MutEC – « Conférence-démo »: « Pratiques numériques en histoire de l’art » – mercredi 30 mars 2011, Lyon

La prochaine »conférence-démo » de MutEC se tiendra le mercredi 30 mars 2011 de 17h à 19h à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, site Descartes, salle F106.

Sur le thème « Pratiques numériques en histoire de l’art« , Corinne Welger-Barboza (Maître de conférence à l‘université Paris 1) suivi  d’une présentation d’un outil « idéal » pour les corpus de manuscrits enluminés, par Elli Doulkaridou (Doctorante Université Paris 1).

Résumé : Comment l’histoire de l’art est-elle engagée dans les développements du numérique ? La question est aussi vaste que les domaines couverts par la discipline sont nombreux ; une attitude consensuelle tend toutefois à privilégier la position de l’image dans les pratiques d’étude.  Dans cette perspective, Corinne Welger-Barboza, maître de conférence à l’UFR d’histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), envisagera des figures élémentaires des nouvelles pratiques du document visuel, associées aux propriétés de l’image numérique. Ensuite, des corpus instrumentés seront présentés afin de dégager les orientations d’une histoire de l’art partie prenante des Digital Humanities.

A partir de sa spécialité, l’étude des manuscrits enluminés de la Renaissance italienne, Elli Doulkaridou, doctorante à l’université Paris 1, montrera une composition « fictive ». Comment concevoir l’instrumentation d’un corpus de ce type, afin qu’il réponde à toutes les exigences de la recherche dans ce domaine ? La « démo » de cet hybride, réalisé à partir de l’étude critique de réalisations effectives, proposera des réponses à ces interrogations.

Conférence ouverte à tous – inscription souhaitée : contact : claire.giguet@ish-lyon.cnrs.fr

Arts numériques – Questions d’exposition et de conservation – Luc Dall’Armellina le 7 mars

Le 7 mars 11, nous recevrons Luc Dall Armellina

Luc Dall Armellina est enseignant de design hypermédia, à l’Ėcole des beaux-arts de Valence depuis 1999 ; chercheur associé au Laboratoire Paragraphe (EA349) de l’université Paris 8, il anime le groupe Hypertexte et il assure également des cours « arts et technologies contemporaines », à l’université technologique de Compiègne

Son travail théorique s’accompagne d’une pratique artistique dont l’image, le langage et la philosophie forment le socle des expérimentations numériques.

Ses travaux en cours : flu#3, lecture performative musicale langagière [ en cours d’écritures] ; flow#2 (juin 2009), lecture performative musicale narrative [ pas encore en ligne ] ; flog#1 (mars 2008) flux + blog = flog = lecture performative musicale emballée de flux d’informations

Et : Instants Portraits (mai 2008) A l’invitation d’Annie Abrahams, un fil RSS d’instants choisis écrits au fil des heures pendant un mois, sans possibilité de correction. SeeVeniceAndDie (avril 2007), p[r]o[g]ème variable pour synthétiseur vocal. e-poetry 2007, extraits vidéos des sets joués lors d’e-poetry 2007 à Paris. gener_hâtifs (avril 2006), protos (dé)générateurs de texte. in_tensions (depuis 2005), facéties poétiques pour journaux lumineux urbains. QQA3 (septembre 2004), pong dialogique.  oui / non (septembre 2003), conversation algo-rythmé. e-cris (octobre 2001), lectecritures (que pourrez-vous écrire avec mes mots ?).  trois fils (juin 2001), portraits e-mouvants.

Au cours de cette séance, Luc Dall Armellina présentera quelques œuvres et les considérera au regard de différents supports et formats. Il nous livrera également l’état de sa réflexion et sa stratégie en ce qui concerne la conservation de ses travaux numériques.

On peut consulter ses travaux sur son site http://lucdall.free.fr et sur son blog http://lucdall.free.fr/blog.

Image(s) en-tête

Quelques remarques à propos de l’image qui habille l’en-tête de ce carnet.

Tout d’abord, il faut dire qu’il s’agit d’une image extraite de Artscope, l’interface de navigation proposée par le SFMOMA (San Francisco Museum Of Modern Art) pour explorer sa collection en ligne. Les motifs de ce « prélèvement » ? Les indices qu’il distille sur l’objet de ce Carnet.

Les images sont indissociables de l’histoire de l’art, a fortiori les images des œuvres qui n’ont cessé d’accompagner la formation de ses discours, de ses points de vue enfin de la discipline enseignée. Avec la numérisation des images et leur circulation par le Web, l’histoire de l’art traverse une grande mutation qu’il s’agit d’explorer.

Les bases de collections des musées en ligne nous occupent tout particulièrement car s’y jouent, au gré des agencements inventés, des relations renouvelées entre les textes et les images, entre chaque œuvre représentée et le reste de la collection.

Le cas d’Artscope ne laisse pas d’intriguer. La tentation est grande de classer la proposition au magasin des gadgets Mais la chose résiste par l’intérêt qu’elle présente.

Ce « navigateur » s’inscrit de toute évidence dans le registre de l’aspiration récurrente des historiens de l’art d’accéder aux images en se passant du texte ; le numérique relance la possibilité d’une telle approche, illustrée notamment dans le passé par la Mnémosyne de Warburg. Une aspiration qui s’apparente à un défi si l’on songe à l’impératif de la description – fût-elle normalisée à la façon du catalogue –, partie prenante d’une longue tradition constitutive de l’histoire de l’art. C’est au nom d’une démarche « intuitive » que la collection se prête à l’exploration par l’image, sans doute susceptible de stimuler la curiosité du public. Ici, il faut signaler que les publics scientifiques ne sont que de surcroît visés par l’adresse à dominante éducative des musées en ligne.

La collection se présente en une seule image, une sorte de grille composée de toutes les images de la collection ; des pixels exposés, en quelque sorte.

Le zoom est à la manœuvre mais il reprend dans ce cas l’office originel de la loupe : il ne s’agit pas de grossir infiniment un composant vignette mais d’extirper une image du tableau coloré, informe ou abstrait, c’est selon.

L’exercice s’avère troublant et malaisé : chaque image « revenue à elle » reste solidaire physiquement, serait-on tenté de dire, de celles qui la jouxtent, qui adhèrent à ses côtés, de toutes parts. Par là est illustrée la relation irréductible de chaque image-œuvre à l’ensemble de la collection, une proposition inédite.

Dans les autres catalogues, seules les catégories et index rattachent chaque œuvre au reste de la collection, dès lors que l’image est détachée pour être affichée, accompagnée de ses cartel et notice, plus ou moins développés. Le rapport de l’œuvre à la collection se joue ainsi dans une vérité, elle aussi inédite : l’ordre des motifs composant l’image n’a d’autre sens que celui de l’entrée chronologique des œuvres dans la collection. L’aléa consubstantiel à toute collection de musée est livré hors de tout « grand récit » souvent propre à réorganiser une réalité faite de circonstances, même si les acquisitions ont précisément pour visée de corriger les hasards de l’histoire (évènements ou accidents, legs et dations, etc.)

Et puis le résultat est seyant !

Catalogues des collections de musées en ligne : Texte/image, des relations mouvementées

Le Jeudi 4 février 2010,   communication dans le cadre du Séminaire « Nouvelles formes d’éditorialisation et communautés virtuelles » , organisé par Anne-Laure Brisac (Invisu-INHA) et Gérard Wormser (Sens Public-MSH Nord), à l’INHA.

Programme complet du séminaire 2009-2010 (PDF)

Voir la captation vidéo de la communication.