Electronic Information, The visual Arts and Beyond – EVA – London 2011

Du 6 au 8 juillet 2011 – Conférence EVA – Electronic Visualisation and the Arts. Call for Proposals is open.

EVA London 2011 :

•          has a focus on visualisation for the arts and culture – interpreted broadly to include its impications, effects, and consequent strategies and policies

•          covers the burgeoning creative uses of digital media for works of art and creative productions

•          is a forum for European projects to disseminate the results of EC investment in technology for culture and the arts, and to publicise and explain funding opportunities

•          is a networking event for other groups and projects

•          includes a free-of-charge Research Workshop for MA, MSc and PhD students, and others, to share their research in a friendly and informal setting

Pour plus d’informations.

Image(s) en-tête

Quelques remarques à propos de l’image qui habille l’en-tête de ce carnet.

Tout d’abord, il faut dire qu’il s’agit d’une image extraite de Artscope, l’interface de navigation proposée par le SFMOMA (San Francisco Museum Of Modern Art) pour explorer sa collection en ligne. Les motifs de ce « prélèvement » ? Les indices qu’il distille sur l’objet de ce Carnet.

Les images sont indissociables de l’histoire de l’art, a fortiori les images des œuvres qui n’ont cessé d’accompagner la formation de ses discours, de ses points de vue enfin de la discipline enseignée. Avec la numérisation des images et leur circulation par le Web, l’histoire de l’art traverse une grande mutation qu’il s’agit d’explorer.

Les bases de collections des musées en ligne nous occupent tout particulièrement car s’y jouent, au gré des agencements inventés, des relations renouvelées entre les textes et les images, entre chaque œuvre représentée et le reste de la collection.

Le cas d’Artscope ne laisse pas d’intriguer. La tentation est grande de classer la proposition au magasin des gadgets Mais la chose résiste par l’intérêt qu’elle présente.

Ce « navigateur » s’inscrit de toute évidence dans le registre de l’aspiration récurrente des historiens de l’art d’accéder aux images en se passant du texte ; le numérique relance la possibilité d’une telle approche, illustrée notamment dans le passé par la Mnémosyne de Warburg. Une aspiration qui s’apparente à un défi si l’on songe à l’impératif de la description – fût-elle normalisée à la façon du catalogue –, partie prenante d’une longue tradition constitutive de l’histoire de l’art. C’est au nom d’une démarche « intuitive » que la collection se prête à l’exploration par l’image, sans doute susceptible de stimuler la curiosité du public. Ici, il faut signaler que les publics scientifiques ne sont que de surcroît visés par l’adresse à dominante éducative des musées en ligne.

La collection se présente en une seule image, une sorte de grille composée de toutes les images de la collection ; des pixels exposés, en quelque sorte.

Le zoom est à la manœuvre mais il reprend dans ce cas l’office originel de la loupe : il ne s’agit pas de grossir infiniment un composant vignette mais d’extirper une image du tableau coloré, informe ou abstrait, c’est selon.

L’exercice s’avère troublant et malaisé : chaque image « revenue à elle » reste solidaire physiquement, serait-on tenté de dire, de celles qui la jouxtent, qui adhèrent à ses côtés, de toutes parts. Par là est illustrée la relation irréductible de chaque image-œuvre à l’ensemble de la collection, une proposition inédite.

Dans les autres catalogues, seules les catégories et index rattachent chaque œuvre au reste de la collection, dès lors que l’image est détachée pour être affichée, accompagnée de ses cartel et notice, plus ou moins développés. Le rapport de l’œuvre à la collection se joue ainsi dans une vérité, elle aussi inédite : l’ordre des motifs composant l’image n’a d’autre sens que celui de l’entrée chronologique des œuvres dans la collection. L’aléa consubstantiel à toute collection de musée est livré hors de tout « grand récit » souvent propre à réorganiser une réalité faite de circonstances, même si les acquisitions ont précisément pour visée de corriger les hasards de l’histoire (évènements ou accidents, legs et dations, etc.)

Et puis le résultat est seyant !

L’utilisation du numérique en histoire de l’art et en histoire littéraire – Perspectives croisées

Le 2 juin 2010, organisation d’une Journée d’étude avec Michel Bernard (université Paris 3-Sorbonne nouvelle, Directeur du Centre Hubert de Phalèse) et la collaboration de Anne-Laure Brisac (Invisu-INHA), à l’INHA.

Programme de la journée

Enregistrement audio-visuel à venir.

« Pratiques de l’image numérique en histoire de l’art – Approche des mutations d’un support d’étude » par Simon Bachelier.

Mémoire de Master 2 – Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en juin 2009, par Simon Bachelier.

Télécharger : (PDF)

Mémoire_M2_S.Bachelier