.com ; Marie-Laure Gabriel, mlauregab@yahoo.fr ; Gaylord Brouhot, gaylord.brouhot@inha.fr

Vers les cabinets d’estampes en ligne : Le cas du Virtuelles Kupferstichkabinett

La base d’estampes Virtuelles Kupferstichkabinett compte déjà trois ans de vie sur la toile. Le projet mené conjointement par la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel et le Herzog Anton Ulrich-Museum de Braunschweig a été lancé en 2007, avec l’objectif d’abriter un cinquième des collections de ces institutions.  Financée par la DFG1 et en coopération avec le Bildarchiv Foto Marburg, la base compte aujourd’hui 37.996 items2 ; l’objectif de 40 000 images, fixé pour mars 2011, est donc en passe d’être atteint.

Ce fonds extraordinaire est principalement constitué de la collection d’estampes des Ducs de Braunschweig-Wolfenbüttel. Il couvre cinq siècles de production, allant du XVème jusqu’à au milieu du XIXème siècle. Une des collections de plus importantes en Europe, on y trouve toutes les techniques, de la gravure sur bois à la lithographie en passant par le burin, l’eau-forte et la gravure à la poupée. De même, l’éventail des thématiques est très large, couvrant des domaines classiques comme la religion, l’histoire et la mythologie mais également des domaines plus insolites, comme l’anatomie, l’ornement et les scènes de fêtes.

Élégance et simplicité

La mise en page du site, sobre et minimaliste, est avant tout dictée par le souci de l’ergonomie et l’aisance de la navigation. En effet, les recherches sur les estampes sont souvent assez complexes, à cause d’éditions et de copies multiples, d’artistes anonymes et d’œuvres non-identifiées. Par conséquent, le choix a été fait, de proposer d’emblée un formulaire de recherche multicritères en guise de page d’accueil, afin de favoriser l’accès à l’information. Une présentation synthétique ajoute à ce parti-pris de clarté en donnant les clés nécessaires à une recherche instantanée, par l’emploi des opérateurs ou des index.

Figure 1 : La page d’accueil offre un accès direct aux options de recherche.

Comme son nom l’indique, le site se veut un cabinet d’estampes virtuel, un espace de travail dédié, composé de l’essentiel : un corpus et des outils de consultation.  Le choix des couleurs (des tons de gris) par ailleurs, malgré son apparente simplicité, sert lui aussi la meilleure visibilité des estampes qui sont, dans leur grande majorité, en noir et blanc.

Nous distinguons deux menus dont les vocations différentes sont marquées par leur emplacement. Le menu que l’on appellera ici « externe », placé en haut à droite, hors du cadre de consultation, renvoie vers des informations générales sur le projet, les termes techniques employés, l’utilisation de la base et les crédits.

Le menu « interne » est, quant à lui, épuré et ergonomique : en effet, les trois onglets (« search options », « results » et « object »)3 structurent de manière essentielle l’espace de travail. Comme on le verra, les deuxième et troisième onglets communiquent entre eux pendant chaque session de recherche.

Des options de recherche adaptées

La recherche peut être simple ou multicritères, avec la possibilité de combiner trois critères au maximum parmi de nombreuses options. Les combinaisons donc sont variables, adaptées à toute sorte de requête. Le site propose, entre autres, la recherche par référence bibliographique, une pratique que l’on trouve aussi dans la base de données du British Museum, et qui s’avère particulièrement utile pour les recherches dans le domaine car le nombre d’exemplaires, les différents états d’une estampe et la question de l’attribution, imposent le recours aux catalogues de référence, comme le Bartsch ou le Hollstein.

Les termes du vocabulaire contrôlé ont fait l’objet d’un traitement bilingue : pour certaines catégories, comme la technique, le support ou le procédé d’impression, il est possible de choisir le terme en anglais ; ce dernier sera alors traduit automatiquement en allemand. Les champs « sujet » ne figurent pas encore dans la liste des catégories traduites, la quantité des données représente probablement un frein à cet effort multilingue. Cependant, nous regrettons que le choix de la langue doive être répété à chaque rafraîchissement de la page.

Les résultats des requêtes s’affichent par défaut par pages de dix vignettes mais on peut augmenter leur nombre jusqu’à cent. Au vu du nombre des résultats obtenus, on peut décider de modifier le nombre de vignettes à afficher. Contrairement à l’affichage par liste, les vignettes permettent d’en sélectionner plusieurs à la fois. De plus, la communication entre l’onglet des résultats et celui de la vue détaillée organise le travail entre le tri et l’observation de la sélection : on peut à tout moment revenir aux résultats, et sélectionner une autre planche à observer.

Une présentation scientifique

L’affichage de chaque item se compose de deux parties : à droite l’image, à gauche la notice. Celle-ci, structurée par champs, offre les informations disponibles sur l’objet. Les données se présentent par catégories, séparées par une fine ligne grise qui les ordonne. Les informations concernant le lieu de conservation (à la fois physique et virtuel) et la provenance, sont suivies par les données d’identification (titre, auteurs), de production et les repères techniques. La seconde partie de la notice fournit des informations supplémentaires, résultat d’un travail de documentation considérable : appartenance à une série, références bibliographiques, descripteurs, inscriptions et notes de la conservation.

Cette dernière partie de la notice varie en longueur selon les cas et l’état de la recherche sur chaque objet. La précision qui en résulte témoigne de la collaboration réussie entre le musée et la bibliothèque, point sur lequel a insisté le conservateur du musée Anton-Herzog, Thomas Döring, à l’occasion de la conférence CODART 20104 .

Croiser et ouvrir : le souci des métadonnées

Mais au-delà de la qualité et de la quantité d’informations offertes pour chaque objet de la base, l’aspect le plus décisif, est le croisement des collections. Grâce aux hyperliens dans plusieurs champs de la notice (ancien possesseur, auteur(s), lieu de production, technique, sujets, titre de la série) la navigation est rendue fluide, intuitive et surtout, permet d’acquérir une vision d’ensemble à partir d’un critère précis. Ainsi, le chercheur n’a pas seulement une vue simultanée de l’image et de l’information, mais aussi un aperçu d’une pluralité de liens possibles avec le reste de la collection.

Figure 2 : Le croisement par séries d’estampes

Ceci présente un grand intérêt dès lors qu’on sait que les estampes qui font partie d’une série peuvent être consultées comme un ensemble. Ainsi, il devient possible de restituer ces objets dans leur composition originelle et de saisir, selon le cas, les continuités ou les variations dans une suite de gravures.

Une possibilité de croisement supplémentaire, qui sera bientôt activée, est le regroupement par unité matérielle, en d’autres termes par recueil d’estampes. En effet, les estampes font souvent partie de recueils confectionnés par les collectionneurs. Leur contenu est très variable et surtout unique, rassemblant des créations d’un ou de plusieurs artistes, des séries entières ou pas. L’intérêt d’une telle possibilité tient entre autres à l’histoire du collectionnisme et au développement de l’histoire du goût.

Il est devenu courant d’utiliser Google maps pour localiser les lieux de production des collections en ligne, comme par exemple, dans le cas du Victoria & Albert Museum. Dans le cas présent, cet outil de localisation est employé pour situer les lieux représentés dans les gravures mêmes. Or, pour l’instant, ça n’est que la ville de référence qui est représentée mais nous imaginons que cet aspect évoluera avec le temps, pour indiquer par exemple l’emplacement d’un bâtiment particulier au sein d’une ville ou d’une région. Dans ce cas, la vue contemporaine d’un endroit aidera à la meilleure compréhension de l’image, notamment si le lieu représenté n’existe plus ou bien si son état s’est modifié.

L’ouverture de la base grâce aux métadonnées constitue un autre aspect fondamental de ce projet. Plusieurs démarches ont été suivies,  marquées par la volonté de rendre ce corpus outillé compatible avec un grand nombre de méta-catalogues. Pour une part, la description des images est effectuée avec le thésaurus Iconclass , ouvrant ainsi la base à une indexation universelle. L’interopérabilité avec d’ autres catalogues ou des méta-catalogues employant les mêmes normes, est ainsi assurée, permettant surtout une recherche indépendamment de la langue utilisée. La base est en outre indexée selon les principes d’Open Archives Initiative, favorisant l’exportation des données dans les formats de description  Dublin Core et museumdat.

Un dispositif pour comparer et examiner

En ce qui concerne la présentation des images elles-mêmes, celles-ci sont conventionnellement accompagnées d’une échelle métrique et chromatique (tons des gris), instruments garantissant un affichage optimal.

La technologie de grossissement très répandue, Zoomify, outre le fait de s’appliquer à des images de haute résolution, se trouve ici habilement exploitée. Le pictogramme de deux loupes en bas de l’écran de sélection déclenche un comparateur d’images, permettant la visualisation simultanée des images choisies parmi les résultats de la requête. Le zoom n’est plus une simple « loupe » numérique ; il devient un dispositif d’observation scientifique, un véritable outil qui se prête à l’usage et aux besoins de celui qui le manipule.

Figure 3 : L’outil de comparaison et les menus déroulants

Deux tablettes permettent donc d’observer et de comparer simultanément deux estampes, ce qui est très utile quand, par exemple,  on souhaite étudier les différents états d’une même estampe. Mais le dispositif se prête à d’autres manipulations adaptées à l’étude d’un corpus. Ainsi, puisque l’on peut sélectionner autant d’images que souhaité parmi les résultats de notre requête, des menus déroulants sous les écrans de zoom laissent à portée de « main » les images choisies, ainsi disponibles pour un examen alterné. Plusieurs jeux de comparaisons sont possibles en variant les images, sans qu’il soit nécessaire de quitter l’écran de travail. Les deux tablettes de zoom, permettent en outre d’observer différentes parties de la même estampe en variant les niveaux de zoom et en dirigeant la « loupe » sur différents endroits de l’image.

Bien exploiter le numérique, cela signifie aussi procéder à des recompositions d’éléments épars, difficilement accessibles. Ainsi, la bibliothèque possède un exemplaire rare, colorié à la main, de l’Arc de Triomphe réalisé par Albrecht Dürer en 1517-18 pour Maximilien Ier. Il s’agit d’une estampe monumentale, composée de 192 gravures imprimées sur 36 planches, mesurant en tout 3.5 x 3 m. Le numérique permet en l’occurrence d’avoir, à la fois l’image d’ensemble, mais aussi les planches individuelles. Si l’on ajoute à cela la présence du comparateur, les combinaisons d’observation se démultiplient. Ainsi, on peut zoomer afin de lire la légende d’un côté, et utiliser l’autre écran pour naviguer dans les parties auxquelles fait référence cette dernière, ou bien garder une vue d’ensemble pour mieux saisir la place du détail dans la narration ou dans la composition.

Figure 4 : À gauche, l’arc de Triomphe de Dürer reconstitué ; à droite deux usages possibles du comparateur d’images (montage).

La cohabitation du texte et de l’image

Une partie des estampes proposées dans la base contiennent aussi du texte. La mise en ligne de tels objets soulève nombre de questions liées à cette particularité de la cohabitation texte/image. Le texte doit-il faire objet d’une transcription et si oui de quel format ? Quand est-ce qu’une traduction est jugée nécessaire ? Quels outils pour rendre possible l’appropriation du texte ? L’édition numérique des Lettres de Van Gogh a récemment tenté de proposer des solutions en ce sens5 .

L’image ne peut pas être traitée comme un texte et vice versa. L’étude d’un incunable comme la Biblia Pauperum6 présuppose la possibilité de se rendre compte de la linéarité du texte ainsi que des liens narratifs établis entre les images tout au long du livre. Autrement dit, l’aspect matériel joue ici un rôle primordial et le besoin de consulter l’ouvrage dans son intégralité s’impose. Dans l’exemple en question, un lien dans les notes renvoie à un tel dispositif. Pour l’instant les ouvrages numérisés intégralement restent limités, mais cette possibilité s’inscrit pleinement dans les ambitions du projet pour l’avenir.

Figure 5 : Une planche de la Biblia Pauperum et le lien vers l’exemplaire numérisé en intégral

Cultiver le dialogue

Avant la mise en ligne des bases d’images contenant des estampes, la recherche dans le domaine était fastidieuse et peu gratifiante. Une référence renvoyait, dans le meilleur des cas, à une reproduction dans les catalogues de référence, tels que Bartsch et Hollstein, avec le risque de ne pas trouver une reproduction mais une simple légende avec les informations élémentaires. Depuis le lancement de la base du British Museum en 2007, il devient de plus en plus évident que les pratiques de la recherche basculent vers l’accès plus direct à l’image. Des projets comme le Virtuelles Kupferstichkabinett confirment cette tendance. Le numéro de Bartsch ou de Hollstein et le nom de l’artiste sont augmentés d’un éventail de critères considérablement plus vaste ; le croisement des collections devient plus flexible et l’offre de documentation gagne en qualité.

Dans le cas étudié ici, la présentation de l’information est le résultat heureux d’une véritable synergie entre le savoir-faire d’une bibliothèque et celui d’un musée, combinée avec l’exploitation adéquate des outils offerts par le numérique. La prise en considération des pratiques de la recherche est également affirmée. Outre les aspects déjà mentionnées, chaque image peut être téléchargée au format PDF accompagnée de sa notice, comme présenté à l’écran, une sorte de fiche prête à être archivée. Néanmoins, il reste encore de la marge pour des améliorations. Ainsi, nous regrettons l’absence d’un espace de travail personnalisé où l’internaute pourrait mettre de côté ses estampes afin d’y revenir ou du moins les garder à portée de main ; de nouvelles comparaisons nécessitant une requête avec des critères différents en seraient facilitées.

En mars 2010, dans le cadre de la conférence organisée par CODART7 tenue à Rotterdam, Antony Griffith, conservateur du département de dessins et d’estampes du British Museum, soulignait que la numérisation pouvait mettre fin au dépérissement des collections d’arts graphiques, faute d’être communiquées au public ; toutefois,  il en indiquait l’urgence : « On ne peut pas préserver seulement pour l’avenir, parce que de cette manière l’avenir n’arrivera jamais »8 . Un an plus tard, en mars 2011, date d’achèvement du projet initial du Kupferstichkabinett, ses responsables organisent une conférence, qui portera sur l’avenir des bases d’images d’œuvres graphiques9 . Cette initiative nous parait important. D’une part, nous remarquons la prise en compte progressive des besoins différents de chaque domaine artistique, ce qui conduit  à la création d’outils adaptés ; d’autre part,  les échanges entre les protagonistes de la numérisation, dans le domaine des arts graphiques, sont développés. Le partage d’expérience entre institutions et l’explicitation des principes ayant guidé leurs choix, conduiront sans doute à l’évolution des pratiques numériques et au renouvellement de la recherche dans ce domaine.

  1. Deutsche Forschungsgemeinschaft, l’agence allemande pour la recherche. []
  2. Le nombre ne cesse d’augmenter. []
  3. Le site a été exploré principalement dans sa version anglaise, afin d’évaluer son accessibilité. []
  4. Le texte de son intervention peut être consulté et téléchargé sur le site de la conférence. []
  5. Cf. L’article de l’Observatoire Critique. []
  6. Inv. 1 Xylogr. (1) []
  7. Curators of Dutch and Flemish Art []
  8. A. Griffith, “Collections online: the experience of the British Museum”, actes coll., Digitization: Blessing or burden?”, Rotterdam, mars 2010. « Everything cannot only be kept for the future, for then the future will never arrive » (traduction personnelle). []
  9. Le programme préliminaire peut être téléchargé ici. []

Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Séminaire doctoral.

Programme

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.