Smithsonian Archives of American Art

Le passage de l’année 2010 à 2011 parait singulièrement propice pour rappeler l’intérêt et l’accessibilité de ce fonds d’archives de premier plan qui ne cesse de s’accroître ; la refonte du site web ponctue le passage, à sa façon, en favorisant l’accès clarifié aux documents. Enfin, un blog permet de suivre désormais l’activité de l’institution, en phase avec la tendance « behind the scene » tout en donnant des aperçus emblématiques de la richesse des archives.

A la fin du mois d’octobre dernier, la 100ème collection numérisée était mise en ligne, avec le fonds du sculpteur Hiram Powers (1805-1873). Tandis que ces premiers jours de janvier sont marqués par l’ouverture au public des archives du marchand Leo Castelli (1907-1999).

Rappelons que les Archives ont été créées à Detroit  en 1954 par Edgar P. Richardson, Directeur de The Detroit Institute of Arts, and Lawrence A. Fleischman, jeune collectionneur. L’objectif initial était de constituer un fonds de microfilms d’archives conservées par d’autres institutions. Mais l’archive s’étendit rapidement à la collecte de fonds originaux, en 1970 et rejoignit The Smithsonian Institution, participant dès lors de sa mission d’éducation et de recherche.

Les collections comptent à l’heure actuelle plus de 16 millions de lettres, des journaux personnels et des carnets et albums d’artistes, de marchands, de collectionneurs ainsi que des manuscrits de critiques et de chercheurs, des documents rendant compte de transactions de tous ordres des galeries, de musées, etc. Les documents sont d’une grande diversité : photographies d’évènements et d’acteurs du monde de l’art, croquis et livres d’artistes, estampes, films, audio et vidéogrammes ainsi que la plus importante collection de transcriptions d’entretiens, matériau unique d’histoire orale.

La numérisation des collections est inégale : une part d’entre elles – une centaine, donc parmi 6000 – l’est intégralement alors que la majorité du fonds ne l’est que partiellement. Ainsi, par exemple, seuls quarante-cinq documents de l’archive de Léo Castelli sont visibles in extenso, sur le site, exemplifiant la diversité des matériaux recueillis.

Ces items numérisés parmi les collections qui ne le sont pas intégralement, sont directement accessibles par une entrée, Image gallery, secondée par un moteur de recherche interne.  D’une façon générale, le nouveau site web, a rationalisé les entrées dans cette considérable masse de documents : en premier lieu, un index alphabétique de tous les artistes représentés dans l’archive ; un accès distinct aux transcriptions d’entretiens, pourvu d’un index alphabétique,  Oral History interviews , – les Podcasts n’offrent que des extraits –  ; et une entrée pour  les collections numérisées, Fully Digitized collections.

Les collections intégralement numérisées comprennent des fonds de plusieurs milliers à plusieurs centaines de milliers de documents, comme par exemple, le fonds du marchand Seligmann & Co. !

La présentation des collections suit un agencement systématique, servi par deux onglets. Le premier procure un accès direct aux dossiers (Series), – une image permet de déplier chacun d’entre eux –  accompagnés d’une petite notice générale dans laquelle sont mentionnés mécènes et dates de la numérisation. Un autre onglet, More about the collection : propose des développements contextuels et descriptifs importants : une notice historique et biographique, un aperçu de la composition et de l’intérêt de l’ensemble de la collection, la présentation de son classement, la liste des termes d’indexation qui lui ont été attribués, noms et sujets ; le mode d’indexation manifeste que l’ensemble des archives écrites a fait l’objet d’une numérisation sur le mode image, sans usage de reconnaissance de caractère (OCR). Suivent, la provenance et le statut juridique des originaux et enfin le descriptif détaillé de chaque boite composant chaque dossier.

L’ensemble de cette longue page d’informations, comprenant des liens d’accès, peut être récupérée sous la forme d’un fichier PDF.

On remarque que les documents présentés dans le cadre de ces collections numérisées ne sont pas assortis de légendes ; le descriptif évoqué s’avère d’autant plus précieux. En revanche, les documents numérisés, présentés dans le cadre de Image Gallery sont tous légendés.

Cette description minutieuse des boites d’archives s’applique aussi, évidemment, à l’ensemble des fonds non numérisés. Doit-on plutôt dire : « non encore numérisés » ? Il semble que les efforts tendent vers une numérisation massive. Les partenaires se succèdent, au fil du temps, pour permettre la mise à disposition de ces archives, ressource prodigieuse pour les historiens de l’art. Ainsi, parmi les plus notables, The Samuel H. Kress Foundation a apporté son soutien à de nombreux projets dont la numérisation du fonds de la maison Seligmann qui a pourvu de fameuses collections américaines… dont celle de S.H. Kress ; The Terra Foundation for American Art semble avoir pris le relais.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23/01/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Elise Gruselle and Wilfrid Niobet, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Smithsonian Archives of American Art http://bit.ly/hjiCrY […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.