MET CONNECTIONS ou la subjectivité en partage

Le MET (Metropolitan Museum of  Art) propose depuis le début du mois de janvier une nouvelle approche des collections, avec CONNECTIONS . La forme est simple :des séquences d’images sonorisées ; la formule n’en est pas moins inédite.

CONNECTIONS est remarquable par la tonalité de l’adresse. Des conservateurs, des commissaires d’exposition, des scientifiques, des bibliothécaires, des personnels éducatifs, des photographes, des designers, des producteurs multimédia, des techniciens, des administrateurs, bref l’ensemble des personnels du musée nous présente une série d’objets conservés par le musée. A la façon d’une carte blanche, chacun/e s’adresse, en à peine plus de quatre minutes,  à vous, à moi. Les intitulés des sujets choisis sont variés : Religious Art, par exemple, ne déroge en rien, a priori, aux thèmes artistiques qu’il convient de traiter. Toutefois, Quiet ; Black ; White, Ideal Man, Small Things ou encore Date Night…. intriguent davantage ou du moins témoignent d’une intention de varier les plaisirs de la leçon d’histoire de l’art.

Or, ici, on a délibérément quitté le projet de la leçon pour celui de la composition personnelle. Essayez Black, par Aimée Dixon, par exemple. C’est le premier que j’ai écouté/regardé, sans doute à cause du début d’une phrase affichée en exergue : The concept that black is the absence of color… pour moi, la résonance fut immédiate avec l’exposition d’ouverture de la Galerie Maeght1. On verra que la question de la résonance chez le spectateur/auditeur n’est pas ici hors propos. Black est traité du point de vue personnel d’Aimée Dixon : les œuvres qu’elle nous présente incarnent plutôt qu’elles n’illustrent ce que le noir évoque ou a évoqué pour elle ; les associations sensibles, biographiques qu’elle relie à la rencontre de ces œuvres sont d’ailleurs en partie marquées par son existence d’Afro-Américaine …

Outre le plaisir que l’on prend à certaines de ces séquences (l‘unanimité n’est pas de mise – ça fait partie du jeu), plusieurs éléments nous frappent :

Le discours du musée s’est mué ici en une pluralité de paroles livrées par des personnes qui ne sont pas celles assignées à l’exercice habituel de la médiation ; les conservateurs ni les chargé/e/s des services éducatifs n’en sont exclu/e/s mais tant d’autres s’y joignent, des plus « légitimes » aux plus habituellement périphériques ou plutôt invisibles.

Le musée, l’institution s’incarnent. Depuis un certain temps déjà, un principe de transparence, au sens où des fonctions prennent corps et visages pour discourir ou œuvrer publiquement dans toutes sortes d’exercices, accessibles, visibles et audibles sur le Web : des conférences ou lectures (les cas anglo-américains sont majoritaires), podcastées, des séquences de commentaires d’œuvres ou de montage d’expositions, distribuées sur Youtube ou bien encore sur Art Babble, où le monde de l’art surtout contemporain, est autant représenté par les directeurs d’institutions que par les artistes. Red Studio du MoMA où des collégiens dialoguent avec des conservateurs… Les professionnels du musée sortent de l’abstraction institutionnelle. Mais dans le cas présent, il vaut d’insister sur la pluralité de la représentation, sa démocratisation : !‘égalité de traitement de tous ces protagonistes du monde muséal produit une égale légitimité de ces récits. Car cette légitimité puise à la source de l’authenticité plutôt qu’à celle de la connaissance instituée.

Ces récits n’ont rien de didactique, donc ; seule l’expression de la subjectivité guide la monstration d’une petite collection personnelle. Si les œuvres se succèdent, au fil du récit, par le biais de simples images fixes, donnant lieu parfois à plusieurs vues (détaillée, rapprochée), la voix qui les porte au regard capte l’attention par le ton emprunté. On est loin de la voix off du commentaire démonstratif, explicatif et contextuel. Ici, l’énonciation se place sur un plan où se mêlent le savant et l’intime, le circonstanciel dans la biographie et l’expérience singulière de celle ou celui qui parle ; on serait tenté de dire plutôt : de celui ou celle qui prend la parole car une impression de libre consentement émane de la prestation,à la façon d’une initiative personnelle. Des petits rires comme ceux que l’on s’adresse à soi-même, ponctuent parfois le cours du monologue et renforcent le sentiment de proximité recherché.

La subjectivité dont il est question fait glisser le discours du savoir, de l’histoire de l’art, du côté de l’esthétique. L’expression du goût, de l’inclination pour tel objet ou tel autre, semble fournir le socle de la parole livrée, tisse une trame dans laquelle viennent s’intriquer les œuvres présentées. La relation esthétique avec les objets, ici dévoilée, repousse à l’arrière plan la fonction occupée dans l’institution et semble contenir celle-ci dans son rôle de gardien des œuvres. L’esthétique ne fait pas exactement partie de la relation prise en charge en direction des publics, si l’on convient du fait qu’il ne suffit pas de décréter que telle œuvre est admirable pour ouvrir les voies du sensible. C’est le registre de la résonance, de la rencontre et de l’association qui est proposé, le régime de la prédilection pour des raisons qui n’ont pas à voir avec l’évidence des chefs-d’œuvre.  Ceci ne peut être énoncé qu’à la première personne du singulier.

L’effet miroir est immédiat auprès du spectateur : l’échange des subjectivités s’engage, sur un mode muet, imaginaire ; chacun/e se sent prêt/e à rassembler sa collection, à évoquer ses œuvres, celles qui restent inscrites et embrayent toujours sur des associations sensibles, celles qui sont à même d’enclencher un récit du goût. Lequel peut prétendre à autant de légitimité que celui des spécialistes.

Cet appareil, très séduisant car il renouvelle les discours émanant de l’institution, parait provenir en droite ligne de l’expérience des réseaux sociaux dans lesquels le MET s’est tenu aux avant-postes2  Si la subjectivité reprend ses droits – est encouragée comme forme de médiation –  au sein même de l’institution, il semble bien que les nouvelles postures de dialogue et d’animation engagées avec, au sein des communautés des friends, amateurs, amis du musée, followers, etc. y soient pour beaucoup. Ces dispositifs de communication engagent à la personnalisation des échanges avec les amateurs, amateurs du lieu, des œuvres ; ceux-ci manifestent leurs appréciations, leurs goûts. Ils s’approprient le musée, un musée  incarné, par ceux qui le font vivre et par eux-mêmes.

CONNECTIONS relance l’échange entre les subjectivités ; il nourrit le jeu de la proximité, de l’égalité face à l’expression du goût, par cette nouvelle formule d’expression, pourtant conçue sur un mode de communication unidirectionnelle. Mais certaines des séquences sont plus directement que d’autres indexées sur une biographie enracinée dans un territoire ; c’est le cas de Tennessee, par exemple. Une perche plus évidente est tendue à l’expression des subjectivités, des histoires personnelles où le musée, les œuvres ont imprimé une marque. Et les amis, les fans, les followers sont invités à rejoindre la conversation :

On January 7, for instance, we asked our Facebook fans: Which work of art in the Met’s collections reminds you of a fond childhood memory? Here’s a sampling of the responses:

“The painting of Joan of Arc. I remember it from a childhood book and I wanted to be like her. Years later, I saw the original painting at the Met.” —Merri

“The Egyptian collection!! Wonderful memory of my mom taking me there when I was very young and me falling down while running up to see the temple [of Dendur] !! Still remember how that hurt my shin but it was worth it!!” —Angie.3

Pour finir, à propos de CONNECTIONS, il faut tout de même ajouter que la page de chaque présentation contient trois autres onglets :qui permettent de situer historiquement et géographiquement les œuvres présentées. En fait, la liaison est établie avec la considérable encyclopédie Heilbrunn Timeline of Art History – ; un troisième onglet permet de localiser les œuvres dans le musée. CONNECTIONS n’est pas une extravagance mais reste bien intégré à l’ensemble du dispositif en ligne du musée.

  1. Le Noir est une couleur, exposition d’ouverture de la Galerie Maeght de Paris, 1946. L’exposition fut reprise et actualisée, à la Fondation Maeght, en 2006. []
  2. Flickr Commons, Groupes Flickr avec incitations à photographier des œuvres, opérations particulières du type You got Eyes, participation à l’expérimentation du Stevemuseum, etc. Voir la page Met Share []
  3. Source : MET News, January 2011 – Connections Part II. []