8 Octobre 2010 – Journée de rencontres professionnelles autour du Master « Nouvelles technologies appliquées à l’histoire ». Une formation dispensée par l’Ecole Nationale des Chartes. Compte-rendu.

Je tenais à assister à cette journée ; j’ai toujours porté une grande attention à l’évolution des programmes de l’Ecole Nationale des Chartes (ENC). En effet, alertée dès le début des années 2000 par la qualité et l’originalité de l’offre éditoriale, documentaire et pédagogique, du site web de l’institution, j’ai régulièrement attiré l’attention des étudiant(e)s sur Elec et Thélème, notamment1 . Bien sûr, cette « audace » pionnière de l’ENC en matière d’exploitation du web dans le paysage français de l’Enseignement supérieur, se devait d’être située dans le contexte de la position singulière occupée par les médiévistes (IRHT, Le Médiéviste et l’Ordinateur, Menestrel, etc.). On peut relire à propos de cette politique en ligne de l’ENC, l‘interview de Gautier Poupeau, ancien responsable technique et éditorial du site web de l’Ecole, que j’avais réalisée en janvier 2007, dans le cadre d’un dossier « Universités et Centres de recherche en ligne », engagé dès l’ouverture de l’Observatoire critique (2006). On remarquera, dans cet entretien, qu’un passage est précisément dédié à la création toute récente du Master présenté, lors de cette journée.

D’entrée de jeu, je tiens à dire que la matinée à laquelle j’ai pu assister2 , n’a déçu ni ma curiosité ni ma conviction que l’ENC fraie un chemin que devraient emprunter les UFR de nos disciplines.

Pour ce qui est du programme détaillé de ces enseignements, autant se reporter directement au descriptif, sur le site de l’ENC. En revanche, il convient d’insister sur les motifs de la création de cette formation, publiquement exprimés : la conscience que dans les institutions patrimoniales, débouchés naturels des étudiant(e)s, outre les services de communication de plus en plus investis dans les services web de tous ordres, tous les métiers de la documentation et de la conservation sont touchés, transformés par l’exploitation du numérique. Aussi, convient-il de configurer et dispenser les nouvelles compétences liées au traitement des objets patrimoniaux numérisés, que ce soit en vue de leur conservation comme de leur structuration ou de leur édition. Des voies dites professionnalisantes…

Pas uniquement. Les cursus « Recherche » sont aussi bien visés. Car, un exemple au hasard, même en histoire de l’art, les doctorant(e)s devront aussi être formé(e)s à la préservation des corpus qu’ils auront constitués, à leur « outillage », c’est-à-dire à la création ou à l’application d’outils numériques qui en permettront le traitement.Visée politique également, dans ce même registre, car une visibilité internationale inédite, grâce au web, pèsera sur la façon dont les institutions académiques seront jaugées et choisies par les étudiants…

D’ailleurs, afin de favoriser le passage de ces étudiants du Master de l’ENC vers la recherche, des conventions ont été passées avec les Ecoles doctorales d’histoire de Paris 1 et de Paris 4. On peut ajouter aussi que le chemin inverse est recommandé ; des doctorants suivant d’autres cursus historiques pourraient avantageusement prétendre à ce master pour bénéficier d’un apport désormais essentiel.

On a aussi appris, à l’occasion de cette journée, que les responsables du Master envisagent d’étendre les domaines abordés traditionnellement par l’Ecole. Ainsi, à l’édition critique des sources médiévales, s’ajoutera le traitement des documents des époques moderne et contemporaine avec l’opportunité de construire de nouvelles interfaces pour l’édition de corpus. On mesure ici combien le numérique, par une dynamique propre, façonne des passerelles entre domaines par la communauté des questions posées (structuration des documents et des corpus, interfaces de consultation, de lecture et d’appropriation).

L’intérêt majeur de la matinée fut, sans conteste, d’écouter les témoignages des étudiant(e)s diplômé(e)s, engagé(e)s dans la vie professionnelle (la troisième promotion, déjà !). Une table ronde rassemblait six d’entre eux, respectivement en activité aux Arts décoratifs, aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis, dans une société de services, Naoned Systèmes à Nantes, aux Archives départementales de l’Aisne, à la Cinémathèque française. Un seul est en recherche d’emploi (pour des raisons de mobilité personnelle).

D’abord on est frappé par la précision avec laquelle ces jeunes adultes jaugent la formation qu’ils ont reçue, ses atouts comme ses limites, et la mettent en rapport avec les situations professionnelles dans lesquelles ils se retrouvent. Cette lucidité s’exprime par une juste appréciation des ajustements nécessaires. Ainsi, ils ont très vite mesuré, dès les stages intégrés au cursus, qu’il leur revenait de pallier au caractère forcément généraliste de la formation reçue, en apprenant à spécialiser leur approche, en rapport avec l’environnement rencontré. Ce qui était déjà le cas pour l’inscription dans les mondes professionnels de la bibliothéconomie ou de l’archivistique parait plus aigu encore, s’agissant de nouveaux métiers encore mal identifiés.

Car à cet ajustement rendu nécessaire dans la pratique effective, s’ajoute une dimension particulière, liée à l’exercice de compétences que les organisations d’accueil ont encore du mal à nommer ou même à encadrer.

Ainsi, une remarque fort intéressante a ponctué ces constats : encore étudiants ou diplômés, ils se sont trouvés souvent plus qualifiés que les personnels du milieu d’accueil ; plus précisément, c’est leur compétence en informatique appliquée au document qui fait la différence, qui creuse l’écart. Ceci n’est pas contradictoire avec la remarque précédente mais dit plutôt à quel point les institutions qui les ont reçues et celles qui les emploient, – parfois les mêmes ou dans des secteurs analogues -, sont encore mal préparées aux entreprises de numérisation qu’elles ont engagées. En revanche, elles paraissent de mieux en mieux à même d’apprécier l’apport de ces nouveaux profils, en l’occurrence ces jeunes chartistes initiés aux enjeux du numérique.

Ce qui ressort des propos est la diversité des réalisations dans lesquelles s’exercent ces jeunes professionnels, dans les entreprises et institutions qui les accueillent. Ces applications ont en commun de faire la jonction entre des mises en œuvre liées à la structuration de bases de données et les nouveaux impératifs de la mise en ligne. Surtout, quels que soient les tâches ou les contextes, les compétences acquises dévoluent à ces jeunes professionnels une fonction stratégique de médiation, d’interface, entre des services informatiques et des conservateurs du patrimoine ou encore des chercheurs, qu’ils soient archivistes, historiens, etc. Les uns et les autres sont peu enclins à se comprendre, a fortiori à fixer dans des réalisations les exigences ou les atouts proposés par les uns et les autres. Cet « agent double », intellectuel d’un nouveau type, cumulant la connaissance des sciences historiques et des logiques numériques, est effectivement appelé à jouer un rôle clé dans l’évolution des institutions et entreprises oeuvrant à la conservation et à la communication du patrimoine.

Mais ces besoins émergents se heurtent, pour être pleinement actualisés, aux conditions d’emploi. Pour les organismes publics de recherche, par exemple, les concours restent de mise pour ces diplômés, qui plus est dans un contexte de rareté des postes disponibles ; dans les collectivités publiques, territoriales – les archives départementales constituent un débouché important pour ces archivistes – , les difficultés sont de même nature. Le secteur privé, d’une façon générale, aurait tendance à privilégier les investissements matériels (dernières technologies) au détriment des ressources humaines, sans compter qu’ils sont peu au fait de ces nouveaux profils.

Il était particulièrement intéressant d’entendre le responsable d’une petite société de service informatique, employeur d’une des diplômées, expliquer sa démarche. Proposant ses services à des services d’archives, on a fort bien compris, au sein de cette petite structure, tout l’intérêt de recruter une archiviste de la meilleure facture, – le label de l’Ecole des Chartes a ici été apprécié à sa juste mesure – capable d’assurer la traduction donc l’interprétation de besoins en termes de services numériques. Quelques uns des autres employeurs étaient présents aussi ; pour eux, la démonstration du bien-fondé de l’orientation dessinée n’était plus de mise car ils en expérimentent les résultats ; subsistent néanmoins les difficultés de procurer des emplois stables, identifiés et reconnus.

Dommage que le programme de l’après-midi n’était pas inversé – je ne peux en faire le reproche aux organisateurs ; je devais quitter à 16h. J’ai suivi quelques minutes la présentation de la politique de numérisation du Ministère de la Culture : la seule chose que j’ai apprise à cette occasion est que désormais on baptise les opérations. Ainsi, dans le domaine de la numérisation du patrimoine, une part du Grand emprunt a désormais pris le nom de : « L’Etat, investisseur avisé »… ( !!!)

J’aurais volontiers participé à la dernière partie sur les Humanités numériques. Grâce à la perspective ouverte par l’Ecole des Chartes, on ne peut qu’espérer que les écoles doctorales, plus largement qu’actuellement, vont se saisir du message. D’ailleurs, l’ENC entretient des relations avec le King’s College de Londres, l’université de Glasgow et d’Oxford, avec l’université de Montréal aussi ; ces alliances favorisent les débouchés pour les futurs Digital Humanists. Si ces partenariats sont appréciables, l’engagement dans cette voie des départements ou des UFR de Sciences humaines et sociales n’en reste pas moins à l’ordre du jour : offrir la possibilité aux doctorant(e)s de conduire des recherches donnant lieu à une formalisation numérique.

  1. On peut constater que, depuis, la rubrique des Publications en ligne s’est étoffée. []
  2. Cf. le Programme de la journée. []