MutEC – « Conférence-démo »: « Pratiques numériques en histoire de l’art » – mercredi 30 mars 2011, Lyon

La prochaine »conférence-démo » de MutEC se tiendra le mercredi 30 mars 2011 de 17h à 19h à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, site Descartes, salle F106.

Sur le thème « Pratiques numériques en histoire de l’art« , Corinne Welger-Barboza (Maître de conférence à l‘université Paris 1) suivi  d’une présentation d’un outil « idéal » pour les corpus de manuscrits enluminés, par Elli Doulkaridou (Doctorante Université Paris 1).

Résumé : Comment l’histoire de l’art est-elle engagée dans les développements du numérique ? La question est aussi vaste que les domaines couverts par la discipline sont nombreux ; une attitude consensuelle tend toutefois à privilégier la position de l’image dans les pratiques d’étude.  Dans cette perspective, Corinne Welger-Barboza, maître de conférence à l’UFR d’histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), envisagera des figures élémentaires des nouvelles pratiques du document visuel, associées aux propriétés de l’image numérique. Ensuite, des corpus instrumentés seront présentés afin de dégager les orientations d’une histoire de l’art partie prenante des Digital Humanities.

A partir de sa spécialité, l’étude des manuscrits enluminés de la Renaissance italienne, Elli Doulkaridou, doctorante à l’université Paris 1, montrera une composition « fictive ». Comment concevoir l’instrumentation d’un corpus de ce type, afin qu’il réponde à toutes les exigences de la recherche dans ce domaine ? La « démo » de cet hybride, réalisé à partir de l’étude critique de réalisations effectives, proposera des réponses à ces interrogations.

Conférence ouverte à tous – inscription souhaitée : contact : claire.giguet@ish-lyon.cnrs.fr

Séminaire doctoral – report de la séance du 11 février 2011

Pour des raisons exceptionnelles, la prochaine séance du séminaire Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art, est reportée au 11 mars 2011. Toutes les séances prévues seront déplacées d’un mois sur l’autre. La date de la dernière séance, en mai, sera communiquée dès qu’elle sera fixée.

Contacts : Élisabeth Doulkaridou, elisabeth.doulkaridou@gmail.com ; Marie-Laure Gabriel, mlauregab@yahoo.fr ; Gaylord Brouhot, gaylord.brouhot@inha.fr

Vers les cabinets d’estampes en ligne : Le cas du Virtuelles Kupferstichkabinett

La base d’estampes Virtuelles Kupferstichkabinett compte déjà trois ans de vie sur la toile. Le projet mené conjointement par la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel et le Herzog Anton Ulrich-Museum de Braunschweig a été lancé en 2007, avec l’objectif d’abriter un cinquième des collections de ces institutions.  Financée par la DFG1 et en coopération avec le Bildarchiv Foto Marburg, la base compte aujourd’hui 37.996 items2 ; l’objectif de 40 000 images, fixé pour mars 2011, est donc en passe d’être atteint.

Ce fonds extraordinaire est principalement constitué de la collection d’estampes des Ducs de Braunschweig-Wolfenbüttel. Il couvre cinq siècles de production, allant du XVème jusqu’à au milieu du XIXème siècle. Une des collections de plus importantes en Europe, on y trouve toutes les techniques, de la gravure sur bois à la lithographie en passant par le burin, l’eau-forte et la gravure à la poupée. De même, l’éventail des thématiques est très large, couvrant des domaines classiques comme la religion, l’histoire et la mythologie mais également des domaines plus insolites, comme l’anatomie, l’ornement et les scènes de fêtes.

Élégance et simplicité

La mise en page du site, sobre et minimaliste, est avant tout dictée par le souci de l’ergonomie et l’aisance de la navigation. En effet, les recherches sur les estampes sont souvent assez complexes, à cause d’éditions et de copies multiples, d’artistes anonymes et d’œuvres non-identifiées. Par conséquent, le choix a été fait, de proposer d’emblée un formulaire de recherche multicritères en guise de page d’accueil, afin de favoriser l’accès à l’information. Une présentation synthétique ajoute à ce parti-pris de clarté en donnant les clés nécessaires à une recherche instantanée, par l’emploi des opérateurs ou des index.

Figure 1 : La page d’accueil offre un accès direct aux options de recherche.

Comme son nom l’indique, le site se veut un cabinet d’estampes virtuel, un espace de travail dédié, composé de l’essentiel : un corpus et des outils de consultation.  Le choix des couleurs (des tons de gris) par ailleurs, malgré son apparente simplicité, sert lui aussi la meilleure visibilité des estampes qui sont, dans leur grande majorité, en noir et blanc.

Nous distinguons deux menus dont les vocations différentes sont marquées par leur emplacement. Le menu que l’on appellera ici « externe », placé en haut à droite, hors du cadre de consultation, renvoie vers des informations générales sur le projet, les termes techniques employés, l’utilisation de la base et les crédits.

Le menu « interne » est, quant à lui, épuré et ergonomique : en effet, les trois onglets (« search options », « results » et « object »)3 structurent de manière essentielle l’espace de travail. Comme on le verra, les deuxième et troisième onglets communiquent entre eux pendant chaque session de recherche.

Des options de recherche adaptées

La recherche peut être simple ou multicritères, avec la possibilité de combiner trois critères au maximum parmi de nombreuses options. Les combinaisons donc sont variables, adaptées à toute sorte de requête. Le site propose, entre autres, la recherche par référence bibliographique, une pratique que l’on trouve aussi dans la base de données du British Museum, et qui s’avère particulièrement utile pour les recherches dans le domaine car le nombre d’exemplaires, les différents états d’une estampe et la question de l’attribution, imposent le recours aux catalogues de référence, comme le Bartsch ou le Hollstein.

Les termes du vocabulaire contrôlé ont fait l’objet d’un traitement bilingue : pour certaines catégories, comme la technique, le support ou le procédé d’impression, il est possible de choisir le terme en anglais ; ce dernier sera alors traduit automatiquement en allemand. Les champs « sujet » ne figurent pas encore dans la liste des catégories traduites, la quantité des données représente probablement un frein à cet effort multilingue. Cependant, nous regrettons que le choix de la langue doive être répété à chaque rafraîchissement de la page.

Les résultats des requêtes s’affichent par défaut par pages de dix vignettes mais on peut augmenter leur nombre jusqu’à cent. Au vu du nombre des résultats obtenus, on peut décider de modifier le nombre de vignettes à afficher. Contrairement à l’affichage par liste, les vignettes permettent d’en sélectionner plusieurs à la fois. De plus, la communication entre l’onglet des résultats et celui de la vue détaillée organise le travail entre le tri et l’observation de la sélection : on peut à tout moment revenir aux résultats, et sélectionner une autre planche à observer.

Une présentation scientifique

L’affichage de chaque item se compose de deux parties : à droite l’image, à gauche la notice. Celle-ci, structurée par champs, offre les informations disponibles sur l’objet. Les données se présentent par catégories, séparées par une fine ligne grise qui les ordonne. Les informations concernant le lieu de conservation (à la fois physique et virtuel) et la provenance, sont suivies par les données d’identification (titre, auteurs), de production et les repères techniques. La seconde partie de la notice fournit des informations supplémentaires, résultat d’un travail de documentation considérable : appartenance à une série, références bibliographiques, descripteurs, inscriptions et notes de la conservation.

Cette dernière partie de la notice varie en longueur selon les cas et l’état de la recherche sur chaque objet. La précision qui en résulte témoigne de la collaboration réussie entre le musée et la bibliothèque, point sur lequel a insisté le conservateur du musée Anton-Herzog, Thomas Döring, à l’occasion de la conférence CODART 20104 .

Croiser et ouvrir : le souci des métadonnées

Mais au-delà de la qualité et de la quantité d’informations offertes pour chaque objet de la base, l’aspect le plus décisif, est le croisement des collections. Grâce aux hyperliens dans plusieurs champs de la notice (ancien possesseur, auteur(s), lieu de production, technique, sujets, titre de la série) la navigation est rendue fluide, intuitive et surtout, permet d’acquérir une vision d’ensemble à partir d’un critère précis. Ainsi, le chercheur n’a pas seulement une vue simultanée de l’image et de l’information, mais aussi un aperçu d’une pluralité de liens possibles avec le reste de la collection.

Figure 2 : Le croisement par séries d’estampes

Ceci présente un grand intérêt dès lors qu’on sait que les estampes qui font partie d’une série peuvent être consultées comme un ensemble. Ainsi, il devient possible de restituer ces objets dans leur composition originelle et de saisir, selon le cas, les continuités ou les variations dans une suite de gravures.

Une possibilité de croisement supplémentaire, qui sera bientôt activée, est le regroupement par unité matérielle, en d’autres termes par recueil d’estampes. En effet, les estampes font souvent partie de recueils confectionnés par les collectionneurs. Leur contenu est très variable et surtout unique, rassemblant des créations d’un ou de plusieurs artistes, des séries entières ou pas. L’intérêt d’une telle possibilité tient entre autres à l’histoire du collectionnisme et au développement de l’histoire du goût.

Il est devenu courant d’utiliser Google maps pour localiser les lieux de production des collections en ligne, comme par exemple, dans le cas du Victoria & Albert Museum. Dans le cas présent, cet outil de localisation est employé pour situer les lieux représentés dans les gravures mêmes. Or, pour l’instant, ça n’est que la ville de référence qui est représentée mais nous imaginons que cet aspect évoluera avec le temps, pour indiquer par exemple l’emplacement d’un bâtiment particulier au sein d’une ville ou d’une région. Dans ce cas, la vue contemporaine d’un endroit aidera à la meilleure compréhension de l’image, notamment si le lieu représenté n’existe plus ou bien si son état s’est modifié.

L’ouverture de la base grâce aux métadonnées constitue un autre aspect fondamental de ce projet. Plusieurs démarches ont été suivies,  marquées par la volonté de rendre ce corpus outillé compatible avec un grand nombre de méta-catalogues. Pour une part, la description des images est effectuée avec le thésaurus Iconclass , ouvrant ainsi la base à une indexation universelle. L’interopérabilité avec d’ autres catalogues ou des méta-catalogues employant les mêmes normes, est ainsi assurée, permettant surtout une recherche indépendamment de la langue utilisée. La base est en outre indexée selon les principes d’Open Archives Initiative, favorisant l’exportation des données dans les formats de description  Dublin Core et museumdat.

Un dispositif pour comparer et examiner

En ce qui concerne la présentation des images elles-mêmes, celles-ci sont conventionnellement accompagnées d’une échelle métrique et chromatique (tons des gris), instruments garantissant un affichage optimal.

La technologie de grossissement très répandue, Zoomify, outre le fait de s’appliquer à des images de haute résolution, se trouve ici habilement exploitée. Le pictogramme de deux loupes en bas de l’écran de sélection déclenche un comparateur d’images, permettant la visualisation simultanée des images choisies parmi les résultats de la requête. Le zoom n’est plus une simple « loupe » numérique ; il devient un dispositif d’observation scientifique, un véritable outil qui se prête à l’usage et aux besoins de celui qui le manipule.

Figure 3 : L’outil de comparaison et les menus déroulants

Deux tablettes permettent donc d’observer et de comparer simultanément deux estampes, ce qui est très utile quand, par exemple,  on souhaite étudier les différents états d’une même estampe. Mais le dispositif se prête à d’autres manipulations adaptées à l’étude d’un corpus. Ainsi, puisque l’on peut sélectionner autant d’images que souhaité parmi les résultats de notre requête, des menus déroulants sous les écrans de zoom laissent à portée de « main » les images choisies, ainsi disponibles pour un examen alterné. Plusieurs jeux de comparaisons sont possibles en variant les images, sans qu’il soit nécessaire de quitter l’écran de travail. Les deux tablettes de zoom, permettent en outre d’observer différentes parties de la même estampe en variant les niveaux de zoom et en dirigeant la « loupe » sur différents endroits de l’image.

Bien exploiter le numérique, cela signifie aussi procéder à des recompositions d’éléments épars, difficilement accessibles. Ainsi, la bibliothèque possède un exemplaire rare, colorié à la main, de l’Arc de Triomphe réalisé par Albrecht Dürer en 1517-18 pour Maximilien Ier. Il s’agit d’une estampe monumentale, composée de 192 gravures imprimées sur 36 planches, mesurant en tout 3.5 x 3 m. Le numérique permet en l’occurrence d’avoir, à la fois l’image d’ensemble, mais aussi les planches individuelles. Si l’on ajoute à cela la présence du comparateur, les combinaisons d’observation se démultiplient. Ainsi, on peut zoomer afin de lire la légende d’un côté, et utiliser l’autre écran pour naviguer dans les parties auxquelles fait référence cette dernière, ou bien garder une vue d’ensemble pour mieux saisir la place du détail dans la narration ou dans la composition.

Figure 4 : À gauche, l’arc de Triomphe de Dürer reconstitué ; à droite deux usages possibles du comparateur d’images (montage).

La cohabitation du texte et de l’image

Une partie des estampes proposées dans la base contiennent aussi du texte. La mise en ligne de tels objets soulève nombre de questions liées à cette particularité de la cohabitation texte/image. Le texte doit-il faire objet d’une transcription et si oui de quel format ? Quand est-ce qu’une traduction est jugée nécessaire ? Quels outils pour rendre possible l’appropriation du texte ? L’édition numérique des Lettres de Van Gogh a récemment tenté de proposer des solutions en ce sens5 .

L’image ne peut pas être traitée comme un texte et vice versa. L’étude d’un incunable comme la Biblia Pauperum6 présuppose la possibilité de se rendre compte de la linéarité du texte ainsi que des liens narratifs établis entre les images tout au long du livre. Autrement dit, l’aspect matériel joue ici un rôle primordial et le besoin de consulter l’ouvrage dans son intégralité s’impose. Dans l’exemple en question, un lien dans les notes renvoie à un tel dispositif. Pour l’instant les ouvrages numérisés intégralement restent limités, mais cette possibilité s’inscrit pleinement dans les ambitions du projet pour l’avenir.

Figure 5 : Une planche de la Biblia Pauperum et le lien vers l’exemplaire numérisé en intégral

Cultiver le dialogue

Avant la mise en ligne des bases d’images contenant des estampes, la recherche dans le domaine était fastidieuse et peu gratifiante. Une référence renvoyait, dans le meilleur des cas, à une reproduction dans les catalogues de référence, tels que Bartsch et Hollstein, avec le risque de ne pas trouver une reproduction mais une simple légende avec les informations élémentaires. Depuis le lancement de la base du British Museum en 2007, il devient de plus en plus évident que les pratiques de la recherche basculent vers l’accès plus direct à l’image. Des projets comme le Virtuelles Kupferstichkabinett confirment cette tendance. Le numéro de Bartsch ou de Hollstein et le nom de l’artiste sont augmentés d’un éventail de critères considérablement plus vaste ; le croisement des collections devient plus flexible et l’offre de documentation gagne en qualité.

Dans le cas étudié ici, la présentation de l’information est le résultat heureux d’une véritable synergie entre le savoir-faire d’une bibliothèque et celui d’un musée, combinée avec l’exploitation adéquate des outils offerts par le numérique. La prise en considération des pratiques de la recherche est également affirmée. Outre les aspects déjà mentionnées, chaque image peut être téléchargée au format PDF accompagnée de sa notice, comme présenté à l’écran, une sorte de fiche prête à être archivée. Néanmoins, il reste encore de la marge pour des améliorations. Ainsi, nous regrettons l’absence d’un espace de travail personnalisé où l’internaute pourrait mettre de côté ses estampes afin d’y revenir ou du moins les garder à portée de main ; de nouvelles comparaisons nécessitant une requête avec des critères différents en seraient facilitées.

En mars 2010, dans le cadre de la conférence organisée par CODART7 tenue à Rotterdam, Antony Griffith, conservateur du département de dessins et d’estampes du British Museum, soulignait que la numérisation pouvait mettre fin au dépérissement des collections d’arts graphiques, faute d’être communiquées au public ; toutefois,  il en indiquait l’urgence : « On ne peut pas préserver seulement pour l’avenir, parce que de cette manière l’avenir n’arrivera jamais »8 . Un an plus tard, en mars 2011, date d’achèvement du projet initial du Kupferstichkabinett, ses responsables organisent une conférence, qui portera sur l’avenir des bases d’images d’œuvres graphiques9 . Cette initiative nous parait important. D’une part, nous remarquons la prise en compte progressive des besoins différents de chaque domaine artistique, ce qui conduit  à la création d’outils adaptés ; d’autre part,  les échanges entre les protagonistes de la numérisation, dans le domaine des arts graphiques, sont développés. Le partage d’expérience entre institutions et l’explicitation des principes ayant guidé leurs choix, conduiront sans doute à l’évolution des pratiques numériques et au renouvellement de la recherche dans ce domaine.

  1. Deutsche Forschungsgemeinschaft, l’agence allemande pour la recherche. []
  2. Le nombre ne cesse d’augmenter. []
  3. Le site a été exploré principalement dans sa version anglaise, afin d’évaluer son accessibilité. []
  4. Le texte de son intervention peut être consulté et téléchargé sur le site de la conférence. []
  5. Cf. L’article de l’Observatoire Critique. []
  6. Inv. 1 Xylogr. (1) []
  7. Curators of Dutch and Flemish Art []
  8. A. Griffith, “Collections online: the experience of the British Museum”, actes coll., Digitization: Blessing or burden?”, Rotterdam, mars 2010. « Everything cannot only be kept for the future, for then the future will never arrive » (traduction personnelle). []
  9. Le programme préliminaire peut être téléchargé ici. []

Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Séminaire doctoral.

Programme

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.

ArtHist ou H-ArtHist – Abonnez-vous !

L’équipe des éditeurs/rices de la liste de diffusion H-ArtHist qui a transformé la circulation de l’information scientifique au sein des communautés de l’histoire de l’art internationale, depuis bientôt dix ans, était présente aux trois-quarts ; Godehard Janzing, Daniel Burckhardt, Livia Cardenas, Carolin Behrmann, Robert Felfe, Elisabeth Furtwängler, Rainer Donandt ; ces invité(e)s quotidiens de ma boite e-mail, toujours reçu(e)s avec plaisir et intérêt, étaient incarné(e)s.

L’Institut allemand d’histoire de l’art recevait en effet, ce 14 décembre 2010, les historien(ne)s de l’art parisiens, curieux de rencontrer cette équipe de bénévoles qui s’active sans relâche pour distribuer les manifestations diverses de la vie de la discipline auprès ou plutôt parmi bientôt 10 000 abonné(e)s. En effet, la richesse de cette information réside dans le fait qu’elle est produite par quiconque soumet une information à la rédaction qui canalise, édite et redistribue.

La mise en ligne du nouveau site web ArtHist a fourni l’occasion de cette rencontre. On notera la perte du H-, marque d’autonomie du site à l’égard de H-Net1 ). Au lieu d’organiser une simple opération de relations publiques, nos ami/es allemand/es se sont préoccupés d’entendre leurs collègues français/es et d’échanger avec eux, désormais de plus en plus soucieux des usages du numérique par la discipline.

Après des réunions avec des membres de Terra Foundation for American Art , et de l’INHA , André Gunthert, pour Culture visuelle , François Queyrel, pour Histara , Pascale Dubus, pour le site de l’APAHAU et moi-même pour l’Observatoire critique, avons été conviés à la présentation de nos initiatives respectives de publication en ligne. Cette conversation a permis de mieux cerner la personnalité des différents projets ainsi que les outils d’édition web choisis par les un/es et les autres. Quelques points ont occupé l’attention. Notamment, les variations autour du thème du comité de lecture/comité scientifique : de la reproduction à l’invention de formes plus circonstancielles de collégialité ; la reproduction terme à terme du Comité de lecture ou la mobilisation de prestigieux conseils scientifiques ne garantissant pas toujours l’implication effective des personnalités dans l’exercice de validation. Les outils d’édition différent également : de la plateforme de blogs dotée des fonctions d’échanges du type média social, aux blogs (l’APAHAU est en train d’en concevoir un), jusqu’au CMS plus statique ; toutefois, les systèmes de classement des informations et les relations avec les lectorats tendent vers une offre plurielle de communication, soutenue par les outils de type Web 2.0 : les flux RSS se combinent de plus en plus volontiers aux lettres d’informations et s’ajustent à des intérêts spécifique. Ainsi, Culture visuelle associe son offre RSS aux tags définis par son comité éditorial ; l’observatoire critique la lie à ses catégories.

Le nouveau site d’ArtHist, précisément, propose désormais un flux RSS ainsi qu’un compte Twitter ; se joue ici aussi, la diversification des modes d’affiliation des lecteurs/contributeurs, des rythmes de distribution et des réseaux et pratiques de re-distribution. Au regard de la liste de diffusion, le site représente la mémoire de l’ensemble des informations diffusées ; l’archive complète est classée selon les catégories de l’information distribuée mais on peut également faire des recherches plus fines dans la considérable base de données constituée au fil des ans. Dans ce cas, la recherche est formulée sur l’interface du serveur de l’ensemble des listes de H-Net mais le formulaire de requête permet de circonscrire son objet. Par exemple, sur dix ans de H-ArtHist, si l’on entre le terme Technology, on recueille 21 résultats ! Mais ne soyons pas pessimistes, nous prendrons le temps, une prochaine fois, d’entrer des termes plus précis et en allemand. On peut ajouter que le site donne une vision plus claire et surtout plus dense de la part occupée par les recensions que le fil des e-mails ; elles restent toutefois peu nombreuses et très majoritairement le fait de chercheur(e)s de langue germanique.

Le site n’entre pas en concurrence avec la liste de diffusion : il échoit à chacun de régler son affiliation à cette source exceptionnelle. A ce propos, il était très intéressant et instructif de prendre connaissance de la répartition par pays des abonné(e)s à la lettre de diffusion. Le graphe ci-dessous en donne un aperçu éclairant.

Source H-Arthist

En France, les résultats sont un peu surprenants : à voir l’information distribuée sur les manifestations françaises, depuis environ deux ans, il me semblait que l’on avait pris la mesure, ici, de l’intérêt de ce « faire savoir », au-delà de l’adresse aux locaux. Français, encore un effort !

  1. Cette méta liste à la source, depuis son serveur de l’université du Michigan, de 90 listes en Sciences humaines et sociales dont H-ArtHist []

14 décembre 2010 – Présentation de H-ArtHist à Paris.

H-ArtHist, une source d’information internationale  inégalée pour et par les historiens de l’art,  sera présentée à Paris par ses animateurs.

Présentation de H-ArtHist, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, (Centre Allemand d’Histoire de l’Art), le mardi, 14 décembre 2010 à 18h30.

L’année prochaine, la liste de diffusion H-ArtHist fêtera ses dix ans d’existence, et comptera plus de dix mille abonnés dans des musées, universités et instituts de recherche du monde entier. Dans le cadre du lancement de son nouveau site web, le Centre allemand d’histoire de l’art de, Paris invite la rédaction de H-ArtHist à présenter le projet et à discuter de son développement avec des historiens d’art français.

Introduction: Andreas Beyer, directeur du Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Paris. Seront présents, les membres de la rédaction :Carolin Behrmann (Berlin), Livia Cárdenas (Berlin), Rainer Donandt (Hamburg), Elisabeth Furtwängler (Berlin), Steffen Haug (Berlin), Caroline Philipp (Berlin), Godehard Janzing (Paris), Robert Felfe (Berlin) et le responsable de la base de données, Daniel Burckhardt (Berlin).

RSVP. Lieu : 10 Place des Victoires, 75002 Paris,

Tél +33 (0)1 42 60 67 82 ; Fax +33 (0)1 42 60 67 83

www.dtforum.org/ Renseignements: gjanzing@dt-forum.org

Godehard Janzing: Presentation de H-ArtHist (Paris, 14 Dec 10). In: H-ArtHist, 7 déc. 2010, (accessed 7 déc. 2010), <http://www.arthist.net/archive/628>. arthist.net .

Networked Humanities: Art History in the Web

Du 9 au 14 octobre 2010, European Research Foundation organise une conférence dédiée à l’histoire de l’art dans l’environnement du Web, à Acquafredda, en Italie.

Since the earliest times, new technologies have contributed to profound scientific advances and have transformed the ways we can do research. It is claimed today that the World Wide Web offers revolutionary models of scientific cooperation, which promise to instantiate a utopian democracy of knowledge. This claim has repeatedly been associated with the development and introduction of a collaborative Web, commonly referred to as ‘Web 2.0’ as well as its offspring, a semantically enriched Web 3.0 still in the making The aim of this conference is to bring together art historians and other researchers (including digital humanists) in order to investigate the intersection between the web and collaborative research processes, via an examination of electronic media-based cooperative models in the history of art and beyond.

The conference will not only be an occasion to exchange ideas and present relevant projects in the field, but,with contributions spanning from art history (and digital art) to philosophy and cultural studies, from psychology and sociology of knowledge to computer graphics, from semiotics to curatorial practices it will offer a unique forum for the representation of both diversified and complementary approaches to the topic of Networked humanities.

Pour en savoir plus

Cenobium

Cenobium est un projet dédié à l’étude des échanges culturels dans la région méditerranéenne, au cours des XII° et XII° siècles, à partir de la sculpture qui décore l’architecture religieuse. On trouve les chapiteaux décorés les plus emblématiques dudit tournant roman (autour de 1100) en France méridionale, en Espagne et en Sicile.

Le projet Cenobium a mis en ligne ses premières applications avec les cloîtres de Monreale et de Sant’Orso d’Aoste. L’étude scientifique de ces modèles artistiques architecturaux est servie par une technologie d’imagerie de haute définition qui permet une vision rapprochée d’un grand nombre de chapiteaux.

Trois modalités de visualisations sont proposées :

–         une pré-visualisation de bonne qualité qui permet de regarder sept à huit faces de chaque chapiteau ;

–         une vision rapprochée avec un zoom très puissant

–         une vision en volume (3D) de très grande qualité avec rotation de chaque objet.

On doit télécharger un petit logiciel afin d’utiliser une visionneuse ad hoc

Cette réalisation est en cours et la base de données est augmentée progressivement. Elle est déjà richement dotée.

Cenobium est mis en œuvre grâce au partenariat des : Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institu ; Istituto di Qcienza et Tecnologie dell’Informazione « A. Faedo » Visual Computing Lab – CNR, Pisa ; Soprintendenza per i Beni Ambientali Architetettonici Artistici Sorici per le province di Pisa Livorno Lucca Massa Carrara.

« Une typologie des outils numériques en histoire de l’art sur Internet – Vers de nouvelles pratiques de la discipline » par Simon Bachelier.

Mémoire de Master 1 –  Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en septembre 2008 par Simon Bachelier.

Télécharger (PDF) :

Mémoire_M1_S.Bachelier

« Pratiques de l’image numérique en histoire de l’art – Approche des mutations d’un support d’étude » par Simon Bachelier.

Mémoire de Master 2 – Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en juin 2009, par Simon Bachelier.

Télécharger : (PDF)

Mémoire_M2_S.Bachelier