Les catalogues de collections des musées en ligne, au carrefour des points de vue. De la médiation à la propédeutique de l’image numérique.

Cet article est daté du 13 mars 2011 et est à paraitre dans l’ouvrage collectif Numérisation du patrimoine et nouvelles formes de médiation : DUFRENE, B. et IHADJADENE, M. (dir.),  Paris, Editions Hermann, 2012. Il résulte de l’une des journées d’étude d’un cycle intitulé, Numérisation du patrimoine des bibliothèques et moteurs de recherche, organisé par Bernadette Dufrene (Paris-Ouest – Nanterre)  et Madjid Ihadjadene (Paris 8) avec la BNF, les 7/12/09 ; 8/01/10 et 18 mars 2010. Seul, un passage a été réactualisé, signalé entre tirets.

 

Le catalogue de collections en ligne illustre, par excellence, la documentarisation du patrimoine. Par ce néologisme un peu barbare, nous avions souhaité nous éloigner d’une focalisation des débats sur ladite figure du musée virtuel, expression floue au demeurant, tirant toute son énergie évocatrice du Musée imaginaire de Malraux. Depuis ces époques reculées, – une dizaine d’années dans l’espace-temps du web parait une éternité –, la redocumentarisation généralisée a fourni un cadre pour penser les modalités de l’explosion documentaire et son inscription dans l’environnement du numérique en réseau. Ainsi, les sciences de l’information ont été arrimées plus solidement que jamais aux sciences de la communication pour aborder les productions éditées en ligne. Emblématique de cette double perspective,  le catalogue des collections peut être approché comme la pièce maîtresse de la médiation de l’institution patrimoniale en direction des publics mais également de la mise en jeu de nouvelles compétences documentaires. Cette combinatoire prend une pertinence accrue dès lors que les pratiques d’indexation des collections font l’objet d’un partage inédit entre professionnels et amateurs, dans le contexte du Web 2.0. tout en nourrissant certaines politiques de médiation. Ces approches sociotechniques prennent sens au regard de la particularité du domaine concerné : l’appropriation des images d’art. Aussi, nous parait-il nécessaire d’éclairer ces lectures par une mise en perspective supplémentaire, bordée par l’histoire d’une médiatique de l’histoire de l’art. Cet angle de vue nous permettra, en l’occurrence, de dégager le rôle actif du musée dans une propédeutique de l’appropriation des corpus d’images numériques, dans le cadre des pratiques de la discipline. Le catalogue en ligne se situe au carrefour de points de vue multiples ; instrument névralgique dans la politique de médiatisation du musée, il n’est pas certain que l’institution ait encore pris toute la mesure des vertus de cet objet numérique singulier.

L’identité du musée remodelée

Pièce maîtresse de la présence des musées en ligne, le catalogue de collection illustre de façon irréductible à toutes les autres manifestations de l’institution, l’identité de chacun d’eux, l’identité singulière d’un fonds que l’histoire a façonné. Mais l’origine même de ces catalogues excède l’identité publique usuelle du musée et en remodèle tant le visage que l’usage.

Dans l’environnement du web, cette fonction identitaire prend une visibilité renouvelée, servie par un site web de musée qui a depuis toujours – une quinzaine d’années – assuré la fonction et les formes d’une sorte de représentation consulaire de l’institution. La mise en avant des chefs d’œuvres ou de pièces susceptibles tout à la fois d’identifier et de distinguer chaque institution est emblématique de cette attitude. Ainsi, la mise en ligne du catalogue a pu se confondue avec l’exposition des collections dans le musée même, favorisant la popularité du thème imprécis du musée virtuel, employé ici pour le double du musée physique. Mais la mise en ligne du catalogue de collection ressortit à une logique autre que manifeste plus clairement la tendance prégnante à la mise en ligne exhaustive des collections . Outre le constat que l’institution donne par là accès à des images d’œuvres qui ne sont pas visibles dans l’espace d’exposition du musée, on mesure, à ce stade, que le catalogue en ligne est directement issu de l’outil documentaire informatisé qui supporte une part importante de l’activité des professionnels du musée ; documentalistes, conservateurs, gestionnaires des collections, services scientifiques et culturels.

Produit des activités internes du musée, au fil de la constitution des fonds (inventaires, récolements), de leur étude (dossiers d’œuvres, documents historiques et scientifiques, états de conservation), de leur gestion (circulations diverses), le catalogue s’est informatisé tirant parti de certains schèmes organisateurs des processus documentaires préexistants (inventaires, listes et tables, …). La structuration de l’information de ces supports de consignation normalisée de la documentation scientifique muséale s’inscrit dans une filiation à laquelle la fabrique des collections donne la juste profondeur de champ. Le catalogage reste fondamentalement empreint d’une relation entre « les mots et les choses » que Patricia Falguières a éclairée, à partir de l’étude des Chambres de merveilles1.

Quant à l’apparition des catalogues où les objets ne sont que référents, elle souligne la portée conceptuelle essentielle de l’outil en en précisant la machinerie :

« Mettant en œuvre des catégories là où l’inventaire se fie à l’assentiment aux objets donnés, supposant un principe d’ordre, de classement, et un principe de désignation, une déictique, le catalogue témoigne de cette intelligence « mécanicienne » qui est apte à mettre en place des procédures, à édifier des dispositifs, à décliner les agencements du montrer-s’orienter-classer. »2.

Ėtayé sur le socle de cette déictique, en l’occurrence grâce à l’indexation des objets de la collection, le catalogue de collection en ligne se trouve confronté à un environnement, le web, où la mise en jeu de l’« intelligence mécanicienne » est relancée. Cette relance procède d’un double mouvement technico-culturel. C’est ici que se loge, d’une première façon, une politique institutionnelle, portée par un principe d’ajustement. En d’autres termes, le musée est engagé dans un processus d’acculturation que l’outil catalographique permet de saisir dans sa double dimension : technologique et culturelle. Immergé dans le milieu socio-technique de l’informatique connectée en réseau, le musée adapte l’édition numérique du catalogue, au regard des contraintes technico-documentaires du milieu et des pratiques qui se forment dans un espace public instrumenté, d’un nouveau type.

D’une part, il s’agit, au plan technologique, de jointer avec l’une des composantes essentielles de l’Internet, à savoir la base de données3,  sujette à des contraintes en évolution constante4. Nous ajouterons à ces  langages des nouveaux médias, le procédé de l’indexation, principe opératoire et organisateur essentiel du web. D’autre part, le catalogue, outil professionnel, est transféré dans un espace public indéterminé, au sens où les compétences documentaires, numériques, artistiques des publics adressés sont indéterminées, qu’on les considère dans leur ensemble ou les unes au regard des autres. Les paramètres usuels de la médiation sont assujettis à cette situation inédite.

La médiation par l’ajustement des langages documentaires

Dans cette dynamique d’adaptation rapide, ce sont les langages documentaires qui concentrent d’abord notre attention parce qu’ils sont directement en relation, dans le cas des collections muséales, avec la double dimension discursive et opératoire du catalogue ; la particularité sur laquelle il convient d’insister étant que la médiation, l’adresse aux publics opère grâce à des énoncés qui ont une double signification, dans l’ordre discursif et dans l’ordre opérationnel.

Si, dans la pratique professionnelle les catégories ou les descripteurs se muent en leviers de circulation dans un corpus, cette fonctionnalité, dans un contexte public, se charge d’une valeur heuristique. La valeur discursive et opératoire des « mots outils » qui instrumentent le catalogue des images sont nourris par les notices et cartels mais plus complètement encore par les différents champs pourvus par l’information scientifique produite par les musées. Le point de vue du musée est alors porté par la description, par la classification des œuvres de la collection en ligne. Il faut rappeler, dans ce registre, la caractéristique d’importance, indissociable de la base de données, qui modifie les modes publics habituels de classement des œuvres : la marque d’équivalence est imprimée par la structure même de la base de données : aucune entrée ne prévaut sur une autre. De ce point de vue, c’est l’entrée alphabétique (noms d’artistes), convention arbitraire par excellence, qui exprime au plus près ce systématisme mécanique. Ce qui n’empêche pas de garder à l’esprit la charge intrinsèque attribuée au nom de l’artiste…

Les choix d’organisation des corpus correspondent à la conception de l’accessibilité par les publics, telle que le musée se la représente, au regard de ses missions comme de ses représentations des pratiques numériques. Ainsi, l’on constate que les musées optent majoritairement pour le choix de « leviers » classificatoires, au détriment d’indexations fines qui s’attachent à la description des œuvres mêmes. Ainsi, le poids relatif des descripteurs et des catégories s’inverse, si l’on met en regard la pratique professionnelle et l’offre d’usage aux publics. On n’oublie pas non plus que s’inverse également, dans ce contexte, l’importance relative des éléments textuels et de l’image, celle-ci devenant, dans l’espace public, la raison même du catalogue ; on y reviendra.

De nombreux exemples illustrent cette tendance à privilégier les entrées classificatoires ; l’exemple de la la collection en ligne du MoMA (Museum of Modern Art, New-York) rassemble en un système limpide et rationalisé de « filtres », cette tendance majoritaire. La prédilection est donnée au classement par les grandes catégories que sont les techniques – correspondant souvent à l’organisation administrative et scientifique du musée – la chronologie, les époques et les ères chrono culturelles – dans le cas de l’art moderne et contemporain, la périodisation en décades remplace les coupes historiques usuelles – les écoles et courants artistiques. La mise en ordre du patrimoine (RECHT, R., Penser le Patrimoine – mise en scène et mise en ordre de l’art, Paris, Editions Hazan, 1998. )) a durablement installé et prolongé ces catégories historiographiques, avec le passage du temps. C’est la marque du point de vue du historiographique porté par le musée.

Un cas rare de médiation par l’indexation iconographique.

Les descripteurs formés par divers champs des bases de données originelles, sont peu usités et singulièrement les descripteurs sujets. Quelques cas, toutefois, présentent un intérêt certain, ne serait-ce que par les tentatives d’ajustement qu’ils illustrent, au service d’une entreprise de médiation, de la part de certains musées. Proposés dans la visée opératoire déjà mentionnée, ils confèrent à la stratégie de médiation, une valeur renforcée de « lecture » des œuvres.

Dans cette perspective, l’exemple le plus intéressant est sans conteste celui de Tateonline. L’une des entrées proposées dans le catalogue unifié des quatre établissements Tate (Royaume-Uni), propose en effet de naviguer dans le corpus à l’aide d’un thésaurus qui décrit scrupuleusement ce que chaque œuvre représente. Quelques remarques principales s’imposent, à la vue de ce système d’exposition d’un thésaurus, voué à la fois à la lecture des œuvres et au remembrement infini de jeux d’images de la collection. En premier lieu, il s’agit de faire du thésaurus, édité sous la forme d’une carte sémantique accompagnant chaque image, le support  de la médiation. L’outil sémantique professionnel se mue en projet pédagogique à double détente : pédagogie du thésaurus et de son organisation spécifique, hiérarchique (du générique au spécifique et au partitif), langage documentaire professionnel qui se fait ici outil de lecture des œuvres, au sens d’un savoir/voir.  En second lieu, on note quelques modifications significatives appliquées au thésaurus IONCLASS utilisé ici. Les dix thèmes composant ce vocabulaire contrôlé  de référence se démultiplient en quinze thèmes, ces derniers redistribuant sous des catégories nouvelles certaines d’entre celles de l’appareil de référence. En contrepartie, l’arborescence des catégories est globalement moins développée (on ne dépasse pas trois degrés de ramification). Mais surtout, on note un équilibre sémantique différent : si la précision continue de présider à la logique d’ensemble, une passerelle est jetée vers les non spécialistes du domaine par l’emploi de vocabulaires assimilables à l’expérience commune5.

Il serait erroné de penser que seule, cette inscription dans l’espace public suscite la pratique de modification des thésaurus utilisés par les institutions ; le « bricolage » est répandu comme en témoigne l’enquête récente menée auprès de certains musées parisiens, réalisée à l’occasion d’un mémoire de Master6. En effet, au regard de toutes sortes de particularités, (organisation professionnelle, taille de l’établissement, histoire de l’informatisation des collections), l’usage des descripteurs dans les bases de collections procède d’aménagements des vocabulaires de référence. Toutefois, dans le cas de Tate envisagé ici, la nature des modifications se rapporte directement à la stratégie de médiation du musée7.

__________________

A l’heure où nous mettons cet article en ligne, cet exemple de cartographie sémantique de Tateonline a été retiré du site ; il est remplacé par une formule de filtres où l’on retrouve les vocabulaires et leur hiérarchie à trois degrés. Mais la nouvelle formule n’a plus la même valeur heuristique et ne permet pas les rebonds.

Changement de l’interface des descripteurs du catalogue de collection de Tateonline.

Le Web 2.0, nouveau terrain de négociations autour du catalogue

Avec l’avènement des pratiques liées aux outils du Web 2.0, les fonds d’images des musées sont directement impliqués. Et ceci, à plus d’un titre. En premier lieu, la dynamique d’ajustement évoquée supra y atteint une sorte d’acmé. Ensuite, s’y confirme, sous de nouvelles formes, l’inversion déjà indiquée rapidement : dans l’environnement du web, l’enjeu public des bases de collections produit une inversion de l’objet du catalogue informatisé en donnant la priorité à l’image. Certes, c’est l’opérativité discursive des mots-outils qui fait l’objet de pratiques renouvelées d’indexation mais pour exprimer l’attention portée aux images. Un paradoxe intéressant : contrairement à la tendance générale signalée qui privilégie, hormis l’exemple atypique de Tateonline, le tri des images par quelques catégories classificatoires, le web 2.0 privilégie l’usage des descripteurs par un public d’amateurs plus ou moins initiés. En effet, ceux-ci s’emparent de ceux-là pour structurer des collections d’images. L’instrument lexical spécialisé, codifié, se transforme en instrument d’expression des subjectivités dans la considération des images. Un paradoxe que l’on peut énoncer également de cette façon : les descripteurs d’un thésaurus sont le produit ultime d’une codification normalisée alors qu’ils deviennent, dans les pratiques amateurs, l’expression même de la subjectivité. Le web 2.0 met en lumière cette figure paradoxale et semble déclencher la remise à plat des propositions des musées, en la matière.

Toutefois, il convient de ne pas confondre toutes les pratiques d’indexation sociale ou populaire, traductions employées pour Social Tagging ou Folksonomy. Sans prétendre rendre compte de la pluralité des pratiques dans le cadre présent, on peut se référer pour exemples, à deux types de démarches se situant à des pôles éloignés. Ainsi, si l’on se réfère, par exemple, aux cas des groupes Flickr ou de Flickr Commons où des images de collections sont partagées, l’indexation prend valeur de marquage identitaire, l’analogie avec la pratique du graffiti urbain se présente aussitôt à l’esprit. Ainsi, dans les groupes Flickr créés par des amateurs ou par les musées eux-mêmes8, l’indexation non professionnelle se soucie peu de décrire les œuvres mêmes ; le musée et la ville sont indiqués en premier lieu et les œuvres elles-mêmes y sont tout juste grossièrement identifiées, c’est la situation du visiteur qui s’inscrit dans le mot-clé, souvent accompagnée des caractéristiques de l’appareil photographique, parfois aussi des mots clés codés appliqués à des séries du même auteur ou encore adressés à des groupes d’élection comme on peut le constater sur le Pool de groupe du MET9.

Tags du Pool de groupe du MET

La fonction de tri dans le corpus se  suffit apparemment de ces balisages ; c’est l’image ou plutôt la prise de vue, son originalité, sa virtuosité et le regard porté qui constitue le motif principal. La singularité du regard sur l’œuvre se manifeste, se dégageant des codes normatifs de la photographie de musée ; c’est cet aspect qui fait l’objet des commentaires. De même, sur le pool de groupe de Brooklyn Museum, fort de plus de 5200 participants, la recherche d’originalité de prise de vue est patente, tout comme l’intérêt pour se mettre en scène dans l’espace du musée10.

Ces premiers exemples se situent dans un entre-deux, au regard du catalogue de musée ; dans le cas des Flickr Commons, il s’agit de la « délocalisation » d’une partie d’un fonds patrimonial pour rejoindre un espace commun, « profane » ; dans le cas des photographies d’œuvres créées par les visiteurs, on s’éloigne sensiblement du catalogue, même si le modèle de la base de données régit ces espaces de partage.

La convergence des compétences des amateurs et des professionnels

Pour revenir plus littéralement au catalogue en ligne, on doit envisager l’expérience engagée, en 2006, par sept grands musées nord-américains11 – on en compte 21 aujourd’hui – du nom de Stevemuseum. Les motifs de l’expérimentation résident dans l’attention croissante portée par les musées à l’accessibilité de leurs bases de collections en ligne, de plus en plus volumineuses. Or, la difficulté de navigation avérée, au sein de ces bases de données, attribuée au décalage d’ordre sémantique entre langages documentaires professionnel et vernaculaire, buttant également sur le multilinguisme et le multiculturalisme inhérents au web, incite ces professionnels à étudier les solutions éventuelles apportées par l’indexation populaire. Le dispositif proposé est clairement marqué par l’institution et prend la forme d’un site dédié dont l’interface sophistiquée sert l’invitation à ce que le public exerce ses compétences sur une sélection d’images d’œuvres, livrées sans indice permettant leur  identification. Ainsi, les participants par l’indexation des images proposées, l’ont fait dans un but convergent vers celui du musée, à savoir, décrire les œuvres de façon à favoriser leur identification autant que la recherche au sein d’un corpus.

Un précieux rapport d’étape, publié en 2009, livre les résultats de l’expérimentation, toujours en cours12. Parmi les principales conclusions, l’on retiendra, pour ce qui nous concerne, que le Social Tagging est considéré comme un moyen sans équivalent pour améliorer le langage documentaire propice à l’accès des collections en ligne. Y est également souligné le processus par lequel les professionnels du musée ont progressivement changé d’attitude à l’égard d’un mécanisme qui fait la part belle à des compétences non professionnelles pour résoudre des problèmes dont ils détenaient, seuls, jusqu’alors, la solution, partie prenante de leur légitimité.

Etude Stevemuseum

Il faut souligner la différence de comportement des acteurs dans les différents types de situations rapidement évoquées supra : les plateformes de partage et Stevemuseum. En effet, un grand sac indistinct du Social Tagging a trop souvent suffi à poser toute une série de questions néanmoins légitimes, comparant les propriétés des vocabulaires contrôlés aux incontrôlés et surtout, nourrissant les réflexions sur le conflit d’autorité soulevé, conflit d’expertise autant que de légitimité du savoir. Or, il nous parait décisif de prendre en compte la situation créée afin que les amateurs  exercent des compétences d’indexation ainsi que la finalité institutionnelle, encadrant celle des participants.  Les situations d’appel à coopération de la part des institutions produisent une convergence des pratiques et sont riches de réflexions qui résonnent jusqu’à l’intérieur des institutions patrimoniales13 En effet, ces expériences concrétisent des méthodes exploratoires permettant aux institutions de s’adapter aux situations publiques inédites, créées par leur immersion dans l’environnement du web. Certains musées engagés dans l’opération Stevemuseum ont d’ailleurs déjà intégré ces pratiques de recherche et d’appropriation de la collection qui figure sur leur site web14. Celui-ci bouleverse la donne documentaire, du point de vue technique comme du point de vue de l’usage des documents ; en l’occurrence, les modalités d’appropriation sont désormais marquées par des pratiques coopératives.

D’autre part, et ceci figure explicitement au rang des préoccupations des musées impliqués dans l’expérience Stevemuseum, il s’agit que l’institution muséale « ose » ou puisse enfin se confronter au regard effectif des publics sur les œuvres, à travers l’image des œuvres ; l’indexation permettant d’en rendre compte, d’une certaine façon.

Nul doute que les différentes situations évoquées mettent toutes en jeu un type d’appropriation des collections par l’image qui n’avait pu s’exprimer de la sorte, que ce soit par le truchement de l’achat d’un catalogue imprimé ou d’une carte postale. Tout en l’engageant à endosser une responsabilité d’efficacité dans la recherche au sein des corpus, l’indexation réfléchie d’images d’œuvres, visant à leur description, témoigne du regard effectif de l’amateur.

Le catalogue numérique, figure contemporaine de l’édition d’art.

Le catalogue de collection en ligne mérite également d’être appréhendé comme objet éditorial numérique, inscrit dans la longue histoire de l’édition du catalogue scientifique, branche fondatrice du livre d’art. il est intéressant, de ce point de vue, de garder en mémoire des productions éditées par des amateurs, à une époque où l’amateur/collectionneur créent les outils scientifiques.

L’on s’accorde15 à marquer l’origine du catalogue par le recueil Crozat, composition éditée, à l’occasion de la vente de la collection du Duc d’Orléans, par Pierre-Jean Mariette16  Cette production joue ce rôle fondateur en ce qu’elle figure comme le premier recueil de reproductions par la gravure d’un ensemble d’œuvres, en l’occurrence, une collection où chacune des œuvres est accompagnée de certains types d’éléments textuels. En effet, ceux-ci s’attachent systématiquement à l’identification de l’artiste, l’attribution, à la datation et à la caractérisation du style. Ainsi, le commentaire associé par Mariette à chacun des tableaux, combinant l’érudition à la critique esthétique, forme encore le socle de l’exercice de l’historien de l’art. Ce sont la mise en relation systématique des éléments de la notice avec l’image et le type de « lecture » simultanée proposée à l’amateur qui caractérisent l’apport de ce « musée de papier ».

ICONCLASS – Deux hommes se saluant.

On peut également suggérer que la filiation déjà envisagée de l’outil professionnel muséal croise également la filiation d’une histoire plus longue, du discours sur l’art, faite de modifications d’équilibre entre le lisible et le visible ainsi que leur agencement. On pense ici à la longue histoire de la description. Même si les catalogues de musée ou de vente sont en général exclus de cette histoire de la description ((La description de l’œuvre  d’art. Du modèle classique aux variations contemporaines, BONFAIT, O. (dir.), colloque, Académie de France à Rome, 13-15 juin 2001.)) qui privilégient les variations historiques de la rhétorique et de la narration, il nous parait tout de même utile de pointer ce que les vocabulaires contrôlés doivent à une certaine tradition iconographique. Ainsi, les principaux thésaurus utilisés, quelles que soient leurs différences de structure, se rattachent à des énoncés descriptifs (sujets) et interprétatifs, forgés par l’histoire de l’art. Si l’on reprend notre exemple précédent de l’ICONCLASS aménagé par Tateonline, une part importante des descripteurs, notamment les sujets représentés, reste empreinte de pratiques iconographiques qui tendent à rendre compte de tout élément composant l’image et d’interpréter leurs relations17. Bien évidemment, dans cette perspective, ce sont les œuvres anciennes qui bénéficient du répertoire descriptif le plus valide, le mieux persistant.

 

L’image à l’étude, une histoire ancienne.

Mais dès lors que l’on se concentre principalement sur l’image qui constitue le centre de l’attention et du désir de voir, il est également important de garder à l’esprit la tension qui s’est illustrée dans le passé du livre d’art, pour mettre en exergue l’image des œuvres, non seulement selon diverses techniques et surtout diverses modalités « d’exposition ». Ces recherches anciennes n’ont pas seulement servi la construction des discours de l’histoire de l’art mais cherché à asseoir la centralité de la mémorisation et de l’examen des œuvres par leur reproduction.

De ce point de vue, des études récentes, réactivées sans conteste par l’attention rétrospective portées aux relations œuvre/document bouleversées par le numérique, actualisent la réflexion sur ces éditions anciennes. Ainsi,  l’exposition Musées de papier – 1600-1800, organisée par Elisabeth Décultot, au Musée du Louvre18, permet de s’attacher à la disposition des images, totalement dégagées de leur contexte par le dessin, alignées en séries sur des planches. Cette exposition a proposé de riches interrogations proprement historiographiques telles que l’importance de ces recueils antiquaires dans « l’essor du goût pour l’antique » ou, plus décisif encore, la mise en débat du consensus selon lequel le discours fondateur de l’histoire de l’art réside dans les écrits de Winckelmann. De notre point de vue, l’apport majeur de cette présentation publique se situe dans la considération rendue possible d’ouvrages aussi difficiles d’accès que révélateurs où, comme le dit Elisabeth Décultot, se modèle « (…) sur la seule base de dessins et de gravures, (d’) une histoire de l’art par l’image, bien avant l’apparition des grands récits historiques retraçant par les mots le devenir de l’art.19 ».

En effet, les spécimens présentés manifestent les multiples moyens déployés afin de procéder à l’examen des œuvres, à leur visualisation. Citons rapidement les exemples les mieux connus, telles les planches de Séroux d’Agincourt (1730 – 1814 ), qui proposent une forme accomplie et durable d’agencement de séries de dessins, disposés selon une grille invisible.20.

Au cœur de ces musées de papier, une topique domine, quel que soit le projet d’ensemble. Ainsi, il faut souligner l’extraction par le dessin, d’une statue ou d’un monument de son contexte. On peut inférer que la voie est libre, dès lors, à la mise en regard de vues, comme par exemple, dans le cas des trois vues du Torse du Belvédère, d’Ennio Quirino Visconti (1751-1818)21. Plus surprenant, l’emploi de la pleine page, pour un dessin aquarellé dont les dimensions importantes se matérialisent, grâce à l’exposition de l’objet22.  Plus surprenante encore, du point de vue des formats et de la volonté qu’ils recèlent, en termes de visualisation, nous est apparue la double page aux deux côtés dépliables (des feuilles collées) d’une des planches de Demonstration Historiae Ecclesaisticae(…), gravures dans l’ouvrage de Giuseppe Bianchini (1704-1764) dont le format est de 70 x 150 cm ((Demonstration Historiae Ecclesaisticae quadripartitae coprobatae monumentis perinentibus ad fidem temporum et gestorum, 4 vol., Rome, 1752-1754., Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire.)). Cette présentation a pour particularité de proposer un musée fictif, figuré par un mur creusé de niches dans lesquelles les bustes des personnages représentés sont logés.

Plan de l’amphithéatre du Grand, Comte de Caylus.

Les méthodes pour favoriser la visualisation pour l’étude sont multiples et attestent de la préoccupation ancienne des vues rapprochée et détaillée ; on n’hésite pas à jouer sur les dimensions, les formats du livre pour contourner la rigidité du support d’édition. Ces repères généalogiques, ponctuels et rapides, nous paraissent importants à rappeler pour envisager l’apport des catalogues en ligne, comme appareils de visualisation des images – sans qu’il soit nécessaire, dans ce cadre, de retracer les étapes ultérieures, associées aux apports des méthodes photographiques et de leurs supports de diffusion.

L’élaboration d’un vocabulaire des formes de l’image numérique.

Dans le cas des catalogues en ligne, la primauté donnée à l’image est instrumentée grâce au dispositif numérique de l’ordinateur connecté au réseau ; plus précisément, grâce à la combinatoire de plusieurs dispositifs (interface de consultation de la base de données, navigateur et surtout écran de visualisation de l’utilisateur. En effet, on ne peut dissocier l’offre de présentation des images de la station de travail de l’utilisateur final dont l’écran s’avère décisif, en tant qu’appareil de visionnage. Compte tenu de ce dispositif complexe, l’on peut prendre en considération la pluralité des formes proposées par les musées, pour l’agencement et la manipulation des images du catalogue des collections.

Nous n’en proposerons ici qu’un bref relevé. L’accent doit être mis sur des modalités inédites, malléables, de l’autonomisation de l’image. Ensuite, on remarque que cette autonomie dynamique est mise au service de la sélection des images, à leur considération et à leur étude.
Parmi les principales figures types, la « planche » de vignettes, peut être proposée, notamment pour la recherche des images par l’image plutôt que par les mots-clés – le MoMA propose la recherche par vignettes ( jusqu’à 160 par page) alternativement aux filtrage par catégories, déjà évoqués. La présentation de ces séries d’images sur l’espèce de table lumineuse fournie par l’écran, résulte fréquemment d’un premier tri – dans le cas des grandes collections comprenant plusieurs milliers d’images, le choix donné aux classement par grandes catégories porte l’inconvénient de renvoyer des listes d’œuvres trop nombreuses ; outre les solutions recherchées signalées supra qui misent sur la mise à contribution des amateurs (Social Tagging), la planche de vignettes procure des modalités de sélection moins déceptives et décourageantes dans la mesure où l’attrait pour l’image même, préserve le moteur désirant de la recherche.

Parmi ces planches ou grilles de vignettes, il faut signaler l’offre de solutions extrêmes et intrigantes, telles que l’entrée dans la collection Masterpieces du Rijksmuseum  ou Artscope, l’outil de recherche de la collection du SFMOMA (San Francisco Museum of Modern Art)23 ; la performance numérique donne ici matière à suspicion. Sans entrer dans le débat de savoir si l’offre se range simplement au magasin des gadgets , il n’est pas sans intérêt de mettre ce type d’outil en regard des planches évoquées supra. L’outil numérique prolonge et modifie bien sûr, les présentations d’images en grille ; la différence essentielle résidant dans le traitement, la malléabilité, au service de l’extraction de n’importe quelle image d’une série mais aussi de la modification de la taille, propriété clé de l’image numérique. Ainsi, à la façon de la planche contact photographique, c’est le passage de la prévisualisation à la visualisation qui est redessiné mais avec des propriétés augmentées. Chaque musée donne sa version de la taille moyenne de la vignette agrandie, sensée donner la vision optimale ou raisonnable de l’œuvre considérée dans son intégralité (en général, hors son cadre).

La visualisation des images des collections en ligne privilégie une seconde figure tendant à « magnifier », façon anglo-américaine pour dire zoomer,  chaque image. La question du zoom est plus complexe qu’il n’y parait car sous ce vocable généralement plébiscité, on range de nombreux formats d’agrandissement qui couvrent un registre pouvant aller de l’imitation de l’usage d’une loupe sur une image de taille moyenne, – l’exemple en est donné par « L’œuvre à la loupe » du musée du Louvre, jusqu’à l’offre de National Gallery, London  ou encore l’application déployée dernièrement par Google pour son Art Project. Ces deux figures extrêmes de la visualisation augmentée permettant une vision rapprochée, propice à capter le détail voire l’invisible à l’œil nu, ressortissent à des regards différents, à des gestes d’étude différents. Il convient en effet de souligner la distinction entre un mieux voir et une scrutation de l’infra-visible, le premier geste mimant le regard de l’historien de l’art, dans son cabinet d’étude (aujourd’hui, son bureau), le second, le geste du praticien dans le laboratoire de recherche, dans le prolongement de l’imagerie scientifique initiée par les méthodes diverses de radiographie des œuvres.
On peut noter que si l’affaire du zoom capte l’essentiel des représentations de l’apport de l’image numérique à la visualisation des œuvres d’art ; les quelques historiens de l’art qui tentent de la mettre à l’examen concluent – un peu rapidement, à mon avis – , à la domination progressive d’une vision morcelée, d’une approche fragmentée des œuvres d’art par l’histoire de l’art24. Cette critique me semble pêcher par le fait de ne pas replacer ce type d’instrumentation dans le complexe mouvant, instable, de la diversité des figures de l’image proposées ; ces mises en forme, ces points de vue, sont parties prenantes de configurations toujours en instance de traitement, par les propriétés du numérique.
Enfin, il convient de mentionner quelques initiatives, encore rares, qui proposent une instrumentation encore plus sophistiquée : le comparateur d’images, d’ailleurs souvent couplé au zoom. C’est le cas pour la collection du LACMA (Los Angeles County Museum of Art),  c’est le cas, avec des détails prédéterminés, pour l’expérimentation Cranach Magnified, menée par le Getty Museum . Ces deux outils différents permettent la sélection d’images de la collection dans une fenêtre dédiée permettant de comparer des œuvres dans le détail puisque grossies.

Cranach Magnified – Comparateur du Getty

La geste de l’étude par l’examen des images des œuvres se caractérise, à l’ère du numérique, par une articulation renouvelée de la vision et de l’action, sur la visionneuse et sur l’image. Il parait nécessaire d’étudier cette nouvelle praxis qui prolonge et modifie les gestes établis, dans les pratiques de l’histoire de l’art, grâce au déchiffrage de la syntaxe de l’image numérique qui se met en place, sous nos yeux. Le musée, comme on vient de le montrer rapidement, joue une partition singulière dans ce domaine. Les corpus instrumentés qu’il édite en ligne, à partir des bases de collection, prennent une valeur propédeutique dans la mesure où s’y dessinent les contours des figures d’une pratique renouvelée des images, pour l’histoire de l’art. Mais l’institution muséale en est-elle seulement avertie ?
.
Conclusion

Immergée dans le contexte inédit de l’environnement du web, la politique des musées, soucieux de renouveler leur offre à l’adresse des publics, est guidée par une tension permanente d’ajustement qui se manifeste à travers les catalogues des collections, objet de notre étude. Au point d’envisager un nouveau partage de prérogatives jusqu’alors exercées de façon exclusive. Nous avons envisagé cette forme d’acculturation sous l’angle de la manipulation et de l’appropriation par les publics des corpus d’images édités par les catalogues de collections. Mais nous avons aussi souhaité attirer l’attention sur une dimension moins évidente puisqu’une sorte de point aveugle semble tenir les publics scientifiques hors du champ de vision de l’institution. En effet, un seul « public » n’est pas véritablement pris en considération dans les nouvelles entreprises communautaires qui illustrent l’investissement des musées dans les pratiques du Web 2.0 ; il s’agit de la communauté des historiens de l’art, envisagée dans son ensemble. Or, le musée, assis sur ses compétences de gestion des bases d’images et les évolutions qui lui sont imprimées par le mouvement technologique, propose des modèles, en déclinant tout un vocabulaire composant la présentation des images numériques des œuvres. Le musée en suggère également la syntaxe en gestation par l’offre d’une agency aux facettes multiples, générant les gestes de manipulation et d’appropriation des images pour l’histoire de l’art, à l’ère du numérique en réseau.

Afin d’y voir plus clair dans cette perspective, nul doute, qu’il convient d’instaurer une réflexion sur une médiatique de la discipline, apte à embrasser les configurations de travail sur les documents iconographiques, à partir des différents supports de reproduction et de présentation/communication de ces documents, dans l’histoire. Pascal Griener donne une idée d’une approche fertile, pour le XVIIIème siècle, grâce à son dernier ouvrage érudit25. Il y met au jour les conditions d’émergence d’un instrumentarium constitué par la complémentarité établie entre l’œuvre première et les documents qui trouvent place grâce à des mises en forme adéquates sur des supports édités (recueils et catalogues) ; cette combinatoire est rendue possible, selon Griener, par la consolidation d’une image mentale réflexive et les processus cognitifs de regroupement, mémorisation, comparaison, vérification qui l’actualisent. Cette approche s’avère riche d’ouvertures pour circonscrire et décrire une écologie des pratiques de l’histoire de l’art, articulant les supports, les gestes et les constructions idéelles. En ce qui nous concerne, à l’heure du numérique, il semble qu’il est temps de surmonter les stases sur les termes de la reproductibilité de l’œuvre d’art, versions Benjamin ou Malraux. Un véritable programme d’étude reste à édifier afin de déterminer les rapports entre les objets numériques, saisis à partir des configurations ébauchées ici et les pratiques de recherche sur les images, histoire de l’art comprise.

Si l’on s’en tient à envisager une politique des musées en la matière, l’avance de l’institution patrimoniale sur l’université –composantes des deux histoires de l’art26, dans la pratique des corpus d’images numériques, le met en situation privilégiée pour engager la nouvelle donne d’une mise en commun, d’un partage de l’image et des compétences associées ; les relations établies entre producteurs/détenteurs des images des collections et leurs utilisateurs présentent tous les signes d’épuisement, comme en témoignent les pratiques amateurs. Le réemploi des images et lesdites questions de droits ne sont pas ici seules en cause. Le musée s’avère être producteur d’un arsenal des formes, de mise à disposition de l’image des œuvres pour la visualisation et l’étude induisant des gestes nouveaux ; c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui doit maîtriser l’édition de corpus pour ses objectifs de recherche et aborder l’ère des humanités numériques.

  1. FALGUIERES, P., Les chambres des merveilles, Paris, Ed. Bayard, 2003 []
  2. FALGUIERES, P. « Les Raisons du catalogue », in Du Catalogue, Cahiers du musée national d’art moderne, nº 56/57, 1996, p. 5-20. []
  3. MANOVICH, L., The Language of New Media, MIT Press, 2001 []
  4. Encodages, normalisations des métadonnées,  interfaces de consultation même si le schème structurant reste fondamentalement analogue []
  5. Par exemple, emploi de People au lieu de Human being ou remplacement de Abstract Ideas and Concepts par Emotions, Concepts and Ideas, ; ajouts de Work and activities, Leisure and Pastimes, etc. []
  6. PIERRE, B., L’avenir des langages documentaires dans le cadre du Web sémantique – Conception d’un thésaurus iconographique pour le Petit Palais, CNAM-INTD, 2010. En ligne, http://memsic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/57/50/53/PDF/PIERRE.pdf. Consulté le 15 octobre 2012. []
  7. Il faut toutefois préciser que d’autres entrées dans la collection sont proposées sur le site Tateonline. []
  8. Les pools de groupes Flickr, créés par de nombreux musées, proposent un espace de partage où les visiteurs stockent/exposent les photographies des œuvres qu’ils sont invités à photographier, au cours de leurs visites. []
  9. Le Pool de groupe de The Metropolitan Museum of Art est caractéristique de cette pratique. Fort de 2066 membres, lors de la livraison de cet article, ce pool de groupe en compte désormais 2294. Consulté les 21 février 2011 et 15 octobre 2012. []
  10. [ Exemple d’une image caractéristique : http://www.flickr.com/photos/vermilionink/4850670235/in/pool-80106430@N00/ , Brooklyn Museum Pool de groupe, Consulté le 15 octobre 2012. []
  11. The Metropolitan Museum of Art, Cleveland Museum of Art, Denver Art Museum, Solomon R. Guggenheim Museum, The Minneapolis Institute of Arts, Rubin Museum of Art, San Francisco Museum of Modern Art. []
  12. IMLS Final Report for “Researching Social Tagging and Folksonomy in the Art Museum.”Submitted by the Indianapolis Museum of Art and Robert Stein in fulfillment of requirements for the steve Project’s National Leadership Grant, March, 2009. Le rapport, rédigé par Jennifer Trant ( Archives & Museum Informatics), comporte tous les éléments de méthodologie, les données quantitatives et qualitatives : http://steve.museum/index.php?option=com_content&task=blogsection&id=5&Itemid=14. On peut également prendre connaissance de l’étape actuelle de la recherche, la phase T3. Consulté le 15 octobre 2012. []
  13. Á ce propos, on lira aussi avec intérêt le bilan tiré par un responsable de lNew York Public Library, prenant appui sur l’expérience pionnière de Library of Congress qui lança le mouvement, en 2008. Joseph B. Dalton, « Can Structured Metadata Play Nice with Tagging Systems? Parsing New Meanings from Classification-Based Descriptions on Flickr Commons », http://www.archimuse.com/mw2010/papers/dalton/dalton.html. Consulté le 15 octobre 2012. []
  14. IMA (Indianapolis Museum of Art) constitue un bon exemple de la mise en service de ces nouvelles méthodes ; voir Interact, User Tags http://www.imamuseum.org/interact. Consulté le 15 octobre 2012. []
  15. HASKELL, F. La difficile naissance du livre d’art, Paris, RMN, 1992, (1987) ; RECHT, R., , « La Mise en ordre, Note sur l’histoire du catalogue », in Du Catalogue, Cahiers du musée national d’art moderne, nº 56/57, 1996. []
  16. MARIETTE, P J., Recueil d’estampes d’après les plus beaux tableaux et d’après les plus beaux desseins qui sont en France dans le Cabinet du Roy, dans celui de Monseigneur le Dux d’Orleans, et dans d’autres Cabinets. Divisé suivant les différentes écoles ; avec un abbrégé de la Vie des peintres et une Description Historique de chaque Tableau, Imprimerie Royale, Paris, vol. 1, 1729, et vol. 2, 1742. []
  17. Dans la présentation en ligne du thésaurus Iconclass, une scène est interprétée, d’homme soulevant son chapeau : il est plus que probable que l’on fait ici allusion à l’exemple même pris par Panofsky pour illustrer ses deux premiers niveaux de l’iconologie, dans ses Essais d’iconologie de 1939. []
  18. Musées de papiers – L’antiquité en livres, 1600-1800, Commissaire DĖCULTOT, E., exposition au  Musée du Louvre, 25 décembre 2010-3 janvier 2011. []
  19. DĖCULTOT, E., Introduction, Catalogue de l’exposition  Musées de papiers – L’antiquité en livres, 1600-1800 , Paris, Louvre éditions/Gourcuff Gradenido, 2010., p.9. []
  20. SEROUX d’AGINCOURT, J-B-L-G, Histoire de l’art par les monuments, depuis sa décadence au IV°s. jusqu’à son renouvellement au XVI°s., 6 Vol., Paris, Treuttel et Würtz, (1810-1823), 325 pl. []
  21. Il Museo Pio-Clementano, Vol. 2, Rome 1785, Rome 1785, pl. X (n° 25 du catalogue précité. []
  22. Plan de l’amphithéâtre du Grand, 1761, (47,8 x 63,5), recueil de Dessins originaux de monuments construits par les Romains dans les Gaules levés par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, Comte de Caylus, BNF, Département des Estampes et de la Photographie. []
  23. Voir ici-même le billet consacré à Artscope, Image(s) en-tête []
  24. Voir RODRIGUEZ ORTEGA, N., « Digital Resources for Art-Historical Research: Critical Approach », Digital Humanities 2010 – Conference Abstracts, King’s College, London. En ligne, http://dh2010.cch.kcl.ac.uk/academic-programme/abstracts/papers/pdf/book-final.pdf . Consulté le 15 octobre 2012 ; CHIROLLET, Jean-Claude, La question du détail et l’art fractal, (à bâtons rompus avec Carlos Ginzburg), Paris, L’Harmattan, 2011. []
  25. GRIENER, P., La République de l’œil – L’expérience de l’art au siècle des Lumières, Paris, Odile Jacob, 2010. []
  26. The Two Art Histories – The Museum and the University, Sterling and Francine Clark Institute, Ed. C.W. Haxthausen, 2002, Williamstown []

17-25 octobre 2012 – Observatoire des pratiques de création de l’image numérique.

Les spectateurs – Marion Tampon-Lajarriette, impressions lambda 54x154cm, 2010.

L’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, l’IUT d’Arles et le Pôle Industries Culturelles & Patrimoines vous invitent à participer à l’Observatoire des pratiques de création de l’image numérique (Obs/IN) qui se déroulera à Arles les 18 & 19 octobre 2012 dans le cadre de l’opération « Octobre Numérique » soutenue par la Ville d’Arles et la Région Provence Alpes-Côtes d’Azur.

Pour sa 2e édition, l’Obs/IN s’interrogera sur l’image et l’immersion à travers une série de conférences et de tables-rondes, d’expositions et de performances gratuites et ouvertes à tous.

Il mettra à l’honneur à la fois des artistes, des ingénieurs et des théoriciens spécialistes de cette question, parmi lesquels Maurice Benayoun, Jérôme Delormas, Olga Kisseleva, Matthew McGinity, Grégory Chatonsky, Eric Viennot, Daniel Mestre, Dorothée Smith, Maxime Marion, Mâa, Adelin Schweitzer ou encore Marion Tampon-Lajarriette.

Le colloque se concentrera en particulier sur trois thématiques – image traditionnelle et immersion, immersion et interaction, immersion et réalité augmentée – qui lui permettront de se pencher sur cette relation construite et complexe entre le spectateur et l’image, sur la place du sujet qui ne cesse d’être posée à travers la mise en place de dispositifs immersifs et avec elle, celle du rôle et du statut des images. Entre captation et distance, fascination et recul, action et contemplation.

Télécharger le Programme complet de la manifestation.

 

 

Ara pacis Augustae

Vue d'ensemble

Le site Ara Pacis Augustae est une réalisation multilingue conçue et réalisée par Charles Rhyne, Professeur Emérite d’histoire de l’art au Reed College (Oregon), dédiée au monument bien connu, élevé entre 13 et 9 avant JC, à la gloire d’Auguste. Charles Rhyne s’est investi, de longue date, dans la réflexion sur les apports de l’imagerie numérique pour la discipline ; depuis 1996, il a consacré de nombreux articles à ce sujet et a également édité plusieurs sites web de recherche1.

Les objectifs scientifiques du site sont de documenter la longue histoire du Monument par l’image, de sa redécouverte jusqu’à la réalisation récente du Musée. Ce faisant, la documentation opère à deux niveaux : elle rend compte de l’évolution de la connaissance du monument comme de celle de la documentation iconographique même ; l’on peut mettre en regard l’évolution des connaissances, du point de vue des auteurs et les moyens et choix de représentation utilisés au fil du temps.

C’est effectivement à une lecture historiographique du monument que nous invite Charles Rhyne. Il a rassemblé tous les documents iconographiques produits et reproduits, depuis quelques dessins des 16ème et 17ème siècles jusqu’aux photographies numériques qu’il a réalisées lui-même afin de documenter l’état actuel du monument, y compris les salles du musée, créé en 2006.  Dessins, gravures, photographies mais également cartes et plans, diagrammes constituent un corpus unique, issu de la littérature scientifique de référence qui, dans la foulée de la période de fouilles comprise entre 1856 et 1925, a présenté, représenté, renouvelé la compréhension de l’Ara Pacis, qu’il s’agisse de restituer son architecture ou les décorations, les bas-reliefs dont les faces intérieures et extérieures sont parées.

Lanciani - 1897

Le corpus est donc constitué principalement d’images ; toutefois, celles-ci étant pour la plupart issues de publications (Lanciani – 1897 ; Petersen – 1902 ; Dissel – 1907 ; Moretti – 1948 ; Toynbee – 1953 ; Ruesch et Zanardi – 1983 ; Andersen – 2003 ; Martellotti (article) – 2003), on accède à l’intégralité de ces ouvrages en ligne par des liens vers d’autres sites. Le reste du corpus photographique est le fait de Charles Rhyne lui-même.

Les publications de référence citées ci-dessus forment une entrée à part entière dans le corpus. Mais une autre entrée est ménagée par les éléments architecturaux de l’autel ; cet accès croisé au corpus laisse l’utilisateur libre de privilégier la lecture historiographique ou la compréhension du monument, sous toutes ses formes. Une entrée permet également d’envisager l’architecture du musée. Deux pages de présentation (Introduction, Photographs of the Ara Pacis) informent des motifs de l’entreprise). Enfin, une chronologie détaillée et une bibliographie/webographie commentée, privilégiant les ressources iconographiques, permettent d’y faire d’autres incursions ou bien des excursions sur le web.

Zoom reconstitution hypothétique d'un chapiteau Moretti - 1948

La navigation est servie par une structure limpide ; le menu qui rassemble tous les accès reste à portée de main, en permanence. Un outil de visualisation permet d’examiner chaque document grâce à un zoom ; les images ont toutes été numérisées avec la résolution nécessaire. Pour procéder à des comparaisons, l’auteur recommande d’ouvrir tout simplement deux fenêtres ou davantage, si l’écran de l’utilisateur le permet.

L’Ara Pacis fait partie de ces objets d’histoire de la culture politique et de l’art romains qui sont très bien représentés en ligne. Toutefois, ce site se démarque par l’intérêt scientifique singulier porté à la mise en perspective des sources iconographiques, au passé comme au présent.

 

  1. On en trouve la liste sur sa page personnelle []

L’image-document face au numérique : mise en crise ou mise en lumière ?

Demi-journée d’étude organisée par Julie Ramos et Elli Doulkaridou

 

 5 mars 2012

Institut national d’histoire de l’art

Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari

 2, rue Vivienne ou

6, rue des Petits-Champs

75002 Paris

L’histoire de l’art, quelque forme que prenne son développement, est intrinsèquement liée au regard que l’amateur, le collectionneur et le chercheur portent sur l’objet, puis sur l’image de celui-ci. De la gravure à l’image numérique, en passant par la photographie, l’image-document dépasse souvent la simple copie et devient le témoin d’une méthode.

  • Que devient ce regard avec l’avènement du numérique ?
  • Dans quelle mesure l’image numérique remet-elle en question l’image-document de l’historien de l’art ?
  • Quelles sont les nouveaux instruments pour la recherche et quel est leur impact dans les pratiques du chercheur ?
  • Quelles sont les implications théoriques et méthodologiques de cette transformation ?

 

Cette demi-journée d’études réunira historiens de l’art, archéologues et spécialistes du domaine des Digital Humanities, afin de mettre en parallèle les usages de l’image comme document de recherche et la manière dont les pratiques se transforment aujourd’hui avec le numérique. Est-ce que l’histoire de la discipline peut contribuer à une meilleure appréciation des méthodes actuelles ?

 

Programme

9h00-9h15 Ouverture par Philippe Sénéchal, directeur du département des études et de la recherche de l’INHA

9h15-9h45 Introduction par Martine Denoyelle (INHA) et Elli Doulkaridou (INHA)

9h45-10h15 Melissa Terras (University College London)

Visions and Sermons : the Digital Transformation of the Humanities

10h15-10h45 Pascal Griener (Université de Neuchâtel)

L’avènement du fac-similé, une révolution dans l’instrumentarium scientifique des Lumières

 

10h45-11h00 Pause-café

 

11h00-11h30 Corinne Welger-Barboza (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

L’histoire de l’art et sa technologie : concordance des temps

11h30-12h00 Dirk Wintergrün (Max Planck Institute for the History of Science, Berlin)

From Textgrid and ECHO to the electronic scrapbook – new ways of collaborative publications in the humanities

12h00-12h30 Martin Warnke (ICAM, Leuphana Universität Lüneburg)

On the Structural Richness of Art Historical Discourse

 

12h30-12h45 Pause-café

 

12h45-13h30 Les enjeux d’une histoire de l’art visuelle

Table ronde avec les intervenants et Mercedes Volait (USR 3103 InVisu, CNRS/INHA), animée par Elli Doulkaridou

 

13h30-14h00 Débat avec la salle

 

Source: INHA

 

 

Meilleurs Voeux, Best Wishes

 

L’équipe de l’Observatoire critique vous souhaite une année bonne, meilleure ou moins mauvaise, une année de travail, une année de changement… Une année qui nous aide à nous réjouir du temps qui passe ? Et en prime, le partage d’une image ou plutôt d’images d’images d’images…

Car parmi tant d’autres me sont revenues à l’esprit ces images, exposées à Arles, cet été, sorties de leur bain numérique comme le poisson de l’eau, par Hermann Zschiegner, « Photography in the Age of Google ». Issues de   l’opération  booléenne, tapée dans Google images : (+ walder evans + sherrie levine) .

Ces images sont reproduites ici à partir du catalogue papier de l’exposition FROM HERE ON1 : retour au Web, avec modification.

Mais auparavant, une autre version conceptuelle (hyper-conceptuelle ?), plus orthodoxe, était livrée par Michael Mandiberg (2001).

La voici :

AfterWalkerEvans                                                                                      AfterSherrieLevine

After Michael Mandiberg (2001), accessible sur Rhisome.org.

Une année sous le signe des jeux en abîme de l’œuvre et du document, un objet qui réunit et agite tout autant les artistes, les historiens de l’art, les chercheurs en études visuelles, les Digital Humanists et tous ceux qui le souhaitent, bien sûr.

 

 

 

  1. Exposition – Manifeste, dirigé par Clément Chéroux, Joan Fontcuberta, Erik Kessels, Martin Parr, Joachim Schmid, dans le cadre des Rencontres photographiques, 4 juillet – 18 septembre []

Les pratiques numériques de l’image (II) – Perception des corpus, la prévisualisation.

Nous avons fait le choix de décomposer l’étude instrumentée des images en quelques phases ou fonctions.  Même si, précisément, les dispositifs numériques se caractérisent par l’intégration des opérations : une  fluidité accrue entre la constitution du stock et la gestion du corpus, entre les différents gestes ou stades de visualisation.  Nous marquons donc un premier arrêt sur la prévisualisation.

L’affichage des fichiers images s’effectue selon des tailles et des agencements variables. Dans ce contexte, l’affichage simultané d’images de petite taille, disposées  sur l’écran dans un espace homogène, une même fenêtre, produit une situation nouvelle de visibilité. La mise en visibilité a priori d’un ensemble d’images, sous la forme de  vignettes, est une propriété primordiale qu’il convient de souligner, de soustraire à l’évidence distraite. Servie par une interface adaptée, la visibilité de grandes quantités d’images présente une affordance1, inédite en matière de visualisation. Certains agencements, suppléés par quelques outils d’ajustement, permettent à la fonction de prévisualisation de se détacher en tant que telle et de s’imposer dans les pratiques numériques de l’image.

Dans le cadre des manipulations ante-numériques d’un corpus d’images, il n’est pas aisé d’identifier formellement une phase de prévisualisation pourtant effective : du parcours manuel et visuel rapide de boites de diapos ou de tirages ou encore de planches contact à la dissémination d’un « tas » sur le bureau ou la table lumineuse, les gestes se différencient selon que le corpus est connu de celui qui le manipule parce qu’il l’a lui-même constitué ou selon qu’il s’agit d’une recherche au sein d’un corpus composé par d’autres (photothèques, diapothèques institutionnelles (universités, centres de recherche, musées, bibliothèques, archives). Ces gestes sont avant tout insaisissables car ils relèvent de méthodes singulières, intimes, les moins aisément formalisables. Quoi qu’il en soit, on peut affirmer que la prévisualisation  d’un corpus visant à sélectionner une ou plusieurs images pour l’étude a procédé jusqu’alors d’un mouvement complexe,  combinant la mémorisation de ce que l’on a regardé avec ce que l’on regarde effectivement, à un instant T : des aller-retour constant entre visible/non visible, entre montré/caché, mettant en jeu sous des formes multiples, le perçu, le su, le connu.

Les possibilités actuelles de perception d’un grand corpus dont la pleine visibilité est désormais assurée modifient quelque peu les fonctionnements cognitifs établis sans que l’on espère modéliser totalement le fonctionnement des pratiques singulières. Reste qu’on peut identifier les conditions d’un mode de prévisualisation inédit.

Avec le numérique, en local ou en ligne, et quels que soient le corpus et son classement, une configuration s’impose qui favorise ce mode de prévisualisation. Il s’agit de l’affichage mobile et malléable de vignettes, souvent de taille équivalente, et disposées selon la structure d’une grille ou mosaïque ; quel que soit son format, cette organisation visuelle permet de parcourir du regard une grande quantité d’images, c’est l’un des caractères de nouveauté ; sa généralisation nous fait dire que l’on a affaire à un standard.

 Variations heuristiques de la grille

La structure de la grille pour agencer des images d’art n’a rien d’inédit en soi. On l’a déjà évoquée, notamment, avec la planche contact ; plus anciennement, on la retrouve dans les recueils imprimés des premiers historiens de l’art. Si le fait de rassembler sur des feuilles, des planches, les dessins ou les représentations gravées d’objets (objets, statues ou détails de bâtiments) est commun à de nombreux ouvrages anciens2, la forme la plus achevée, systématisée sous forme de grille précisément, est incontestablement livrée par Séroux d’Agincourt (1730-1814)3

Tableau historique et chronologique des frontispices des temples, avant et durant la decadence de l'art ©BNF

Le résultat n’est pas sans nous faire penser aux typologies d’objets industriels composées par Bernd (1931-2007) et Hilla Becher (1934-).

Quelles que soient la distance historique et la technique empruntée, ces exemples ont  en commun de rassembler les objets pour être comparés. En effet, dans ces différents cas, la grille prend une valeur heuristique de comparaison : elle illustre déjà une thèse où des rapprochements sont suggérés : elle est le fruit d’une sélection préalable d’objets ou de détails soustraits à leur contexte.

Bernd et Hilla Becher, Châteaux d'eau, Wassertürme, Water Towers, 1970-1998, © Bernd und Hilla Becher, Düsseldorf, 2003

La grille de vignettes numériques peut également résulter d’une sélection au sein d’un corpus mais elle se propose avant tout comme un agencement au service de la prévisualisation d’un ensemble d’images, en vue d’un tri, d’une sélection.

 

D’une façon générale, de nombreuses formes éditoriales ménagent la vision synoptique d’images pour accéder aux documents. Par exemple, les flux d’aggrégateurs comme Netvibes, peuvent être consultés par le moyen d’une grille de vignettes. Dans ce cas de figure, la fonction de prévisualisation est à même de déclencher la consultation d’un billet. Dans le cas de sites ou blogs dédiés aux arts visuels, cet avantage s’impose, sans aucun doute. Mais, outre la structure et la navigation hypermédia, le déploiement du visuel s’inscrit dans la filiation des relations textes/images dans la presse magazine.

 

Mon fil Rhizome sur Netvibes

Plus directement dédiée à la consultation ou à l’étude des images, il est notable que cette figure de la grille de vignettes est proposée aussi bien par les plateformes de stockage et de partage d’images généralistes (par ex., Flickr) que par les outils de consultation des bases de collections de certains sites de musées et de bibliothèques, enfin, par des outils de gestion personnelle d’images.

 

 

En ce qui concerne les plateformes de partage, l’adoption de la grille de vignettes s’est imposée d’évidence ; toutes sortes d’images y sont stockées sans norme d’identification.  Dès lors, la vision rapide et synoptique participe du processus d’identification et de recherche. Une forme d’équilibre est trouvé entre les nécessités d’exposition/identification des images et la gestion de quantités indéterminées.

Galerie de vitraux de Gordonplumb sur Flickr

Un standard du commun au professionnel

On retrouve également ces types de présentation dans le cas de certaines propositions éditées de bibliothèques. Ici, parmi les « expositions virtuelles » de la BNF, toute l’iconographie du dossier sur l’enluminure en Islam est rassemblée sur une même planche ; on peut non seulement entrer dans le site par les images mais surtout on peut prendre immédiatement la mesure de l’iconographie rassemblée.

Enluminures en Islam ©BNF

 

Dans le cas des catalogues de collections des musées, ce choix de la grille de vignettes s’inscrit généralement parmi l’offre des entrées dans le corpus. La proposition du MOMA nous semble l’une des plus remarquables, de ce point de vue, car  la possibilité de visionner, dans un même mouvement, au sein de la même interface, jusqu’à 160 images de la collection donne de la consistance à la prévisualisation. Ne présumant en rien du mode de consultation qui s’ensuivra, le moindre arrêt sur image avec le pointeur (rollover) livre une identification minimale de l’œuvre  (nom de l’artiste, titre, date) tout en modifiant sensiblement la taille de l’image.

Ainsi, c’est la perception des images des œuvres qui préside à la consultation. Cette approche s’inscrit délibérément dans une démarche en direction de publics indéterminés dont on ignore les motifs de consultation. En fait de publics indéterminés, ce sont les non initiés qui sont en fait visés, en accord avec la préoccupation politique principale des institutions patrimoniales. Cet abord des collections par l’image, privilégiant la perception visuelle plutôt que les entrées discursives, vise à séduire et susciter la curiosité, le désir de voir, le désir d’image. Approches hasardeuses, portées par le balayage du regard, serendipity ou rencontre de fortune, découverte des œuvres.

Collection du MoMA

Mais ce type d’approche « vagabonde » de grands corpus, connus de ceux qui les pratiquent, qu’ils les aient constitués eux-mêmes ou non, peut s’avérer riche de sélections non routinières, de redécouvertes, dans l’exercice de l’étude ou de la préparation d’une communication à un public. La rencontre inopinée provoquée par de nouvelles modalités de prévisualisation relance une certaine liberté d’associations, de mises en relation.

La rencontre des pratiques communes et professionnelles est un trait persistant des développements du web : non seulement les modes de consultation se rejoignent, comme dit précédemment, mais les outils également. Dans le droit fil de notre sujet, c’est précisément un outil « sans qualité » qui permet d’outiller les pratiques d’images des professionnels de l’étude des images. La photographie nous a déjà familiarisés avec ce phénomène, dira-t-on, avec raison. Mais, avec le numérique, la portée des outils « profanes » s’accorde aux propriétés puissantes de la technologie. L’outil Picasa, par exemple, l’un des « gestionnaires » d’images couramment appropriés, nous parait offrir un mode exemplaire de prévisualisation d’un corpus déterminé (dossier constitué) ou d’une collection (l’ensemble des dossiers d’images) en local. La manipulation se soutient des fonctions de réglage de l’outil : variation de la taille de l’ensemble des vignettes, déplacements des images, réplications infinies pour modifier les dossiers, les assemblages. L’ascenseur de la fenêtre permet d’ajuster le rythme du visionnage ainsi que son étendue ; quel que soit le nombre d’items considéré, le défilement repousse les limites de la fenêtre à un terme indéfini. Le réglage de la taille des vignettes soutient le choix de visualiser des quantités plus ou moins grandes d’images et surtout d’ajuster l’acuité de la prévisualisation. Considération, réflexion et sélection prennent appui sur l’action combinée du regard et du geste.

Points de fuite

Mais d’autres figures propices à la prévisualisation s’essaient ou se profilent qui méritent qu’on s’y attache quelque peu, quelle que soit leur fortune à venir. En réalité, la grille ou la mosaïque demeurent la matrice de ces propositions. Nous pensons – et revenons, décidément– à l’interface de la collection en ligne du SFMOMA, Artscope qui rassemble plus de 4 000 images sur une même grille.

Artscope

Si l’on considère ce modèle non plus à la lumière d’une pratique ludique et « intuitive » – en fait, à l’aveugle – mais du point de vue du chercheur qui connaît sa collection, l’outil change de nature. L’exploration à l’aide de la loupe numérique ne procède plus du hasard mais parcourt un paysage dont la moindre tache de couleur ainsi que sa place sur la grille est évocatrice. On peut être tenté par la promesse d’avoir à portée d’œil et de main l’ensemble d’une collection, d’un seul tenant…

Une solution approchante est au principe de Sea Dragon, un outil présenté avec succès par Microsoft, lors d’une conférence TED, en 2007. La quantité faramineuse d’images qui passe de l’imperceptible au visible parait ici sans limites.

Le zoom sert de levier à l’opération et sa puissance parait également illimitée. C’est d’ailleurs cette technique spectaculaire de zoom qui a assuré un développement et une application au système Sea Dragon qui s’exporte sur les smartphones, dès 2008. Est-ce à dire que la consultation de collections d’images à des fins d’étude pourrait ainsi migrer vers la mobilité ? Avec l’arrivée des tablettes multimédias, l’hypothèse de la diversification des situations de travail ne peut être négligée.

En réalité, ces figures « excentriques » se distinguent de ce que nous avons appelé la visibilité a priori ; l’accent est ici porté sur la disponibilité des corpus, en toutes situations, mobilisant davantage la référence du « tas », du corpus informe, mais constamment disponible à l’exploration.

Ainsi, avec la standardisation de la figure de la grille de vignettes, une forme de prévisualisation se fraie un chemin, propice à la considération de grands ensembles d’images, articulant le regard et le geste, projetant, dans le fil du mouvement, des opérations de sélection et de manipulation de l’image, pour l’étude. En second  lieu, on remarque que les outils communs et les outils professionnels, en l’occurrence les systèmes de gestion de bases d’images, convergent pour adopter des langages formels communs. L’affordance de l’interface de prévisualisation, telle qu’envisagée ici, semble valoir pour des usages d’experts aussi bien que d’amateurs ou de simples curieux, même si les motifs ni les modes de consultation ne sont identiques.

Affichage mosaïque de la collection du MNAM

Si les logiciels de gestion des bases d’images, utilisés par les documentalistes et les conservateurs des musées, ne comportent pas tous de telles interfaces d’affichage de vignettes, certains systèmes en sont pourvus comme, par exemple, Navigart, choix judicieux effectué très tôt par l’association Videomuseum, L’interface de consultation publique de la base de collection du Musée National d’Art Moderne, partie prenante de ce réseau des collections contemporaines françaises, en donne un aperçu. Dans ce cas de gestion mutualisée de nombreuses collections, on entrevoit aisément l’intérêt d’une telle offre d’affichage des images des œuvres ; toutefois, l’avantage vaut également pour le travail sur n’importe quelle collection.

Pour les historiens de l’art qui ne bénéficient pas des outils professionnels utilisés par les musées pour la gestion des collections, l’opportunité de s’approcher des pratiques de leurs collègues se concrétise, comme on l’a vu, pour autant qu’ils adoptent les outils de la culture numérique commune.

Dans cette perspective, outre les nouvelles possibilités de prévisualisation, d’autres opérations sont à portée d’écran…

A suivre…

  1. nous avons choisi de référer à la présentation de ce concept par wikipedia anglophone car elle s’avère sensiblement plus complète que la version française bien que celle-ci s’en inspire explicitement []
  2. On consultera avec profit le catalogue de l’exposition éponyme,  Elisabeth Décultot, Musées de papier – L’Antiquité en livres (1600 – 1800), Paris, Editions du Louvre/Gourcuff Gradenigo, 2010. []
  3. Histoire de l’art par les monumens, depuis sa décadence au VIe siècle jusqu’à son renouvellement au XVIe siècle, Paris, Treuttel et Würtz, 6 vol., 1823 (en réalité 1810-1823). []

Les pratiques numériques de l’image (I) – La révolution silencieuse et le syndrome PPT .

La révolution numérique aurait bien eu lieu : les salles de cours sont équipées de micro-ordinateurs connectés au réseau et au vidéo projecteur. Un ou deux carrousels restent à disposition, au fond des salles, au cas où… Il s’agit d’une révolution silencieuse : seuls les équipements parlent la révolution des pratiques.

Il y a peu, «  Internet à la une – Enquête sur les pratiques de recherche en histoire de l’art », a été mis en ligne. Il s’agit d’une étude réalisée par Claire Boisserolles1 et Joëlle Raineau2, publiée dans le n°261 de Musées et Collections publiques de France3. Sur 48 réponses recueillies, on y apprend que l’usage documentaire d’un certain nombre de sites progresse. Mentionnons au passage que le degré de satisfaction par rapport à l’offre en ligne des institutions patrimoniales françaises, en l’occurrence les musées, est très faible. Ce qui se conçoit aisément. On en retire également que, à de rares exceptions près, les sites désignés privilégient les ressources françaises (ce qui éclaire la remarque précédente). Ces résultats, somme toute encourageants, témoignent d’une connaissance encore réduite des ressources internationales et en libre accès : la défiance à l’égard de l’Internet, encore palpable à l’université, s’y manifeste en creux ainsi  qu’un manque de formation à la recherche documentaire ad hoc. Pour les plus hardis ou les plus bavards qui se sont exprimés dans cette étude, l’Internet est de mieux en mieux accepté comme réservoir complémentaire de ressources : bibliographies, textes sources, articles et images.

Cependant, une fois repérés, fréquentés, récupérés les données ou les documents, qu’en est-il des pratiques d’appropriation ? Quelles formes prend donc l’usage des documents numériques et plus particulièrement, des images ? Il faut dire que l’on n’en sait rien ou pas grand-chose et qu’il est difficile de le savoir, touchant là à une sorte d’intimité de l’usage, l’histoire de l’art s’identifiant elle-même comme une pratique parmi les plus solitaires des sciences humaines et sociales.

Dès la mise en ligne de l’Observatoire critique, en 2006, dans le premier dossier, je m’étais attachée à faire le point sur l’offre d’images dans la discipline, sous le jour des changements induits par le passage au numérique4. L’approche adoptée privilégiait l’observation de l’exploitation du web par le monde académique et tentait de rendre compte, par un panorama aussi informé que possible, des politiques de mise en ligne : quelles tendances pouvait-on déceler alors dans l’offre documentaire et en particulier, l’offre d’images. La conclusion envisageait l’usage possible de plateformes ouvertes telles que Flickr… Perspective sacrilège, à l’époque ; elle ne l’est pas restée grâce aux initiatives des bibliothèques et des musées, disséminant des parties de leurs collections, non seulement sur des plateformes de partage mais également dans les wikisources ou wikicommuons où l’appel à la contribution des wikipédiens fait partie intégrante du contrat.

Mais la maturation du sujet ne tient pas uniquement à l’impact généralisé des outils et pratiques du web 2.0, pas davantage au déploiement exponentiel des ressources iconographiques en ligne. Ce qui nous incite à faire un nouvel arrêt sur l’image est lié à la décantation des modalités mêmes de l’offre, clarifiant par là même comment procède l’appropriation, bien sûr. Au-delà de l’offre documentaire considérée comme un « réservoir » – d’appoint ou principal, là n’est plus la question –, le point d’entrée ici proposé est de mettre en relation les formes de mise à disposition des images et la praxis qui leur est attachée, du point de vue de l’histoire de l’art et des études visuelles, en général. En effet, on peut désormais faire état d’une sorte de vocabulaire des mises en formes élémentaires de l’image numérique ; certains agencements qui favorisent des gestes de manipulation et d’appropriation des corpus d’images en composeraient la syntaxe, pour continuer de filer la métaphore d’un langage. En d’autres termes, il s’agit d’approcher le renouvellement des pratiques de l’image numérique, d’une façon concrète, phénoménale, à partir des outils disponibles, en privilégiant les dimensions de l’interfaçage entre l’organisation des corpus, la communication et la manipulation des documents iconographiques.

D’ailleurs, il est souhaitable que cet éclairage contribue à dissiper la représentation dominante dudit réservoir…

A partir des situations d’étude et d’enseignement ou de communication à un public, cette série de billets examinera le complexe des formes et des outils, utilisables en local et en ligne : au-delà du mot d’ordre de la numérisation – nécessité devenue indiscutable –, on peut désormais envisager les orientations de la (mise à) disposition des images par les acteurs collectifs (institutions) et les individus. En effet, des modèles se dessinent, servis par des interfaces, des outils et des fonctions qui sont le fait aussi bien d’une instrumentation commune, dispensée par l’offre sui generis du web, que de l’édition instrumentée sur des plateformes communautaires  ou des sites institutionnels. Des correspondances entre ces modes d’organisation et d’édition des images se confirment et tendent à constituer des standards que l’on se doit d’identifier, d’évaluer voire de préconiser.

Le syndrome PowerPoint ou la transition mimétique.

La part immergée de la révolution silencieuse est matérialisée par l’emploi du PowerPoint – ou d’un logiciel de P(résentation)AO équivalent –, pratique émergeante et dominante de l’image par les enseignants chercheurs, en situation de communication à un public (cours ou autre). Par ce moyen, reste accréditée l’idée selon laquelle le passage de l’image analogique au numérique se résout à une question de changement de support qui, lui-même, n’entraîne que des modifications d’importance relative. En effet, l’usilisation du PowerPoint peut donner à penser que l’on reste rivé aux usages antérieurs. Une fois insérée dans une « diapositive » –  l’analogie est ancrée dans le vocabulaire même –  l’image s’inscrit dans le même défilement fixe et linéaire du diaporama et ne déroge en rien à la projection de diapositives issues du tirage photographique.

On retrouve une fixité de l’image analogue au photographique ; les contraintes de format et de taille associées à ce support de présentation s’accordent à la fixité de l’imprimé, reproduit par le cadre immuable proposé : une page dans laquelle s’insère l’image. Certes, ces caractères de rigidité sont atténués ou compensés par certaines possibilités. S’agissant de l’image projetée, on peut intégrer des animations qui permettent de complexifier la « vue », en ajoutant des images dans l’image, par exemple (détails, image additionnelle, etc.). Toutefois, le cadre assignant une taille à l’image finale s’avère toujours aussi contraignant.

Certes, dans la phase de conception, le passage entre les modes « conception », « trieuse de diapos » et « diaporama » diffèrent du mode photographique, en s’effectuant au sein d’un même système opératoire, au sein de la même « application ». Plus encore, la malléabilité de l’image numérique dans l’environnement simulé de la « trieuse de diapos » se manifeste de manière sensible car le geste relayé par le pointeur de la souris permet la préhension directe des vignettes pour modifier à l’envie leur place dans la séquence composée.

Mais il faut insister sur le fait que le PPT est une application dédiée à un usage, à une situation uniques : la projection. Ce qui ne constitue pas seulement un cadre d’usage mimétique par rapport aux usages antérieurs mais risque d’entraver l’acculturation nécessaire à l’approche de la radicale nouveauté de la pratique numérique des images. Car celle-ci se caractérise notamment par l’intégration d’opérations diverses ainsi que par la contiguïté des situations antérieurement séparées et matérialisées par la mise en place ou en œuvre et la manipulation de plusieurs matériels et supports (boites ou albums de photos ou diapos, planches contact, table lumineuse, visionneuse, carrousel, projecteur, etc.).

Si la situation de projection de l’image numérique favorise l’illusion d’une persistance du photographique, elle fait écran à la solution de discontinuité, si l’on ose dire, qui caractérise le dispositif numérique complexe dans lequel s’intègre la projection. Opérateur devant sa station de travail, l’utilisateur garde la main sur le stockage, l’archivage, la visualisation sous diverses formes, la communication, l’édition de l’image. Une image, en instance de traitement comme tout document numérique, sur laquelle « garder la main » implique d’associer nouvellement le regard et le geste, l’œil et la main. Y compris en situation de projection. C’est cette proposition qu’il s’agit d’illustrer…

A suivre…

 

 

 

 

  1. Responsable des ressources documentaires, Petit palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris []
  2. Collaboratrice scientifique, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris []
  3. De l’arbre à la souris : l’édition dans musées, une histoire de réseaux, Revue de l’association générale des conservateurs des collections publiques de France []
  4. Vers un nouveau partage de l’image, in Dossier Universités et Centres de recherche en ligne []

MutEC – « Conférence-démo »: « Pratiques numériques en histoire de l’art » – mercredi 30 mars 2011, Lyon

La prochaine »conférence-démo » de MutEC se tiendra le mercredi 30 mars 2011 de 17h à 19h à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, site Descartes, salle F106.

Sur le thème « Pratiques numériques en histoire de l’art« , Corinne Welger-Barboza (Maître de conférence à l‘université Paris 1) suivi  d’une présentation d’un outil « idéal » pour les corpus de manuscrits enluminés, par Elli Doulkaridou (Doctorante Université Paris 1).

Résumé : Comment l’histoire de l’art est-elle engagée dans les développements du numérique ? La question est aussi vaste que les domaines couverts par la discipline sont nombreux ; une attitude consensuelle tend toutefois à privilégier la position de l’image dans les pratiques d’étude.  Dans cette perspective, Corinne Welger-Barboza, maître de conférence à l’UFR d’histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), envisagera des figures élémentaires des nouvelles pratiques du document visuel, associées aux propriétés de l’image numérique. Ensuite, des corpus instrumentés seront présentés afin de dégager les orientations d’une histoire de l’art partie prenante des Digital Humanities.

A partir de sa spécialité, l’étude des manuscrits enluminés de la Renaissance italienne, Elli Doulkaridou, doctorante à l’université Paris 1, montrera une composition « fictive ». Comment concevoir l’instrumentation d’un corpus de ce type, afin qu’il réponde à toutes les exigences de la recherche dans ce domaine ? La « démo » de cet hybride, réalisé à partir de l’étude critique de réalisations effectives, proposera des réponses à ces interrogations.

Conférence ouverte à tous – inscription souhaitée : contact : claire.giguet@ish-lyon.cnrs.fr

Arts numériques – Questions d’exposition et de consservation – Samuel Huron, le 21 mars.

Samuel Huron, htmlgramme - Feel the feed - 2009

Le 21 mars, nous recevrons Samuel Huron

Depuis bientôt 10 ans Samuel Huron participe à la conception et réalisation de multiples projets web grand comptes.  En 2009, il est diplômé du Master 2 Recherche, Arts et Médias Numériques de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il a été promu major de promotion pour ses recherches concernant le design d’information appliqué au Web. En tant que plasticien et programmeur il a participé durant 2 ans à des travaux d’expérimentation et de recherche sur les métasverses et les installations interactives artistiques à l’ENSAD Lab (ITR, ENER).
Il exerce actuellement comme designer et développeur à l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou et commence une thèse avec l’équipe AVIZ.

Samuel Huron centre son travail sur l’étude des interfaces et la représentation de données.
Il crée des méthodes de représentation de données, interrogeant le traitement numérique de l’information comme des passages entre
virtuel et actuel. Son travail ce situe a la frontière entre création plastique et recherche scientifique.

On trouve une partie de ses travaux plastiques sur son site : http://www.cybunk.com/blog2/fr/category/works/
ainsi que sur Flickr : http://www.flickr.com/photos/samuel-huron/collections/72157625948235917/
Au cours de cette séance, en présentant certains de ces travaux artistiques, Samuel Huron interrogera l’émergence de nouveaux espaces de créations propres à la numérisation de l’information et au développement des interfaces.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Arts numériques – Questions d’exposition et de conservation – Brice Roy, le 14 mars

Le 14 mars 11, nous recevrons Brice Roy. Brice Roy est game designer indépendant. Il a co-fondé le collectif OneLifeRemains en février 2010, au sein duquel il élabore des jeux vidéo à caractère expérimental ou innovant. philosophe de formation, membre de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines), il enseigne le Game Design à l’ICAN (Institut de Création et Animation Numériques) et à Gamagora.

A l’occasion de son intervention, il reviendra sur Générations, un projet de jeu où une partie dure plusieurs siècles. Cette présentation servira de point d’entrée pour interroger les notions de patrimoine numérique, d’obsolescence programmée et de transmission inter-générationnelle. En prenant appui sur une série d’oeuvres analogues, il invitera enfin à débattre sur les propriétés expressives du matériau numérique et celles du jeu vidéo en particulier.

Quelques unes de ses créations sont jouables sur le site http://oneliferemains.com.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Culture numérique, musée,œuvre et document. Semestre 2 : arts numériques : questions d’exposition et de conservation

En publiant ce Carnet, j’ai dû, par réalisme, « réduire la voilure », par rapport au précédent projet de l’Observatoire critique : plus d’art numérique, plus d’œuvre du mois. Dans mon cours de Master du second semestre, toutefois, je continue de faire venir des artistes et ces séances sont ouvertes au public.

Le cours a lieu, le lundi de 14h à 16h, Salle Demargne, Galerie Colbert, INHA. (M° Bourse).

Le 21 février 11, nous recevons Simon Bachelier

Après avoir suivi des études en histoire de l’art, à l’université Paris 1, Simon Bachelier a orienté ses travaux de Master vers l’exploration des relations entre histoire de l’art et numérique ( On peut lire ses deux mémoires ici même )  , puis, il s’est intéressé aux perméabilités entre jeux vidéo et art contemporain. Actuellement en charge des projets jeux vidéo et serious games pour Universcience, il dédie une partie de son temps libre au développement d’une scène française créative et indépendante qui cherche à s’affranchir des règles établies par l’industrie et les institutions culturelles dominantes

Au cours de cette séance, Simon Bachelier traitera de la façon dont certains artistes contemporains s’emparent du numérique à travers le web, le jeu vidéo ou encore les interfaces mobiles  pour réinventer ou s’approprier de nouveaux espaces de création et d’exposition. Du net art aux art games en passant par les interventions artistiques en zones urbaines et virtuelles, il dressera un état des modalités de légitimation et de reconnaissance de ces créateurs qui privilégient les supports mobiles.

Le 28 février 11, nous recevrons Anne-Sarah Le Meur

La recherche d’Anne-Sarah Le Meur, tant pratique que théorique, concerne l’influence du processus informatique sur l’imaginaire, et notamment la transformation éventuelle du rapport au corps. Ses images/animations (Aforme : Un peu de peau s’étale encore, Horgest, Etres-en-tr… et Là où cela veut poindre) ont été montrées en France, Allemagne, Angleterre, Brésil, Hong-Kong, Corée et Japon.
Depuis 2000, elle travaille en 3D temps réel, sur OpenGl, pour réaliser un environnement interactif : Au creux de l’obscur, basé sur le désir de percevoir du spectateur. Depuis 2005, Oeil-océan, la partie visuelle, est présentée, au fur et à mesure de son évolution, sous forme de projection vidéo ou/et performance-clavier (comme Gris-moire ou Stries plissées). La partie panoramique interactive, Outre-ronde, est quasi-réalisée (résidence ZKM), et sera bientôt exposée.


Après avoir enseigné deux années (1995 – 1997) à l’Université Bauhaus-Weimar, elle est, depuis l’an 2000, Maître de Conférences et enseignante-chercheure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en Arts Plastiques et Sciences de l’Art, site Saint-Charles.

Ses oeuvres numériques ont été réalisées avec différentes versions du logiciel de Michel Bret, Anyflo, développé à Paris VIII, outil particulièrement intéressant pour l’artiste qui programme et qui cherche à concevoir autrement l’image tridimensionnelle. Après avoir goûté de WTK (bibliothèque graphique World Tool Kit), elle travaille actuellement sur OpenGL.

Au cours de notre séance, Anne-Sarah Le Meur présentera quelques œuvres et s’attachera à analyser l’incidence des conditions diverses d’exposition auxquelles celles-ci se prêtent.

Les 7, 14 et 21 mars, nous recevrons, respectivement, Luc Dall Armellina, Brice Roy et Samuel Huron. Informations à suivre…

Séminaire doctoral – report de la séance du 11 février 2011

Pour des raisons exceptionnelles, la prochaine séance du séminaire Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art, est reportée au 11 mars 2011. Toutes les séances prévues seront déplacées d’un mois sur l’autre. La date de la dernière séance, en mai, sera communiquée dès qu’elle sera fixée.

Contacts : Élisabeth Doulkaridou, elisabeth.doulkaridou@gmail.com ; Marie-Laure Gabriel, mlauregab@yahoo.fr ; Gaylord Brouhot, gaylord.brouhot@inha.fr

Vers les cabinets d’estampes en ligne : Le cas du Virtuelles Kupferstichkabinett

La base d’estampes Virtuelles Kupferstichkabinett compte déjà trois ans de vie sur la toile. Le projet mené conjointement par la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel et le Herzog Anton Ulrich-Museum de Braunschweig a été lancé en 2007, avec l’objectif d’abriter un cinquième des collections de ces institutions.  Financée par la DFG1 et en coopération avec le Bildarchiv Foto Marburg, la base compte aujourd’hui 37.996 items2 ; l’objectif de 40 000 images, fixé pour mars 2011, est donc en passe d’être atteint.

Ce fonds extraordinaire est principalement constitué de la collection d’estampes des Ducs de Braunschweig-Wolfenbüttel. Il couvre cinq siècles de production, allant du XVème jusqu’à au milieu du XIXème siècle. Une des collections de plus importantes en Europe, on y trouve toutes les techniques, de la gravure sur bois à la lithographie en passant par le burin, l’eau-forte et la gravure à la poupée. De même, l’éventail des thématiques est très large, couvrant des domaines classiques comme la religion, l’histoire et la mythologie mais également des domaines plus insolites, comme l’anatomie, l’ornement et les scènes de fêtes.

Élégance et simplicité

La mise en page du site, sobre et minimaliste, est avant tout dictée par le souci de l’ergonomie et l’aisance de la navigation. En effet, les recherches sur les estampes sont souvent assez complexes, à cause d’éditions et de copies multiples, d’artistes anonymes et d’œuvres non-identifiées. Par conséquent, le choix a été fait, de proposer d’emblée un formulaire de recherche multicritères en guise de page d’accueil, afin de favoriser l’accès à l’information. Une présentation synthétique ajoute à ce parti-pris de clarté en donnant les clés nécessaires à une recherche instantanée, par l’emploi des opérateurs ou des index.

Figure 1 : La page d’accueil offre un accès direct aux options de recherche.

Comme son nom l’indique, le site se veut un cabinet d’estampes virtuel, un espace de travail dédié, composé de l’essentiel : un corpus et des outils de consultation.  Le choix des couleurs (des tons de gris) par ailleurs, malgré son apparente simplicité, sert lui aussi la meilleure visibilité des estampes qui sont, dans leur grande majorité, en noir et blanc.

Nous distinguons deux menus dont les vocations différentes sont marquées par leur emplacement. Le menu que l’on appellera ici « externe », placé en haut à droite, hors du cadre de consultation, renvoie vers des informations générales sur le projet, les termes techniques employés, l’utilisation de la base et les crédits.

Le menu « interne » est, quant à lui, épuré et ergonomique : en effet, les trois onglets (« search options », « results » et « object »)3 structurent de manière essentielle l’espace de travail. Comme on le verra, les deuxième et troisième onglets communiquent entre eux pendant chaque session de recherche.

Des options de recherche adaptées

La recherche peut être simple ou multicritères, avec la possibilité de combiner trois critères au maximum parmi de nombreuses options. Les combinaisons donc sont variables, adaptées à toute sorte de requête. Le site propose, entre autres, la recherche par référence bibliographique, une pratique que l’on trouve aussi dans la base de données du British Museum, et qui s’avère particulièrement utile pour les recherches dans le domaine car le nombre d’exemplaires, les différents états d’une estampe et la question de l’attribution, imposent le recours aux catalogues de référence, comme le Bartsch ou le Hollstein.

Les termes du vocabulaire contrôlé ont fait l’objet d’un traitement bilingue : pour certaines catégories, comme la technique, le support ou le procédé d’impression, il est possible de choisir le terme en anglais ; ce dernier sera alors traduit automatiquement en allemand. Les champs « sujet » ne figurent pas encore dans la liste des catégories traduites, la quantité des données représente probablement un frein à cet effort multilingue. Cependant, nous regrettons que le choix de la langue doive être répété à chaque rafraîchissement de la page.

Les résultats des requêtes s’affichent par défaut par pages de dix vignettes mais on peut augmenter leur nombre jusqu’à cent. Au vu du nombre des résultats obtenus, on peut décider de modifier le nombre de vignettes à afficher. Contrairement à l’affichage par liste, les vignettes permettent d’en sélectionner plusieurs à la fois. De plus, la communication entre l’onglet des résultats et celui de la vue détaillée organise le travail entre le tri et l’observation de la sélection : on peut à tout moment revenir aux résultats, et sélectionner une autre planche à observer.

Une présentation scientifique

L’affichage de chaque item se compose de deux parties : à droite l’image, à gauche la notice. Celle-ci, structurée par champs, offre les informations disponibles sur l’objet. Les données se présentent par catégories, séparées par une fine ligne grise qui les ordonne. Les informations concernant le lieu de conservation (à la fois physique et virtuel) et la provenance, sont suivies par les données d’identification (titre, auteurs), de production et les repères techniques. La seconde partie de la notice fournit des informations supplémentaires, résultat d’un travail de documentation considérable : appartenance à une série, références bibliographiques, descripteurs, inscriptions et notes de la conservation.

Cette dernière partie de la notice varie en longueur selon les cas et l’état de la recherche sur chaque objet. La précision qui en résulte témoigne de la collaboration réussie entre le musée et la bibliothèque, point sur lequel a insisté le conservateur du musée Anton-Herzog, Thomas Döring, à l’occasion de la conférence CODART 20104 .

Croiser et ouvrir : le souci des métadonnées

Mais au-delà de la qualité et de la quantité d’informations offertes pour chaque objet de la base, l’aspect le plus décisif, est le croisement des collections. Grâce aux hyperliens dans plusieurs champs de la notice (ancien possesseur, auteur(s), lieu de production, technique, sujets, titre de la série) la navigation est rendue fluide, intuitive et surtout, permet d’acquérir une vision d’ensemble à partir d’un critère précis. Ainsi, le chercheur n’a pas seulement une vue simultanée de l’image et de l’information, mais aussi un aperçu d’une pluralité de liens possibles avec le reste de la collection.

Figure 2 : Le croisement par séries d’estampes

Ceci présente un grand intérêt dès lors qu’on sait que les estampes qui font partie d’une série peuvent être consultées comme un ensemble. Ainsi, il devient possible de restituer ces objets dans leur composition originelle et de saisir, selon le cas, les continuités ou les variations dans une suite de gravures.

Une possibilité de croisement supplémentaire, qui sera bientôt activée, est le regroupement par unité matérielle, en d’autres termes par recueil d’estampes. En effet, les estampes font souvent partie de recueils confectionnés par les collectionneurs. Leur contenu est très variable et surtout unique, rassemblant des créations d’un ou de plusieurs artistes, des séries entières ou pas. L’intérêt d’une telle possibilité tient entre autres à l’histoire du collectionnisme et au développement de l’histoire du goût.

Il est devenu courant d’utiliser Google maps pour localiser les lieux de production des collections en ligne, comme par exemple, dans le cas du Victoria & Albert Museum. Dans le cas présent, cet outil de localisation est employé pour situer les lieux représentés dans les gravures mêmes. Or, pour l’instant, ça n’est que la ville de référence qui est représentée mais nous imaginons que cet aspect évoluera avec le temps, pour indiquer par exemple l’emplacement d’un bâtiment particulier au sein d’une ville ou d’une région. Dans ce cas, la vue contemporaine d’un endroit aidera à la meilleure compréhension de l’image, notamment si le lieu représenté n’existe plus ou bien si son état s’est modifié.

L’ouverture de la base grâce aux métadonnées constitue un autre aspect fondamental de ce projet. Plusieurs démarches ont été suivies,  marquées par la volonté de rendre ce corpus outillé compatible avec un grand nombre de méta-catalogues. Pour une part, la description des images est effectuée avec le thésaurus Iconclass , ouvrant ainsi la base à une indexation universelle. L’interopérabilité avec d’ autres catalogues ou des méta-catalogues employant les mêmes normes, est ainsi assurée, permettant surtout une recherche indépendamment de la langue utilisée. La base est en outre indexée selon les principes d’Open Archives Initiative, favorisant l’exportation des données dans les formats de description  Dublin Core et museumdat.

Un dispositif pour comparer et examiner

En ce qui concerne la présentation des images elles-mêmes, celles-ci sont conventionnellement accompagnées d’une échelle métrique et chromatique (tons des gris), instruments garantissant un affichage optimal.

La technologie de grossissement très répandue, Zoomify, outre le fait de s’appliquer à des images de haute résolution, se trouve ici habilement exploitée. Le pictogramme de deux loupes en bas de l’écran de sélection déclenche un comparateur d’images, permettant la visualisation simultanée des images choisies parmi les résultats de la requête. Le zoom n’est plus une simple « loupe » numérique ; il devient un dispositif d’observation scientifique, un véritable outil qui se prête à l’usage et aux besoins de celui qui le manipule.

Figure 3 : L’outil de comparaison et les menus déroulants

Deux tablettes permettent donc d’observer et de comparer simultanément deux estampes, ce qui est très utile quand, par exemple,  on souhaite étudier les différents états d’une même estampe. Mais le dispositif se prête à d’autres manipulations adaptées à l’étude d’un corpus. Ainsi, puisque l’on peut sélectionner autant d’images que souhaité parmi les résultats de notre requête, des menus déroulants sous les écrans de zoom laissent à portée de « main » les images choisies, ainsi disponibles pour un examen alterné. Plusieurs jeux de comparaisons sont possibles en variant les images, sans qu’il soit nécessaire de quitter l’écran de travail. Les deux tablettes de zoom, permettent en outre d’observer différentes parties de la même estampe en variant les niveaux de zoom et en dirigeant la « loupe » sur différents endroits de l’image.

Bien exploiter le numérique, cela signifie aussi procéder à des recompositions d’éléments épars, difficilement accessibles. Ainsi, la bibliothèque possède un exemplaire rare, colorié à la main, de l’Arc de Triomphe réalisé par Albrecht Dürer en 1517-18 pour Maximilien Ier. Il s’agit d’une estampe monumentale, composée de 192 gravures imprimées sur 36 planches, mesurant en tout 3.5 x 3 m. Le numérique permet en l’occurrence d’avoir, à la fois l’image d’ensemble, mais aussi les planches individuelles. Si l’on ajoute à cela la présence du comparateur, les combinaisons d’observation se démultiplient. Ainsi, on peut zoomer afin de lire la légende d’un côté, et utiliser l’autre écran pour naviguer dans les parties auxquelles fait référence cette dernière, ou bien garder une vue d’ensemble pour mieux saisir la place du détail dans la narration ou dans la composition.

Figure 4 : À gauche, l’arc de Triomphe de Dürer reconstitué ; à droite deux usages possibles du comparateur d’images (montage).

La cohabitation du texte et de l’image

Une partie des estampes proposées dans la base contiennent aussi du texte. La mise en ligne de tels objets soulève nombre de questions liées à cette particularité de la cohabitation texte/image. Le texte doit-il faire objet d’une transcription et si oui de quel format ? Quand est-ce qu’une traduction est jugée nécessaire ? Quels outils pour rendre possible l’appropriation du texte ? L’édition numérique des Lettres de Van Gogh a récemment tenté de proposer des solutions en ce sens5 .

L’image ne peut pas être traitée comme un texte et vice versa. L’étude d’un incunable comme la Biblia Pauperum6 présuppose la possibilité de se rendre compte de la linéarité du texte ainsi que des liens narratifs établis entre les images tout au long du livre. Autrement dit, l’aspect matériel joue ici un rôle primordial et le besoin de consulter l’ouvrage dans son intégralité s’impose. Dans l’exemple en question, un lien dans les notes renvoie à un tel dispositif. Pour l’instant les ouvrages numérisés intégralement restent limités, mais cette possibilité s’inscrit pleinement dans les ambitions du projet pour l’avenir.

Figure 5 : Une planche de la Biblia Pauperum et le lien vers l’exemplaire numérisé en intégral

Cultiver le dialogue

Avant la mise en ligne des bases d’images contenant des estampes, la recherche dans le domaine était fastidieuse et peu gratifiante. Une référence renvoyait, dans le meilleur des cas, à une reproduction dans les catalogues de référence, tels que Bartsch et Hollstein, avec le risque de ne pas trouver une reproduction mais une simple légende avec les informations élémentaires. Depuis le lancement de la base du British Museum en 2007, il devient de plus en plus évident que les pratiques de la recherche basculent vers l’accès plus direct à l’image. Des projets comme le Virtuelles Kupferstichkabinett confirment cette tendance. Le numéro de Bartsch ou de Hollstein et le nom de l’artiste sont augmentés d’un éventail de critères considérablement plus vaste ; le croisement des collections devient plus flexible et l’offre de documentation gagne en qualité.

Dans le cas étudié ici, la présentation de l’information est le résultat heureux d’une véritable synergie entre le savoir-faire d’une bibliothèque et celui d’un musée, combinée avec l’exploitation adéquate des outils offerts par le numérique. La prise en considération des pratiques de la recherche est également affirmée. Outre les aspects déjà mentionnées, chaque image peut être téléchargée au format PDF accompagnée de sa notice, comme présenté à l’écran, une sorte de fiche prête à être archivée. Néanmoins, il reste encore de la marge pour des améliorations. Ainsi, nous regrettons l’absence d’un espace de travail personnalisé où l’internaute pourrait mettre de côté ses estampes afin d’y revenir ou du moins les garder à portée de main ; de nouvelles comparaisons nécessitant une requête avec des critères différents en seraient facilitées.

En mars 2010, dans le cadre de la conférence organisée par CODART7 tenue à Rotterdam, Antony Griffith, conservateur du département de dessins et d’estampes du British Museum, soulignait que la numérisation pouvait mettre fin au dépérissement des collections d’arts graphiques, faute d’être communiquées au public ; toutefois,  il en indiquait l’urgence : « On ne peut pas préserver seulement pour l’avenir, parce que de cette manière l’avenir n’arrivera jamais »8 . Un an plus tard, en mars 2011, date d’achèvement du projet initial du Kupferstichkabinett, ses responsables organisent une conférence, qui portera sur l’avenir des bases d’images d’œuvres graphiques9 . Cette initiative nous parait important. D’une part, nous remarquons la prise en compte progressive des besoins différents de chaque domaine artistique, ce qui conduit  à la création d’outils adaptés ; d’autre part,  les échanges entre les protagonistes de la numérisation, dans le domaine des arts graphiques, sont développés. Le partage d’expérience entre institutions et l’explicitation des principes ayant guidé leurs choix, conduiront sans doute à l’évolution des pratiques numériques et au renouvellement de la recherche dans ce domaine.

  1. Deutsche Forschungsgemeinschaft, l’agence allemande pour la recherche. []
  2. Le nombre ne cesse d’augmenter. []
  3. Le site a été exploré principalement dans sa version anglaise, afin d’évaluer son accessibilité. []
  4. Le texte de son intervention peut être consulté et téléchargé sur le site de la conférence. []
  5. Cf. L’article de l’Observatoire Critique. []
  6. Inv. 1 Xylogr. (1) []
  7. Curators of Dutch and Flemish Art []
  8. A. Griffith, “Collections online: the experience of the British Museum”, actes coll., Digitization: Blessing or burden?”, Rotterdam, mars 2010. « Everything cannot only be kept for the future, for then the future will never arrive » (traduction personnelle). []
  9. Le programme préliminaire peut être téléchargé ici. []

Pratiques de l’histoire de l’art à l’ère du numérique – Séminaire doctoral.

Programme

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.