ArtHist ou H-ArtHist – Abonnez-vous !

L’équipe des éditeurs/rices de la liste de diffusion H-ArtHist qui a transformé la circulation de l’information scientifique au sein des communautés de l’histoire de l’art internationale, depuis bientôt dix ans, était présente aux trois-quarts ; Godehard Janzing, Daniel Burckhardt, Livia Cardenas, Carolin Behrmann, Robert Felfe, Elisabeth Furtwängler, Rainer Donandt ; ces invité(e)s quotidiens de ma boite e-mail, toujours reçu(e)s avec plaisir et intérêt, étaient incarné(e)s.

L’Institut allemand d’histoire de l’art recevait en effet, ce 14 décembre 2010, les historien(ne)s de l’art parisiens, curieux de rencontrer cette équipe de bénévoles qui s’active sans relâche pour distribuer les manifestations diverses de la vie de la discipline auprès ou plutôt parmi bientôt 10 000 abonné(e)s. En effet, la richesse de cette information réside dans le fait qu’elle est produite par quiconque soumet une information à la rédaction qui canalise, édite et redistribue.

La mise en ligne du nouveau site web ArtHist a fourni l’occasion de cette rencontre. On notera la perte du H-, marque d’autonomie du site à l’égard de H-Net1 ). Au lieu d’organiser une simple opération de relations publiques, nos ami/es allemand/es se sont préoccupés d’entendre leurs collègues français/es et d’échanger avec eux, désormais de plus en plus soucieux des usages du numérique par la discipline.

Après des réunions avec des membres de Terra Foundation for American Art , et de l’INHA , André Gunthert, pour Culture visuelle , François Queyrel, pour Histara , Pascale Dubus, pour le site de l’APAHAU et moi-même pour l’Observatoire critique, avons été conviés à la présentation de nos initiatives respectives de publication en ligne. Cette conversation a permis de mieux cerner la personnalité des différents projets ainsi que les outils d’édition web choisis par les un/es et les autres. Quelques points ont occupé l’attention. Notamment, les variations autour du thème du comité de lecture/comité scientifique : de la reproduction à l’invention de formes plus circonstancielles de collégialité ; la reproduction terme à terme du Comité de lecture ou la mobilisation de prestigieux conseils scientifiques ne garantissant pas toujours l’implication effective des personnalités dans l’exercice de validation. Les outils d’édition différent également : de la plateforme de blogs dotée des fonctions d’échanges du type média social, aux blogs (l’APAHAU est en train d’en concevoir un), jusqu’au CMS plus statique ; toutefois, les systèmes de classement des informations et les relations avec les lectorats tendent vers une offre plurielle de communication, soutenue par les outils de type Web 2.0 : les flux RSS se combinent de plus en plus volontiers aux lettres d’informations et s’ajustent à des intérêts spécifique. Ainsi, Culture visuelle associe son offre RSS aux tags définis par son comité éditorial ; l’observatoire critique la lie à ses catégories.

Le nouveau site d’ArtHist, précisément, propose désormais un flux RSS ainsi qu’un compte Twitter ; se joue ici aussi, la diversification des modes d’affiliation des lecteurs/contributeurs, des rythmes de distribution et des réseaux et pratiques de re-distribution. Au regard de la liste de diffusion, le site représente la mémoire de l’ensemble des informations diffusées ; l’archive complète est classée selon les catégories de l’information distribuée mais on peut également faire des recherches plus fines dans la considérable base de données constituée au fil des ans. Dans ce cas, la recherche est formulée sur l’interface du serveur de l’ensemble des listes de H-Net mais le formulaire de requête permet de circonscrire son objet. Par exemple, sur dix ans de H-ArtHist, si l’on entre le terme Technology, on recueille 21 résultats ! Mais ne soyons pas pessimistes, nous prendrons le temps, une prochaine fois, d’entrer des termes plus précis et en allemand. On peut ajouter que le site donne une vision plus claire et surtout plus dense de la part occupée par les recensions que le fil des e-mails ; elles restent toutefois peu nombreuses et très majoritairement le fait de chercheur(e)s de langue germanique.

Le site n’entre pas en concurrence avec la liste de diffusion : il échoit à chacun de régler son affiliation à cette source exceptionnelle. A ce propos, il était très intéressant et instructif de prendre connaissance de la répartition par pays des abonné(e)s à la lettre de diffusion. Le graphe ci-dessous en donne un aperçu éclairant.

Source H-Arthist

En France, les résultats sont un peu surprenants : à voir l’information distribuée sur les manifestations françaises, depuis environ deux ans, il me semblait que l’on avait pris la mesure, ici, de l’intérêt de ce « faire savoir », au-delà de l’adresse aux locaux. Français, encore un effort !

  1. Cette méta liste à la source, depuis son serveur de l’université du Michigan, de 90 listes en Sciences humaines et sociales dont H-ArtHist []

Une réflexion au sujet de « ArtHist ou H-ArtHist – Abonnez-vous ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *