Université d’été des Digital Humanities – A Leipzig du 23 au 31 juillet 2012.

Une démarche à développer : l’université européenne d’été des Digital Humanities. La troisième initiative européenne du genre, se tient à l’université de Leipzig, du 23 au 31 juillet 2012, grâce à Elisabeth Burr1. Ce sont 75 participants, venus d’Europe et au-delà, étudiants, doctorants, post-docs, ingénieurs, enseignants chercheurs, bibliothécaires investis impliqués dans les enjeux théoriques et pratiques de l’application des méthodes informatiques aux domaines variés des humanités et du patrimoine (bibliothèques, archives, musées).

L’université d’été offre l’opportunité d’échanger, d’apprendre ou de se perfectionner dans les problématiques des Digital Humanities, et embrasse de nombreux aspects : du traitement des données et l’édition des documents aux enjeux scientifiques et culturels plus généraux. Un programme intensif, durant 9 journées, propose la participation à des ateliers, des conférences quotidiennes, des tables rondes, des sessions de présentations de projets et de posters. Impliquée, cette année, dans le comité de programme, j’ai le plaisir d’y animer un atelier.

Le cursus des ateliers donne droit à des ECTS… et des bourses sont disponibles. La date limite d’inscription est le 15 juin.  On trouve toutes les informations détaillées sur le programme, les conditions d’inscription et toutes sortes d’autres choses, sur le site de l’ESU C&T.

Un été germain, décidément. Après Hambourg, où je participe la Conférence des Digital Humanities, direction Leipzig !

  1. Prof. Dr. Elisabeth Burr, Französische / frankophone und italienische Sprachwissenschaft Institut für Romanistik, Universität Leipzig. []

Colloque Patrimoines et humanités numériques : quelles formations – Le programme

Jeudi 21 juin 2012
 Matin
 
9h 30 Accueil
10h Agnès Magnien, directrice des Archives nationales
Président(e) Paris 8
10h30 Bruno Racine, Président de la BnF et d’Europeana
11h Introduction au colloque : Bernadette Dufrene, Université Paris 8
 
Conférences inaugurales
Krystof Pomian, Directeur de recherches honoraire au CNRS,
Professeur émérite à l’Université Nicolas Copernic de Torun,
« Le patrimoine en crise »
 
Michel Melot,  Conservateur général honoraire des bibliothèques,
« Patrimoine numériqueou antipatrimoine ? »
 
Bernard Schiele, UQAM, « Les temps du patrimoine »
 
Après-midi
 
Le numérique émancipateur : partager le savoir en formation(s) ?
Président de séance : Rémi Labrusse, Université Paris Ouest
14h 30 : Patrick Bazin, Directeur de la BPI, Indexation sociale et patrimonialisation
 
15h : Peter J. Schneemann, Université de Berne, Documentation as dynamic and
anti-hierarchical public process
 
15h30 :Vincent Puig, IRI, Centre Pompidou, Digital studies : enjeux d’organologie
pour de nouvelles pratiques collaboratives
 
16h :Yves Abrioux, Université Paris 8, Kenneth J.Knoespel, GeorgiaInstitute of Technology,
Un musée à venir : What did we learn from the Louvre-Atlanta Exhibitions ?
 
 Pause
 
17h :Trevor R.Getz, San Francisco State University, Thomas G. Padilla,
University of Illinois at Urbana-Champaign, Subjecting World History
 
17h30 : Bernard H Bayerlein, « Humanités numériques, web sémantique
et préservation des archives du communisme comme agenda européen :
le projet ICSAP du Centre d’histoire contemporaine de Potsdam (ZZF) et
l’activité de l’Association pour la promotion des archives auprès du Bundesarchiv (VFA). »
 
18h : Valérie Guillaume, MNAM, Centre Pompidou, La veille en prospective industrielle
 
 18h30 : soirée libre
 
 Vendredi 22 juin
 
Matin
 
9h30 :Introduction Emmanuelle Bermes, «désintermédiation, réintermédiation :
les métiers du patrimoine à l’épreuve des données numériques »
 
10h- 11h15 : Tables rondes : Méthodologie : quels préalables ?
 
Identifier les fonds, critiquer les sources, consulter les populations
Présidente de séance : Corinne Welger-Barboza, Université de Paris 1.
 
Gérard Regimbeau, Université Montpellier 3, La critique des sources de l’image
à l’heure des humanités numériques
 
Kamel Boukerzaza, Université Mentour-Constantine, Zoubir Belhouchet,
Université Badji Moktar-Annaba, Conservation et sauvegarde du
patrimoine manuscrit en Algérie : réalités, expériences, propositions
 
Tublu Komi ; Musée national du Togo, gestion numérique et valorisation
scientifique des archives photographiques au musée national du Togo
 
Meredith Brinker Ferguson, Tufts University, Digital Repatriation of Maori Cultural Heritage
Adel Ben Hassine, Université Tunis, Tic, culture, territoire : entre médiation et numérisation
 
Relocaliser les savoirs
Président de séance : Manuel Zacklad, CNAM
 
Jessica Fevres – de Bideran , Université Bordeaux 3, Patrick Fraysse, Université Toulouse,
Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques :
le cas des « monuments augmentés »
 
Soumaya Gharsallah-Hizem, Institut National du Patrimoine de Tunis, La photographie numérique
comme outil de documentation de l’espace bâti : pour la création d’archives numériques sur l
’espace muséal, les expositions temporaires et le patrimoine bâti
 
Gwenaëlle de Kerret , Charlotte Guadetc Université Paris 8, Interface de consultation des
ressources numériques.
 
Christophe Barret, Jean-Pierre Fournie, Archives nationales, Interculturalité et ressources
pédagogiques en ligne aux Archives nationales
 
Florent Laroche, Benjamin Hervy, LUNAM Université, Ecole Centrale de Nantes,
IRCCyN UMR CNRS 6597, Projet Nantes 1900 : les nouvelles technologies au service
de la capitalisation des connaissances et de la valorisation du patrimoine historique
 
Documentation et formes de collaboration :
Président de séance : Madjid Ihadjadene, professeur, Université de Paris 8.
 
Joséphine Simonnot, CREM-LESC UMR, Telemeta, une plateforme collaborative pour les archives
sonores de la recherche
 
Camille Paloque Berges, Université Franche Comté, Automédiation des documents des archives
de réseau : de l’héritage mémoriel au patrimoine
 
Alexandra Reynolds, Kingston University , Rebirth of the curator : crowdsourcing and the
digital archive
 
Anne Both, Guillaume Garcia, Le chercheur, l’archiviste et le webmaster : la polyphonie patrimoniale?
Le cas BEQuali, banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales
 
Muriel Flicoteaux et Harumi Kinoshita, Innovation et réseaux à la Cité Nationale de l’Histoire de
l’Immigration et au Louvre – DNP Museum Lab : vers de nouveaux modèles de coopération ?
 
 11H30 Formations « Patrimoines et humanités numériques »
Présidente de séance : Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales,
De la formation à l’expérimentation : la dynamique élémentaire des humanités numériques.
La dimension internationale :
 
Samia Chergui, Directrice de l’Ecole de restauration et de conservation des biens culturels d’Alger,
Nacera Benseddik, Education informelle et patrimoine, Ecole de restauration et de conservation
des biens culturels d’Alger, Patrimoine et formation en Algérie: bilan et perspective.
 
Bruno Favel, Caroline Gaultier-Kurhan, Ministère de la Culture et de la Communication,
www.e-patrimoines.org, une formation continue à distance au service de l’enseignement
du patrimoine dans l’espace francophone
 
 Les formations en France:
 
Christine Benevent, Cécile Boulaire, Marie-Luce Demonet, Université Tours,
Bibliothèques virtuelles humanistes
 
Florence Clavaud, Ecole nationale des chartes, Le master « technologies numériques appliquées
à l’histoire » de l’Ecole nationale des chartes : principes et premier bilan
 
Les formations de l’Idefi CreaTIC (Paris8-Paris10) :
Master Archives, Paris 8 / Catherine Verna, Marie-Cécile Bouju
Master Médiation culturelle, patrimoine et numérique (P8-P10) : Bernadette Dufrêne, Rémi Labrusse
Master Textualités augmentées, P8, Yves Abrioux, Alexandra Saemmer
 
Après-midi
 
Penser corpus et publics
Président de séance : Gennaro Toscano, INP.

 14h30 : Paul Bertrand, CNRS, Anne-Marie Turcan-Verkerk, EPHE, Biblissima
 
15h : Michèle Brunet, Université Lyon 2, Rencontre des institutions et refondation des
disciplines grâce à la publication numérique : l’exemple de la collection des inscriptions
grecques du Musée du Louvre
 
15h 30 : Charlotte Denoël, chef du service des manuscrits médiévaux, BnF,Matthieu Bonicel,
Conservateur responsable de l’informatisation et de la numérisation, département des manuscrits,
BnF, Europeana Regia 2010-2012 : bilan et perspectives
 

Pause

16h 30- 17h30 Table ronde : Dispositifs numériques et formes de participation
Présidente de séance, Dominique Ferriot, Cnam.

Nicole Denoit, Université Tours, Le musée et « l’œuvre ouvert » : une descendance du
Musée imaginaire ?
 
Michèle Gellereau et Juliette Dalbavie, GERiiCO, Université Lille 3, Numérisation du patrimoine,
médiation culturelle, pratiques culturelles des publics : comment saisir l’évolution des processus
de patrimonialisation ?
 
Benjamin Barbier, Université Paris Ouest, Culture et jeux interactifs : un nouveau mode de relation
avec le patrimoine
 
Vincent Giraudier, responsable du département historial Charles de Gaulle au musée de l’armée,
La mise en musée d’un patrimoine numérique : l’historial Charles de Gaulle
 
17h30-18h30 L’expérience du WEB participatif dans les Archives départementales :
quels publics, quels partenariats, quelle répartition des rôles ? Edouard Bouyé (AD Cantal),
Thierry Heckmann (AD Vendée) et Pascal Even (SIAF) – modération et synthèse
 
Dîner
 
Samedi 23 juin
 Matin
 
Nouveaux acteurs, nouveaux enjeux
Présidente de séance : Ghislaine Charton, Cnam.
 
9h30 : Arnaud Beaufort, BnF, Les institutions patrimoniales, acteurs de l’économie de l’information
 
10h : Laurent Manoeuvre, Ministère de la Culture, Le musée numérique, un enjeu de société ?
 
10h30 : Anne Krebs, Musée du Louvre : la reconfiguration des métiers au regard du numérique
 
 Pause
 
11h 15: Bruno Ory Lavollée,  Cour des Comptes, La maîtrise des gisements patrimoniaux
 
11h45 : Philippe Barbat, directeur adjoint, Service interministériel des Archives de France,
La réutilisation des données publiques : retour sur expérience et synthèse
 
12h 15: Johnny Antonio Pabon Cadavid, Victoria University of Wellington, New Zealand, Legal Deposit and Copyright in New Zealand and Columbia : two different worlds of digital heritageConférences de clôture12h45
Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique
Eric Gross, BNF.
Plus d’informations et Inscriptions

Master UCLDH – En savoir un peu plus… avec Claire Warwick, Centre Director.

Dans la foulée de l’information que nous avions publiée au sujet de la création du Master Digital Humanities à University College, London, nous avons posé quelques questions à l’équipe de direction, composée de Claire Warwick, Melissa Terrass et Simon Mahony. Claire Warwick, Directrice du Centre de D.H., nous a répondu par mail.

What are the contextual circumstances that have permitted or facilitated UCL to decide the creation of the D.H. Center ? Could you answer that question taking into consideration the academic situation in the field in the United-Kingdom, and in the local academic environment ?

The idea for UCLDH came about after the then Head of the Department of Computer Science, Professor Anthony Finkelstein heard a talk about DH at Cambridge University, given by Willard McCarty of KCL. Inspired by this talk he contacted me, and we decided to set up a meeting at UCL to see whether other people were interested. Over 100 people attended the meeting from every Faculty of the university including Life Sciences, Engineering Science and Built Environment. As a result of this impressive level of interest we were encouraged by the Vice Provost Research, Professor David Price and the Dean of Arts and Humanities, Professor Henry Woudhuysen, to start a centre. We were successful in being awarded a grant from the UCL Provost’s Development Fund, which is used to support the establishment of new, interdisciplinary research and teaching initiatives. This will fund UCLDH for its first two years.

UCLDH was particularly timely in the UCL context since a series of research Grand Challenges had recently been established. These are intended to create interdisciplinary networks of scholars to address global problems: Global Health, Human Wellbeing, Intercultural Interactions and Sustainable Cities. Several interdisciplinary research institutes have been established to facilitate this work and UCLDH fits well within this model. UCL is also unique in world top 10 universities in having a Department of Information Studies, world leading Computer Science and humanities research, as well as museums, libraries, galleries and archives both at UCL and close to us in central London. This creates a very fertile mixture of materials, influences and ideas with which we can work.

We feel that this combination of factors makes us unique not just in the UK, but in the world. But it certainly drives our distinctive approach to DH. We believe that excellent DH research can only come about when the project is challenging both for computer scientists or engineers and to humanities scholars and we aim to create new knowledge in both parts of this equation. This distinguishes us from more traditional approaches to DH, where computing was generally in the service of humanities research, rather than an equal partner with it.

How do you argue the necessity of a MA degree : is it the very responsibility of the D.H. Centres to assume this kinds of courses ? Is this part of a strategy that aims to foster an interdisciplinary field? Is the aim to supply to the technological gaps in the Humanities disciplines?

As a university UCL believes that leading researchers in all disciplines should teach and pass on their knowledge to the next generation of potential scholars. Thus we feel that students should be able to benefit from UCLDH’s unique interdisciplinary approach and not just academic researchers. So it seemed obvious to develop a teaching programme that is highly interdisciplinary and allows students to call on the very diverse subject areas in which UCL has expertise. Students may indeed be from a humanities background, seeking more technical content, but we also envisage that some of them will be technical people who might like to work in a humanities or cultural heritage context.

In my understanding of the D.H. Master, the “main courses” (4 core modules) express the essential place of producing and managing digital resources and digital edition in research or in professional practices (notably, cultural heritage). How have you designed the architecture of the MA, composed by these “main courses” and so many choices with the optional modules?

We discussed the skills that students ought to have to be considered a digital humanist and these formed the core courses. For the options we looked at all the possible courses that UCL departments offer which we felt would be of interest to DH students, and approached the relevant academics to ask if they would allow their module to be included in the MA/MSc. Almost all of them were happy to do so.

In your opinion, which fields do you expect the students come from? How do you figure out their disciplinary origin? How do you figure out their academic or professional objectives?

See above. We don’t mind what fields people come from. We get information about their backgrounds and objectives from the application forms that they send and also from interviews, if we feel that they have potential to study the course. If they are awarded a place at UCL we will of course discuss their chosen path with students when they begin their course, and as it progresses.

Could we design a general strategic schema where the D.H. Centers integrate earlier the academic degrees, creating a PhD first, then Masters, then?

No, not really. There is no generic schema, and not all universities will want to operate in the same way.

In addition, do you think that Digital Humanists have to think about the place assigned to the digital culture in the lowest degrees, in terms of renewing pedagogy and courses do you think it is rather a discipline which deals with graduate degrees or higher

No I think DH should definitely be integrated into undergraduate teaching, and I am sure that will come with time. Indeed we have a DH module suggested for a planned interdisciplinary BA/BSc Undergraduate degree.

As the Staff, all of you belong to Information Studies faculty – although each of you have undertaken research and teaching in other disciplines – (that is not common in the French academic culture). Is it an “accident” or do your think that Information studies have a specific vocation to set up interdisciplinary Digital Humanities?

Not all of us are in DIS. There are several DH people in other departments, notably Computer Science. Also people who do DH are to be found in many other UCL departments, such as archaeology, anthropology, fine art, architecture, engineering etc. We are really a network whose base just happens to be in DIS. But Information Studies is a very good base for DH because it is a naturally collaborative and interdisciplinary area. People in IS often work across boundaries of disciplines and collaborate with others in different subjects, so we are a good place for people who want to make links with others. As you may know several US iSchools also do DH.

How do you regard the relationships with the other disciplines : do you invite students in literature or in art history, for instance, to follow the master as a complementary or as an alternative degree?

I’m not sure what this means. If it means can they take modules from DH then yes we plan to allow that in future if people from their primary subject would like to do this. Otherwise we are happy to collaborate with anyone in any discipline if we can think of a productive way to work together.

Séminaire Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

Nous attirons particulièrement l’attention sur la prochaine séance du séminaire, organisé par Invisu et Sens Public, qui se tiendra le10 février 2011, Salle Peresc, à l’iNHA, de 18h à 20h.

Ce sont les Serious games qui seront présentés par Simon Bachelier, chargé de projet jeux vidéo et serious game à Universcience (Cité des Sciences et Palais de la Découverte). La conférence permettra de situer ces « jeux sérieux » dans le développement des jeux video pour s’attacher ensuite à leur usage comme outils d’apprentissage et de transmission des savoirs.

It’s Time ! Les inscriptions sont ouvertes pour le Master Digital Humanities du D.H. Center de University College London.

Le Centre de Digital Humanities de University College London (UCLDH) , nous informe de l’ouverture, dès la rentrée prochaine (septembre 2011), de son Master en Digital Humanities1  Cette offre intervient rapidement au regard de la création récente (automne 2009) de l’UCLDH., l’un des derniers Centres créés. L’offre de ce diplôme témoigne de la progression, au sein du mouvement international des Digital Humanities, non seulement de la préoccupation mais de la mise en place effective de cursus, en amont des centres de recherche. Au gré de « l’établissement » institutionnel disparate des D.H. dans les universités, des initiatives ont été prises pour mettre en place des Doctorats et des Masters mais ils sont encore peu nombreux2.

De ce point de vue, l’avance des universités du Royaume-Uni dans cette voie, et plus particulièrement le voisinage géographique et intellectuel du King’s College, ont sans doute favorisé la création de ce nouveau diplôme, sous la direction de Simon Mahony et Claire Warwick , personnalités engagées depuis longtemps dans la communauté internationale des D.H. comme Melissa Terras qui fait également partie de l’équipe d’encadrement avec Julianne Nyhan .

Outre le fait que l’annonce de cette formation nouvelle peut nourrir les réflexions de toutes celles et ceux qui s’impliquent dans la conception du devenir de nos formations, dans la perspective des Digital Humanities, elle est destinée à informer les éventuels candidat(e)s français(e)s car les candidatures étrangères seront accueillies très volontiers. C’est pourquoi, il s’agit en premier lieu de présenter le cursus de ce Master.

Le Master (MA/MSc) en Digital Humanities est d’abord un nouveau diplôme interdisciplinaire au carrefour des technologies numériques, des humanités3 et du patrimoine. En cela, il concerne aussi bien les étudiants qui se destinent à la recherche dans les humanités que ceux qui opteraient pour des fonctions plus opérationnelles d’ingénierie dans les structures de recherche mais également pour tous ceux qui souhaitent œuvrer dans les domaines connexes de la conservation du patrimoine (archives, bibliothèques, musées) ou de la documentation et de l’édition scientifique. Le Master mobilise les enseignements d’un large spectre de disciplines pour explorer l’application de la technologie informatique aux arts, aux humanités et au patrimoine et produire des applications et des modèles porteurs de nouveaux types de recherche, à la fois pour les disciplines des humanités et à la fois pour les technologies associées à l’informatique. Elles couvrent aussi l’étude de l’impact de ces techniques sur les institutions patrimoniales, bibliothèques, archives, musées et la culture numérique.

L’organisation de ce nouveau cursus bénéficie des atouts académiques, documentaires et des relations établies par l’UCL avec un environnement patrimonial de premier plan. Ainsi le programme proposé mobilise des enseignants issus des départements en arts et humanités, urbanisme environnemental, sciences de l’ingénieur et sciences historiques et sociales. De même, les étudiants inscrits bénéficient des apports de nombreux départements et centres de l’UCL, y compris les collections muséales ainsi que les services des bibliothèques avec leurs collections spécialisées et plus largement, des collaborations de l’UCL avec les nombreuses et prestigieuses institutions patrimoniales londoniennes.

L’organisation du programme.

Le programme permet aux étudiants formés aux humanités d’acquérir les compétences requises en technologies numériques ; il s’adresse aussi bien à ceux qui possèdent des compétences technologiques afin de s’initier aux méthodes de recherche dans les humanités. Le cursus est composé de quatre modules principaux auxquels s’ajoutent quatre autres modules choisis parmi de nombreuses options.

Les modules principaux

  • Systèmes de bases de données

Ce module comprend la théorie, les méthodes et les techniques des bases de données relationnelles ainsi que leur développement ; l’objectif est la maîtrise par l’étudiant du développement de bases de données dans l’environnement du web.

  • Ressources numériques pour les humanités

Ce module aborde de nombreuses questions liées à la conception, la création, la gestion et l’usage des ressources numériques pour les humanités.

  • Technologie de l’Internet

Ce module explore les concepts fondamentaux du balisage des documents (y compris XHTML – Extensible Hypertext Markup Language), l’architecture et le design de sites web ainsi que les problèmes liés à la création et à la mise en ligne de contenus.

  • XML

Ce module propose une approche de XML (Extensible Markup Language), en donnant aux étudiants l’occasion de pratiquer les techniques de balisage, et plus particulièrement leur utilisation dans les situations éditoriales.

Les modules au choix4

offrent une grande variété d’options. Pour donner une idée du spectre couvert, ces enseignements portent sur les sciences cognitives appliquées, le design web, l’anthropologie numérique, l’édition électronique, les SIG en archéologie, la programmation et gestion de serveur, anthropologies du patrimoine et muséologie critique, ou l’anthropologie des jeux et de la simulation, les analyses quantitatives de données, les méthodes d’évaluation d’utilisabilité, etc5 Les étudiants qui souhaitent obtenir un diplôme de MSc doivent choisir des modules optionnels à dominante technique ; les autres sont candidats à l’obtention du MA. Le parcours comprend la rédaction d’un mémoire et l’effectuation d’un stage au sein d’une institution en rapport avec l’objectif poursuivi. Enfin, plus original : le cursus peut être réalisé en une année, ou à mi-temps, en deux ans ; une formule flexible permet même de le suivre en trois, quatre ou cinq ans.

Cette offre intéresse nos étudiant(e)s.

Ce Master mérite toute notre attention d’abord parce qu’il donne forme à la singularité d’un parcours interdisciplinaire, à ce stade clé de la formation à la recherche. Les quatre modules principaux forment un noyau dur d’acquisitions cohérentes avec l’actualisation de l’environnement documentaire et de la publication numériques. A partir de ce corpus central de connaissances et de savoir-faire, de multiples orientations de spécialisation se profilent, grâce aux modules optionnels. Cette formation serait-elle pour autant réservée à des étudiant(e)s qui visent essentiellement l’insertion dans des centres pluridisciplinaires ? On suggère au contraire que nos étudiants auraient tout intérêt à expérimenter ce type de passage pour poursuivre des objectifs ancrés dans les disciplines. D’une part, parce qu’il est encore difficile de redessiner le périmètre de nos formations disciplinaires afin d’y intégrer les objets, les méthodes et les pratiques redéfinis par la culture numérique ; c’est donc le moyen de « rapatrier » des aptitudes à mettre en œuvre dans un cadre disciplinaire donné. Ainsi, si l’on prend l’histoire de l’art pour exemple, tant les moyens et les mises en forme de projets de recherche (création et édition de corpus, mise en œuvre d’outils de traitement et de visualisation des images, et.) que les orientations vers les métiers du patrimoine nécessitent un élargissement des compétences. Même s’il ne s’agit pas de remplacer les informaticiens, les documentalistes ou les éditeurs web, il est question de maîtriser les logiques sous-tendues par ces approches spécialisées car les coopérations réussies requièrent une inter-compréhension d’un nouveau genre. Enfin, on peut sans doute attendre un surcroît d’inspiration créatrice à partir d’un rapport différent des disciplines entre elles ; un regard décloisonné par l’utilisation de solutions transverses pour toutes sortes de problèmes communs : structurer et analyser des données en quantité, adopter des outils de représentation dans l’espace et dans le temps, réfléchir aux enjeux juridiques et sociaux, etc.

Pour conclure. on consultera la page de présentation des Doctorats en cours, à l’UCLDH. On notera la variété des sujets, notamment les ancrages disciplinaires mais aussi l’origine géographique diverse des doctorant(e)s… Pour une information plus complète sur le Master : Guide de l’étudiant avec le programme complet

Pour s’informer ou s’inscrire, contacter :

Further information

Academic enquiries to the Acting Course Director, Simon Mahony (s.mahony@ucl.ac.uk) or Dr Claire Warwick (c.warwick@ucl.ac.uk) Admissions enquiries to Mr Ian Evans (ian.evans@ucl.ac.uk)

Funding

For funding details please visit Scholarships and Funding.

How to apply

To apply online, request a Graduate Application Pack or download the application materials.

  1. Il s’agit d’un Master 2, avec deux dominantes, un MA Master en Humanités ou un MSc Master scientifique. []
  2. la carte n’en est pas établie, comme on peut le voir ici []
  3. La convention adoptée est de garder le terme humanités pour signifier sciences humaines et sociales []
  4. sous réserve de disponibilité et de prérequis []
  5. Se reporter au programme pour prendre connaissance de l’ensemble des modules proposés. []

Enseignement supérieur et Digital Humanities- THATCamp Paris 2010

Le 18 mai 2010, animation d’un atelier sur le thème « Digital Humanities et Enseignement supérieur », dans le cadre du premier THAT Camp Paris, (17 et 18 mai, à la Baleine blanche), organisé à l’initiative du CLEO.

« Enseignement supérieur et Digital Humanities : questions de formation, définitions d’un socle commun transdisciplinaire et des applications propres aux disciplines »

Compte-rendu par Cynthia Pedroja, Chargée de ressources documentaires numériques – MESH (Lille-Nord)

Corinne Welger-Barboza est Maître de conférence en Sciences de l’info-com / Histoire de l’art à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Elle travaille depuis maintenant 11 ans sur les relations entre le numérique, l’art, l’histoire de l’art, les institutions patrimoniales et l’enseignement supérieur ; sur les digital humanities. Elle a fondé l’Observatoire Critique des ressources numérique en histoire de l’art et archéologie (2006-2008) avec quelques étudiant(e)s.

Elle ouvre la discussion en insistant sur l’intérêt d’ouvrir une discussion sur ces sujets. car en 11 ans d’exercice à l’université Paris 1, seul(e)s les étudiant(e)s qui se sont engagé(e)s avec elle sur les thèmes enseignés et à qui elle a confié des charges de TD ont accompagné ces réflexions et expérimentations pour procéder à l’évolution permanente des cursus proposés, des premières années de Licence jusqu’en Master. Elle se réjouit donc que la discussion s’engage enfin publiquement, à l’occasion de cet atelier.

Prenant appui sur une Présentation projetée (cf. Présentation en ligne) elle met en exergue quelques-uns des points résumés. Une série de facteurs structurels se combinent au sein du système universitaire ; elle souligne le fait que cette combinaison et les cloisonnements internes à l’institution produisent une situation qui maintient la technique à une certaine place, extérieure et étrangère aux disciplines.

Elle souligne le fait que cette situation satisfait tout le monde. Les étudiant(e)s suivent, au prix d’une certaine « schizophrénie » entre leur culture web de loisir et la culture universitaire, qui reste une culture de l’imprimé. À fortiori, il est difficile de les amener à une quelconque réflexion critique sur le numérique – l’ambition critique étant le propre de l’université, en principe –, car ils n’y sont pas confrontés dans leur cursus.

À titre d’exemple, les webographies sont parfois prohibées par les enseignants dans un environnement qui perçoit et envisage le numérique comme une simple série d’acquisitions techniques. C’est sous cet angle qu’a été mis en place le C2i par les services TICE. Une délégation qui conforte la vision des enseignants chercheurs qui, quant à eux, reproduisent la formation qu’ils ont reçue. A fortiori, l’idée d’interroger les objets de leur discipline est improbable, dans un tel contexte.

Pourtant, la question est pressante en terme de responsabilité : il est nécessaire d’accompagner les étudiants dans l’acquisition d’une culture numérique qui transforme les fondements de l’étude, de l’enseignement et de la recherche. Cette culture numérique fait émerger de nouvelles modalités de la vie universitaire et scientifique auxquelles les étudiant(e)s doivent être préparés.

Corinne Welger Barboza propose de s’interroger sur l’intégration, dans les enseignements de l’université, d’une véritable formation à la culture numérique. De ce point de vue, les apprentissages proprement techniques ne sont pas au centre puisque l’essentiel des compétences s’acquièrent par l’autoformation. Ce sont les méthodologies qui importent. Elle souligne, en exemple, le fait que se construit un nouveau régime documentaire qui appelle de nouvelles pratiques documentaires. Dès lors, n’est-il pas décisif d’amener les étudiant(e)s à comprendre les propriétés du document numérique, Il lui parait essentiel, par exemple, que les étudiant(e)s soient à même de connaître et reconnaître les différents types de documents et d’édition en ligne. Il lui parait également nécessaire de donner à comprendre la logique cruciale de l’indexation dont nous savons qu’elle s’exerce à plusieurs niveaux dans l’environnement numérique en réseau. Elle signale le fait que dans son cursus de recherche et pratique documentaire, elle préconise que les étudiants indexent (tagging) les images d’œuvres, mais aussi créent des Delicious indexés afin de favoriser le partage. Toutefois, ce tournant essentiel doit s’accompagner d’une mise en perspective, d’une certaine profondeur de champ : qui produit les documents, pourquoi ? Que signifie l’appropriation ?

Au bout du compte, Corinne Welger-Barboza propose de s’interroger sur les cursus, en terme de formation universitaire et de débouchées. Comment définir un socle commun de formation à la culture numérique qui concerne les disciplines de façon transversale ? Plus généralement, ne peut-on penser que les digital humanities interrogent les disciplines individuellement ou transversalement, notamment, si on pense en termes d’opérations et d’outils ? Elle fait allusion, notamment, à l’atelier qui, au même moment traite de l’usage des SIG pour plusieurs disciplines.
La discussion a donné lieu à des échanges sur plusieurs points :

  • Les pratiques documentaires des étudiants ont été signalées comme peu familiarisées avec la fréquentation scientifique du web ; notamment, la difficulté de leur faire admettre la validité des ressources numériques dans un contexte où celles-ci ne sont pas validées par les enseignants. Quelles stratégies adopter dans les UFR pour que ça change ? Par ailleurs, ce phénomène résonne avec le fait que le travail étudiant ne s’appuie pas non plus de façon sérieuse sur les livres. (Frédéric Clavert)
  • La question documentaire serait-elle propre au web ? Le phénomène ne serait-il pas antérieur ? Aucune formation sérieuse à la documentation n’a jamais été donnée à l’université, hors des formations spécialisées. Les pratiques en la matière ont toujours été sommaires, elles le restent (Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn)
  • Les questions ouvertes devraient être posées en termes concrets de cursus. De quels étudiants parle-t-on ici ? De quels niveaux de formation ? (Historien de Paris 1)
  • L’enjeu des formations évoquées a été replacé par rapport à une fracture toujours opérante : celle qui sépare les ingénieurs des chercheurs. Faut-il faire des étudiants des ingénieurs, des chercheurs qui sachent utiliser les outils ? Faut-il donner une formation qui combine une connaissance des humanités, du document, mais également une connaissance des questions techniques ? Le chercheur doit comprendre les aspects techniques pour parler à leur ingénieur et inversement. Il ne faut pas non plus oublier les débouchés professionnels. Lorsque l’on maîtrise les outils dans l’enseignement supérieur on est méprisé ; en revanche, lorsque l’on exerce comme ingénieur dans le secteur privé, par exemple, on ressent le besoin que les ingénieurs aient une formation en sciences humaines, car les informaticiens notamment n’ont qu’une vision étroite de leur travail. Ce qui peut gêner les chercheurs dans leurs projets. Les coopérations nécessaires, recherche SHS et technique, ne peuvent se développer sur le terreau actuel. (Gauthier Poupeau)
  • La question de la formation est abordée du point de vue de l’intégration de la programmation informatique dans la discipline, à partir de l’expérience de l’UFR d’Histoire de l’université Paris 1. Depuis 1970, on y pratique un enseignement alliant histoire et informatique de la Licence 1 au Doctorat et l’environnement enseignant dans l’UFR s’y montre favorable, voire réclame une offre plus systématique. C’est une approche Digital Humanities qui repose sur la considération du programme comme écriture. Ceci n’est pas reconnu dans la recherche en SHS, alors qu’il s’agit d’une écriture, d’une pensée. En master les étudiants apprennent le PHP et s’en servent comme passerelle pour changer de domaine. C’est une forme de littératie (le savoir penser et écrire) qui intègre le code. Cette conception implique qu’i faut tendre vers la rupture avec une situation où il y aurait d’un côté le chercheur qui pense, qui comprend le technicien, et de l’autre côté le technicien qui apporte la réponse. Les chercheurs doivent savoir manier le code, la programmation. Une conception également aux antipodes du C2I (Certificat Informatique et Internet des Services TICE). Il faut donc réfléchir aux moyens de créer des pôles d’efficacité. (Stéphane Lamassé)
  • L’exemple de la discipline historique suscite une vision… historique des relations entre informatique et histoire. Un trou générationnel est évoqué (entre 1988 et 1998, environ) : les « anciens » ayant été aspirés par des responsabilités administratives, l’enseignement et la recherche auraient été désertés. Et la veille technologique afférente a été réactivée avec l’importance prise par le web. Comment maintenir cette veille, indispensable ? Comment faire reconnaître sa valeur, comparable à l’écriture d’un article ? (Gauthier Poupeau).
  • Enfin, après que la perspective tracée par CWB ait été taxée, d’entrée de jeu, de « révolution culturelle », la fin des interventions a bouclé la boucle. La reconnaissance des Digital Humanities par l’Académie amène la comparaison avec le statut de la recherche sur l’histoire des femmes, il y a trente ans. Être minoritaire ne consiste pas à témoigner de son oppression, mais à aller de l’avant. Les acteurs des Digital Humanities doivent rester positifs, s’appuyant sur ce premier THATCamp qui constitue une académie, à sa façon ; en tout cas, se comporter à la façon d’un lobby, reconnaître les articles intéressants, les signaler et orienter le système de valorisation. (Marin Dacos)

Pour conclure, Corinne Welger-Barboza relève quelques points pour ouvrir les discussions futures.

  • Le débat sur l’introduction de l’informatique dans les disciplines et la mise en relation avec la culture numérique doit être poursuivi. Y a-t-il là des visions opposées ? Des stratégies différentes ? Il faut clarifier ce point essentiel.
  • Il est essentiel de s’atteler au chantier de la formation par la concrétisation de ces questions, en termes de cursus ; ce qui ne peut prendre place dans un cadre comme celui-ci, mais au moins l’ouverture est engagée.
  • La question de la formation documentaire prend une acuité toute particulière même si on peut déplorer la situation antérieure. Dans l’environnement numérique, la prise en compte des propriétés de la documentation numérique s’impose comme une responsabilité, plus largement. On est tenu de comprendre les logiques documentaires ; on est tenus de s’approprier davantage ces systèmes qui étaient jusqu’alors l’apanage de corps professionnels. Cette question renvoie au rôle des documentalistes dans ce changement ainsi qu’à leur formation. Quelle division du travail dans le monde du traitement des sources ? Ceci fait partie de nos questions communes. De même, les institutions patrimoniales sont dans le bain des DH. Les déplacements de compétences, d’appropriation et donc de formation touchent toute la chaîne documentaire.

Support de présentation