Le site André Breton – Un monument-document.

Un de ces derniers lundis (3 octobre 2011), Constance Krebs 1, est venue présenter le site web André Breton  aux étudiantes qui suivaient mon Cours de Master, « Culture numérique : musée, œuvre et document ». Un conseil scientifique réuni autour d’Aube Breton-Elléouët, participe également à la destinée du site ; il se compose de Henri Béhar2, de Jacqueline Chénieux-Gendron3, de Marcel Fleiss4, de Jean-Michel Goutier5, de Marie Mauzé6, de Gilles Mioni7 et de Didier Schulmann8.

C’est l’occasion de porter cette réalisation singulière à l’attention des communautés scientifiques et des nombreux amateurs, pour qui le poète révolutionnaire et le surréalisme sont des sujets de prédilection.

Le site web André Breton est un objet numérique singulier, en évolution permanente. Collection en ligne ? Chambre des merveilles virtuelle ? Base d’archives ? Les définitions se pressent à l’esprit, plurielles. Avant d’y voir de plus près, il est essentiel de rappeler les circonstances historiques et éditoriales qui ont abouti à cette proposition en ligne.

Catalogue de la vente - avril 2003

La collection d’André Breton, logée au 42 de la rue Fontaine à Paris, composée d’objets mais également de toutes sortes de documents (correspondances, revues, tracts, cartons d’invitations, etc.), a fait l’objet d’une vente à l’hôtel Drouot, en avril 2003. Organisée par Aube Breton-Elléouët, fille du poète, après avoir distribué une part des objets et des documents à des institutions patrimoniales, (le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le Musée National d’Art Moderne et la Bibliothèque Kandinsky, la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet), la vente a dispersé cette collection, faute d’un engagement suffisant de l’Etat. Le catalogue de vente, dans une édition soignée en 8 volumes9 (Image), en a préservé les traces mais les exemplaires se font rares ; une version numérique sur DVD a également été éditée par Calmels Cohen.

Le site actuel, répond au souhait d’Aube Breton-Elléouët de permettre l’accès public à cette collection. Constance Krebs, éditrice de cette (seconde) version web10, au prix d’un patient travail de mise à jour, y a ouvert de nouvelles perspectives,11, de sorte que l’objet qui en résulte s’est enrichi de vocations multiples.

L’empreinte numérique de la mémoire.

Lors d’une présentation précédente,12, m’était apparue la double nature de l’entreprise : une sorte de monument/document, forme synthétique « aberrante » au regard de l’opposition usuelle dont ces deux termes font l’objet. L’empreinte de la perpétuation du 42, rue Fontaine, tout à la fois mémoire de la collection et du grand homme, portée par Aube Breton, semblait présider à la reconstitution du corpus des documents dispersés.

Au regard des développements actuels du site, on pourrait prolonger cette inspiration par l’emploi des terminologies du virtuel : cabinet de curiosité ou musée virtuels, par exemple. Ainsi, on peut caractériser l’image exposée du Mur , reproduction de la reconstitution  du MNAM, de chambre des merveilles virtuelle dans la mesure où ce fameux mur se propose comme restitution des objets tels qu’agencés par Breton, de son geste artistique de collectionneur aussi bien que de l’atmosphère dans laquelle il œuvrait.

Virtuelle ou non, l’emploi de « chambre des merveilles » laisse à penser, incidemment, le léger décalage que cet ensemble suggère, au regard des missions usuelles d’un musée. On peut supposer l’embarras suscité par la dation du cabinet de Breton : une racine de mandragore peut-elle figurer parmi les objets de la collection ? C’est bien l’ensemble des objets dont le poète s’est entouré qui fait œuvre, à condition d’être restitué dans son intégrité et ses agencements. On se reportera ici à l’article de Didier Ottinger, Directeur adjoint du MNAM, qui étaye cette perspective.

Pour cette part de la collection, le virtuel se trouverait donc dépositaire d’un lieu qui fait œuvre. Mais l’emploi de la terminologie du musée virtuel pourrait tout aussi bien s’appliquer au recollement de tous les éléments dispersés parmi les collectionneurs, particuliers ou institutionnels. Toutefois, l’assemblage reconstitué ne concerne pas uniquement les objets collectionnés ; il comprend indissociablement des papiers de toutes sortes, conservés par Breton lui-même, selon ses propres règles d’archivage.

Je n’ai jamais été convaincue par la terminologie du virtuel, dans ces différentes acceptions – est virtuel, en matière numérique, ce qui peut faire l’objet d’une actualisation par la machine. L’initiative Breton m’apparaît plus clairement comme une entreprise documentaire qui, bien qu’arrimée en premier lieu à une collection/lieu de mémoire, porte essentiellement les caractères de la documentarisation numérique en réseau, désormais partie prenante de processus communicationnels et contributifs, servis par les outils du web 2.0.

Des accès multiples, autant de points de vue sur la collection.

L’entrée dans la collection se fait aussi bien par l’image du cabinet résultant de l’exposition du « mur » par le MNAM que par les menus catégoriels ou par le nuage de tags qui figure en bonne position, sur la page d’accueil. D’une façon ou d’une autre, il s’agit d’accéder à une liste de documents, assortis de notices ; mais les richesses de l’archive se dévoilent au gré de cette pluralité d’accès et des parcours qui se présentent alors.

L'accès par le Mur

 

En premier lieu, le Mur donne bien accès à l’image de chaque objet qui y reste attaché ; une fois le zoom activé, chaque détail du mur peut être sélectionné et identifié individuellement. Les notices de ces images, dont la description varie en fonction de l’objet, correspondent en général à celles du MNAM qui conserve et expose le Mur ; les images disponibles aussi sont identiques. Des liens réciproques, d’un site web à l’autre, rend aisée la confrontation des écrans.

Les deux notices du crâne surmodelé

 

Celui-ci met à disposition une loupe pour approcher les figures quand celui-là propose un agrandissement de l’image entière ; les images des deux notices restent toutefois de taille modeste.

Dans le cas du Mur, tout tend à suggérer une complète homothétie des deux bases d’objets concernés. Toutefois, l’entrée ou le rebond par le tag « mur », apposé à certaines notices permet quelques échappées. Ainsi, le tag Mur active une liste de 240 numéros dont, par exemple, un ensemble de photographies du 42, rue Fontaine  datées de 1929 (environ), montrant, entre autres vues, le fameux Mur qui a peu à voir avec son état dernier. Première expérience d’expansion « hors le mur », servie par les liens tissés au sein du corpus par les tags.

Photographie du Mur - 1929 (environ)

Dès lors que l’on reste focalisé sur les objets, la collection excède évidemment le Mur. Ce sont les catégories : Arts populaires ; Arts premiers ; Œuvres graphiques, tableaux modernes, sculptures) qui en ménagent l’accès. Par exemple, les bénitiers : pas moins de 100 ensembles ! Les notices des bénitiers témoignent de l’action en cours de l’éditrice qui tend à préciser les numéros des lots des ensembles présentés : la vente et son catalogue se rappellent à notre bon souvenir, livrant ses détails : des objets de la maison de Saint-Cirq-Lapopie faisaient aussi partie de la vente.

Ici, les descripteurs marquent combien l’indexation est délicate : respecter l’anticléricalisme radical de Breton rend malaisé l’emploi des termes « sacré » ou « religieux » pour affiner la catégorie des arts populaires dans lesquels ces objets de prédilection de Breton sont classés ; le tag « magie » peut faire irruption dans l’affaire. Et la « magie » opère : le mot-outil livre des listes de notices où objets et écrits de toutes sortes témoignent de l’importance de cette thématique, pour Breton et le mouvement surréaliste.

Ainsi, l’on prend rapidement la mesure des perspectives changeantes selon que l’on s’en tient à une entrée catégorielle ou que l’on poursuit un descripteur. Le tag permet des ordonnancements où la distinction entre les objets et les documents n’a plus lieu d’être. Cette formule d’indexation sert la mise en relation des éléments du corpus au regard des mots clés du Surréalisme ; une entrée privilégiée tant pour les familiers du domaine que pour les non initiés.

 

D’autres entrées se signalent dans la même colonne de rubriques : ainsi des contributeurs qui correspondent, en fait, aux personnes figurant parmi les (co-)auteurs des documents conservés ou simplement citées. Une perspective supplémentaire est offerte avec l’entrée par les séries ou collections, mentionnées sur la page de présentation (Introduction).
Cette entrée revêt une importance singulière si l’on prend en considération qu’elle reconstitue les dossiers par lesquels Breton rassemblait les pièces d’archives concernées, ainsi, par exemple, des documents associés à  Nadja, à l’ensemble Sommeils ou encore aux manuscrits d’André Breton, rassemblés dans des boites. La restitution du cabinet n’est pas limitée au Mur ; la trace de multiples tiroirs invisibles est préservée.

Un complexe documentaire rhizomique et polymorphe

Dès lors que l’on approche le corpus rassemblé sur le site, on se trouve confronté à la complexité d’un objet documentaire qui, à la fois constitue un point d’entrée privilégié dans l’univers et l’histoire surréalistes, fortement présents sur le web, et à la fois rappelle son attachement à collection rassemblée par Breton dont les pièces, objets ou documents, sont consignés dans le catalogue de la vente. Un complexe à géométrie variable qui se caractérise  par la multiplicité des formes données à la documentation et à l’usage qui peut en être fait. Ainsi, la consultation sera-t-elle tributaire de l’accès partiel ou intégral ménagé par le site Breton  mais également de l’offre numérique des autres sites, institutionnels ou non. Cette offre résulte autant de leur politique de numérisation que de la source à partir de laquelle la numérisation a été effectuée.

Ainsi, ne s’agissant que des institutions patrimoniales qui conservent les objets ou documents figurant parmi la vente, des passerelles sont établies entre des systèmes documentaires différents qui donnent lieu à des modes de consultation diversifiés.

On l’a déjà entrevu avec le Mur conservé au MNAM : si l’homogénéité et la similarité de la présentation des notices s’affirme, en premier lieu, une fois replacés dans la collection du musée, les objets adoptent les modes d’affichage de l’ensemble de la collection : grande image, diaporama, à condition de rechercher l’objet en question dans le catalogue général..

On peut aussi évoquer l’exemple de certaines correspondances : une lettre de Breton est donnée à lire sur le site tandis que le lien vers la bibliothèque Kandinsky qui la conserve permet d’en repérer la notice d’archivage, indique le mode de consultation sur place et sur rendez-vous. Un lien pointe en retour vers le site Breton.

Autre cas de figure : dès lors qu’une édition conservée par Breton figure dans le corpus numérique de Gallica, comme Mission de l’Inde en Europe de Alexandre Saint-Yves d’Alveydre (1910), un feuilletoir se présente aussitôt ; activé en mode pleine page, on retrouve l’interface de Gallica avec ses outils de lecture.

Dans le cas des revues, l’exemple de la revue Littérature – Nouvelle série (mars 1922-juin 1924), la forme des ressources excède la politique des institutions patrimoniales et nous permet d’approcher la richesse portée par le réseau documentaire tissé ici. Le site Breton en propose deux accès : d’une part, une page rassemble 173 fac-similés : y sont mêlés les pages imprimées de la revue et les divers documents encartés  par Breton ; d’autre part, on y renvoie vers des pages permettant la consultation par numéro de ces mêmes « truffes », favorisant ainsi un parcours détaillé. Mais la page d’ensemble comporte également des liens externes. Vers la Bibliothèque littéraire Doucet   qui les conserve et où l’on retrouvera le descriptif archivistique de tous ces documents manuscrits ; vers la base The Dada International Archive (université de l’IOWA) qui permet la consultation et le téléchargement de tous les numéros de l’édition imprimée, numérisés en mode image ; enfin, vers le site Mélusine13 qui en propose la transcription en mode texte.

La revue Littérature et Nouvelle série pointées par Mélusine

Par ailleurs, d’autres connexions étendent encore le réseau documentaire auquel le site donne accès. Ainsi, on pourra déboucher, grâce à l’index des contributeurs ou à la notice Masque d’André Breton par René Iché (1897-1954), au site consacré à ce sculpteur. C’est également le cas pour Benjamin Péret , Michel Leiris  ou Alfred Jarry … Ces sites sont édités par des amateurs et des chercheurs. Parfois, ce sont les enseignants du secondaire qui, ayant réalisé un dossier remarquable sur Breton, prolongent le site Breton ; ainsi de Magister, à propos de Nadja http://www.site-magister.com/nadja1.htm

Dans ce contexte extensif, l’on peut toutefois identifier ce que l’on ne trouve que sur le site Breton. L’exemple des Lettres de Rodez d’Antonin Artaud  peut en livrer une idée. Comme souvent, dans cette catégorie des correspondances éditées, on trouvera en premier lieu l’image de la couverture de l’édition conservée par Breton. Mais si l’on passe outre cette promesse parcimonieuse, on y découvrira, sans que la notice n’en fasse encore mention, toutes sortes de documents encartés par Breton dans le livre, relatifs à l’internement d’Artaud à Rodez et à l’initiative de la publication, dans ce contexte (dessin, télégramme, lettres…). Les photographies aussi peuvent recéler, au dos, des notes manuscrites.

Télégramme du docteur FERTIERES encarté dans Lettres de Rodez

Au fil de l’exploration, on prend mieux conscience de l’apport singulier de la collection Breton: à savoir tous les documents, manuscrits, tapuscrits, correspondances, graffitis, croquis, dessins, parsemés au sein des textes édités notamment, ont la particularité de rester associés, « physiquement », à leur contexte de conservation par Breton. Au lieu du riche réseau de liens tissés avec d’autres systèmes documentaire, ici est préservé le réseau d’associations, d’inscription circonstancielle, historique, des documents.

Cette richesse incontestable est tributaire, quant à elle, de choix éditoriaux qu’on peut désormais aborder.

Les parti pris  éditoriaux : un chantier à ciel ouvert

Le site vise à la présentation in extenso des documents en partant d’un fond numérisé juste avant la dispersion et la vente.

Pour ce qui est de la présentation des documents, le parti est clairement pris de favoriser la consultation des documents plutôt que leur appropriation. Mais, de ce point de vue, ni la bonne visibilité ni le confort d’étude ne sont assurés. Ainsi, la loupe, outil choisi pour la vision rapprochée, sert indifféremment pour toutes les images – images d’images ou images d’écrits (manuscrits, tapuscrits, imprimés). Dans le cas des documents iconographiques, comme on l’a déjà noté, on ne perçoit alors qu’une petite portion d’une image de petite taille, ce qui pâtit de l’habitude que l’on a pris de bénéficier de zoom confortables mais peut aider à y voir mieux. En revanche, pour les documents écrits, la lecture s’avère difficile et l’examen ou le déchiffrage trop laborieux. La numérisation de faible résolution et la taille des images sont à l’origine de cette difficulté. La raison principale en revient à des contraintes issues des droits d’auteur et des éditeurs. C’est l’ADAGP14 qui reçoit les droits de l’association qui gère le site Breton et ces droits sont de reproduction et non pas de représentation. On ne peut que regretter, toutefois, que cette solution globale hypothèque la visibilité de nombreux documents – dont les tracts sont l’exemple par excellence –  non assignables au droit d’auteur et que l’on trouve retranscrits sur d’autres sites, alors qu’ils bénéficient ici d’une mise en contexte unique pour l’étude.

Au sein des pages de notices, le signalement des documents (feuilles, feuillets, images, etc.)  emprunte le système des vignettes. On a déjà eu l’occasion de dire tout le bien qu’on pense de cette solution de prévisualisation15 Mais cette signalisation qui indique le nombre de documents à disposition  (« truffes » dans un ouvrage édité, lettres assemblées à une même lettre ou pages numérisées d’un numéro de revue )  se concrétise par l’emploi de minuscules vignettes. Ces icônes, trop petites, n’ont aucune vertu de prévisualisation et ne peuvent servir à sélectionner, en connaissance de cause, le document que l’on va actualiser ; la consultation garde un caractère hasardeux.

On se prend à rêver qu’un épisode ultérieur de numérisation, avec l’aide des conservateurs des documents, puisse remédier à ces limites.

Pour autant, d’autres partis pris essentiels marquent le projet et l’intérêt singuliers du site André Breton.

En effet, le parti pris sans doute les plus audacieux du site Breton est de proposer – et cette fois, l’expression n’a rien de conventionnel – un work in progress, autrement dit, un chantier où la mise en ligne des documents continue de se faire, en même temps que la précision de la description ou l’éclairage plus développé des objets et des archives. C’est un travail considérable qui est en cours et si le risque pris du chantier à ciel ouvert rend parfois la consultation déconcertante, il s’accorde avec la place conférée au commentaire et à la contribution externes.

Ainsi, l’on a pu déjà constater, par exemple, avec les bénitiers, que le processus du catalogage était en cours. Question de temps : peu à peu, l’éditeur, précisera dans le chapeau de présentation des pages si les vignettes montrent tout ou partie des éléments constitutifs d’un ensemble documentaire ( truffes et intérieur d’un livre, verso d’une photo ou d’un tableau, etc.) et si tout est bien assorti de notices.
Mais des ensembles sont achevés. Les Tracts , par exemple, sont non seulement classés mais leur notice d’identification ainsi que leur description et mise en contexte ont adopté leur forme finalisée. Ainsi, la déclaration We dont ear it that way en fournit un bon exemple : les signataires sont clairement démarqués des personnes citées ; la notice historique permet d’en situer les enjeux ; l’édition conservée est précisée tandis que tous les champs de la notice d’identification, selon la description adoptée sur le site, sont remplis ; enfin, les liens avec des reprises en ligne sont proposés. Cet exemple mais on pourrait aussi citer à nouveau la page de présentation d’ensemble de la revue Littérature – Nouvelle série  déjà évoquée, illustrent aussi les contributions éditées continument par les membres du Conseil scientifique.

We don't hear that way

Cette contribution se produit à deux étages, pourrait-on dire. Un spécialiste d’une part du corpus peut avoir en charge la rédaction des présentations des objets ou archives rassemblés et de chacun de ses éléments. Mais il revient également à ce groupe d’experts de valider les commentaires ou les contributions de ceux qui répondent à l’appel.

En effet, l’immense chantier documentaire intègre dans son projet éditorial de convoquer tous les passionnés, érudits du surréalisme, à compléter ou parfaire l’édifice.    Même si l’appel à commentaires ou à contributions sur le mode wiki ne se distinguent pas forcément par la forme, ils marquent l’adoption d’une ouverture participative. Celle-ci se fait avec contrôle a priori ; c’est l’une des prérogatives du Comité scientifique qui entoure Aube Breton-Elléouët, veillant à l’exactitude et à la bonne tenue de l’enrichissement contributif du site.

Des exemples de commentaires mettent en lumière l’intérêt porté par des protagonistes de l’aventure surréaliste, celle-ci ayant connu une longévité singulière au regard des mouvements avant-gardistes prenant leur source dans la première moitié du 20ème siècle.Sur chaque page, une invitation à « Ecrire votre commentaire » permet d’accéder à l’éditeur. Ainsi, sur la page de présentation de l’exemplaire des Annales des sciences psychiques  ,une précision collatérale est apportée par Brady Brower 16 –  l’auteur du commentaire est libre de laisser apparaître son nom ou pas – , quant à ce qui peut être attribué à Richet père et Richet fils, le premier étant cité comme co-éditeur de la revue. Un certain Fred, y revient à deux fois, à deux mois d’intervalle, pour prendre parti et proposer des ressources en ligne, susceptibles de nourrir d’éclairages supplémentaires la charge portée contre Paul Valéry par Breton et Aragon, dont témoigne le texte Une politique méthodique .

Quant au wiki, ouvert en haut de chaque page, il a permis notamment de produire une traduction anglaise de la notice de présentation d’un numéro de la collection « Les Hommes d’aujourd’hui » . Parfois, le wiki est utilisé pour ajouter à la précision d’une notice, comme dans le cas des photographies intitulées Paysages canadiens . En activant  le lien « archives », on peut suivre la succession des apports.

Avis aux amateurs…. Et aux scientifiques !

Post Sciptum : particulièrement dans le cas du site Breton, on aura compris qu’il n’est pas superflu, si l’on souhaite suivre les actualisations incessantes du site Breton, de s’abonner au fil d’actualité quotidien en ligne / ou à la Lettre d’informations mensuelle  . André Breton a bien sûr ouvert un compte Facebook  qui informe ses amis de tout évènement qui anime la vie de la galaxie surréaliste.

En avant-première, on peut déjà alerter d’une initiative en vue : un colloque en ligne, à l’initiative de Constance Krebs et Milad Douailhi. L’appel à communications sera lancé dd’ici peu …

Enfin, je remercie Constance Krebs pour sa précieuse coopération.

 

  1. Constance Krebs est l’éditrice du site Breton []
  2. Spécialiste des avant-gardes, éditeur des œuvres complètes de Roger Vitrac et de Tristan Tzara, auteur d’une biographie d’André Breton, Henri Béhar, professeur émérite de Littérature française à la Sorbonne nouvelle de Paris 3, édite la revue Mélusine, cahiers du Centre de recherche sur le surréalisme, et dirige la Bibliothèque Mélusine aux éditions l’Âge d’Homme. []
  3. Directrice de recherche émérite au CNRS, a enseigné aux Universités Paris-Diderot de Paris 7, et Princeton, New Jersey aux États-Unis. A suscité, avec le soutien de Marguerite Bonnet, la première équipe nationale de recherche en France dédiée au surréalisme, en 1975, au CNRS. Diverses publications visibles sur les moteurs de recherche, la première importante Le Surréalisme et le roman, L’Âge d’homme, 1983, la dernière : Il y aura une fois, une anthologie du surréalisme, Gallimard, nouvelle éd. 2004; Folio/textes 3674. Jacqueline Chénieux-Gendron a fondé et dirigé la revue Pleine Marge, revue de littérature, d’arts plastiques et de critique, Peeters éd. 1986-2009. []
  4. Né à Paris en 1934, Marcel Fleiss se lie d’amitié avec Man Ray au milieu des années soixante. Le photographe lui présente Dali, Ernst, Meret Openheim, Masson, etc. En 1972 il ouvre la galerie des Quatre Mouvements avec une exposition Man Ray, suivie d’une exposition Matta. En 1981 il ouvre la galerie 1900-2000, avec plus de 150 expositions à ce jour, la plupart d’artistes surréalistes. Expert lors de la vente André Breton en 2003. []
  5. Représentant du Comité scientifique de l’association. []
  6. Ethnologue, membre du Laboratoire d’anthropologie sociale (CNRS), Marie Mauzé est spécialiste des sociétés amérindiennes de la côte Nord-Ouest. Depuis 1980, elle conduit des enquêtes de terrain chez les Kwakwaka’wakw de la Colombie britannique (Canada) tout en écrivant de nombreux articles dans des revues françaises et internationales. Elle a notamment co-publié avec Marine Degli Les Arts premiers, Gallimard, coll. Découvertes, 2000 et co-dirigé avec Michael Harkin et Sergei Kan,Coming to shore. Northwest Coast Ethnology, Traditions, and Visions, Lincoln, University of Nebraska Press, 2004. []
  7. Après des études de lettres modernes à la grande époque de l’université Paris 8 – Vincennes, Gilles Mioni se dirige vers l’informatique, grâce au CNAM, en devenant chef de projet. Auteur d’ouvrages de technique informatique, il ne néglige pas la littérature, loin de là, puisqu’il s’intéresse de près au surréalisme. []
  8. Conservateur en chef du Patrimoine, conservateur au centre Georges-Pompidou, chargé de la documentation de la collection du Musée national d’art moderne à la bibliothèque Kandinsky. Contribuant à l’Encyclopedia Universalis, Didier Schulmann est l’auteur de L’Artiste et ses lieux de création, et des Trésors de la biliothèque Kandinsky. []
  9. Calmels Cohen []
  10. Se reporter à l’article que Constance Krebs y a consacré, sur son site amontour []
  11. l’architecture du site est conçue par Cory McCloud, ancien directeur de Giantchair, société d’édition numérique []
  12. séance du 5 novembre 2009 du séminaire « Nouvelles formes d’éditorialisation », organisée par Invisu et Sens public []
  13. Centre de recherche sur le Surréalisme de l’université Paris 3 []
  14. Société des Auteurs dans les Arts Graphiques et Plastiques []
  15.   Les pratiques numériques de l’image – Perception des corpus, la prévisualisation. []
  16. il s’agit sans doute d’un professeur de l’université de l’Illinois, auteur de Unruly Spirits. The Science of Psychic Phenomena in Modern France, Urbana : University of Illinois Press, 2010. []

« S’approprier la visite au musée – Quels modèles pour la participation amateur ? » par Laetitia Aubin

 

 

 

Mémoire de Master 2 – Histoire et politique du patrimoine et des musées,

université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, soutenu en septembre 2011.

 Télécharger :

 Mémoire

ANNEXES

 

 

The Conference of Digital Humanities 2011 at a glance!

La Conférence de cette année se tient à l’université de Stanford, du 19 au 23 juin 2011. Elijah Meeks, Digital Humanist à demeure, un des protagonistes du remarquable Mapping The Republic of Letters,1, a donné une forme inhabituelle à cet évènement.

Il a réalisé un ensemble de graphes permettant de percevoir la conférence sous un jour éclairant : participants, sujets présentés, universités d’origine sont spatialisés, au-delà d’une simple inscription géographique. On accède ainsi à des paysages de données dynamiques qui rendent compte de densités relatives, de connexions plus ou moins développées entre centres et chercheurs, des origines géographiques mais aussi des thèmes de prédilection qui animent la communauté effervescente des Digital Humanities. La vision des équipes est au centre de ces représentations : figures atomisées ou fortement reliées, centres et périphéries, bataillons serrés ou vaillants esseulés, les configurations multiples sont suggestives. Elles sont propices aux interrogations : comment les équilibres ou déséquilibres perceptibles vont-ils évoluer ? L’irruption de nouveaux entrants redessinera sans doute les intensités et les relations établies ; seul le temps, variable forcément absente ici, le dira. Une interrogation me parait particulièrement avivée par ces modélisations : les projets ou communications véritablement internationaux et pluridisciplinaires représentent un enjeu essentiel pour le réseau des Digital Humanities. Au-delà des consortiums techno(cratico)-scientifiques qui se sont multipliés ces dernières années, comment favoriser la menée de projets collectifs ? D’ailleurs, une des communications du colloque s’attache à interroger les conditions de ces entreprises difficiles que sont les collaborations internationales, mettant en jeu les différences culturelles, académiques, linguistiques, collaboratives :  A Trip Around the World: Balancing Geographical Diversity in Academic Research Teams (Lynne Siemens, Elisabeth Burr, Richard Cunnigham, Wendy Duff, Dominic Forest, Claire Warwick).

Quoi qu’il en soit, s’agissant d’une simple coupe documentaire de LA conférence 2011, la puissance de représentation graphique favorise la spéculation et la liste ou le sommaire paraissent bien pauvres, en regard, pour se figurer les dynamiques qui animent la vie du réseau des D.H. – même si, bien sûr, celle-ci ne s’exprime pas toute, à l’occasion de la conférence annuelle. Mais voyez par vous-même.

Dans ce concert international, il ne parait pas inutile de souligner que la participation française s’accroît encore, cette année, avec des communications : Reusability of Literary Corpora: the « Montaigne at work » Project par Marie-Luce Demonet2, responsable scientifique des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (Centre des Etudes Supérieures de la Renaissance – Université de Tours-François Rabelais) ; Medical Case Studies on Renaissance Melancholy: Online Publication Project, par Suciu Radu, (Université Denis Diderot-Paris 7) ; avec des posters : Interactive Layout Analysis, Content Extraction and Transcription of Historical Printed Books using Agora and Retro , par  deux autres chercheurs de l’université de Tours, Jean-Yves Ramel3 et Nicholas Sidère,   Constructing DARIAH—the e-Infrastructure for the Arts and Humanities par Laurent Romary, (INRIA), avec Blanke Tobias, (King’s College) et Christiane Fritze (State and University Library Goettingen).

Je ne présenterai pas de communication, cette année, mais je suis ravie de présider une session dont les communications s’annoncent pour le moins stimulantes : The Object of Platform Studies: Relational Materialities and the Social Platform (the case of the Nintendo Wii, par Steven E. Jones, George K. Thiruvathukal (Loyola University Chicago) ; Cinemetrics, par Arno Bosse, Keith Brisson, Yuri Tsivian (University of Chicago) et Digital image analysis and interactive visualization of 1000000 manga pages, Lev Manovich1, William Huber, Jeremy Douglass (respectivement : Visual Arts Department, University of California, San Diego, 2Software Studies Initiative, The California Institute for Telecommunications and Information Technology, San Diego).

On peut consulter l’ensemble du programme en quatre langues. Non seulement la géographie des Digital Humanities représentées à la conférence s’étend mais le multilinguisme semble progresser, lui aussi…On peut retrouver toutes les présentations dans The Book of Abstracts ; autre innovation, en ligne, un moteur permet d’y effectuer des recherches.

Pour boucler la boucle, j’en reviens à Elijah Meeks. Sur son blog, j’ai découvert un « sub-projet » en cours, de Mapping The Republic of Letters. Il s’agit de Mapping Le Grand Tour !

 

Il se trouve qu’en conclusion de la séance du séminaire doctoral « Histoire de l’art et Digital Humanities », j’avais montré un aperçu de cette réalisation  fameuse  afin précisément d’envisager la portée interdisciplinaire de certains outils et démarches. « On pourrait appliquer ce type d’outils à la représentation de la circulation des œuvres entre marchands et collectionneurs, à une époque donnée,  par exemple,… » avais-je suggéré. Les Dix-huitiémistes de Stanford ont choisi de traduire en flux visibles et dynamiques les circulations et les communications tissées par les voyageurs du Grand tour. On ne manquera pas, sur place, de rassembler autant d’informations que possible sur ce projet qui devrait intéresser les historiens de l’art.

 

  1. plutôt que de le présenter, j’invite à consulter son blog pour tout savoir sur ses travaux de visualisation de données. Il présente également une communication : Modeling Event-Based Historical Narratives: A Conversation Between Digital Humanists, Information Scientists and Computer Scientists []
  2. Rappelons que Marie-Luce Demonet a remporté le Grant Google pour son projet Full-text retrieval and indexation for Early Modern French []
  3. lui aussi lauréat du Grant Google pour Using Pattern Redundancy for Text Transcription []

Séminaire Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

Pour la seconde année consécutive, dans le cadre de sa mission de veille et de réflexion sur les outils numériques, InVisu s’associe avec la revue internationale en ligne de Sens public pour un séminaire autour de ces thématiques. Nouvelles formes d’éditorialisation : constitution du savoir et apprentissages.

L’ensemble du programme est intéressant ; nous attirons particulièrement l’attention sur la prochaine séance qui se tiendra le 18 novembre 2010, à l’INHA.  Bernadette Dufrene, responsable du Master Recherche Patrimoine, muséologie et numérique –  Université Paris Ouest-Nanterre en collaboration avec l’université Paris 8 )   interviendra sur le thème : Nouvelles formes de la médiation numérique.

Patrimoine culturel et web collaboratif – Rencontres Wikimedia 2010

Les 3 et 4 décembre 2010, 101, rue de l’université à Paris, se tiendront les rencontres Wikimédia sur le thème Patrimoine culturel et web collaboratif. Les inscriptions sont ouvertes.

Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance, s’est beaucoup investie cette année dans des partenariats culturels. Le mouvement Wikimédia dans son ensemble a initié de nombreux partenariats culturels partout dans le monde. Nous avons tous à apprendre des uns et des autres : faisons-le autour d’une table ! Les Rencontres Wikimédia 2010 souhaitent réunir le plus grand nombre d’acteurs culturels autour de ces nouvelles pratiques collaboratives en ligne favorisant le libre accès à la connaissance.

Consulter le programme complet.